La Sorbonne


La Sorbonne

Sorbonne

Page d'aide sur l'homonymie Pour la hotte aspirante utilisée dans les laboratoires de chimie et de biologie, voir Hotte (laboratoire).
Sorbonne
Sorbonne .jpg
Informations
Fondation 1253
Type Université publique
Localisation Paris, France
Régime linguistique Français

La Sorbonne est un bâtiment du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du théologien du XIIIe siècle Robert de Sorbon, le fondateur du collège de Sorbonne, collège dédié à la Théologie. Le terme Sorbonne est aussi utilisé dans le langage courant pour désigner l’ancienne Université de Paris (avant 1793), les facultés de Paris y siégeant au XIXe siècle, et la nouvelle Université de Paris de 1896 à 1971. La façade baroque est celle de la chapelle dédiée à sainte Ursule en 1642. Actuellement, la chapelle, privée de sa vocation originelle depuis la Révolution française, est utilisée pour des réceptions ou des expositions.

En 1970, l’Université de Paris a été scindée en treize universités dont plusieurs se partagent désormais le nom de Sorbonne et disposent de locaux dans le site historique de la rue des Écoles, dans le 5e arrondissement de Paris.

La chapelle de la Sorbonne fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 10 février 1887[1].
Le Grand Amphithéâtre (entre autres salles et salons) fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 30 septembre 1975[2].

L'ensemble des bâtiments (façades et toitures) fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 30 septembre 1975[3].

Sommaire

Appellation

Plusieurs universités parisiennes - parfois appelées simplement « Sorbonne »[4] - comportent actuellement le nom « Sorbonne » dans leur intitulé, ou revendiquent une filiation avec la Sorbonne :

Ces quatre universités publiques possèdent des locaux dans les bâtiments historiques de la Sorbonne. Ceux-ci accueillent également le rectorat de l'académie de Paris, l'École des chartes, l'École pratique des hautes études, les Cours de civilisation française de la Sorbonne et la Bibliothèque de la Sorbonne.

Historique

La cour de la Sorbonne au début du XIXe siècle.
La place de la Sorbonne au début du XIXe siècle.
L’amphithéâtre Richelieu, l'un des plus grands de la Sorbonne

La Sorbonne tire son origine dans le collège fondé en 1253 au sein de l'Université de Paris par Robert de Sorbon, du nom d'un village des Ardennes, chapelain et confesseur du roi saint Louis. La fondation fut confirmée par le roi en 1257. On y enseignait principalement la théologie aux étudiants pauvres et elle s'est développée rapidement. Paris devint un grand centre culturel et scientifique en Europe dès le XIIIe siècle avec plus de 20 000 étudiants.

Article détaillé : collège de Sorbonne.

En 1469, c'est à la Sorbonne qu'est installée la première imprimerie de France, à l'initiative du roi Louis XI, par le prieur de la Sorbonne, Jean Heynlin, et son bibliothécaire, Guillaume Fichet.

Le cardinal de Richelieu, qui avait été élève de la Sorbonne en 1606-1607, en devient le proviseur en 1622 après le décès du cardinal de Harley. Il fait rénover les bâtiments, qu'il dote d'une magnifique chapelle renfermant son tombeau.

Sous la Révolution française, les bâtiments sont fermés aux étudiants en 1791 et la société sorbonnique est dissoute avec les universités de Paris et de province en conséquence de la loi Le Chapelier supprimant les corporations. En 1794, la chapelle est transformée en temple de la déesse Raison. Napoléon Bonaparte transforme le site en ateliers d'artistes.

À partir de 1806, Napoléon réorganise l'ensemble du système d'enseignement français, baptisé Université impériale, et crée à Paris cinq facultés : la Faculté des sciences, la Faculté des lettres, la Faculté de théologie, la Faculté de droit et la Faculté de médecine. La Sorbonne devient les sièges des trois premières facultés, ainsi que du rectorat de l'Académie de Paris. À la Restauration, le duc de Richelieu, premier ministre de Louis XVIII, veut honorer la mémoire du cardinal en rendant tout son lustre à la Sorbonne. Il fait construire un amphithéâtre de 1 200 places. Des professeurs prestigieux, comme François Guizot ou Victor Cousin, y dispensent leur enseignement.

La reconstruction des bâtiments du XVIIe siècle, trop exigus et incommodes, est envisagée à plusieurs reprises au cours du XIXe siècle. Elle est finalement réalisée par la Troisième République, sous l'impulsion de Jules Ferry. Le chantier est confié à l'architecte Henri-Paul Nénot. La démolition des bâtiments est réalisée entre 1884 et 1894 tandis que la première pierre du nouvel édifice est posée en 1885. La première partie du bâtiment est inaugurée en 1889, pour le centenaire de la Révolution française, par le président Sadi Carnot. L'ensemble des travaux est achevé en 1901. Parallèlement, l'enseignement de la théologie catholique est supprimé par une loi de 1885. Le 23 juin 1894, le baron Pierre de Coubertin fonde en Sorbonne le Comité international olympique (CIO), qui donne naissance aux Jeux olympiques modernes.

L'Université de Paris est recréée en 1895 par regroupement des cinq facultés et la Sorbonne en devient le siège.

La Sorbonne occupée : un lieu symbolique

En mai 1968, la Sorbonne est le bastion des manifestations étudiantes, ayant débuté avec le mouvement du 22-Mars à la faculté de Nanterre, qui aboutirent en un ample mouvement contestataire dans toute la France. La première émeute de mai 1968 se déclenche suite à l'intervention de la police dans la cour de la Sorbonne. Le 3 mai, des centaines d'étudiants se sont en effet rassemblés dans la cour en prévision d'une attaque d'Occident. Il y a là toutes les tendances de l'extrême gauche : trotskystes, maoïstes, ou anarchistes. Les services d'ordre d'extrême gauche sont armés de manches de pioche et prêts à l'affrontement. En faisant appel à la police, le recteur-président de l'université va ainsi déclencher la première émeute du mois de mai. À partir du 13 mai, la grève générale commence et la Sorbonne est occupée.

L'Assemblée nationale élue en juin 1968 après la dissolution décidée par le général de Gaulle s'attaque aussitôt à la réforme universitaire. En 1971, l'Université parisienne est scindée en treize universités nouvelles dont sept à Paris (La Sorbonne, Assas, Censier, Jussieu, Vincennes, Dauphine) et six en région parisienne. Cinq demeurent attachées au site de la Sorbonne et quatre partagent le nom de Sorbonne : Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris IV Sorbonne, Paris III Sorbonne-Nouvelle, Paris V-Faculté des sciences humaines et sociales-Sorbonne.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, la Sorbonne est, en principe, fermée au public : seuls les étudiants et le personnel des établissements ayant des locaux dans la Sorbonne, ainsi que les lecteurs de la bibliothèque de la Sorbonne, peuvent y entrer.

En 2006, plusieurs centaines de manifestants, luttant contre la loi dite « sur l'égalité de chances », ont occupé la Sorbonne pendant trois nuits (du 8 mars au 11 mars au matin : « la prise de la Sorbonne ») avant d'être évacués par les forces de l'ordre.

Le quartier a été bouclé pendant plusieurs semaines ; ce bouclage est pourtant passé inaperçu — voir un des rares documents sur le sujet, le court-métrage Sorbonne interdite[5]. Le bâtiment a été fermé aux étudiants et aux enseignants à la demande du rectorat désireux d'éviter toute nouvelle occupation et tout nouveau dégât. Elle a rouvert le 24 avril 2006. Au cours de cette période, les bâtiments du Panthéon, situé au 12 de la place du Panthéon, continuaient à recevoir étudiants et enseignants.

Les étudiants ont immédiatement voté la réoccupation de l'université avant d'être à nouveau expulsés le soir même. Les cours n'ont pu reprendre que progressivement avec le déploiement d'un important dispositif policier tout autour de l'université. Au-delà de la lutte contre le CPE, une partie des étudiants a cherché à imiter sans vrai discernement, semble-t-il, l'esprit de mai 68. Les dégâts causés par les manifestants se sont chiffrés à 800 000 euros, ce qui a contraint l'université à développer la location de ses locaux - déjà existante vu l'histoire du lieu, pour des tournages de films ou de téléfilms, afin de payer les travaux qui ont nécessité la fermeture du bâtiment et l'annulation de nombreux cours.[6]

Le 19 février 2009 suite à une manifestation la Sorbonne fut occupée par des étudiants pendant plusieurs heures avant d'être expulsé par la police.[7]

Architecture

Au début du XVIIe siècle, le collège de la Sorbonne se présentait comme un ensemble de bâtiments disparates édifiés le long de la rue de la Sorbonne, entre le cloître Saint-Benoît au nord et le collège de Calvi au sud. Il comportait une chapelle construite au XIVe siècle dont la façade donnait sur la rue de la Sorbonne.

En 1626, le cardinal de Richelieu entreprend de faire reconstruire cet ensemble. Après 1630, le projet initial est revu dans un sens encore plus ambitieux. La chapelle originale, qui devait au départ être simplement modernisée, est détruite et remplacée par un édifice de vastes proportions, conçu par l'architecte Jacques Lemercier, et appelé à devenir le mausolée du cardinal. Les travaux commencent en mai 1635 et le gros œuvre est presque terminé à la mort du cardinal en 1642. Les travaux sont achevés par la duchesse d'Aiguillon, héritière de Richelieu.

La chapelle de la Sorbonne appartient aux chefs d'œuvres de l'architecture classique parisienne. Elle renferme un orgue de Dallery, non entretenu depuis plus de 150 ans, et actuellement injouable, bien que conservé en grande part.

Les bâtiments de l'université, qu'on peut admirer de nos jours, datent de la fin du XIXe siècle.

Personnes célèbres ayant fréquenté ou fréquentant la Sorbonne

Les bâtiments de la Sorbonne côté rue Saint-Jacques
Hall de la Sorbonne
Vue d'un amphithéâtre de la Sorbonne, 2004
Salle de lecture de la Bibliothèque
Hall

Bibliographie

  • Emmanuelle Anizon, Nicolas Delesalle, « Les damnés de la thèse », Télérama, no 2962, 21 octobre 2006, p. 30-34
  • Jean-Robert Pitte, La Sorbonne au service des Humanités. 750 ans de création et de transmission du savoir (1257-2007), Paris, PUPS, 2007

Notes

  1. Base Mérimée
  2. Base Mérimée
  3. Base Mérimée
  4. Jean-Robert Pitte, « les Émirats arabes unis se tournent vers la culture française », Hérodote, n° 133 – 2009/2, « Le Golfe et ses émirats » : « Il est vrai que beaucoup de professeurs des universités parisiennes utilisent sur leurs cartes de visite ou sur leurs publications le titre de « Professeur à la Sorbonne » et que le grand public ou la presse ont beaucoup de mal à comprendre le maquis des appellations universitaires parisiennes »
  5. Sorbonne interdite réalisé par Adrian Ruchwald et Anke Zeugner, France 2006, 6 min, français sous-titré en anglais.
  6. Des tournages à la Sorbonne pour payer les dégâts du CPE, Le Figaro, 14 décembre 2006.
  7. occupation de la Sorbonne le 19 février 2009, TéléSorbonne
  8. L'essentiel de ses collections de minéraux font partie de la collection Minéralogie de la Sorbonne : voir son article.

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de Paris Portail de Paris
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
Ce document provient de « Sorbonne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Sorbonne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sorbonne de Paris — Sorbonne  Pour la hotte aspirante utilisée dans les laboratoires de chimie et de biologie, voir Hotte (laboratoire). Sorbonne I …   Wikipédia en Français

  • Sorbonne(s) Nouvelles — Pays  France Langue Français Périodicité Quasi trimestriel Format A4 Genre P …   Wikipédia en Français

  • Sorbonne — • This name is frequently used in ordinary parlance as synonymous with the faculty of theology of Paris Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Sorbonne     Sorbonne      …   Catholic encyclopedia

  • sorbonne — (la) établissement public d enseignement supérieur, situé à Paris (Quartier latin). V. Sorbon. ⇒SORBONNE, subst. fém. I. Arg., vx. Cerveau, esprit, tête en tant que siège de la pensée. Quand il a mis quelque chose dans sa sorbonne, le diable ne… …   Encyclopédie Universelle

  • Sorbonne —   [sɔr bɔn] die, , Anfang des 13. Jahrhunderts als Zusammenschluss der Magister und Scholaren entstandene und bis zur Neugliederung (1968) einzige Universität in Paris, der Mittelpunkt des Quartier Latin. Neben ihr entstanden allmählich… …   Universal-Lexikon

  • Sorbonne — Sorbonne, die altberühmte Theologenschule in Paris, gegründet 1254 von Robert de Sorbon (geb. 1201 zu Rethel in der Champagne, gest. um 1270 in Paris), Hofkaplan Ludwigs des Heiligen, bestätigt 1268 durch Papst Clemens IV. Ursprünglich Alumnat… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sorbonne — Sorbonne, ursprünglich das im 13. Jahrh. von Robert (s.d. 40) von Sorbon in der Champagne zu Paris gestiftete Collége, um Studenten der Theologie unentgeltlich Wohnung, Kost u. Beaufsichtigung bei ihren Studien zu gewähren. Das Haus in der Straße …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Sorbonne — Sorbonne, ursprünglich eine Magisterinnung an der Pariser Universität, gestiftet um 1250 von Robert von Sorbon, später bis 1789 die theol. Fakultät das.; jetzt ein Gebäudekomplex von wissenschaftlichen Instituten nebst Universitätsbibliothek …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Sorbonne — (–bonn), ursprünglich Bildungsanstalt zu Paris für junge Weltgeistliche, 1253 von Ludwigs IX. Kaplan Sorbon gestiftet, erweiterte sich zur theologischen Fakultät der Universität zu Paris, war im 15. u. 16. Jahrh. von großer Wirksamkeit,… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Sorbonne — 1560, from Sorbon, place name in the Ardennes. Theological college in Paris founded early 13c. by Robert de Sorbon (b.1201), chaplain and confessor of Louis IX …   Etymology dictionary

  • Sorbonne — [sôr bän′; ] Fr [ sō̂r bō̂n′] n. [Fr, after the founder, Robert de Sorbon (1201 74), chaplain of Louis IX] 1. a former theological college in Paris, established about the middle of the 13th cent. 2. the University of Paris; specif., the seat of …   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.