Parti Communiste Chinois


Parti Communiste Chinois

Parti communiste chinois

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti communiste.
Drapeau du parti.

Le Parti communiste chinois (chinois simplifié : 中国共产党, chinois traditionnel : 中國共産黨, pinyin: Zhōngguó Gòngchǎndǎng) est le parti dirigeant la République populaire de Chine depuis 1949. Exception faite des 8 partis minoritaires et sans pouvoirs, le PCC est de facto le parti unique de la République populaire de Chine (RPC).

Fondé le 1er juillet 1921 dans le quartier colonial français de Shanghai, il fut dirigé par Mao Zedong. En 2006, le parti comptait 70 millions de membres ce qui en fait le plus grand parti au monde[1]. Énorme structure sociale, le PCC dirige la politique de la Chine populaire à tous les niveaux depuis son accession au pouvoir en 1949.

République populaire de Chine

Armoiries de la Chine
Cet article fait partie de la série sur la
politique de la Chine,
sous-série sur la politique.

 v · d · m 

Portail politique - Portail national

Sommaire

Organisation

Longtemps dominée par Mao Zedong, la structure du Parti a été détruite pendant la Révolution culturelle et remplacée par l'Armée populaire de libération. Suite à la mort de Lin Biao en 1971, l'APL perd peu à peu son pouvoir au profit du PCC. Deng Xiaoping continue la reforme du PCC à partir de 1978.

Son organisation est toujours informelle. Dans les faits, 1 000 à 2 000 personnes détiennent l'essentiel du pouvoir ; c'est une forme d'oligarchie.[réf. nécessaire]

En Chine chaque poste à responsabilité (juge, chef d'entreprise, etc) est doublé d'un poste politique, sauf lorsque le responsable occupe un niveau suffisant dans l'organisation du parti. Cette « non séparation des pouvoirs » et les conflits d'intérêt qui en découlent expliquent en partie les problèmes endémiques de corruption au sein du parti.[réf. nécessaire]

Le Congrès est l'organe majeur du Parti communiste chinois. Il se réunit, en principe, au moins une fois tous les cinq ans. Le dernier Congrès s'est réuni à Beijing (Pékin) en octobre 2007. À l'issue des travaux, Hu Jintao, est reconduit dans ses fonctions de Premier secrétaire du parti, président de la république et chef de l'armée.

Les membres du PCC

À l'université, des délégués proposent aux meilleurs étudiants de participer au PCC, à l'instar d'une décoration universitaire. Appartenir au parti permet de trouver facilement un bon travail, car les entreprises gagnent en considération de la part de l'État en employant des membres du parti.

Les membres de base ne sont cependant pas de véritables militants. Ce n'est qu'aux niveaux les plus élevés que les leaders sont choisis et les programmes politiques décidés.

Membres du comité central

La première session plénière du XVIe Comité central du PCC, le 15 novembre 2002, tenue dès le lendemain de la clôture du Congrès, a élu les membres et membres suppléants du Bureau politique du Comité central, les membres du Comité permanent du Bureau politique et le secrétaire général du Comité central. Selon la mention du Comité permanent du Bureau politique, les participants ont élu les membres du Secrétariat du Comité central, choisi le personnel de la Commission militaire centrale, et ratifié le secrétaire, le secrétaire adjoint et les membres du Comité permanent de la Commission centrale de contrôle de la discipline, élus lors de sa première session plénière.

Les principaux organes du Parti communiste chinois

76, Xingye Lu à Shanghai, où s'est tenue la première réunion secrète du Parti communiste chinois en juillet 1921.
  • Commission centrale de contrôle de la discipline (26 personnes) :
    • Secrétaire : Wu Guanzheng
    • Secrétaires adjoints : He Yong, Xia Zanzhong, Li Zhilun, Zhang Shutian, Liu Xirong, Zhang Huixin et Liu Fengyan.
    • Membres du Comité permanent (selon le nombre de traits des noms de famille) : Gan Yisheng, Ma Wen, Ma Zhipeng, Wang Zhenchuan, Liu Fengyan, Liu Jiayi, Liu Xirong, Li Zhilun, Wu Guanzheng, Wu Yuping, He Yong, Shen Deyong, Zhang Shutian, Zhang Huixin, Zhao Hongzhu, Xia Zanzhong, Huang Shuxian et Xie Houquan.

Les journaux du Parti communiste chinois

  • Le Quotidien du peuple [1] (人民日报 Renmin Ribao) est l'organe central du Parti communiste chinois.
  • La Recherche de la vérité (Jushi) est le périodique du Parti.

Histoire du PCC

Pendant ses premières années d'existence, le PCC est soutenu par le Komintern et allié avec le Kuomintang de Sun Yat-sen. À la mort de Sun Yat-Sen en 1925, Tchang Kaï-chek, nouveau leader du Kuomintang, se retourne contre son ancien allié. C'est le début de la guerre civile chinoise. La lutte devient très difficile pour les communistes à partir de 1928 lorsque le Kuomintang prend le pouvoir en Chine.

Dans les années suivantes, les communistes chinois mènent une action de guérilla, réussissant à établir la République soviétique chinoise à partir de 1931. Mais en 1934, balayés par les troupes de Tchang Kaï-chek, ils doivent fuir, entamant une longue retraite, la « longue marche », au cours de laquelle Mao émerge comme leader incontesté.

La guerre sino-japonaise établit une trêve précaire entre communistes et nationalistes qui ont alors comme souci commun de repousser l'envahisseur japonais et forment alors le deuxième front uni. Dès la fin de la guerre, le conflit reprend entre les deux partis. L'issue est une victoire communiste, avec la proclamation en 1949 de la République populaire de Chine. Tchang Kaï-check fuit vers l'île de Taiwan où il fonde la République de Chine (Taiwan). Guomintang et PCC restent en conflit non-armé jusqu'en 2005 avec la signature d'accords entre les deux partis.

En 1939, 10 ans avant la prise de pouvoir du Parti communiste chinois de Mao Zedong en Chine, Phuntsok Wangyal a fondé le Parti communiste tibétain alors qu’il était encore à l'école dans le Kham, province orientale du Tibet. Il avait alors un double objectif : prendre le dessus sur les éléments progressifs pour mettre en place un programme de modernisation et de réforme démocratique, et renverser dans le Kham le régime de Liu Wenhui, un des seigneurs de la guerre chinois aligné sur le Guomindang.

Son but ultime était un Tibet indépendant unifié, et la transformation fondamentale de sa structure sociale féodale. Il a été expulsé de Lhassa en 1949 par le Gouvernement du Tibet. En 1949, pour rejoindre la guerrilla des communistes chinois, Phünwang a dû fusionner son Parti communiste tibétain avec le Parti communiste chinois de Mao Zedong à la demande des militaires chinois, et donc abandonner son projet d'un Tibet communiste indépendant auto-gouverné.[2]

Manipulations au sein du PCC

L'analyse des films vidéos pris lors des troubles au Tibet en mars 2008 révèle d'étranges manifestants. Un officier de police armé de couteaux et déguisé en manifestant y a été reconnu. Il pourrait s'agir de manipulation des fractions dures du parti communiste chinois visant à envenimer la situation. La question étant de savoir pourquoi cette information a été divulguée aux diplomates occidentaux. [3].

Voir également

Références

  1. Stéphanie Balme, Parti communiste, dans Dictionnaire de la Chine contemporaine, sous la direction de Thierry Sanjuan, Armand Colin, 2007.
  2. The prisoner par Tsering Shakya
  3. Manipulation chinoise avec un officier de police déguisé en manifestant

Liens internes

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Jacques Guillermaz, "Histoire du parti communiste chinois : Des origines à la conquête du pouvoir, 1921-1949" et "Le Parti communiste chinois au pouvoir, 1949-1979", Éditions Payot et Rivages, 2004, ISBN 2-228-89845-7

Lien externe

  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du monde chinois Portail du monde chinois
Ce document provient de « Parti communiste chinois ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Parti Communiste Chinois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.