Economie de la Thailande


Economie de la Thailande

Économie de la Thaïlande

Sommaire

Industries et mines

Près de 14 % de la population active travaille dans le secteur de l'industrie, pour la transformation alimentaire (riz et sucre), les industries du textile, l'habillement et l'électronique qui sont les activités dominantes. Ensuite vient les véhicules motorisés, le ciment, les cigarettes ainsi que divers produits chimiques et pétroliers. Depuis une petite dizaine d'années et de plus en plus de nos jours viennent s'installer des industries fabricant des ordinateurs et des composants électroniques.

La production annuelle d'électricité s'élevait à 90,91 milliards de kilowattheures (en 2001 contre 3 milliards en 1968), provenant pour l'essentiel de centrales thermiques alimentées par le charbon local. Depuis peu la Thaïlande n'importe plus son pétrole ayant découvert plusieurs gisements sur son territoire, exploités par la compagnie nationale PTT Public Company Limited, elle produit 173 800 barils/jours (en 2001), ainsi que 18,73 milliards de m3 de gaz naturel.

La Thaïlande était l'un des principaux producteurs d'étain (21 000 tonnes en 1984). Les cours de ce métal ayant chuté des deux tiers au début des années 80 la production thaïlandaise ne dépassait pas 4 700 tonnes en 1993. La principale production minière est maintenant le lignite (156 millions de tonnes), à quoi s'ajoutent le gypse, le zinc, le tungstène, l'antimoine, le manganèse et le plomb.

Agriculture

L'agriculture est le principal secteur économique de la Thaïlande employant 59 % de la population active. La Thaïlande est le premier exportateur mondial et l'un des premiers producteurs de riz, bien que le rendement par hectare soit faible. À la fin des années 1980, la production annuelle de riz s'élevait approximativement à 20,8 millions de tonnes, soit une hausse annuelle de quelque 11,3 millions de tonnes par rapport aux années 1960. Le caoutchouc, qui provient principalement des plantations de la péninsule malaise, est la seconde grande production du pays (la Thaïlande est aussi le premier exportateur mondial de caoutchouc), en effet fin 80, sa production annuelle s'élevait à environ 860 000 tonnes. Les Thaïlandais cultivent également le coton, le maïs, le sorgho, la canne à sucre, le tabac, le café, la noix de coco, le manioc, et le kenaf, qui est une fibre servant à la fabrication de la textile, toile. L'élevage se compose de buffles (plus de 6 millions), de bovins (5 millions) et de porc]s 4,3 millions .

Le produit le plus précieux que l'on trouve dans les forêts (couvrant environ 28 % du territoire thaïlandais) est un bois dur, le teck. , En 1992,la production annuelle de bois s'élevait à 37,6 millions m3, mais le pouvoir réduit sensiblement les exportations car la forêt a été surexploitée.

La prise annuelle de crevettes, poissons et crustacés (atteignant 3,3 millions de tonnes en 1993) n'est pas un secteur négligeable de l'économie thaïlandaise. La crevetticulture commerciale marche bien : dans tout le pays, plus de 30 000 élevages ont produit environ 280 000 tonnes de crevettes en 2006 et les exportations vers l'Europe, le Japon et les États-Unis ont rapporté plus de 2 milliards de dollars.

  • Agriculture : maïs, canne à sucre, ananas, caoutchouc, manioc, soja, tabac, durians, riz.
  • Horticulture : orchidées (considérée comme l'emblème de la Thaïlande).

Échanges

Commerce extérieur

L'économie thaïlandaise repose en grande partie sur les exportations. Les statistiques montrent que les exportations représentaient en moyenne 69,4% du PIB en 2006 et 2007, contre une moyenne de 23% de 1980 à 1986. Le secteur agricole représente actuellement 8,8% du PIB comparativement à 18% entre 1980 et 1986.

Les échanges culturels

Bangkok est riche de plus de vingt quotidiens, dont huit en langues étrangères (deux en anglais et six en chinois), tirés à plus de 2,5 millions d'exemplaires.

La monnaie thaïlandaise est le baht, divisé en 100 satang (au 9 février 2009, un euro vaut environ 45 baths), monnaie émise par la Banque de Thaïlande existant depuis 1945. Le pays compte en plus de nombreuses banques commerciales ainsi que plusieurs banques étrangères.

Transports

  • Le réseau ferroviaire thaïlandais: comptant environ 4 071 km de voies ferrées, appartient et est géré par l'État.
  • Le réseau fluvial: grâce au Menam Chao Phraya qui est navigable sur plus de 80 km à partir de son embouchure et constitue une importante voie navigable intérieure, offrant des passages sur près de 4 000 km de voies fluviales.
  • Le réseau routier: amélioré dans les années 1970 il couvre à l'heure actuelle près de 70 000 km de routes.
  • Le réseau aérien: couvert par la compagnie aérienne Thaï Airways , et des compagnies locales, propose des vols intérieurs et longs-courriers.
  • Le port de Bangkok, qui est l'un des plus modernes de toute l'Asie du Sud-Est.

Sources


  Coopération économique Asie-Pacifique (APEC)  v ·  · m 
Australie | Brunei | Canada | Chili | République Populaire de Chine | Hong Kong | Indonésie | Japon | Malaisie | Mexique | Nouvelle-Zélande | Papouasie-Nouvelle-Guinée | Pérou | Philippines | Russie | Singapour | Corée du Sud | Chinese Taipan | Thaïlande | États-Unis | Viêt Nam
  • Portail de l’économie Portail de l’économie
Ce document provient de « %C3%89conomie de la Tha%C3%AFlande ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Economie de la Thailande de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Économie de la Thaïlande — Thaïlande Indicateurs économiques 190px Vue de la Skyline de Bangkok Monnaie Baht Année fiscale 1 Octobre 30 Septembre Organisations internationales ASEAN, OMC …   Wikipédia en Français

  • Économie de la thaïlande — Sommaire 1 Industries et mines 2 Agriculture 3 Échanges 3.1 Commerce extérieur 3.2 …   Wikipédia en Français

  • Thailande — Thaïlande ราชอาณาจักรไทย (th) Ratcha Anachak Thai (th) Royaume de Thaïlande …   Wikipédia en Français

  • Thaïlande — ราชอาณาจักรไทย (th) Ratcha Anachak Thai (th) Royaume de Thaïland …   Wikipédia en Français

  • THAÏLANDE — Partie centrale de la péninsule indochinoise avec un long appendice dans la presqu’île de Malacca, la Thaïlande n’a justifié son appellation moderne de pays des Thais (Thaï) qu’à une date relativement récente. C’est en effet au XIIIe siècle que,… …   Encyclopédie Universelle

  • Economie de la Coree du Nord — Économie de la Corée du Nord Jusque 2002, l’économie de la Corée du Nord s est basée sur un choix de développement autocentré, de type « socialiste soviétique », recherchant l autosuffisance. Les échanges avec l extérieur de biens ou de …   Wikipédia en Français

  • Économie de la corée du nord — Jusque 2002, l’économie de la Corée du Nord s est basée sur un choix de développement autocentré, de type « socialiste soviétique », recherchant l autosuffisance. Les échanges avec l extérieur de biens ou de personnes ont longtemps été… …   Wikipédia en Français

  • ÉCONOMIE MONDIALE - 1996 , sur la voie de la convergence — Consolidation, ajustement et amorce de convergence ont, en 1996, caractérisé la conjoncture dans la plupart des régions du monde. L’activité s’est en effet sensiblement raffermie, après la pause de l’année précédente, et les promesses d’une… …   Encyclopédie Universelle

  • Economie du Cambodge — Économie du Cambodge Le Cambodge était en 2007 la 103ème puissance économique (classement selon le PIB[1]), en comparaison ses voisins géographiques sont classés 24ème pour la Thaïlande, 46ème pour le Vietnam, 128ème pour le Laos (sur 168 pays).… …   Wikipédia en Français

  • Économie du cambodge — Le Cambodge était en 2007 la 103ème puissance économique (classement selon le PIB[1]), en comparaison ses voisins géographiques sont classés 24ème pour la Thaïlande, 46ème pour le Vietnam, 128ème pour le Laos (sur 168 pays). Avec ses… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.