Gaule Narbonnaise

Gaule Narbonnaise

Gaule narbonnaise

Gaule
La province romaine de Narbonnaise
La gaule Narbonnaise d'après A.H. Dufour, 1846 , la Gaule sous l'empire romain.

La Gaule narbonnaise était une province de l'Empire romain fondée à partir de la toute première colonie créée par les Romains sur le territoire de l'actuelle France, dès 118 avant J.C.

Sommaire

Historique et description

Cette colonie primitive, Narbonne, implantée sur la côte aux environs d'un petit fleuve côtier, l’Aude, donnera son nom par la suite à la future province gallo-romaine. Les Romains lui donnèrent le nom de Narbo Martius, la ville dédiée au « dieu Mars ». Aquae Sextiae (Aix-en-Provence), est fondée à la même époque en -122.

Cette région, la Gaule narbonnaise, est aussi appelée la Provincia (dont le mot a donné « Provence »). Elle était aussi appelée Braccata, ce nom faisant allusion aux braies (braccx), un habit porté par les habitants, en opposition à la Gallia cisalpina (conquise par Rome vers l'an -200), où le port de la tunique romaine s'était déjà imposée parmi la population d'origine ligure et celtique, du moins dans les cités.

Rome occupe la région en quelques campagnes entre -125 et -121, notamment celles de Gnaeus Domitius Ahenobarbus et Fabius Maximus Allobrogicus. La zone occupée s'étend jusqu'à Tolosa (Toulouse) et jusqu'au Léman, créant une liaison terrestre entre ses territoires en Espagne et la Gaule cisalpine. La colonie grecque de Massalia (Marseille) et son arrière-pays forment une enclave libre au sein de la Narbonnaise. La province ne reçut cependant peut-être son statut officiel (lex provinciae) qu'après le passage de Pompée dans les années 70 avant notre ère.

En -109, cette région est ravagée par les Cimbres, les Teutons, les Ambrons durant l'épisode de la guerre des Cimbres.

Jules César, proconsul de la Narbonnaise de -58 à -49, en fit sa base arrière pour la conquête des Gaules, et termina en -49 la conquête de la Narbonnaise en annexant Massalia et son territoire, qui avait pris le parti de Pompée.

Avec l'Empire, à partir de 27 av. J.-C., avec le principat d'Octave devenu Auguste, Narbonne va prendre de l'importance.

L'empereur Auguste vient à Narbonne et y séjourne pour recenser les Gaulois et organiser leur territoire. En 22 av. J.-C., il réorganisa l'administration de la « Province » de Gaule transalpine en Province sénatoriale sous l'autorité du Sénat romain. Ayant fixé la capitale à Narbonne, celle-ci prit le nom de « Province de Gaule narbonnaise ». Ce territoire fut divisé en 22 cités environ. Les cités ou civitates étaient de tailles très inégales. Les plus grandes reprirent assez souvent, à peu de chose près, les limites des anciens peuples : il en fut ainsi pour la cité des Allobroges (Vienne), Nemausus (Nîmes) pour la cité des Volques dits Arécomiques, la cité des Cavares avec Avignon, Cavaillon et la colonie d'Arausio (Orange), ou encore la cité fédérée des Voconces, avec Vasio et Lucus Augusti comme capitales (Vaison-la-Romaine et Luc-en-Diois).

Narbonne devient un des plus grands ports de commerce méditerranéen, au carrefour des deux grandes routes romaines : la Via Domitia (Voie Domitienne) : d'Italie en Espagne par la Gaule narbonnaise, construite en 120 avant J.C, et la via Aquitania partant de Narbonne vers Toulouse et Bordeaux.

Les campagnes alentours sont partagées en grands domaines agricoles, on y cultive le blé, l’olivier et la vigne, qui produit des vins réputés.

Narbonne connaît une période de splendeur au deux premiers siècles de l'ère chrétienne, lorsque les ressources du terroir ainsi que les carrefours routiers et maritimes furent exploités intensivement.

Un texte de Pline l'Ancien décrit la Gaule narbonnaise, et nous donne des indications précieuses sur la manière dont elle était perçue à Rome au Ier siècle :

« Narbonensis provincia appellatur pars Galliarum quae interno mari adluitur, Bracata antea dicta, amne Varo ab Italia discreta Alpiumque vel saluberrimis Romano imperio iugis, a reliqua vero Gallia latere septentrionali montibus Cebenna et Iuribus, agrorum cultu, virorum morumque dignatione, amplitudine opum nulli provinciarum postferenda breviterque Italia verius quam provincia ».

« On appelle Province Narbonnaise, la partie des Gaules sur le littoral de la Mer Intérieure. Autrefois nommée Bracata, elle est séparée de l'Italie par le fleuve « Var » et par les hauteurs des Alpes, rempart naturel le plus sûr pour l'empire romain. Mais au nord, elle est séparée du reste de la Gaule par les montagnes des Cévennes et du Jura ; la province Narbonnaise ne doit pas être considérée comme la dernière des provinces en raison de la qualité de ses cultures, de la respectabilité de ses habitants et de leurs traditions, et de l'abondance de ses ressources. Bref, la Narbonnaise ressemble plus à l'Italie qu'à une simple province ».

Au IVe siècle, sous la tétrarchie, la Gaule narbonnaise fut divisée en trois provinces, toutes rattachées à la préfecture du prétoire des Gaules :

  • La Narbonnaise deuxième : partie de la Provence et du Dauphiné. Elle n'était pas contiguë à la Narbonnaise première mais était bornée à l'ouest par la Viennoise, à l'est par la province des Alpes maritimes. Ses principaux peuples étaient les « Albioeci, Commoni, Salyes »; ils avaient pour capitale Aix.

Lors des grandes invasions suivant l'année 406, la Narbonnaise première fut progressivement occupée par les Wisigoths, la Viennoise et la Narbonnaise seconde formèrent le dernier carré romain avec l’Italie, avant d’être partagées vers 476 entre le royaume Burgonde et le royaume d’Odoacre.

Liste des villes antiques de la Gaule narbonnaise

Voir aussi

Liens internes

Bibliographie

  • Stéphane Drémont, M.David Louka (sous la direction de), « Entre Rhône et Pyrénées : Aspects de la vie matérielle en Gaule Narbonnaise entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le VIe s. ap. J.-C." . à paraître aux Éditions M. Mergoil, coll. Archéologie et Histoire romaine, Montagnac.
  • Stéphane Drémont, « Romanisation et occupation du sol en Gaule Transalpine (IIe ‑ Ier siècles av. J.-C.) », article dans M. Nier Benoit, M. Passelac, Ch. Pellecuer, P. Garmy dir., « Signes de la romanisation », chronique I, Revue Arch. de Narbonnaise 31, 1998, p. 301-306.
  • Michel BATS, Bernard DEDET, Pierre GARMY, Thierry JANIN, Claude RAYNAUD et Martine SCHWALLER, Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne - Hommage à Guy Barruol, Montpellier : Revue Archéologique de Narbonnaise - Suppl. 35, 2003, 586 p.
  • Dom DEVIC et Dom VAISSETE, Histoire générale de Languedoc - tome premier, Editions Privat et Claude Tchou pour la Bibliothèque des Introuvables, 2003, (1ère édition au XIXe siècle), 1290 p.
  • Pierre GROS, La Gaule Narbonnaise - De la conquête romaine au IIIe siècle apr. J.-C., Paris : Editions Picard, 2008, 166 p.
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Gaule narbonnaise ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gaule Narbonnaise de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gaule narbonnaise — 44° N 4° E / 44, 4 …   Wikipédia en Français

  • Narbonnaise — Gaule narbonnaise Gaule Langue gauloise Peuples gaulois Gaule romaine Gaule cisalpine Gaule narbonnaise Gaule transalpine Gaule aquitaine Gaule belgique Gaule lyonnaise …   Wikipédia en Français

  • Gaule Romaine — Gaule Langue gauloise Peuples gaulois Gaule romaine Gaule cisalpine Gaule narbonnaise Gaule transalpine Gaule aquitaine Gaule belgique Gaule lyonnaise Sous le terme de Gaule romaine s entendent en même temps un lieu donné et une époque précise de …   Wikipédia en Français

  • Gaule Aquitaine — Pour les articles homonymes, voir Aquitaine (homonymie). La Gaule aquitaine dans l Empire romain, vers 120 La Gaule aquitaine est une des t …   Wikipédia en Français

  • Gaule Lyonnaise — La Gaule lyonnaise dans l’Empire romain, vers 120 La Gaule lyonnaise était une des trois provinces (avec la Aquitaine et la Belgique) créées par Auguste en 27 av. J. C. de la Gaule romaine (outre la Gaule narbonnaise) …   Wikipédia en Français

  • Gaule Belgique — Pour les articles homonymes, voir Belgique (homonymie). Gaule Langue gauloise Peuples gaulois Gaule romaine Gaule cisalpine Gaule narbonnaise Gaule transalpine Gaule …   Wikipédia en Français

  • Gaule Transalpine — Gaule Langue gauloise Peuples gaulois Gaule romaine Gaule cisalpine Gaule narbonnaise Gaule transalpine Gaule aquitaine Gaule belgique Gaule lyonnaise Le concept de « Gaule transalpine » (Gallia Transalpina ou Gallia Ulterior) …   Wikipédia en Français

  • Gaule Cisalpine — Gaule Langue gauloise Peuples gaulois Gaule romaine Gaule cisalpine Gaule narbonnaise Gaule transalpine Gaule aquitaine Gaule belgique Gaule lyonnaise La Gaule cisalpine (Latin : Gallia cisalpina, Gallia transpadana …   Wikipédia en Français

  • Gaule Chevelue — Gaule Langue gauloise Peuples gaulois Gaule romaine Gaule cisalpine Gaule narbonnaise Gaule transalpine Gaule aquitaine Gaule belgique Gaule lyonnaise Gaule chevelue ou « Gaule hirsute » est la traduction française de l expression… …   Wikipédia en Français

  • Gaule chevelue — ou « Gaule hirsute » est la traduction française de l expression latine « Gallia comata » employée pour désigner la Gaule soumise à Rome par Jules César, à savoir les terres situées entre les Pyrénées et le Rhin, entre 58 et… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.