Julien Green


Julien Green
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Green.
Julien Green
Julien Green en 1933
Julien Green en 1933

Nom de naissance Julian Hartridge Green
Activités écrivain
Naissance 6 septembre 1900
Paris, Drapeau de France France
Décès 13 août 1998
Paris, Drapeau de France France
Langue d'écriture française
Genres roman
théâtre
essai
journal
autobiographie

Julien Green, né Julian Hartridge Green (6 septembre 1900 à Paris - 13 août 1998 à Paris), est un écrivain américain de langue française.

Sommaire

Biographie

Julien Green est né à Paris, de parents américains, descendant du côté de sa mère du sénateur et représentant démocrate de la Géorgie au congrès américain Julian Hartridge (1829-1879) et dont Julien Green porte le nom (Green a été baptisé "Julian", l'orthographe a été changée en "Julien" par son éditeur français dans les années 1920). Il grandit en France.

Après la mort de sa mère, une protestante pieuse, il se convertit au catholicisme en 1916, à la suite de son père et de toutes ses sœurs ainsi qu'il le raconte dans Ce qu'il faut d'amour à l'homme, son autobiographie spirituelle. Alors âgé de seulement 17 ans, Julian Green réussit cependant à rejoindre les rangs de la Croix-Rouge américaine puis est détaché dans l’artillerie française en 1918 en tant que sous-lieutenant. Démobilisé en mars 1919, il se rend pour la première fois aux États-Unis en septembre de la même année et effectue trois ans d'études à l’Université de Virginie, où il écrit son premier livre en anglais, avant de revenir vivre en France.

Sa carrière, qui fit de lui un écrivain majeur de la littérature française du XXe siècle, débuta peu après ce premier retour des États-Unis.

En juillet 1940, après la défaite de la France, il retourne en Amérique. En 1942, il est mobilisé et envoyé à New York pour servir au Bureau Américain de l'information de guerre. De là, cinq fois par semaine il s'adressait à la France dans l'émission radio Voice of America, travaillant entre autres avec André Breton. Green revint en France juste après la Seconde Guerre Mondiale.

La plupart des livres de ce catholique pratiquant traitent des problèmes de la foi et de la religion ainsi que de l'hypocrisie. Plusieurs de ses livres ont traité des États-Unis du Sud, l'auteur se caractérisant partout dans sa vie comme un "Sudiste". Il a hérité ce patriotisme de sa mère, qui venait d'une famille distinguée du Sud. Quelques années avant la naissance de Julien, quand on a offert au père de Julien, banquier, un choix de postes (avec sa banque) en Allemagne ou en France, la mère de Julien a appuyé le choix de la France en raison du fait que les Français étaient "aussi un peuple fier, récemment vaincus dans la guerre et nous nous comprendrons mutuellement" (la référence portait sur la défaite de la France en 1871 dans la guerre franco-prussienne).

En France, pendant sa vie et encore aujourd'hui, sa célébrité repose principalement non pas sur ses romans mais sur son Journal, publié en dix-neuf volumes qui couvrent la période de 1919 à 1998[1] . Ce Journal fournit une chronique de sa vie littéraire et religieuse et un panorama unique sur la scène artistique et littéraire à Paris sur près de 80 ans. Le style de Green, austère et employant à grand effet le passé simple, un temps quasiment abandonné par ses auteurs contemporains, trouve la faveur de l'Académie française dont il sera membre.

Il fut en effet le premier non-français élu à l'Académie française le 3 juin 1971, au fauteuil 22, succédant à François Mauriac. Sa réception officielle eut lieu le 16 novembre 1972. Il se déclara démissionnaire de l'Académie en 1996 mais celle-ci ne lui choisit aucun successeur avant sa disparition en 1998.

Toute l'œuvre de Green, qui fut profondément marquée tant par son homosexualité que par sa foi catholique, est dominée par la question de la sexualité et du bien et du mal.

Son livre Si j'étais vous a inspiré la psychanalyste Mélanie Klein.

Même si Green écrivait principalement en français, il a aussi écrit quelques ouvrages en anglais puisqu'il était parfaitement bilingue. Il a aussi traduit certaines de ses propres œuvres en anglais. Une édition de certaines de ses traductions est publiée dans 'Le langage et son double', en édition bilingue présentant le texte anglais en regard du texte français, ce qui facilite grandement la comparaison directe. Cependant, l'écrivain reste largement inconnu dans le monde anglo-saxon.

Il n'a jamais possédé la nationalité française : Georges Pompidou la lui avait proposée en 1972 après son élection à l'Académie mais il l'a déclinée.

Jusqu'à présent, trois de ses ouvrages ont été adaptés au cinéma : Léviathan (1962), dont il écrit lui-même le script, en est le plus connu ; Adrienne Mesurat (1953) et La Dame de pique (1965) sont également tirés de son œuvre.

Il fut enterré le 21 août 1998 à Klagenfurt (Autriche) dans l'église St. Egid. Ému par une statue ancienne de la Vierge Marie lors d'une visite en 1990, l'écrivain avait émis le désir d'être inhumé dans une des chapelles de cette église.

Julien Green est le père adoptif de l'écrivain Éric Jourdan qui lui resta filialement fidèle jusqu'à sa mort.

Selon Éric Jourdan, en 1994, Green avait décidé de déménager pour aller vivre à Forlì, en Italie, mais sa santé fragile ne lui permit pas de mettre ce projet à exécution.

L'ensemble de son œuvre a été récompensé par de multiples prix :

  • Le Prix Prince-Pierre-de-Monaco, en 1951.
  • Le Grand Prix national des Lettres, en 1966.
  • Le Grand Prix de Littérature de l'Académie française, en 1970.
  • Le Grand Prix de littérature de Pologne, en 1988.
  • Le Prix Cavour, grand prix de littérature italien, en 1991.

Œuvres

  • Pamphlet contre les catholiques de France, (sous le pseudonyme de Théophile Delaporte), impr. de Darantière, Dijon, 1924.
  • Mont-Cinère (roman), Plon-Nourrit et Cie, Paris, 1926.
  • Adrienne Mesurat (roman), Plon, Paris, 1927.
  • Les Clefs de la mort, La Pléiade, Paris, 1927.
  • Suite anglaise, Les Cahiers de Paris, Paris, 1927.
  • Le Voyageur sur la terre, éditions de la Nouvelle Revue française, Paris, 1927.
  • Léviathan (roman), Plon, Paris, 1929.
  • L'autre sommeil (roman), Gallimard, Paris, 1931.
  • Épaves (roman), Plon, Paris, 1932.
  • Le Visionnaire (roman), Plon, Paris, 1934.
  • Minuit (roman), Plon, Paris, 1936.
  • Les Années faciles (1928-1934) (journal I), Plon, Paris, 1938.
  • Derniers beaux jours (1935-1939) (journal II), Plon, Paris, 1939.
  • Varouna (roman), Plon, Paris, 1940.
  • Memories of Happy Days ("Souvenirs des jours heureux"), en anglais, 1942
  • Devant la porte sombre (1940-1943) (journal III), Plon, Paris, 1946.
  • Si j'étais vous (roman), Plon, Paris, 1947.
  • L'Œil de l'ouragan (1943-1945) (journal IV), Plon, Paris, 1949.
  • Moïra (roman), Plon, Paris, 1950.
  • Le Revenant (1946-1950) (journal V), Plon, Paris, 1951.
  • Sud (théâtre), Théâtre de l'Athénée, Paris, 1953.
  • L'Ennemi (théâtre), Théâtre des Bouffes-Parisiens, Paris, 1954.
  • Le Miroir intérieur (1950-1954) (journal VI), Plon, Paris, 1955.
  • Le Malfaiteur (roman), Plon, Paris, 1956.
  • L'Ombre (théâtre), Théâtre Antoine, Paris, 1956.
  • Le bel aujourd'hui (1955-1958) (journal VII), Plon, Paris, 1958.
  • Chaque Homme dans sa nuit (roman), Plon, Paris, 1960.
  • Partir avant le jour (autobiographie, 1900-1916), Grasset, Paris, 1963.
  • Mille Chemins ouverts (autobiographie, 1916-1919), Grasset, Paris, 1964.
  • Terre lointaine (autobiographie, 1919-1922), Grasset, Paris, 1966.
  • Vers l'invisible (1958-1967) (journal VIII), Plon, Paris, 1967.
  • L'Autre (roman), Plon, Paris, 1971.
  • Ce qui reste du jour (1966-1972) (journal IX), Plon, Paris, 1972.
  • Jeunesse (autobiographie), Plon, Paris, 1974.
  • La Nuit des fantômes, Plon, Paris, 1976.
  • La Bouteille à la mer (1972-1976) (journal X), Plon, Paris, 1976.
  • Le mauvais lieu (roman), Plon, Paris, 1977.
  • Ce qu'il faut d'amour à l'homme (essai), Plon, Paris, 1978.
  • Demain n'existe pas (théâtre), 1979.
  • La Terre est si belle... (1976-1978) (journal XI), Le Seuil, Paris, 1982.
  • Frère François, Le Seuil, Paris, 1983.
  • La Lumière du monde (1978-1981) (journal XII), Le Seuil, Paris, 1983.
  • Paris, Champ Vallon, Paris, 1984.
  • Le Langage et son double, Editions de la Différence, Paris, 1985.
  • Villes, Editions de la Différence, Paris, 1985.
  • Jeunes Années, autobiographie en 4 volumes, 1985.
  • Les Pays lointains (roman, Dixie I), Le Seuil, Paris, 1987.
  • L'Arc-en-ciel (1981-1984) (journal XIII), Le Seuil, Paris, 1988.
  • Les Étoiles du sud (roman, Dixie II), Le Seuil, Paris, 1989.
  • Liberté chérie, Le Seuil, Paris, 1989.
  • L'Expatrié (1984-1990) (journal XIV), Le Seuil, Paris, 1990.
  • L'Homme et son ombre, Le Seuil, Paris, 1991.
  • Ralph et la quatrième dimension, Flammarion, Paris, 1991.
  • L'Avenir n'est à personne (1990-1992) (journal XV), Fayard, Paris, 1993.
  • On est si sérieux quand on a 19 ans (journal 1919-1924), Fayard, Paris, 1993.
  • Dixie (roman, Dixie III), Le Seuil, Paris, 1994.
  • Dionysos Edition originale,7 eaux-fortes de Robert Clévier. 70 pages. Fayard-L’Atelier Contemporain,1994.
  • Pourquoi suis-je moi ? (1993-1996) (journal XVI), Fayard, Paris, 1996.
  • Dionysos ou La chasse aventureuse : poème en prose, Fayard, Paris, 1997.
  • Jeunesse immortelle (essai), Gallimard, Paris, 1998.
  • En avant par-dessus les tombes (1996-1997) (journal XVII), Fayard, Paris, 2001.
  • Le grand large du soir (1997-1998) (journal XVIII), Flammarion, Paris, 2006.
  • Souvenirs des jours heureux, Flammarion, Paris, 2007.
  • L'Inconnu et autres récits, Fayard, Paris, 2008.

Bibliographie critique

  • Carole Auroy, Julien Green, le miroir en éclats : étude sur l'autobiographie, les éditions du Cerf, Paris, 2000.
  • Philippe Derivière, Julien Green, les chemins de l'errance, Talus d'approche, Paris, 1994.
  • Marc Eigeldinger, Julien Green et la tentation de l'irréel, Éditions des Portes de France, Paris, 1947.
  • Yves Floucat, Julien Green et Jacques Maritain. L'amour du vrai et la fidélité du cœur, Paris, Éditions Pierre Téqui, 1997.
  • Jean-Claude Joye, Julien Green et le monde de la fatalité, Arnaud Druck, Berne, 1964.
  • Mélanie Klein, "L'identification" (Sur un roman de Julien Green : Si j'étais vous). in "Envie et gratitude". Paris, Gallimard-Tel, 1978, ISBN 2-07-029780-2
  • Michael O'Dwyer, Julien Green: A Critical Study, Four Courts Press, Dublin, 1997, ISBN 1-85182-275-5
  • Annette Tamuly, Julien Green à la recherche du réel : approche phénoménologique, Naaman, Sherbrooke (Canada), 1976.
  • Wolfgang Matz, Julien Green, le siècle et son ombre. Traduit de l'allemand. Gallimard-Arcades, 1998.
  • Louis-Henri Parias, Julien Green, corps et âme. Fayard, 1994
  • Valérie Catelain, Julien Green et la voie initiatique. Le Cri, 2005.
  • Anne Green, Mes jours évanouis, Le livre de poche.

Notes

  1. Les cahiers manuscrits sur lesquels il tenait son journal ont été confiés à une fondation américaine dont le nom n'est pas connu. Ce texte non expurgé, au contraire du texte publié, ne sera accessible qu'en 2048.

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :



Précédé par
François Mauriac
Fauteuil 22 de l’Académie française
1971-1998
Suivi par
René de Obaldia

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Julien Green de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Julien Green — Fotografía de Green Nacimiento …   Wikipedia Español

  • Julien Green — Julien Green, 1933 Julien (Julian Hartridge) Green (* 6. September 1900 in Paris; † 13. August 1998 ebenda) war ein französischer Schriftsteller mit US amerikanischer Staatsangehörigkeit. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Julien Green — Julian Hartridge Green, or Julien Green (September 6 1900 – August 13 1998), was a French born American author of several novels including Léviathan and Each in His Own Darkness . He wrote primarily in French, but was not a French citizen.… …   Wikipedia

  • Julien Green — Destino He comprendido que somos sordos y ciegos, que venimos de la noche para volver a la noche sin saber nada de nuestro destino. Opresión Quizá el mayor consuelo de los oprimidos sea el creerse superiores a sus tiranos …   Diccionario de citas

  • Leviathan (Julien Green) — Leviathan ist ein Roman des französischen Schriftstellers Julien Green. Er erschien 1929 in der Librairie Plon in Paris. Inhaltsverzeichnis 1 Inhalt 2 Name 3 Übersetzungen 4 Ausga …   Deutsch Wikipedia

  • GREEN (J.) — Seul de son espèce dans la littérature d’aujourd’hui, tel apparaît Julien Green, français d’origine américaine, écrivain singulier qui n’est d’aucune école ni d’aucune mode. Intemporel? oui et non. Certes la langue, pure et sûre, est sans date,… …   Encyclopédie Universelle

  • Julien — (v. Julian) ist ein männlicher französischer Vorname. Inhaltsverzeichnis 1 Namenstag 2 Bedeutung 3 Namensträger 3.1 Vorname …   Deutsch Wikipedia

  • Green (Familienname) — Green ist ein englischer Familienname Herkunft und Bedeutung Das englische Wort green bedeutet „grün“ oder auch „Anger“ (village green); der Name kann vielfältige Ursprünge haben. Varianten Greene Bekannte Namensträger Inhaltsverzeichnis A B C D …   Deutsch Wikipedia

  • Green — /green/, n. 1. Henrietta Howland Robinson ( Hetty ), 1835 1916, U.S. financier. 2. Henry (Henry Vincent Yorke), 1905 73, English novelist. 3. John Richard, 1837 83, English historian. 4. Julian, born 1900, U.S. writer. 5. Paul Eliot, 1894 1981, U …   Universalium

  • Green, Julien — ▪ American writer in full  Julien Hartridge Green , Julien also spelled   Julian  born Sept. 6, 1900, Paris, France died Aug. 13, 1998, Paris  French American writer of sombre psychological novels that show a preoccupation with violence and death …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.