Elision


Elision

Élision

L’élision (substantif féminin), du latin elisionem, du supin elisum, du verbe elidere ("ôter") est un type d’apocope, qui sont toutes deux des modifications phonétiques ressortissant aux métaplasmes. Elle consiste en l’amuïssement de la voyelle finale d’un mot devant un autre mot à initiale vocalique (en d’autres termes, l’effacement d’une voyelle en fin de mot devant la voyelle débutant le mot suivant) ; c’est une possibilité de résolution de l’hiatus (comme la liaison) et donc, pour le coup, aussi une forme de synalèphe.

Sommaire

Élision en français

L’élision est obligatoire en français pour le phonème /ǝ/ (dit « e caduc » ou « e muet ») en fin de mot devant une voyelle ; elle est alors parfois notée dans l’orthographe par une apostrophe. L’élision n’est en effet représentée graphiquement que pour certains mots, parmi lesquels :

  • le : le + arbrel’arbre ;
  • de : de + arbred’arbre ;
  • ce (pronom) : ce + étaitc’était,
  • etc.

Dans la plupart des cas, elle n’est pas écrite mais bien prononcée : chante avec moichant’avec moi, ils chantent + avec moiils chant’avec moi. Dans le vers poétique français, l’élision du « e caduc » suit des règles strictes (décrites dans l’article sur le vers), pour des raisons métriques, en fin de mot devant voyelle ou en fin de vers :

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle (Pierre de Ronsard)
=
Quand vous serez bien vieill’, au soir, à la chandell’

La lecture correcte d’un vers passe par celle des liaisons. Or, s’il est normal de prononcer tu manges enfin comme tu mang’enfin (le s de -es n’appelle pas la liaison), dans un vers classique il faudra lire tu mange-z-enfin, avec e « caduc » et liaison.

D’autres voyelles peuvent être concernées, comme /i/ dans si : si + ils’il. Les élisions d’autres voyelles que le e « caduc » sont rares et toujours écrites, sauf dans la langue parlée, dans un registre courant : tu es sera réalisé [te], qu’on pourrait transcrire t’es.

L’élision permet donc d’éviter l’hiatus mais ce n’est pas le seul procédé disponible. En français toujours, l’hiatus peut aussi être éliminé par l’insertion d’une consonne euphonique. Par exemple, ce, quand il est déterminant devient cet (par imitation du féminin) : ce + arbrecet arbre, ou bien dans donne-t-il.

Disjonction

Certains mots débutant par une voyelle ne peuvent être précédés d’un autre mot élidé. On dit dans ce cas qu’il y a disjonction. Les disjonctions les plus fréquentes en français sont dues à la présence d’un h « aspiré », qui interdit tout enchaînement entre deux mots (liaison ou élision). Par exemple, haricot commence par un tel h : on doit donc dire le haricot /lə aʁiko/ et non *l'haricot /laʁiko/ (dans la langue familière, le h « aspiré » est souvent omis).

D’autres empêchent l’élision sans commencer par un tel h : ce sont des mots fréquents et monosyllabiques dont on a voulu conserver l’identité : onze, un (quand il est numéral et non article), huit (mais on fait la liaison dans les nombres composés : dix-huit /diz‿ɥit/, vingt-huit /vɛ̃t‿ɥit/). Par exemple, on dira le Onze de France, je compte de un à trois, numéro gagnant : le huit).

Orthographe

L’apostrophe est le symbole typographique propre à l’élision. Même si toutes les élisions n’en sont pas marquées, toute apostrophe procède de l’élision.

Or, dans certains mots composés, elle est utilisée sans être logiquement justifiée. Presqu’île est logique, mais les graphies anciennes grand’mère, grand’rue ou la graphie actuelle prud’homme ne sont pas motivées. En effet, il n’y a étymologiquement pas de -e élidé que l’apostrophe remplacerait. Grand dans les mots composés dont le deuxième terme est féminin (mère, rue) est un ancien féminin (grant en ancien français, écrit grand plus tard). Grand-mère et grand-rue sont donc des constructions archaïques qui ne nécessitent pas l’apostrophe. Le 9e dictionnaire de l’Académie française autorise la graphie grand’mère[1]. Quant à prud'homme, il devrait (étymologiquement) s’écrire soit prud homme soit prudhomme car c'est un mot composé d’une forme archaïque de preux, à savoir prod, sans e final (c’est un masculin).

Création de nouveaux mots par élision

L’élision peut être à l’origine de nouveaux mot issus d’une agglutination puis d’une métanalyse : moyen français ma + amiem’amie est interprété en français moderne mamie, réinterprété ensuite par métanalyse en ma + mie.

Dans d’autres langues

L’élision ne se limite pas au français ; de nombreuses langues la pratiquent, comme le latin (sans notation particulière ; l’élision se découvre grâce à la scansion de vers), le grec (notée par une apostrophe), le gaélique, l’italien (avec apostrophe écrite), etc.

Notez que l’apostrophe ne représente pas systématiquement une élision : celle de l’anglais I’m « je suis » sert à remplacer la voyelle a de am, tombée par aphérèse, celle dans doesn’t (pour does not) l’étant par amuïssement au sein d’un groupe de mots univerbés. Aucune n’est une voyelle finale devant voyelle initiale.

Notes et références

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « élision » sur le Wiktionnaire.

Articles connexes

Bibliographie

Bibliographie des figures de style

  • Quintilien (trad. Jean Cousin), De L’institution oratoire, t. I, Les Belles Lettres, coll. « Bude Serie Latine », Paris, 1989, 392 p. (ISBN 2251012028) 
  • Antoine Fouquelin, La Rhétorique Françoise, A. Wechel, Paris, 1557 
  • César Chesneau Dumarsais, Des tropes ou Des diferens sens dans lesquels on peut prendre un mème mot dans une mème langue, Impr. de Delalain, 1816, 362 p..
    Nouvelle édition augmentée de la Construction oratoire, par l’abbé Batteux. Disponible en ligne
     
  • Pierre Fontanier, Les figures du discours, Flammarion, Paris, 1977 (ISBN 2080810154) 
  • Patrick Bacry, Les figures de style : et autres procédés stylistiques, Belin, coll. « Collection Sujets », Paris, 1992, 335 p. (ISBN 2-7011-1393-8 (br.)) 
  • Bernard Dupriez, Gradus,les procédés littéraires, 10/18, coll. « Domaine français », Paris, 2003, 540 p. (ISBN 2264037091) 
  • Catherine Fromilhague, Les figures de style, Armand Colin, coll. « 128 Lettres », Paris, 2007 (ISBN 978-2-2003-5236-3) 
  • Georges Molinié et Michèle Aquien, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, LGF - Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d’aujourd’hui », Paris, 1996, 350 p. (ISBN 262531-3017-6) 
  • Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Presses Universitaires de France, coll. « Grands Dictionnaires », Paris, 1998 (ISBN 2130493106) 
  • Michel Pougeoise, Dictionnaire de rhétorique, Armand Colin, Paris, 2001, 16×24 cm, 228 p. (ISBN 9782200252397) 
  • Olivier Reboul, Introduction à la rhétorique, Presses Universitaires de France, coll. « Premier cycle », Paris, 1991, 15 cm × 22 cm, 256 p. (ISBN 2-13-043917-9) 
  • Van Gorp, Dirk Delabastita, Georges Legros, Rainier Grutman et al., Dictionnaire des termes littéraires, Honoré Champion, Hendrik, 2005, 533 p. (ISBN 978-2745313256) 


  • Portail de la linguistique Portail de la linguistique
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « %C3%89lision ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Elision de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • élision — [ elizjɔ̃ ] n. f. • 1548; lat. elisio ♦ Effacement d un élément vocalique final devant un élément vocalique initial, soit dans le compte des syllabes, soit dans la langue écrite ou orale. Élision d une voyelle devant un h muet. L apostrophe est… …   Encyclopédie Universelle

  • Elision — (lat. ēlīdere herausschlagen, herausstoßen) bezeichnet das Weglassen eines oder mehrerer meist unbetonter Laute. In der Orthographie wird sie gelegentlich durch einen Apostroph gekennzeichnet. Inhaltsverzeichnis 1 Phonologie 2 Metrik 3 Siehe auch …   Deutsch Wikipedia

  • ELISION — ist ein internationales Ensemble, welches seit 1986 aktiv ist. Inhaltsverzeichnis 1 Geschichte 2 Diskografie 2.1 Alben 2.2 Kompilation …   Deutsch Wikipedia

  • Elisión — Saltar a navegación, búsqueda Elisión (del latín elisionem, traducción del griego élleipsis) es, en fonética sintáctica, el tipo de metaplasmo que consiste en la pérdida de una vocal o grupo de vocales en el final de una palabra situada ante otra …   Wikipedia Español

  • élision — ÉLISION. sub. f. Suppression d une voyelle finale à la rencontre d une autre voyelle. L élision se marque en François par une apostrophe, comme en ces mots, L âme, qu elle, s il. [b]f♛/b] Dans la prononciation, il se fait beaucoup d élisions qui… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • elisión — sustantivo femenino 1. Área: gramática Eliminación de una vocal cuando está a final de palabra y la siguiente empieza por vocal: La elisión de vocales se produce mucho en el nivel oral …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • elision — ELISION. s. f. Suppression d une voyelle dans un mot à la rencontre d une autre voyelle. L elision se marque en François par une apostrophe, comme en ces mots, l ame, qu elle, s il …   Dictionnaire de l'Académie française

  • elision — [ē lizh′ən, ilizh′ən] n. [L elisio, a striking out (in LL, elision) < pp. of elidere: see ELIDE] 1. the omission, assimilation, or slurring over of a vowel, syllable, etc. in pronunciation: often used in poetry to preserve meter, as when a… …   English World dictionary

  • Elisĭon — (v. lat., Ausstoßung), 1) (Gramm.), das Wegwerfen eines meist kurzen Vocals vor einem anderen; dies geschieht im Griechischen u. Lateinischen sowohl in der Parathese, als auch in der Composition, u. in ersterem Falle wird als Zeichen der E. der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Elision — (lat., griech. Ekthlipsis), in der Grammatik die Ausstoßung eines Vokals, z. B. Glücks (statt Glückes), ros ge (statt rosige), besonders am Ende eines Wortes zur Vermeidung des Hiatus, z. B. dacht er (statt: dachte er). Die E. spielt in der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.