Hu Jintao


Hu Jintao
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hu.
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Hu, précède le prénom.
Hu Jintao
胡锦涛
Hu Jintao Cannes2011.jpg
Hu Jintao en novembre 2011.

Mandats
8e président de la République populaire de Chine
Actuellement en fonction
Depuis le 15 mars 2003
(&&&&&&&&&&&031738 ans, 8 mois et 6 jours)
Élection 15 mars 2003
Réélection 15 mars 2008
Premier ministre Wen Jiabao
Prédécesseur Jiang Zemin
Secrétaire général du Parti communiste chinois
Actuellement en fonction
Depuis le 15 novembre 2002
Élection 15 novembre 2002
Réélection 22 octobre 2007
Prédécesseur Jiang Zemin
Président de la Commission militaire centrale du Parti communiste chinois
Actuellement en fonction
Depuis le 19 septembre 2004
Prédécesseur Jiang Zemin
Président de la Commission militaire centrale de l'État
Actuellement en fonction
Depuis le 13 mars 2005
Prédécesseur Jiang Zemin
Biographie
Date de naissance 21 décembre 1942 (1942-12-21) (68 ans)
Nationalité Chinois
Parti politique Parti communiste chinois
Conjoint Liu Yongqing
Diplômé de Université Tsinghua

National Emblem of the People's Republic of China.svg
Présidents de la République populaire de Chine

Hu Jintao (chinois : 胡锦涛 ; en pinyin : Hú Jǐntāo), né le 21 décembre 1942 à Jixi, Anhui (à environ 300 km à l’ouest de Shanghai), est un homme politique chinois, secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) depuis 2002 et président de la République populaire de Chine depuis le 15 mars 2003, réélu le 15 mars 2008 par l'assemblée nationale populaire pour un mandat de 5 ans.

Il a été choisi quatre fois par le Time sur sa liste des cent personnes les plus influentes au monde[1]. Fin novembre 2010, il a été élu la personnalité la plus influente du monde, selon le nouveau classement publié par le magazine Forbes[2].

Sommaire

Biographie

Né dans une famille de commerçants du centre de l'Anhui, Hu Jintao effectue ses études dans le département d’hydro-électricité à l’université Tsinghua de Pékin. Il adhère au parti communiste en 1964 et alterne ensuite des séjours dans la capitale et dans les régions pauvres de l’Ouest. Instructeur politique à son université entre 1965 et 1968 — en pleine Révolution culturelle — il fait un premier séjour au Gansu en 1968 et un deuxième en 1974.

Hu y est très apprécié de Song Ping, secrétaire du Comité provincial et « conservateur » influent à Pékin, qui devient son protecteur et l'envoie en stage à l’École centrale du parti vers 1980-81. Lors du XIIe Congrès du parti (septembre 1982), Hu Jintao devient — avant l’âge de 40 ans — membre suppléant du Comité central et premier Secrétaire national de la Ligue des Jeunesses communistes.

Apprécié par Zhao Ziyang, le nouveau chef réformiste du parti, il est nommé, le 9 décembre 1988, avec le soutien de Deng Xiaoping, secrétaire du PCC dans la région autonome du Tibet, laquelle connaît des troubles depuis 18 mois[3], troubles qu'il réprimera.

À l’automne de 1992, Deng Xiaoping s’intéresse à lui de près et décide de le propulser vers le sommet. Désigné par Deng comme le « noyau de la quatrième génération de dirigeants », Hu Jintao est nommé membre du Comité permanent du Bureau politique du PCC et du Secrétariat du Comité central, nominations sanctionnées par le XIVe Congrès du parti en octobre 1992 (14e Politburo).

Dans sa marche vers le sommet, Hu Jintao est nommé en outre président de l’École centrale du Parti (en octobre 1993), vice-président de la République (mars 1998) et premier vice-président de la Commission militaire centrale (en 1999), au sein du 15e Politburo, puis du 16e et du 17e.

Il est élu président de la République populaire de Chine le 15 mars 2003 et est réélu pour 5 ans le 15 mars 2008[4] par l'Assemblée nationale populaire.

Son programme politique

Le programme de Hu Jintao est d'obtenir une « société harmonieuse » pour laquelle il a développé avec son équipe le concept de développement scientifique. En effet, les inégalités sociales continuent de se creuser entre les classes et entre les régions, entraînant une multiplication des manifestations sociales. Afin de préserver la paix sociale, il a fait supprimer tout impôt pesant sur les paysans, déjà dans la misère. Il semble également vouloir faire rentrer le système hospitalier dans le giron public. Cependant, le gouvernement central a beaucoup de mal à faire appliquer ces décisions aux gouvernements de provinces, dirigés par des gouverneurs puissants et de plus en plus autonomes.


En mars 2010, Yu Jianrong, directeur du centre de recherche sur les problèmes sociaux à l’Académie des Sciences sociales, affirme que la politique de Hu Jintao et de Wen Jiabao a échoué, et qu’elle est vouée à l’échec, mettant en garde contre la possibilité de troubles sociaux[5],[6].

Droits de l'homme

Lors d'un voyage officiel au États-Unis en janvier 2011, Hu Jintao a évoqué la question des droits de l'homme en Chine[7]. L'ONG Reporters sans frontières indique que, selon un haut responsable américain, le président Barack Obama a évoqué le cas de Liu Xiaobo auprès du président chinois. Ce dernier a indiqué publiquement que « la Chine est toujours attachée à la protection et à la promotion des droits de l’homme », et que « d’énormes progrès ont été réalisés », mais « qu’il reste encore beaucoup à faire »[8].

L'épidémie de pneumonie atypique de 2002

Une des premières crises rencontrées durant son mandat fut l'épidémie de pneumonie atypique qui apparut en Chine en 2002 et se transforma en épidémie mondiale. À la suite des fortes critiques internationales accusant la Chine de couver l'épidémie et de ne pas réagir avec les mesures appropriées, il décida de renvoyer de nombreux responsables politiques dont le maire de Pékin, Meng Xuenong, et le ministre de la Santé. Le licenciement de Meng Xuenong fut parfois perçu comme une façon de diminuer l'influence au sein du parti de son prédécesseur, Jiang Zemin, auquel Meng était lié. Hu Jintao s'attela à rendre la Chine plus transparente aux yeux des institutions mondiales de la santé.

Chine
National Emblem of the People's Republic of China.svg
Cet article fait partie de la série sur la
politique de la Chine,
sous-série sur la politique.


v · d · m

Critiques et accusations

Les troubles au Tibet en 1989 furent brutalement réprimés par Hu Jintao, ce qui lui valut le surnom de « boucher de Lhassa » de la part des militants de la « cause tibétaine »[9],[10],[11]. Selon la BBC, de nombreux Tibétains croient qu'il est impliqué dans la mort inattendue, en 1989, du 10e Panchen Lama, le deuxième plus haut dirigeant religieux du Tibet[12]. Le dissident chinois d'ethnie mongole Yuan Hongbing a affirmé que Hu Jintao a planifié cette mort[13]. Quelques mois plus tard, selon Tang Daxian, un ancien journaliste chinois aujourd'hui réfugié en Occident, la police de Lhassa aurait reçu des ordres de Pékin du général Li Lianxiu pour provoquer un incident. Toujours selon Tang, les manifestations des 5 et 6 mars 1989 se seraient soldées par la mort de 450 Tibétains. Ce chiffre, qui est en contradiction avec le chiffre officiel d'une douzaine de morts, provient, à ce qu'il affirme, d'un document chinois confidentiel en sa possession[14].

Articles connexes

Notes et références

  1. (en) "Hu Jintao", Time, mai 2008
  2. (en) The World's Most Powerful People.
  3. (en) Richard Daniel Ewing, Hu Jintao: The Making of a Chinese General Secretary, in The China Quarterly (2003), 173: 17-34 Cambridge University Press « On 9 December 1988, with Deng Xiaoping's support, Hu Jintao was appointed to fill Wu's position and given a mandate to end the disturbances ».
  4. "Hu Jintao réélu président de la Chine pour cinq ans", AFP
  5. (en) John Garnaut, China's land disputes at crisis point as revolutionary turmoil beckons, says professor of disenfranchised, sur le site smh.com.au (The Sydney Morning Herald), 1er mars 2010.
  6. (en) John Garnaut, China insider sees revolution brewing, sur le site smh.com.au (The Sydney Morning Herald), 27 février 2010.
  7. Le Point du 19 janvier 2011 : Droits de l'homme : Hu Jintao reconnaît qu'il reste « beaucoup à faire » en Chine
  8. Reporters sans frontière du 20 janvier 2011 : La femme de Hu Jia réitère la demande de libération de son mari pour raison médicale
  9. Nouvel Obs
  10. (en) Tibet year 9 under the Chinese boot, Claude B. Levenson, février 2009
  11. (en) Tibet keeps alive true Spirit of the Games, 19 mars 2008, Claude Arpi.
  12. (en) BBC NEWS | Asia-Pacific | Profile: Hu Jintao.
  13. Kalsang Rinchen, Hu killed Panchen: Chinese dissident, Phayul.com, 16 mars 2011
  14. (en) Chinese Said to Kill 450 Tibetans in 1989, 14 août 1990.


Précédé par Hu Jintao Suivi par
Jiang Zemin
Danghui.svg
Secrétaire général du Parti communiste chinois
2002-
incombe
Jiang Zemin
National Emblem of the People's Republic of China.svg
Président de la République populaire de Chine
2003-
incombe

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hu Jintao de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jintao — Original name in latin Jintao Name in other language Fuquan, Jintao, Jintao Zhen, jin tao, jin tao zhen State code CN Continent/City Asia/Shanghai longitude 25.12036 latitude 118.35272 altitude 51 Population 0 Date 2013 07 05 …   Cities with a population over 1000 database

  • Hu Jintao — Infobox President name = 胡锦涛 Hu Jintao width = 200px caption = Hu Jintao order = General Secretary of the Communist Party of China term start = 15 November 2002 term end = predecessor = Jiang Zemin successor = order2 = President of the People s… …   Wikipedia

  • Hu Jintao — (April 2009) Hú Jǐntāo (chinesisch 胡錦濤 / 胡锦涛, W. G. Hu Chin t ao, * 21. Dezember 1942 in Jiangyan, bezirksfreie Stadt Taizhou) ist ein Politiker der Volksrepublik China. Er ist als Generalsekretär der Ko …   Deutsch Wikipedia

  • Hu Jintao — Secretario General del Partido Comunista Chino Actualmente en el cargo …   Wikipedia Español

  • Hu Jintao — [ho͞o jēn′tou′] 1942 ; Chin. Communist leader: general secretary of the Communist Party (2002 ); president of China (2002 ) * * * born Dec. 1942, Shanghai, China General secretary of the Chinese Communist Party (CCP; from 2002) and president of… …   Universalium

  • Hu Jintao — Éste es un nombre chino; el apellido es Hu. Hu Jintao (chino simplificado: 胡锦涛, chino tradicional: 胡錦濤, pinyin: Hú Jǐntāo) (21 de diciembre de 1942) es el actual Presidente de la República Popular China. Según la biografía oficial, nació en la… …   Enciclopedia Universal

  • Hu Jintao — [ho͞o jēn′tou′] 1942 ; Chin. Communist leader: general secretary of the Communist Party (2002 ); president of China (2002 ) …   English World dictionary

  • Hu Jintao — biographical name 1942 general secretary of Chinese Communist party (2002 ) …   New Collegiate Dictionary

  • Hu Jintao —  (1942–) President of China (2003–) …   Bryson’s dictionary for writers and editors

  • Hu Jintao — /hu dʒɪnˈtaʊ/ (say hooh jin tow) noun born 1942, Chinese politician; general secretary of the Communist Party 2002–12 and state president 2003–13 …   Australian English dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.