Guy Drut


Guy Drut
Guy Drut Portail athlétisme
Defaut.svg
Informations
Discipline(s) 110 m haies
Nationalité Drapeau de France France
Naissance 6 décembre 1950
Lieu Oignies
Palmarès
Jeux olympiques 1 1 0
Championnats d'Europe 1

Guy Drut, né le 6 décembre 1950 à Oignies, dans le Pas-de-Calais, est un athlète français devenu homme politique. Né dans la même rue que Michel Jazy, il est issu d'un milieu modeste (son père est mineur). Guy Drut a été conducteur de train à la SNCF pendant deux ans.

Sommaire

Biographie

Député RPR de Seine-et-Marne depuis 1986 et maire de Coulommiers de 1992 à 2008, Guy Drut est un proche de Jacques Chirac, qui l'a employé comme chargé de mission auprès du premier ministre en 1975-1976. Entre 1985 et 1989, alors maire de Paris, Chirac en a fait son adjoint chargé des sports. Il est élu maire de Coulommiers en 1992. En novembre 1995, il a été ministre de la Jeunesse et des Sports du gouvernement Alain Juppé.

Il a été élu député UMP le 16 juin 2002, pour la XIIe législature (2002-2007), dans la cinquième circonscription de Seine-et-Marne, qui recouvre en partie la ville de Meaux. Suite à l'amnistie présidentielle dont il bénéficie, il renonce à se présenter aux élections législatives de 2007.

Guy Drut a inauguré, en 2004, un complexe sportif à son nom à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire). Il est membre de l'Académie des sports.

Guy Drut a été jugé sur l'inculpation d'avoir obtenu d'un emploi fictif dans l'affaire des marchés publics d'Île-de-France. Il a bénéficié de l'amnistie du président Jacques Chirac en mai 2006.

Le 16 novembre 2007, il est annoncé candidat à la présidence de l'agence mondiale antidopage. En décembre 2007, il annonce qu'il ne se représentera pas aux élections municipales à Coulommiers.

Le 27 février 2008, il annonce sa démission, effective le 29 février, de la mairie de Coulommiers pour dénoncer la trahison remontant à décembre de certains de ses colistiers aux municipales. (Le Parisien du 28 février 2008).

Carrière sportive

Licencié au club d'athlétisme d'Oignies, Guy Drut s'essaye tout d'abord au saut à la perche avant de se consacrer définitivement au 110 mètres haies. Crédité de 15 s 2 en 1966, il réalise 14 s 4 en 1968 avant d'établir un nouveau record de France de la discipline en 1969 en 13 s 7. Vainqueur de son premier titre de champion de France en 1970, il fait ses débuts sur la scène internationale la même année lors des Championnats d'Europe en salle 1970 de Vienne en terminant à la troisième place du 60 m haies. En 1972, il remporte sur 50 m haies son premier titre majeur international à l'occasion des Championnats d'Europe « indoor » disputés à Grenoble. Aux Jeux olympiques de 1972 à Munich, Drut remporte la médaille d'argent du 110 m haies en établissant un nouveau record d'Europe en 13 s 34. Il s'incline d'un dixième de seconde face au favori de l'épreuve, l'Américain Rod Milburn. En 1974, Guy Drut s'adjuge le titre des Championnats d'Europe de Rome avec le temps de 13 s 40. L'année suivante, il établit la meilleure performance de sa carrière en signant le temps de 13 s 28 lors du meeting de Saint-Étienne.

Le 28 juillet 1976, Guy Drut remporte la médaille d'or du 110 m haies des Jeux olympiques de Montréal. Situé au cinquième couloir, et après un départ rapide, il parvient à contenir ses principaux adversaires et s'imposer de justesse sur la ligne d'arrivée avec le temps de 13 s 33, devant le Cubain Alejandro Casanas et l'Américain Willie Davenport. Premier européen champion olympique de la discipline, et premier non-américain à s'imposer depuis 1928, Drut succède à Colette Besson au palmarès des champions olympiques français.

Palmarès

Records

  • Record du Monde et d'Europe du 110 m haies : 13,1 s (1975 au Stade Adolphe Chéron), puis 13 s la même année à Berlin-Ouest
  • Record d'Europe du 110 m haies à 6 reprises, en 1972, 1974, et 1975 4 fois
  • Record de France à 7 reprises, en 1969 (13,7 s), 1970 - 2 fois, 1974, et 1975 - 3 fois ((durée totale 17 ans)
  • Record de France du 50 m haies en salle : 6,51 s en 1972
  • Record de France junior du 110 m haies en 1968 et 1969

Distinctions

  • Nommé Champion des champions français L'Équipe en 1972, 1974, 1975 et 1976.
  • Lauréat du Prix Henri Deutsch de la Meurthe de l'Académie des sports en 1972, récompensant un fait sportif pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité.
  • Lauréat du Prix François Lafon du meilleur jeune espoir sportif français, déjà par l'Académie des sports en 1970.

Membre du comité international olympique

Guy Drut est l'un des membres français du comité international olympique. Il a été suspendu le 9 décembre 2005 par la commission d'éthique du CIO de ses droits et fonctions suite à la condamnation judiciaire dont il a écopé en octobre 2005. Selon Henri Sérandour, président du comité olympique français, sa présence lors de la candidature de Paris aux Jeux olympiques d'été de 2012 aurait « un peu pesé » sur l'échec de la candidature. L'amnistie personnelle dont il a bénéficié devrait lui « permettre de reprendre sa place au sein de cet organisme afin d'y poursuivre son action dans l'intérêt du sport olympique et de la France », comme l'a précisé le ministre de la Justice, Pascal Clément.

Carrière politique

Intégrité publique

Dans le cadre de l'enquête sur le financement illégal du RPR et de l'affaire des marchés publics d'Île-de-France, Guy Drut a été condamné à 15 mois de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende. Il n'a pas fait appel de la décision judiciaire et a préféré solliciter l'amnistie du président de la République Jacques Chirac.

Procès de l'affaire des marchés publics d’Île-de-France

En octobre 2005, Guy Drut fut jugé avec 46 autres personnes dans le procès du système de corruption présumé au profit de plusieurs partis politiques, en marge des marchés de construction et de rénovation de lycées en Île-de-France (affaire des marchés publics d'Île-de-France).

Dans les attendus de son jugement, le président du tribunal Jean-Louis Kantor notait « Guy Drut est dans l'incapacité de justifier d'un acte positif (…) son salaire » et « disposait (…) de moyens matériels et de revenus considérables ». Par ailleurs, Guy Drut avait « obtenu par la cession de ses actions [dans une société] des plus-values très importantes et totalement inexpliquées pour plusieurs millions de francs ».

L'attitude hautaine et désinvolte de Guy Drut devant le tribunal fut notée par les commentateurs. Il fut absent durant l'essentiel des débats et ne s'est pas montré le jour du jugement. Florilège :

  • « Ah, ça, je ne suis pas un spécialiste de l'écriture, j'étais meilleur sur les haies » (à propos de l'absence de toute trace écrite de son travail)
  • « J'étais une clef pour ouvrir les portes vers des décideurs ».
  • « C'était plus un contrat de relations publiques qu'un contrat d'image. Il y a eu un travail d'effectué. Ce genre d'activité est régulièrement effectué par des sportifs à la retraite. J'ai parlé de cette société à des tas de gens. »
  • « Franchement, je me demande ce que je fais là. »
  • « Dans la mesure où je peux améliorer mon ordinaire et celui de ma famille. L'ascenseur social, vous savez, ça existe. Je suis d'origine modeste, moi. Et toute peine mérite salaire. Ce n'est pas du de Gaulle, ça, c'est Marx qui l'a dit ! »
  • « C'est vrai, je fais impression : la stature, le regard… Le sportif de haut niveau peut être capricieux »
  • « le champion olympique que je suis toujours ».
  • « Que voulez-vous ? j'ai épousé une femme adorable mais qui avait un certain patrimoine. » (à propos des 13 millions de francs d'impôts sur la fortune payés en 1994)
  • « Mais regardez Zidane, Platini, Douillet, aujourd'hui les tarifs ont augmenté de façon exponentielle ! » (à propos de ses revenus de 13 millions de francs en 1994, 12 millions de francs en 1995, et les dividendes de 2,5 millions de francs versés par la SAR, proche du RPR et dirigé par Francis Poullain, qui sera à l'origine de l'affaire des HLM de Paris).

Références

  • Guy Drut au procès des marchés publics d'île-de-France : « Il paraît que je fais impression », Le Monde, 10 mai 2005
  • Guy Drut comparaît au procès des marchés publics d'Île-de-France, Reuters, 9 mai 2005
  • Guy Drut, condamné dans l'affaire des marchés publics en Île-de-France, est amnistié par Jacques Chirac, Le Monde, 25 mai 2006
  • Controverse autour de l'amnistie de Guy Drut, Le Figaro, 26 mai 2006

SAR

Guy Drut était également actionnaire d'une autre entreprise de BTP, la SAR de Francis Poullain, dont le redressement fiscal fut à l'origine de l'affaire des HLM de Paris. Il a ainsi obtenu 2,5 millions de francs au titre de ses dividendes en quatre ans.

Amnistie du président de la République en mai 2006

Guy Drut a été amnistié à titre individuel pour cette condamnation par un décret du président Jacques Chirac, non publié au Journal officiel, du 25 mai 2006. En France, ces faits doivent donc être étymologiquement oubliés, sous peine de poursuites pénales. Le casier judiciaire de Guy Drut est donc à nouveau vierge. Cette amnistie permettra donc à Guy Drut de représenter dignement à nouveau la France au CIO.

La présidence de la République a pris cette mesure « en application de la loi de 2002 qui le prévoit pour les personnes ayant rendu des services à la nation, notamment dans le domaine sportif ».

En effet, en juillet 2002, la loi d'amnistie présidentielle avait globalement restreint la liste des délits amnistiables mais avait étendu la loi « aux personnes qui se sont distinguées de manière exceptionnelle dans le domaine sportif ». À l'époque, il était apparu assez évident que ce point de la loi était une mesure spécifiquement conçue pour Guy Drut et David Douillet, malgré les dénégations du garde des Sceaux Dominique Perben. Ainsi, Guy Drut, qui avait voté en faveur de cette loi, sera le premier à en bénéficier.

Pourtant, en théorie, le projet d'amnistie excluait formellement les délits liés au financement des partis. Le texte précisait que les délits « commis en relation avec des élections de toute nature » pourront être amnistiés « à l'exception de ceux en relation avec le financement direct ou indirect de campagnes électorales ou de partis politiques ».

Cette amnistie a, d'ailleurs, immédiatement suscité une levée de bouclier à gauche et au centre. Le numéro un du PS, François Hollande, y voit « une énième désinvolture » de Jacques Chirac et suggère d'« en finir avec ce privilège d'un autre âge », tandis que Jack Lang a fustigé « un gouvernement de copains et de coquins ». « Jacques Chirac agit comme le prince d'une République bananière », a tranché le Vert Noël Mamère, avant d'ajouter : « Le Pen peut être tranquille, Chirac travaille pour lui. » Arnaud Montebourg (PS) a une nouvelle fois reproché à Jacques Chirac d'« organiser l'impunité de ses propres amis et de lui-même ». Le député européen PS Vincent Peillon a jugé « extrêmement choquant ce pouvoir discrétionnaire ». Quant à Jean-Louis Debré, pourtant proche de Jacques Chirac, il s'est clairement désolidarisé : « J'ai expliqué au président de la République que c'était une erreur fondamentale, qu'on ne rendait pas service à Guy Drut. » avant d'ajouter off-record « Je lui ai dit que j'étais contre, que c'était une connerie. Après moi, sont passés Pascal Clément (ministre de la Justice) qui lui a assuré que ça ne ferait aucune vague, et puis le gratin des médaillés olympiques […] Cette amnistie de Guy Drut est plus grave que l'affaire Clearstream et même que le CPE. C'est de l'autolessiveuse. »

Références

  • Le projet d'amnistie exclut formellement les délits liés au financement des partis, Le Monde, 4 juillet 2002
  • Guy Drut au procès des marchés publics d'Île-de-France : « Il paraît que je fais impression », Le Monde, 11 mai 2005
  • Guy Drut, condamné dans l'affaire des marchés publics en Île-de-France, est amnistié par Jacques Chirac, Le Monde, 25 mai 2006
  • Guy Drut, condamné, amnistié et de nouveau candidat, Le Monde, 18 octobre 2006

CIO

Guy Drut a pris la décision de se retirer du Comité international olympique, auquel il appartenait depuis 1996, durant la phase de qualification de Paris, ville candidate pour les Jeux olympiques de 2012.

Suspendu à titre provisoire de ses fonctions au CIO jusqu'au 31 mai 2006, Guy Drut risquait de perdre définitivement son poste après cette date et rien n'indiquait que le siège serait ensuite automatiquement attribué à un Français.

Cependant, selon un proche du Comité olympique français, « les JO sont passés et il n'y a aucune échéance importante pour la France avant bien longtemps. Aujourd'hui un siège de plus ou de moins n'est pas significatif ».

Le 25 mai 2006, quelques heures après l'annonce de l'amnistie qui fit scandale, le CIO a annoncé que le cas de Guy Drut serait réétudié.

Références

  • Controverse autour de l'amnistie de Guy Drut, Le Figaro, 26 mai 2006

Citations

  • « À chaque jour suffit sa haie, selon l'adage de notre ami Guy Drut. » Dominique de Villepin, premier ministre, le 26 mai 2006, à propos de l'amnistie de Guy Drut.
  • « Cela donne une image détestable d'autolessiveuse. », Jean-Louis Debré, président de l'Assemblée nationale française, le 27 mai 2006, à propos de l'amnistie de Guy Drut.

Bibliographie

  • Une haie après l'autre - mémoires - autobiographie, éd. Archipel, préface de Philippe Bouvard, 18 mai 2011.

Liens externes

Précédé par Guy Drut Suivi par
Michèle Alliot-Marie
Ministre français de la Jeunesse et des Sports
Marie-George Buffet

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Guy Drut de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Guy Drut — (born December 6, 1950) is an Olympic champion and politician who won gold at the 1976 Summer Olympics in Montreal in the 110m hurdles.Born in Oignies, Pas de Calais, France, Drut captured the silver medal in the 1972 Summer Olympics in Munich,… …   Wikipedia

  • Guy Drut — (* 6. Dezember 1950 in Oignies) ist ein ehemaliger französischer Leichtathlet und Politiker. Drut war einer der weltbesten Hürdensprinter der 1970er Jahre. Bei den Olympischen Spielen 1972 in München gewann er über 110 m Hürden die Silbermedaille …   Deutsch Wikipedia

  • DRUT (G.) — DRUT GUY (1950 ) Vice champion olympique du 110 mètres haies en 1972 à Munich derrière l’Américain Rodney Milburn, Guy Drut remporte le titre en 1976 à Montréal, devant le Cubain Alejandro Casanas et l’Américain Willie Davenport, après être… …   Encyclopédie Universelle

  • Drut (Begriffsklärung) — Drut bezeichnet einen Seitenfluss des Dnepr in Weißrussland, siehe Drut Drut ist der Familienname folgender Personen: Guy Drut (* 1950), ehemaliger französischer Leichtathlet Diese Seite ist eine Begriffsklär …   Deutsch Wikipedia

  • Guy (prenom) — Guy (prénom) Pour les articles homonymes, voir Guy. Guy ou Gui est un prénom masculin d origine germanique. Il provient de Wid « bois » ou « forêt ». Le nom est latinisé en Guido ou Wido et parfois en Vitus, d après le terme… …   Wikipédia en Français

  • Guy — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Saint Guy et Saint Guy …   Wikipédia en Français

  • Gui (prénom) — Guy (prénom) Pour les articles homonymes, voir Guy. Guy ou Gui est un prénom masculin d origine germanique. Il provient de Wid « bois » ou « forêt ». Le nom est latinisé en Guido ou Wido et parfois en Vitus, d après le terme… …   Wikipédia en Français

  • 110 m Hürden — 110 Meter Hürdenlauf Der 110 Meter Hürdenlauf ist eine olympische Disziplin der Leichtathletik für Männer. Dabei sind auf einer geraden 110 Meter Strecke zehn 1,067 Meter hohe, in gleichen Abständen aufgestellte Hürden zu überlaufen. Sie sind so… …   Deutsch Wikipedia

  • Bouc-Bel-Air — 43° 27′ 19″ N 5° 24′ 54″ E / 43.4552777778, 5.415 …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Députés De Seine-Et-Marne — Le département de Seine et Marne est divisé depuis 1988 en 9 circonscriptions législatives, d une population moyenne de 133 085 habitants. Du fait de la forte croissance démographique du département, les projets de redécoupage électoral prévoit… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.