Ahmed Ibn Hanbal

Ahmad Ibn Hanbal

Religion
religions abrahamiques :
judaïsme · christianisme · islam
Mosque02.svg
Cet article fait partie d’une série sur
l’islam
Les piliers de l’islam
la déclaration de foi · la prière · l’aumône · le jeûne de ramadan · le pèlerinage à La Mecque
Les piliers de la foi
Allah · malaikas (anges) · les livres sacrés · les prophètes · le jugement dernier · le destin
Histoire de l’islam
Mahomet · Abu Bakr as-Siddiq · Omar ibn al-Khattab · Uthman ibn Affan · Ali ibn Abi Talib · califes
Branches de l’islam
sunnisme · soufisme · chiisme · kharidjisme · acharisme · druze · salafisme
Les villes saintes de l'islam
La Mecque · Médine · al Quds
Constructions religieuses
mosquée · minaret · mihrab · qibla · architecture islamique
Événements et fêtes
hijri · hégire · Aïd el-Fitr · Aïd el-Kebir · Mawlid · Achoura · Arbaïn
Religieux
muezzin · imam · mollah · ayatollah · mufti
Textes et lois
vocabulaire de l’islam · droit musulman · écoles · la hisba · le Coran · hadith · sourate · la charia · la sunna · le fiqh · fatwa
Politique
féminisme islamique · islam libéral · islam politique · islamisme · panislamisme

Ahmad Ibn Hanbal (الإمام أحمد بن حنبل al-imām aḥmad ben ḥanbal), né à Bagdad en 780 (ère chrétienne), mort en 241/855, est le fondateur de l'une des quatre grandes écoles juridiques (madhhab) sunnites[1], connue sous le nom de "hanbalite". Il est aussi à l'origine de la fondation de l'école théologique islamique (`aqida), l'école Atharite.

Sommaire

Biographie

Né d'une famille arabe ayant soutenu Abû al-`Abbas al-Saffah dans sa prise du pouvoir contre les Omeyyades, Ibn Hanbal est le contemporain des deux califes qui ont voulu imposer le motazilisme. Le calife Al-Ma`mûn, alors en campagne militaire, le fait arrêter pour qu'il puisse l'interroger. Al-Ma`mûn décède avant la rencontre. Ibn Hanbal est ramené à Bagdad pour y être interrogé au nom du nouveau calife Al-Mutasim. Il est libéré à condition de cesser son enseignement.

En 847, le calife Al-Mutawakkil revint à la Tradition en rejetant le motazilisme, mais Ibn Hanbal n'en resta pas moins réservé.

Une doctrine rigoureuse

Questions de droit se rapportant à Ibn Hanbal, manuscrit daté (octobre 879).

Après avoir étudié sous différents maîtres à Bagdad (il y suivit entre autres les enseignements de l'imâm al-Châfi'î et d'Abou Youssouf, lui-même disciple d'Abou Hanîfa) puis en Syrie et au Yemen, Ibn Hanbal s'en émancipe progressivement pour fonder une école de pensée rigoureuse lui paraissant la plus conforme au Coran et à la Sunna[2].

On lui doit un important recueil de traditions, le Musnad ("fondé"), où les ahadîth sont classés suivant la chaîne des transmetteurs, remontant jusqu'à un des compagnons de Mahomet, et en fonction de leur authenticité considérée comme "parfaite" (sahîh), bonne ("hasan") ou "faible" (da'îf). Ibn Hanbal a également écrit des ouvrages de commentaires sur la Tradition et sur les principes moraux dans l'islam, ainsi que des éloges des premiers califes rashidoun, "les bien guidés". On doit enfin à ses disciples, dont l'un de ses fils, 'Abd Allâh (mort en 903), une compilation des "réponses" qu'il donnait aux questions qui lui étaient posées sur les sujets les plus divers.

La doctrine hanbalite, attachée au strict respect du Coran et de la Tradition, est proche du salafisme. Elle privilégie la lettre par rapport à l'esprit du texte. On a pu la caractériser comme celle du "culte fanatique"[3] de la Sunna. Elle rejette la tentation de l'innovation (bid'a), le "stratagème" (hîla), et condamne ce qu'elle considère comme des déviations religieuses et/ou politiques apparues dans l'histoire du califat, à commencer par le kharidjisme et toutes les formes de chi'isme, etc.

C'est aussi pourquoi Ibn Hanbal s'oppose à l'école sunnite d'Abou Hanîfa, qui préconise le large recours à la libre opinion du juge ou du commentateur (ashâb al-ra'y), voire aux subterfuges juridiques ou stratagèmes (hilal).

Parmi les continuateurs d'Ibn Hanbal, figure notamment Ibn Taymiyya (1263-1328)[4], qui inspira le théologien Muhammad Ibn 'Abd al-Wahhâb, puis l'émir Muhammad Ibn Sa'ûd.

Raison pour laquelle l'école hanbalite est aujourd'hui celle du royaume saoudite.

Le hanbalisme est à l'origine du mouvement réformiste des "Anciens" (salaf) qu'illustreront au XIXe siècle Jamāl Al-Dīn Al-Afghāni, Mohammed Abduh, puis Rachid Ridâ.

Notes

  1. Les trois autres étant respectivement celles des imams Abou Hanîfa, Malîk et Châfi'i, l'école hanbalite se situant chronologiquement en quatrième position.
  2. L'orthodoxie musulmane, la "Tradition authentique" [du Prophète], d'où le mot "sunnisme" (par opposition à "chi'isme")
  3. Ignace Goldziher, Le dogme et la loi de L'Islam, Paris, 1920.
  4. Sur Ibn Taymiyya, voir Henri Laoust : Essai sur les doctrines sociales et politiques d'Ibn Taymiyya (661/1262-728/1328), Le Caire, IFAO (Institut français d'archéologie orientale), 1939 ; ainsi que : Le traité de droit public d'Ibn Taimiyya (traduction annotée de la Siyâsa shar'îya), Institut français de Damas, 1952.

Notes

Bibliographie

  • Henri Laoust, Les schismes dans l'Islam, Paris, Payot, édition de 1977 (voir la bibliographie de l'article consacré à Laoust).
  • Louis Milliot, Introduction à l'étude du droit musulman, Paris, Sirey, 1953.
  • Portail de l’islam Portail de l’islam
Ce document provient de « Ahmad Ibn Hanbal ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ahmed Ibn Hanbal de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ahmed ibn Hanbal — Ahmed ibn Hanbal, Stifter einer der vier orthodoxen Sekten des Islam, s. Arabische Literatur …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Aḥmed ibn Ḥanbal — A<FONT face=Tahoma>ḥ<>med ibn <FONT face=Tahoma>Ḥ<>anbal (780, Bagdad, Irak–855, Bagdad). Teólogo y jurista musulmán. A los quince años comenzó a estudiar los hadices (ver Hadiz) (narraciones acerca de los hechos del… …   Enciclopedia Universal

  • AHMED, ibn Hanbal — (780 855)    Islamic theologian and traditionalist who taught that the QUR N is eternal and uncreated. His collection of TRADITIONS is the basis of the anbal School of Islamic Law which influenced the FUNDAMENTALIST Wahhbs of Arabia who are best… …   Concise dictionary of Religion

  • Ahmed ben Hanbal — Ahmad Ibn Hanbal Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · islam …   Wikipédia en Français

  • Ibn Hanbal — Ibn Hanbal, Ahmed, Stifter einer der vier orthodoxen Sekten des Islams, s. Arabische Literatur, S. 661 …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ibn Hanbal — Ịbn Hạnbal,   Ahmed, islamischer Theologe, * Bagdad November 780, ✝ ebenda Juli 855; begründete die islamische Rechtsschule der Hanbaliten, die als Rechtsquellen allein den Koran und die Sunna zulässt …   Universal-Lexikon

  • Ahmad ibn Hanbal — Infobox Philosopher region = Muslim scholar| era = Islamic golden age| color = #B0C4DE image caption = name = Ahmad ibn Hanbal birth = 164 AH [http://www.ibnamin.com/Manhaj/scholars.htm مناهج أئمة الجرح والتعديل ] ] in KhorasanThe History of… …   Wikipedia

  • Aḥmad ibn Ḥanbal — born 780, Baghdad, Iraq died 855, Baghdad Muslim theologian and jurist. He began to study the Hadīth (Traditions) at age 15. He traveled widely to study with the great masters and made five pilgrimages to Mecca. In 833–835 he bravely endured… …   Universalium

  • ibn — Palabra árabe usada en apellidos, con el mismo significado que «ben». * * * ► Voz árabe que significa «hijo» y que entra en la composición de numerosos nombres árabes. * * * (as used in expressions) Abd al Malik ibn Marwan Abd al Mu min ibn Ali… …   Enciclopedia Universal

  • Ibn ʽAqīl — Ibn <>ʽ<>Aqīl (1040, Bagdad–1119). Teólogo musulmán. Formado en los principios de la escuela Hanbali (ver Ahmed ibn Hanbal), la más tradicional de las escuelas jurídicas musulmanas, ofendió gravemente a sus maestros cuando intentó… …   Enciclopedia Universal

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”