Paul Verlaine
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verlaine.
Paul Verlaine
Netsurf17 - Paul Verlaine.png
Nom de naissance Paul Marie Verlaine
Naissance 30 mars 1844
Metz, Drapeau français Royaume des Français
Décès 8 janvier 1896 (à 51 ans)
Paris, Drapeau français République française
Genres Poésie
Œuvres principales

Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896.

Paul Verlaine est avant tout le poète des clairs-obscurs. L'emploi de rythmes impairs, d'assonances, de paysages en demi-teintes le confirment, rapprochant même, par exemple, l'univers des Romances sans paroles des plus belles réussites impressionnistes. Il a proposé l'appellation de « poètes maudits ».

Sommaire

Biographie

Maison natale de Paul Verlaine à Metz.

La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie : son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l'armée. Sa mère a vécu à Fampoux et a gardé longtemps sur la cheminée familiale les bocaux renfermant les fœtus de ses fausses-couches[1].

Paul Verlaine est né à Metz, rue de la Haute-Pierre. Il est baptisé en l'Église Notre-Dame de Metz. Les Verlaine quittent la ville en 1851.

Installé avec sa mère au 26 rue Lécluse à Paris, à la suite du décès de son père[2], il fréquente les cafés et salons littéraires parisiens puis, en 1866, collabore au premier Parnasse contemporain et publie les Poèmes saturniens (où figure en particulier Chanson d'automne, que Radio Londres rendra célèbre). L'influence de Baudelaire y est perceptible, alors que s'annonce déjà l'« effort vers l'Expression, vers la Sensation rendue »[3] qui caractérise sa meilleure poésie. En 1869, les Fêtes galantes, des fantaisies évoquant le XVIIIe siècle de Watteau, confirment cette orientation. En 1870, il épouse Mathilde Mauté, à laquelle il vient de dédicacer La Bonne Chanson.

En 1871, Verlaine prend fait et cause pour la Commune de Paris, réprimée par le gouvernement d'Adolphe Thiers, installé à Versailles. Verlaine quitte Paris avec sa femme par crainte des représailles. Ce n'est que peu de temps après son retour à Paris, alors que le jeune couple est logé chez les parents de Mathilde, qu'Arthur Rimbaud surgit dans sa vie et vient la bouleverser. Verlaine quitte son épouse et part en compagnie du jeune poète pour l'Angleterre (d'après Edmond Lepelletier, il y voit Prosper-Olivier Lissagaray, rencontre Félix Régamey, assiste à une représentation du Roi Carotte de Jacques Offenbach) et la Belgique. De 1871 à 1873, ils entretiendront une liaison amoureuse.

Ferme de Verlaine à Coulommes, non loin de Roche, village de Rimbaud

C'est pendant ces voyages qu'il écrira une grande partie du recueil Romances sans paroles. En 1873, lors d'une dispute au domicile de sa mère à Bruxelles, il tire deux coups de révolver en direction de Rimbaud et le blesse d'une balle au poignet. Bien que Verlaine regrette immédiatement jusqu'à supplier Rimbaud de le tuer, ce dernier prend peur lorsque Verlaine le devance en pleine rue et qu'il porte sa main à son revolver. Rimbaud fuit et le dénonce à la police. Bien que Rimbaud ait retiré sa plainte, il est condamné à l'issue d'un procès relaté par la presse, à deux ans de prison, plus en raison de son homosexualité, alors condamnable, que de l'incident. Il les purge à Bruxelles et à Mons. Durant son séjour en prison, où il élabore la matière d'un recueil qui ne verra jamais le jour (Cellulairement), son épouse obtient la séparation de corps dont la procédure avait été lancée dès 1871. Il se convertit au catholicisme. De cette nuit mystique en prison date probablement l'abandon de Cellulairement et l'idée du recueil Sagesse, qui profitera, avec Jadis et Naguère (1884) et Parallèlement (1888), d'une grande partie des poèmes du recueil mort-né. À sa sortie, il se rend à nouveau en Angleterre.

Portrait par Eugène Carrière.

En 1883, il publie dans la revue Lutèce la première série des « poètes maudits » (Tristan Corbière, Arthur Rimbaud, Stéphane Mallarmé) qui contribue à le faire connaître. Avec Mallarmé, il est traité comme un maître et un précurseur par les poètes du symbolisme et par les décadents. En 1884, il publie Jadis et Naguère qui marque son retour sur l'avant-scène littéraire, bien que le recueil soit essentiellement composé de poèmes antérieurs à 1874. La même année, dans À Rebours, J.-K. Huysmans lui réserve une place prééminente dans le Panthéon littéraire de Des Esseintes. En 1885, dans les Déliquescences d'Adoré Floupette[4], Gabriel Vicaire et Henri Beauclair le consacrent officieusement chef d'école des Décadents. En 1886, il collabore à la Revue contemporaine d'Édouard Rod.

Juniville, Musée Verlaine

À partir de 1887, alors que sa célébrité s'accroît, il plonge dans la misère la plus noire. Le jeune compositeur Reynaldo Hahn chantera dans le salon Alphonse Daudet, devant le poète, son premier cycle de mélodies, les Chansons grises qui regroupe sept poèmes de l'auteur (partition publiée en 1893 par la maison Heugel). Les productions littéraires de ses dernières années sont purement alimentaires (à l'exception peut-être de Femmes et Hombres, recueils de poèmes érotiques publiés sous le manteau[5]). À cette époque, il partage son temps entre le café et l'hôpital. En 1894, il est couronné « Prince des Poètes » et doté d'une pension. Usé prématurément, il meurt en 1896, à Paris à l'âge de 51 ans au 39 rue Descartes dans le cinquième arrondissement. Le lendemain de son enterrement, plusieurs quotidiens relatent un événement curieux : dans la nuit qui a suivi les obsèques, la statue de la Poésie, au faîte de l'Opéra, a perdu un bras qui s'est écrasé, avec la lyre qu'il soutenait, à l'endroit où le corbillard de Verlaine venait de passer.

Initialement, Paul Verlaine a été inhumé dans la 20e division du cimetière des Batignolles à Paris, une zone qui se trouve actuellement en dessous du boulevard périphérique. En 1989, sa tombe fut transférée dans la 11e division, en première ligne du rond-point central.

Œuvres de Paul Verlaine

Verlaine photographié par Dornac
Musée Carnavalet de Paris
  • Mes prisons

Paul Verlaine en proie à la misère et à la pauvreté, tel est le lot du célèbre poète français. L'auteur des Fêtes galantes et des Romances sans paroles se trouve acculé au pied du mur. Malade et sans le sou, Paul Verlaine trouve refuge en prison. Sa route le conduit là: entre quatre murs et derrière les barreaux. Il a trente ans. Alcoolique, son tempérament fougueux le pousse aux excès et dans un moment de colère et d'ivresse, il tire deux coups de feu sur son ami, le jeune Arthur Rimbaud. La prison représente un havre de sécurité pour le poète car il peut se consacrer là à la lecture et à l'écriture sans se soucier du gîte et du couvert. Ses œuvres en prose sont moins connues que celles poétiques, mais elles gagnent à être lues. Mes prisons nous ouvrent la porte sur l'univers carcéral de cette époque. La prose du poète se fait savante et laborieuse dans cet ouvrage d'une centaine de pages. Fin lettré, on ne doit pas oublier qu'il fut reçu bachelier en 1862. Et tous ses poèmes sont là pour plaider en sa faveur. On ne peut dire que Paul Verlaine fut maltraité en prison, il décrit ce lieu comme presqu'aimable. Il y fit au moins trois séjours en quinze ans. Si la poésie est au cœur de sa vie, la foi et son amour de la langue latine transparaissent dans plusieurs pages de Mes prisons. Contre mauvaise fortune le poète décide de faire bon cœur. Par un étrange concours de circonstances, c'est dans ce milieu carcéral que Verlaine retrouve sa lucidité. Cela lui donne l'opportunité de porter sur lui-même et sur son entourage un regard réaliste et bienveillant. Nulle amertume dans ces pages. Il refait ses forces pour mieux retourner dans la mêlée. Cela finira par venir à bout de lui. Aux prisons succèderont les hôpitaux dont il décrira bientôt ses séjours dans un autre ouvrage en prose de même ton : Mes hôpitaux.

  • Mes hôpitaux

Dernier refuge du poète en fin de parcours, l'hôpital soigne, héberge, nourrit un homme célèbre mais malade. Différents séjours dans différents établissements s'échelonnent sur une période de dix ans, les dix dernières années de sa vie. Paul Verlaine souffre de diabète, d'alcoolisme, d'ulcères et de syphilis. Son état ne cesse de se détériorer. Sa mère meurt, plusieurs de ses amis aussi dont Arthur Rimbaud. Ces décès le laissent plus seul que jamais. Il se lie d'amitié avec deux prostituées qui lui feront la vie dure et qui profiteront de lui en le volant des fruits de son travail de conférencier. Les trompettes de la renommée sonnent aux oreilles d'un Paul Verlaine au bout du rouleau. Dans son cas, cette rançon de la gloire se fait onéreuse mais le poète ne se plaint pas. Il entreprend la rédaction de cet ouvrage autobiographique Mes hôpitaux qui paraissent en novembre 1891. Le poète a encore cinq années à vivre, ce seront les plus difficiles. Mes hôpitaux ressemblent à une chronique, celle d'un homme malade mais lucide. De nombreux noms surgissent de ces pages; des noms de poètes, d'écrivains, de musiciens, de médecins, de professeurs, de femmes et de monde issu de tous les milieux. Par son précieux témoignage, Paul Verlaine perpétue leur souvenir jusqu'à nous.
Il meurt le 8 janvier 1896 d'une congestion pulmonaire.

Maison où est mort Paul Verlaine
Tombe de Paul Verlaine

Jean-Pierre Richard a défini Verlaine comme étant le poète de la fadeur[6], des impressions indécises, rêvant d'une poésie qui serait un chant discret et doux. Son œuvre a été regardée essentiellement à la lumière de son Art poétique[7], composé dès 1874 mais publié en 1884, qui semble résumer et théoriser le mouvement symboliste, lequel prend son essor depuis une dizaine d'années déjà[8] :

De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.

Reste que cet aspect original de l'œuvre de Verlaine ne doit pas en masquer la complexité : partagé toute sa vie entre le rêve et l'action, entre la marginalité et les velléités bourgeoises, il laisse en guise de testament un poème intitulé Mort ! où s'énonce une dernière fois ce tiraillement :

Armes, vibrez ! mains admirables, prenez-les,
Mains scélérates à défauts des admirables !
Prenez-les donc et faites signe aux En-allés
Dans les fables plus incertaines que les sables.
Tirez du rêve notre exode, voulez-vous ?
Nous mourons d'être ainsi languides, presque infâmes !
Armes, parlez ! Vos ordres vont être pour nous
La vie enfin fleurie au bout, s'il faut, des lames.

Bien que connaissant un succès tardif, la carrière de Paul Verlaine ne fut pas triomphale. L'espérance et le chaos s'y répondent dans un rythme qui semble venir du fond des âges et qui reste, pour cela même, hautement populaire, car la poésie verlainienne est traversée de repentirs, et est inlassablement en débat entre chair et raison (in Christophe Dauphin, Paul Verlaine, un centenaire en clair-obscur, Poésie 1/Vagabondages n°46, 2006). Quant à l'inspiration religieuse, il ne semble pas qu'elle soit parvenue à relancer en lui l'invention formelle. Pourtant, au dire de Mallarmé (et comme il a raison !), tout lecteur de Verlaine peut « Tâter la ressemblance avec les maux humains. » Paul Verlaine est bien ce poète victime de ses propres démons qui aura été habité par la nostalgie d'improbables compromis entre les pôles antagonistes de son mysticisme et de sa sensualité (dans Christophe Dauphin, Verlaine ou les bas-fonds du sublime, éditions de Saint-Mont, 2006). Il aura constamment été la proie des conflits qui se reflétèrent dans sa vie ballottée, comme dans son œuvre. S'il subît l'influence de certains maîtres à ses débuts, il la dépassa assez tôt pour imposer un ton inimitable que résume un poème tel que « Art poétique » : O qui dira les torts de la Rime ? – Quel enfant sourd ou quel nègre fou – Nous a forgé ce bijou d'un sou – Qui sonne creux et faux sous la lime ? – De la musique encore et toujours ! – Que ton vers soit la chose envolée – Qu'on sent qui fuit d'une âme en allée – Vers d'autres cieux à d'autres amours.

Œuvres

Un coin de table par Henri Fantin-Latour (1872)
Verlaine se trouve en bas à gauche et Rimbaud à sa gauche
Fichier audio
Mandoline (info)
Poème Mandoline des Fêtes galantes mis en musique par Claude Debussy en 1882 et interprété par Nellie Melba en 1913.

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
Poésies
  • Poèmes saturniens (1866)
  • Les Amies (1867)
  • Fêtes galantes (1869)
  • La Bonne Chanson (1872)
  • Romances sans paroles (1874)
  • Sagesse (1880)
  • Jadis et naguère (1884)
  • Amour (1888)
  • Parallèlement (1889).
  • Dédicaces (1890)
  • Femmes (1890)
  • Hombres (1891)
  • Bonheur (1891)
  • Chansons pour elle (1891)
  • Liturgies intimes (1892)
  • Élégies (1893)
  • Odes en son honneur (1893)
  • Dans les limbes (1894)
  • Épigrammes (1894)
  • Chair (1896)
  • Invectives (1896)
  • Biblio-sonnets (1913)
  • Œuvres oubliées (1926-1929)
  • Cellulairement
Proses
  • Les Poètes maudits (1884)
  • Louise Leclercq (1886)
  • Les Mémoires d'un veuf (1886)
  • Mes Hôpitaux (1891)
  • Mes Prisons (1893)
  • Quinze jours en Hollande (1893)
  • Vingt-sept biographies de poètes et littérateurs (parues dans Les Hommes d'aujourd'hui)
  • Confessions (1895)

Médias

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

  1. Michel Malherbe, L'euphonie des Romances sans paroles de Paul Verlaine, Rodopi, 1994, p. 187.
  2. (fr)Sur les pas des écrivains, 2ème balade parisienne sur les pas de Verlaine… De Montmartre aux Batignolles sur www.terresdecrivains.com. Consulté le 4 juillet 2010.
  3. Lettre à Mallarmé du 22 novembre 1866
  4. (fr)Beauclair (Henri) et Vicaire (Gabriel) : Les Déliquescences, poèmes décadents d'Adoré Floupette sur www.bmlisieux.com
  5. Voir le facsimilé de l'incipit de Hombres dans ce texte du projet Gutenberg
  6. Voir l'article « Fadeur de Verlaine » dans le recueil Onze études sur la poésie moderne, Seuil, 1964
  7. En voici le texte intégral sur Wikisource
  8. Rappelons que le manifeste du symbolisme ne se manifeste que tardivement : c'est le « Manifeste littéraire » de Jean Moréas, publié dans le supplément littéraire du Figaro le 18 septembre 1886 qui fonde le mouvement symboliste en rompant tant avec le décadentisme qu'avec le Parnasse. Le 1er octobre 1886, Jean Moréas fonde en outre une revue, Le Symboliste, avec Paul Adam et Gustave Kahn

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Principales éditions modernes
  • Œuvres complètes, présentation chronologique d'après manuscrits, textes originaux et variantes, par Jacques Borel et Samuel Silvestre de Sacy, 2 vol., Paris, Le Club Du Meilleur Livre, 1959
  • Oeuvres poétiques, textes établis avec chronologie, introductions, notes, choix de variantes et bibliographie par Jacques Robichez, Garnier, 1969
  • Œuvres en prose complètes, texte établi, présenté et annoté par Jacques Borel, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1972
  • Verlaine et les siens, heures retrouvées : poèmes et documents inédits, André Vial, Nizet, 1975
  • Oeuvres poétiques complètes, texte établi et annoté par Y.-G. Le Dantec, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1938 ; complété et présenté par Jacques Borel, 1989
  • Paul Verlaine, Nos murailles littéraires; textes retrouvés, présentés et annotés par Michael Pakenham, Paris, l'Échoppe, 1997.
  • Romances sans paroles, suivi de Cellulairement ; éd. critique établie, annotée et présentée par Olivier Bivort, Livre de Poche, 2002
  • Paul Verlaine, Correspondance générale : I, 1857-1885, collationné, présenté et annoté par Michael Pakenham, Paris, Fayard, 2005.
  • Paul Verlaine, Hombres/Chair Manuscrits, édition critique établie par Pierre-Marc de Biasi, Deborah Boltz et Seth Widden, collection L'Or du Temps, éditions Textuel, Paris, 2009.
Études
  • Alain Buisine, Verlaine. Histoire d'un corps, Tallandier, coll. « Figures de proue », 1995.
  • Frédéric-Auguste Cazals et Gustave Le Rouge, Les Derniers Jours de Paul Verlaine, Paris, Mercure de France, 1911.
  • Guy Goffette, Verlaine d'ardoises et de pluie, Gallimard, 1996. Une biographie romancée et impressionniste du poète.
  • Edmond Lepelletier, Paul Verlaine sa vie, son œuvre, Paris, Mercure de France, 1907 
  • Thomas Braun Paul Verlaine en Ardenne, Éd. Les Marches de l'Est, Paris, 1909.
  • Jean Teulé, Ô Verlaine !, 2004. Une version de la fin de Verlaine.
  • Christophe Dauphin, Paul Verlaine, un centenaire en clair-obscur, Poésie 1/Vagabondages n°46, 2006.
  • Christophe Dauphin, Verlaine ou les bas-fonds du sublime, dessin de Daniel Pierre dit Hubert, postface de Jacques Taurand, éditions de Saint-Mont, 2006.

Mise en musique

  • Claude Debussy, Fantoches, En sourdine, Mandoline, Clair de lune en 1882 ; Pantomine en 1883 ; Ariettes oubliées entre 1885 et 1887 révisé en 1903 ; Trois mélodies en 1891 et Fêtes galantes en 1892
  • Léo Ferré, Chante Verlaine et Rimbaud, enregistré chez Barclay en 1964, On retrouvera les poèmes : Mon rêve familier, L'Espoir luit comme un brin de paille dans l'étable, Clair de lune… Arrangées par Jean-Michel Defaye.
  • Sylvio Lazzari, 2 poemes en 1901, symphonie Effet de nuit d'après Paul Verlaine, 1904
  • Darius Milhaud, Traversée texte de Paul Verlaine, Chœur mixte, 1961
  • Laurent Pierquin, Paul Verlaine, Œuvres Libres, 10 poèmes extraits des recueils d'œuvres libres mis en chanson, Skill And Style, 2009.
  • Maurice Ravel, Un grand sommeil noir et sur l'herbe, 1983
  • Julien Joubert, Paul Verlaine, Ariettes oubliées 1 à 5, concert de l'ensemble Romances sans paroles, 1997
  • Reynaldo Hahn, D'une prison (« Le ciel est, par-dessus les toits...», L'Heure exquise (« La lune blanche... »)
  • Charles Trenet, Verlaine (Chanson d'automne)
  • Georges Brassens, Colombine
  • Julos Beaucarne, Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant (Mon rêve familier) et Voici des fruits, des fleurs (Green)
  • Patricia Barber, Dansons la gigue (Streets I), 2002
  • Ghédalia Tazartès, Femme et chatte - mini-CD 5 Rimbaud 1 Verlaine, Jardin au Fou, 2006.

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Paul Verlaine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Paul Verlaine — Nombre completo Paul Marie Verlaine Nacimiento 30 de marzo de 1844 …   Wikipedia Español

  • Paul Verlaine — Paul Marie Verlaine[1] (* 30. März 1844 in Metz; † 8. Januar 1896 in Paris) war ein bedeutender französischer Lyriker des Symbolismus. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Paul Verlaine — Infobox Writer name= Paul Verlaine caption= birthdate= birth date|1844|3|30|mf=y birthplace=Metz, France deathdate= death date and age|1896|1|8|1844|2|30|mf=y deathplace=Paris, France occupation =Poet influences =Charles Baudelaire, Charles… …   Wikipedia

  • Paul Verlaine — Il pleure dans mon coeur Comme il pleut sur la ville; Quelle est cette langueur Qui pénètre mon coeur ... Paul Verlaine (Metz, 1844 París, 1896) Poeta francés, considerado el maestro del decadentismo y principal precursor del simbolismo. Es, en… …   Enciclopedia Universal

  • Paul Verlaine — noun French symbolist poet (1844 1896) • Syn: ↑Verlaine • Instance Hypernyms: ↑poet …   Useful english dictionary

  • Paul Verlaine — Soledad La independencia siempre fue mi deseo; la dependencia siempre fue mi destino …   Diccionario de citas

  • Paul Verlaine University - Metz — Infobox University name = Paul Verlaine University Metz native name = Université Paul Verlaine Metz (UPV M) latin name = motto = established = type = Public endowment = staff = faculty = president = provost = principal = rector = chancellor =… …   Wikipedia

  • Universite Paul-Verlaine — Université Paul Verlaine Metz Université Paul Verlaine Nom original Université de Metz Informations Fondation 1970 T …   Wikipédia en Français

  • Université Paul-Verlaine — Nom original université de Metz Informations Fondation 1970 Type …   Wikipédia en Français

  • Université Paul-Verlaine - Metz — Université Paul Verlaine Nom original Université de Metz Informations Fondation 1970 T …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”