Politique de la Coree du Sud


Politique de la Coree du Sud

Politique de la Corée du Sud

Corée du Sud

Armoiries de la Corée du Sud
Cet article fait partie de la série sur la
politique de la Corée du Sud,
sous-série sur la politique.

 v ·  · m 

Portail politique - Portail national

La Corée du Sud est une république qui compte neuf provinces et six villes à administration autonome (Séoul, Busan, Incheon, Daegu, Gwangju, et Daejeon).

Sommaire

Les anciens présidents élus

Article détaillé : Présidents de Corée du Sud

Les différents partis politiques

  • URI (Parti uri, "Notre Parti"): parti de centre-gauche formé en 2003 de dissidents du PDM. Seul parti à soutenir le président Roh Moo-hyun et à gagner les législatives d'avril 2004, avec 152 sièges (+105) sur 299.
  • GPN (Grand parti national) : parti conservateur, première force en 2000, 133 sièges avec 39 % des voix, échec électoral en 2004 avec 121 sièges. Le grand parti national est dirigé par Park Geun-hye, la fille du général Park Chung-hee, dictateur militaire au pouvoir entre 1963 et 1979.
  • PDT (Parti démocratique du travail de Corée) : parti de gauche fondé et contrôlé par la Confédération des syndicats coréens (600 000 membres). Aux législatives de 2004, 10 sièges (+8) avec 13% des voix.
  • PDM (Parti démocratique) : parti de centre-gauche des présidents Kim Dae-jung et Roh Moo-hyun en 2002. Il a renouvelé la vie politique sclérosée de la Corée avant de passer à l'opposition au président Roh et de prendre l'initiative de sa destitution, ce qui a abouti à la création du nouveau parti URI et son effondrement électoral aux législatives d'avril 2004 : 9 sièges (-106).
  • PPA (Parti du peuple d'abord, plus connu sous l'acronyme anglais People First Party ou PFP) : parti conservateur de centre-droit, ayant remporté 5 sièges aux élections législatives d'avril 2004, issu de l'Union démocrate libérale (UDL) que dirigeait Kim Jong-pil.
  • Parti progressiste de la Jeunesse : aucun siège.
  • Nouveau parti coréen de l'espoir : aucun siège.
  • Front démocratique national anti-impérialiste : interdit.

Le système politique

Le chef d'État de la République de Corée du Sud est le président, qui est élu par scrutin direct pour une période de cinq ans non renouvelable. Premier représentant de la République et Chef des armées, le président dispose en outre d'un pouvoir exécutif considérable ; il nomme le Premier ministre avec l'approbation du Parlement. Il préside et nomme également le Conseil d'État.

Le parlement coréen est appelé Assemblée nationale ou le Gukhoe. Ses membres sont élus pour un mandat de quatre ans. Il compte actuellement 273 sièges, dont 227 sont pourvus au suffrage direct, le reste étant distribué proportionnellement parmi les partis ayant cinq sièges ou plus. Ce système doit être révisé en 2004. L'instance judiciaire la plus élevée est la Cour suprême, dont les juges sont nommés par le président avec le consentement du Parlement.

Le président actuel Roh Moo-hyun a été élu Président de la République de Corée du Sud en décembre 2002, lors de la seizième élection présidentielle avec 48,9 % des voix face à son adversaire Lee Hoi-chang (GPN). Il a pris ses fonctions le 25 février 2003.

Droit de vote

Le suffrage est universel, direct et secret.

Toutefois, les citoyens coréens vivant à l'étranger - dont le nombre est estimé à 2,7 millions - ne disposent pas du droit de vote. Cette mesure, instaurée par le régime militaire du général Park Chung-hee en 1972, a été jugée anticonstitutionnelle par la Cour constitutionnelle le 28 juin 2007. La Commission nationale électorale a ainsi demandé qu'une loi rétablisse les droits civiques des Coréens vivant outre-mer, afin notamment qu'ils puissent participer à l'élection présidentielle sud-coréenne prévue le 19 décembre 2007[1].

L'affaire de la destitution de février 2004

Le Parlement sud-coréen avait adopté, le 12 mars 2004, une motion sans précédent qui suspendait de ses fonctions le président Roh Moo-hyun, et plongeait le pays dans un vide institutionnel.

Cette destitution, votée par une assemblée sortante dominée par le GNP (alors promis, selon les sondages, à une défaite électorale) avait été votée par 193 voix contre 2 et 47 boycotts, bien au-delà donc de la majorité des deux tiers exigée par la Constitution coréenne. Cette destitution, assortie d'une suspension immédiate, fut une première dans l'histoire du pays. Le premier ministre Goh Kun s'était vu confier l'intérim.

Les boycotts étaient du fait des quarante-sept fidèles du président Roh Moo-hyun réunis au sein du parti URI, qui avaient qualifié cette procédure de « théâtre de Guignol » et de « mauvaise farce » pour une « peccadille électorale. » Le président avait apporté en février 2004 son soutien au parti URI (pour les élections d'avril), ce qui, en Corée du Sud, est une infraction au code électoral.

Dès l'annonce de la destitution, dix mille partisans du président déchu s'étaient rassemblés dans la nuit près de l'Assemblée nationale sud-coréenne, protégée par la police anti-émeute. Dès le lendemain les marchés financiers sud-coréens réagissaient vivement et la monnaie nationale, le won, perdait 4% de sa valeur.

Politiquement, l'opposition conservatrice constituée par le Grand parti national (145 députés) n'avait pas conduit le procès du président, mais s'était livrée à une embuscade politico-constitutionnelle, profitant du fait qu'elle était encore majoritaire pour un mois, pour s'allier avec le centristes du Parti démocratique (62 sièges), afin de mettre en difficulté le président, sous le prétexte qu'il avait été partisan en exprimant ses sentiments de sympathie pour le parti URI.

Le président Roh Moo-hyun, politiquement de centre-gauche, avait été élu en février 2003, grâce à une alliance avec le Parti démocratique. Mais, depuis son arrivée au pouvoir, la cote de popularité du président s'était effondrée et était passée au-dessous de 30%. Des affaires de scandales financiers, liées au financement illégal des partis politiques, avaient atteint directement le président à travers l'inculpation de plusieurs de ses proches collaborateurs.

Cependant, à l'encontre du but recherché par l'opposition conservatrice, les partisans du président déchu se sont mobilisés, et les élections législatives se sont transformées en plébiscite pour la restauration du président Roh Moo-hyun. Lors des élections du 15 avril 2004, le parti URI qui soutenait le président Roh Moo-hyun gagnait les élections législatives, et le 14 mai 2004, les neuf juges de la Cour constitutionnelle de Corée infirmaient cette destitution et rétablissaient le président dans tous ses pouvoirs.

Tensions récentes avec les États-Unis

Les tensions avec les États-Unis proviennent du changement de politique internationale de ces-derniers, et du regain de tension avec la Corée du Nord.

Les États-Unis ont en effet désigné la Corée du Nord comme un « État voyou », puis l'ont incluse dans l'Axe du mal, suscitant de très vives tensions non seulement avec ce pays, mais aussi chez les autres pays de la région, directement sous la menace des hypothétiques armes nucléaires nord-coréennes.

De plus, dans le cadre de la guerre contre le terrorisme, les États-Unis modifient la répartition de leurs troupes sur le globe, les rapprochant des zones considérées comme dangereuses, le plus souvent des zones peuplées de peuples de culture musulmane. À cela s'ajoute les manifestations de la population sud-coréenne suite à des crimes commis par les troupes étatsuniennes dans le pays (viols, une enfant tuée par un véhicule militaire).

Les États-Unis ont donc projeté de fermer la plupart des bases, casernes, camps, terrains d'entraînement dont ils disposent en Corée du Sud, pour les rassembler en une base principale près de Séoul. Les États-Unis ont déjà quasiment déménagé leurs troupes de la DMZ, laissant les troupes sud-coréennes patrouiller. Pour les Américains, cela permet de réagir plus rapidement à une tentative d'invasion nord-coréenne, et de réduire les troupes stationnées en Corée. Cependant, le coût de ce déplacement est élevé (estimé à 4,9 milliards de dollars), et les États-Unis demandent au gouvernement sud-coréen d'assumer 95% de ces frais (soit 4,7 milliards, d'après un document du Bureau du budget du Congrès américain), arguant qu'à cette occasion, la Corée récupérera de nombreux espaces auparavant indisponibles. Mais en Corée, cette demande est très mal reçue :

  • car elle fait ressentir la présence américaine comme une occupation aux frais du pays occupé ;
  • les espaces libérés par les troupes américaines sont dans des zones peu construites ;
  • les espaces occupés par la nouvelle base sont au contraire très chers et dans une zone où les terrains à construire sont très rares, près de la capitale ;
  • la diminution de la présence américaine est ressentie comme un désintérêt à l'égard de l'avenir de la Corée du Sud, que l'on cherche moins à protéger qu'au temps de la Guerre froide.

Voir aussi

Notes et références


LocationAsia.png Politique des États d’Asie LocationAsia.png

Afghanistan · Arabie saoudite · Bangladesh · Bhoutan · Cambodge · Chine · Corée du Sud · Inde · Indonésie · Irak · Iran · Israël · Japon · Kazakhstan · Kirghizistan · Laos · Liban · Maldives · Népal · Pakistan · Palestine · Qatar · Sri Lanka · Taïwan · Yémen

Autres entités politiques : Abkhazie • Haut-Karabagh •Hong Kong • Kurdistan • Macao • Ossétie du Sud • Autorité palestinienne •Territoire britannique de l'océan Indien • Tibet
  • Portail de la Corée Portail de la Corée
Ce document provient de « Politique de la Cor%C3%A9e du Sud ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Politique de la Coree du Sud de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Politique de la corée du sud — Corée du Sud Cet article fait partie de la série sur la politique de la Corée du Sud, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Politique de la Corée du Sud — Corée du Sud Cet article fait partie de la série sur la politique de la Corée du Sud, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Coree du Sud — Corée du Sud 대한민국 / 大韓民國 (ko) Daehan Min guk (ko) République de Corée …   Wikipédia en Français

  • Coree du sud — Corée du Sud 대한민국 / 大韓民國 (ko) Daehan Min guk (ko) République de Corée …   Wikipédia en Français

  • Corée-du-Sud — 대한민국 / 大韓民國 (ko) Daehan Min guk (ko) République de Corée …   Wikipédia en Français

  • Corée Du Sud — 대한민국 / 大韓民國 (ko) Daehan Min guk (ko) République de Corée …   Wikipédia en Français

  • Corée du sud — 대한민국 / 大韓民國 (ko) Daehan Min guk (ko) République de Corée …   Wikipédia en Français

  • Corée du Sud — Pour les articles homonymes, voir Corée (homonymie). 대한민국 / 大韓民國 (ko) …   Wikipédia en Français

  • Politique diplomatique de Corée du Nord — Politique étrangère de la Corée du Nord La Corée du Nord a établi des relations diplomatiques avec plus de 150 États. De plus, elle est membre de la plupart des organisations internationales dont l ONU qu elle a rejoint le 17 septembre 1991, en… …   Wikipédia en Français

  • CORÉE DU SUD - Actualité (1990-1996) — P align=center République de Corée Politique intérieure Le 9 février 1990, le président Roh Tae Woo, du Parti pour la justice et la démocratie, et 2 dirigeants de l’opposition, Kim Young Sam, du Parti démocrate pour la réunification, et Kim Jong… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.