Politique de la Chine


Politique de la Chine

Cet article concerne la politique intérieure de la République populaire de Chine. Voir aussi République de Chine (Taiwan), Hong Kong et Macao.

Le pouvoir politique opérationnel en République populaire de Chine (RPC) est divisé entre trois organes : le Parti communiste chinois, l'État et l'Armée. Cependant chaque niveau de l'État est doublé d'un poste du parti, ce dernier ayant la prééminence. La constitution de la République populaire de Chine définit cette dernière comme « un État socialiste de dictature démocratique populaire, dirigé par la classe ouvrière et basé sur l'alliance des ouvriers et des paysans ». Le préambule de la constitution spécifie le rôle dirigeant du Parti communiste chinois et continue de citer officiellement le marxisme-léninisme comme idéologie de référence de l'État[1].

Chine
National Emblem of the People's Republic of China.svg
Cet article fait partie de la série sur la
politique de la Chine,
sous-série sur la politique.


v · d · m

Malgré la population de la RPC, l'immensité de son territoire et sa diversité sociale le contrôle de Pékin est réel, car les habitudes historiques de la Chine impériale ont préservé la structure de centralisation du pouvoir, chaque ville, village, école, hôpital et tout organe administratif ayant son correspondant du Parti relayé au niveau local par les conseils de quartier. Par ailleurs, un contrôle est souvent maintenu sur la population grâce au contrôle de l'information, la propagande, la censure et la peur que provoque sur la population les menaces des répressions.

Sommaire

Principaux dirigeants actuels

  • Hu Jintao : président de la République populaire de Chine, secrétaire général du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale
  • Xi Jinping : vice-président
  • Wen Jiabao : Premier ministre du Conseil des affaires de l'État
  • Wu Bangguo : président du Comité permanent du Congrès national populaire.

Le Parti communiste chinois

Article détaillé : Parti communiste chinois.

Le PCC, fort de plus de soixante-six millions de membres, continue de dominer le gouvernement. Théoriquement, le congrès du Parti est l'organe le plus important et siège une fois par an. Élu par le congrès, les trois cents membres du comité central détiennent formellement les principaux centres de pouvoir.

Les organes de l'état chinois

Les organes du pouvoir d'État sont l'Assemblée nationale populaire, le Président et le Conseil des affaires de l'État. Les membres du Conseil des affaires de l'État incluent le Premier ministre, un nombre variable de vice-Premiers ministres (actuellement quatre), cinq conciliateurs d'État (théoriquement égaux aux vice-Premiers ministres, mais avec des portefeuilles réduits), et vingt-neuf ministres et commissions du Conseil des affaires de l'État. Dans les années 1980, il y eut une tentative visant à séparer les fonctions d'État et de Parti, avec le Parti décidant des grandes lignes politiques et l'État ayant pour tâche de les mettre en œuvre. Cet effort de séparation a été abandonné au niveau du gouvernement central dans les années 1990, la direction politique de l'État étant détenue par les dirigeants du Parti, créant une concentration de pouvoir dans un faisceau unique.

En même temps, un accord a été décidé, séparant le Parti et les bureaux d'État à des niveaux autres que ceux du gouvernement, et on ne connaît pas aujourd'hui de membre de l'exécutif au niveau national qui soit en même temps secrétaire du Parti. Il y a des cas spéciaux pour les régions administratives spéciales de Hong Kong et Macao où le parti communiste ne fonctionne pas du tout, et dans les régions autonomes ou, sur le modèle soviétique, les chefs de l'exécutif sont les membres d'un groupe ethnique local, le secrétaire général du Parti étant un Han non indigène.

Sous le régime de la Constitution de la République populaire de Chine, le CNP est le plus haut organe de pouvoir d'État en Chine. Il se réunit chaque année environ deux semaines et approuve les nouvelles grandes lignes politiques, les lois, le budget, et les principaux changements de personnel. La plus grande partie de la législation de la RPC est adoptée par le Comité du Congrès national du peuple (CCNP). La plupart des initiatives sont représentées au CCNP pour qu'elles soient considérées par le Conseil des affaires de l'État après qu'elles ont obtenu l'aval du Comité du Politburo du Parti communiste. Bien que le CNP approuve généralement les directives et recommandations personnelles du Conseil des affaires de l'État, le CNP s'est de plus en plus saisi de son rôle de balancier vis-a-vis de la législation nationale, et est parvenu à forcer la révision de certaines lois. Par exemple, le Conseil des affaires de l'État et le Parti ont été incapables de faire passer une taxe sur le gazole pour financer la construction d'autoroutes.

L'Armée populaire de libération

L'Armée populaire de libération (APL) est contrôlée non pas par le Conseil des affaires de l'État mais par la Commission militaire centrale et présidé par le chef de l'État, Hu Jintao. À la différence de la plupart des armées nationales, le Ministère de la Défense nationale (qui a très peu de pouvoir dans le Conseil des affaires de l'État) existe surtout pour coordonner les activités de liaison avec les autres militaires.

En pratique, la Commission militaire centrale suit les décisions du Comité militaire central du parti communiste. Le parti communiste s'assure de la loyauté des militaires au moyens de procédures élaborées. En plus, il y a eu un désir fort de la part des élites politiques de professionnaliser l'APL et faire décroître son rôle politique. Néanmoins, l'APL a été une importante force politique dans le passé quand la direction civile a lâché les rênes, et conserve ce rôle potentiel pour le futur.

Partis politiques minoritaires

Huit partis politiques minoritaires, membres de la Conférence consultative politique du peuple chinois, existent depuis 1950. Ils sont tous acceptés formellement par le Parti communiste chinois et leurs activités sont dirigées par le bureau du Front uni du PCC. Bien qu'ils soient rigoureusement organisés pour ne pas concurrencer le PCC, des membres de ces partis se retrouvent individuellement à certaines étapes d'élaboration des lois et politiques d'État, et un règlement prévoit que les institutions d'État aient au moins un membre des partis politiques mineurs. Un neuvième parti minoritaire, le Parti communiste tibétain, a dû fusionner avec le Parti communiste chinois de Mao Zedong en 1949 à la demande des militaires chinois[2].

Les partis mineurs incluent :

  • le Comité révolutionnaire du Guomintang (KMT), fondé en 1948 par des membres dissidents du Guomindang, alors sous le contrôle du général Tchang Kaï-chek ;
  • la Ligue démocratique de Chine, fondée en 1941 par des intellectuels ;
  • l'Association de construction nationale démocratique de Chine, formée en 1945 par des éducateurs et des capitalistes nationaux (industriels et commerçants),
  • l'Association chinoise pour la promotion de la démocratie, fondée en 1945 par des intellectuels médecins, éducateurs d’écoles primaires et collèges, ainsi que d'éditeurs ;
  • le Parti démocratique des paysans et des travailleurs chinois, fondé en 1930 par des intellectuels médecins, artistes et éducateurs ;
  • le Parti chinois pour l'intérêt public, fondé en 1925 pour attirer le soutien de la diaspora chinoise ;
  • la Société du 3 Septembre ou Société Jiusan, fondée en 1945 par un groupe de professeurs d'université et de scientifiques pour commémorer la victoire « de la guerre internationale contre le fascisme »,
  • la Ligue pour l'auto-administration démocratique de Taïwan, créée en 1947 par les « patriotes soutenant la démocratie taïwanaise et résidant en Chine continentale ».

La coordination des huit partis politiques est assurée par la Conférence consultative politique du peuple chinois.

L'État de droit en Chine

L'État et le Parti communiste chinois mettent de plus en plus en avant le fait que la Chine est un État de droit, où les institutions et leur fonctionnement seraient régis par des textes, sans qu'aucune transformation des institutions n'ait pourtant vue le jour. Un effort important de diffusion de l'information en ce sens est dirigé vers l'étranger, notamment par l'édition et la mise en ligne de traductions soignées[3].

Droits de l'Homme en Chine

De nombreux observateurs, notamment les démocraties occidentales et les ONG, ont pointé du doigt des manquements au respect des Droits de l'Homme en République populaire de Chine[4],[5]. Les activistes dénoncent des violations des Droits de l'Homme commises par le parti communiste chinois, notamment lors du Grand Bond en avant ou après les manifestations de la place Tian'anmen en 1989. Le gouvernement chinois affirme quant à lui que la situation des droits de l'Homme progresse et qu'elle est aujourd'hui meilleure que jamais.

Références

Voir aussi

Vidéo


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique de la Chine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Politique de la chine — Cet article concerne la politique intérieure de la République populaire de Chine. Voir aussi République de Chine (Taiwan), Hong Kong et Macao. Le pouvoir politique opérationnel en République Populaire de Chine (RPC) est divisé entre trois… …   Wikipédia en Français

  • Politique d'une seule chine — La politique d une seule Chine ou principe d une seule Chine (chinois traditionnel : 一個中國 ; chinois simplifié : 一个中国 ; pinyin : yī gè Zhōngguó) est une position politique de la République populaire de Chine selon laquelle …   Wikipédia en Français

  • CHINE (La République populaire) - Le droit chinois — La Chine connaît une tradition juridique ancienne mais avant tout pénale. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle qu’elle a commencé à introduire le droit occidental. Bien que celui ci ait servi de base à la codification engagée par Tchang Kaï shek… …   Encyclopédie Universelle

  • Politique religieuse de la RPC — Politique religieuse de la République populaire de Chine Entre 1949 et 1978, la politique religieuse en Chine est faite de va et vient entre l acceptation méfiante assortie de restrictions et la franche répression. La relative libéralisation qui… …   Wikipédia en Français

  • Politique religieuse de la Republique populaire de Chine — Politique religieuse de la République populaire de Chine Entre 1949 et 1978, la politique religieuse en Chine est faite de va et vient entre l acceptation méfiante assortie de restrictions et la franche répression. La relative libéralisation qui… …   Wikipédia en Français

  • Politique religieuse de la République Populaire de Chine — Entre 1949 et 1978, la politique religieuse en Chine est faite de va et vient entre l acceptation méfiante assortie de restrictions et la franche répression. La relative libéralisation qui se poursuit depuis la fin des années 1970 est en partie… …   Wikipédia en Français

  • Politique religieuse de la république populaire de chine — Entre 1949 et 1978, la politique religieuse en Chine est faite de va et vient entre l acceptation méfiante assortie de restrictions et la franche répression. La relative libéralisation qui se poursuit depuis la fin des années 1970 est en partie… …   Wikipédia en Français

  • CHINE (L’Empire du Milieu) - Bureaucratie, gouvernement, économie — «Céleste» ou «hydraulique», peu importe: l’idée communément répandue suivant laquelle la Chine vit depuis des temps fort anciens sous un régime bureaucratique est essentiellement correcte. Sans vouloir ici décrire à nouveau l’évolution, esquissée …   Encyclopédie Universelle

  • CHINE (L’Empire du Milieu) — L’EMPIRE DU MILIEU L’ASIE ORIENTALE, de civilisation et d’influence chinoises, constitue un ensemble humain et géographique qui est à la fois très vaste et complexe en raison de la diversité de ses populations et de ses conditions naturelles.… …   Encyclopédie Universelle

  • Chine communiste — République populaire de Chine Pour la Chine en général et sa civilisation, voir Chine Pour les articles homonymes, voir RPC et Chine (homonymie). 中华人民共和国 中華人民共和國 Zhōnghuá Rénmín Gònghéguó …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.