Etienne Gilson


Etienne Gilson

Étienne Gilson

Étienne Gilson
Philosophe occidental
Philosophie contemporaine
Naissance : 13 Juin 1884, à Paris
Décès : 19 septembre 1978
École/tradition : Scolastique, Néothomisme, Réalisme
Principaux intérêts : Métaphysique, Théologie, Politique, Littérature, Histoire de la philosophie
Œuvres principales : Le Thomisme
L'être et l'essence
Influencé par : Aristote, Pères de l'Eglise, Augustin d'Hippone, Bonaventure, Thomas d'Aquin, Dante, Duns Scot, Comte
A influencé : Jacques Maritain, Vatican II, une bonne partie des médiévistes du XXe siècle

Étienne Gilson, né le 13 juin 1884 à Paris et mort le 19 septembre 1978 à Cravant (Yonne), est un philosophe et historien français, qui fut notamment professeur à la Sorbonne, à Harvard, à Toronto, au Collège de France et membre de l'Académie française. Il est également Grand officier de la Légion d'honneur et possède la Croix de guerre 1914-1918.

Spécialiste en histoire de la philosophie médiévale, ses ouvrages sont des apports majeurs dans l'analyse historique de la philosophie. Sur le terrain proprement dit de la philosophie, il défend le réalisme philosophique en s'appuyant sur l'oeuvre de Thomas d'Aquin.

Sommaire

Sa vie

Il fait ses études au Petit Séminaire de Notre-Dame-des-Champs. Il est l'élève de Lévy-Bruhl, le disciple d'Auguste Comte, qui lui fit lire Saint-Thomas d'Aquin, et fut également l'élève de Bergson. En 1913, il soutint sa thèse de doctorat sur La Liberté chez Descartes et la théologie.

Étienne Gilson enseigne l'histoire de la philosophie médiévale de 1921 à 1932 à la Sorbonne, où il a auparavant fait ses études, avant d'occuper la chaire de philosophie médiévale au Collège de France. Il y dirige notamment l'EPHE (école pratique des hautes-études) et y occupe la direction d'étude d'histoire des doctrines et des dogmes. En 1926, il fonde les Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen-Age.

En 1929, il participe à la fondation de l'Institut pontifical d'études médiévale de Toronto au Canada, avec des Pères basiliens. Il rejoindra cet institut en 1950, à la suite d'une violente campagne de presse menée contre lui, notamment à la suite de la parution, dans le journal le Monde, d'un article contre l'alliance atlantique. Il y professera des cours jusqu'en 1973 et y laissera sa bibliothèque.

Bien qu'étant à l'origine spécialiste d'histoire de la philosophie, il est également l'un des leaders du mouvement néothomiste catholique romain. Sa rencontre avec le libraire Joseph Vrin est à l'origine de la création des éditions Vrin.

Il est élu membre de l'Académie française le 24 octobre 1946, en même temps que Maurice Genevoix ; il y remplace Abel Hermant, toujours en vie mais radié de l'Académie pour faits de collaboration. Ainsi, quand il est reçu le 29 mai 1947 par Louis Pasteur Vallery-Radot, il ne prononce pas dans son discours l'hommage de son prédécesseur.

Il meurt le 19 septembre 1978, à Paris, doyen d'âge de l'Académie française.

Son œuvre

Gilson a analysé le thomisme de manière historique. Pour Gilson, le thomisme ne s'identifie pas à la scolastique, mais se construit plutôt contre elle. Gilson a décelé un déclin de la philosophie en une science qui annoncerait le renoncement de l'homme à son droit de juger et de régler la nature, l'homme n'étant plus qu'une simple partie de la nature : feu vert serait alors donné selon lui aux entreprises les plus inconséquentes et les plus désastreuses en matière de société dont seraient victimes les hommes et les institutions humaines. Contre les systèmes philosophiques, Gilson était convaincu que le retour en grâce de la philosophie de Thomas d'Aquin pouvait permettre de sortir de cette zone dangereuse.

Gilson a été un écrivain très prolifique, et ses nombreux écrits d'histoire de la philosophie, essentiellement médiévale, sont beaucoup lus et discutés. Il est universellement reconnu comme un maître dans l'histoire de la pensée médiévale[1].

La philosophie chrétienne

La période médiévale comme moment capital dans l'histoire de la philosophie

Distinctions

Publications

  • La Liberté chez Descartes et la Théologie, Alcan, 1913.
  • Le Thomisme, introduction au système de saint Thomas, Vrin, 1919, 6 éditions (la dernière en 1964)
  • Études de philosophie médiévale, Université de Strasbourg, 1921.
  • La Philosophie au Moyen-âge, vol.I : de Scot Erigène à saint Bonaventure, Payot, 1922.
  • La Philosophie au Moyen-âge, vol.II : de saint Thomas d’Aquin à Guillaume d’Occam, Payot, 1922.
  • La philosophie de saint Bonaventure, Vrin, 1924.
  • René Descartes. Discours de la méthode, texte et commentaire, Vrin, 1925.
  • Saint Thomas d’Aquin, Gabalda, 1925.
  • Introduction à l’étude de Saint Augustin, Paris, J. Vrin, 1929. (Études de philosophie médiévale ; 11). ISBN 2-7116-2027-1.
  • Études sur le rôle de la pensée médiévale dans la formation du système cartésien, Vrin, 1930. ISBN 2-7116-0285-0
  • L’Esprit de la philosophie médiévale, Vrin, 1932.
  • Les Idées et les Lettres, Vrin, 1932.
  • Pour un ordre catholique, Desclée de Brouwer, 1934.
  • La théologie mystique de saint Bernard, Vrin, 1934.
  • Le réalisme méthodique, Téqui, 1935.
  • Christianisme et philosophie, Vrin, 1936.
  • The Unity of Philosophical Experience, Scribner's, 1937.
  • Héloïse et Abélard, Vrin, 1938.
  • Dante et la philosophie, Vrin, 1939.
  • Réalisme thomiste et critique de la connaissance, Vrin, 1939.
  • Théologie et histoire de la spiritualité, Vrin, 1943.
  • Notre démocratie, S.E.R.P., 1947.
  • L’Être et l’essence, Vrin, 1948.
  • Saint Bernard, textes choisis et présentés, Plon, 1949.
  • L’École des Muses, Vrin, 1951.
  • Jean Duns Scot, introduction à ses positions fondamentales, Vrin, 1952.
  • Les Métamorphoses de la cité de Dieu, Vrin, 1952.
  • Peinture et réalité, Vrin, 1958.
  • Le Philosophe et la Théologie, Fayard, 1960.
  • Introduction à la philosophie chrétienne, Vrin, 1960.
  • La Paix de la sagesse, Aquinas, 1960.
  • Trois leçons sur le problème de l’existence de Dieu, Divinitas, 1961.
  • L’Être et Dieu, Revue thomiste, 1962.
  • Introduction aux arts du Beau, Vrin, 1963.
  • Matières et formes, Vrin, 1965.
  • Les Tribulations de Sophie, Vrin, 1967.
  • La société de masse et sa culture, Vrin, 1967.
  • Hommage à Bergson, Vrin, 1967.
  • Linguistique et philosophie, Vrin, 1969.
  • D’Aristote à Darwin et retour, Vrin, 1971.
  • Dante et Béatrice, études dantesques, Vrin, 1974.
  • Saint Thomas moraliste, Vrin, 1974.

Notes

  1. Henri Gouhier, Étienne Gilson : trois essais, Vrin, 1993, p.75

Bibliographie

  • Jean Madiran, Gilson : chroniques philosophiques, Difralivre, 1992 (ISBN 9782908232042)

Liens internes

Lien externe


Précédé par
Abel Hermant
Fauteuil 23 de l’Académie française
1946-1978
Suivi par
Henri Gouhier
  • Portail du christianisme Portail du christianisme
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail saint Thomas d'Aquin Portail saint Thomas d'Aquin
Ce document provient de « %C3%89tienne Gilson ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Etienne Gilson de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Étienne Gilson — Philosophe occidental Philosophie contemporaine Naissance 13 juin 1884, à Paris Décès 19 septembre 1978 École/tradition Scolastique, Néotho …   Wikipédia en Français

  • Etienne Gilson — Étienne Henry Gilson (* 13. Juni 1884 in Paris; † 19. September 1978 in Cravant (Yonne)) war ein französischer Philosoph und Historiker. Gilson war 1913/1914 Professor für Philosophie in Lille, nach Kriegsteilnahme und Gefangenschaft ab 1919 in… …   Deutsch Wikipedia

  • Étienne Gilson — (París, 13 de junio de 1884 – Auxerre (en el departamento de Yonne) 19 de septiembre de 1978). Filósofo e historiador de la filosofía francés, uno de los más destacados autores de la neoescolástica y especialista en Santo Tomás de Aquino.… …   Wikipedia Español

  • Étienne Gilson — Étienne Henry Gilson (* 13. Juni 1884 in Paris; † 19. September 1978 in Auxerre, Département Yonne) war ein französischer Philosoph und Historiker. Gilson war 1913/1914 Professor für Philosophie in Lille, nach Kriegsteilnahme und Gefangenschaft… …   Deutsch Wikipedia

  • Étienne Gilson — (b. Paris, June 13, 1884 September 19, 1978) was a French Thomistic philosopher and historian of philosophy. In 1946 he attained the distinction of being elected an Immortal (member) of the French Academy.LifeBorn into a French Roman Catholic… …   Wikipedia

  • Étienne Gilson — (París, 13 de junio de 1884 – 1978) fue un filósofo e historiador francés, uno de los más destacados autores de la neoescolástica. Sus estudios sobre el pensamiento medieval y en particular de la obra de Tomás de Aquino son una de las mejores… …   Enciclopedia Universal

  • Chaire Étienne Gilson — La Chaire de métaphysique Étienne Gilson a été créée en 1995 pour célébrer le centenaire de l Institut catholique de Paris. Elle est confiée chaque année à un chercheur pour un cycle de six conférences. Article détaillé : Étienne Gilson.… …   Wikipédia en Français

  • Chaire de métaphysique Étienne Gilson — Chaire Étienne Gilson La Chaire de métaphysique Étienne Gilson a été créée en 1995 pour célébrer le centenaire de l Institut Catholique de Paris. Elle est confiée chaque année à un chercheur pour un cycle de six conférences. Article… …   Wikipédia en Français

  • Etienne Henry Gilson — Étienne Henry Gilson (* 13. Juni 1884 in Paris; † 19. September 1978 in Cravant (Yonne)) war ein französischer Philosoph und Historiker. Gilson war 1913/1914 Professor für Philosophie in Lille, nach Kriegsteilnahme und Gefangenschaft ab 1919 in… …   Deutsch Wikipedia

  • Étienne Henry Gilson — (* 13. Juni 1884 in Paris; † 19. September 1978 in Cravant (Yonne)) war ein französischer Philosoph und Historiker. Gilson war 1913/1914 Professor für Philosophie in Lille, nach Kriegsteilnahme und Gefangenschaft ab 1919 in Straßburg. 1921 32… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.