Sophiste


Sophiste
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sophiste (homonymie).
Socrate discutant avec ses amis (détail d'un tableau de Jacques-Louis David). Socrate s'est régulièrement opposé aux sophistes, pour démasquer leurs impostures.

Un sophiste (du grec ancien sophistès : « spécialiste du savoir », formé à partir de sophia : « savoir, sagesse ») désigne à l'origine un orateur et un professeur d'éloquence de la Grèce antique, dont la culture et la maîtrise du discours en font un personnage prestigieux dès le Ve siècle av. J.‑C. (en particulier dans le contexte de la démocratie athénienne), et contre lequel la philosophie va en partie se développer.

La sophistique désigne par ailleurs à la fois le mouvement de pensée issu des sophistes de l'époque de Socrate, mais aussi le développement de la réflexion et de l'enseignement rhétorique, en principe à partir du IVe siècle av. J.‑C., en pratique à partir du IIe siècle ap. J.-C. dans l'Empire romain.

Leurs détracteurs (dont le plus célèbre fut Platon) estiment que, n'ayant en vue que la persuasion d'un auditoire, que ce soit dans les assemblées politiques ou lors des procès en justice, les sophistes développent des raisonnements dont le but est uniquement l'efficacité persuasive, et non la vérité, et qui à ce titre contiennent souvent des vices logiques, bien qu'ils paraissent à première vue cohérents : des « sophismes ». Les sophistes ne s’embarrassaient pas de considérations quant à l'éthique, à la justice ou à la vérité.

Cependant, depuis un siècle environ, on commence à voir en eux non plus des rhéteurs vaniteux ou des jongleurs d'idées sans principes, mais des penseurs sérieux, parfois tragiques militants d'un humanisme qu'on rapprocherait à bon droit de l'époque des Lumières, à moins qu'ils ne soient les précurseurs de notre "postmodernité"[1].


Sommaire

Histoire

C'est Platon qui a popularisé le mot par ses dialogues, dans lesquels Socrate discute souvent avec des sophistes pour démasquer leurs faux raisonnements. Le philosophe n'ayant pour but, quant à lui, que la recherche de la vérité, il doit en effet combattre les imposteurs qui ne jouent que sur la vraisemblance pour piéger leurs auditeurs, ou encore paraître avoir raison en toute circonstance (buts par ailleurs immoraux). C'est pourquoi Aristote a ensuite fondé la science de la Logique, visant à classer les différentes formes de raisonnement (ou syllogismes) en faisant le tri entre ceux qui sont cohérents et ceux qui font simplement semblant de l'être, en particulier dans le traité intitulé Réfutations sophistiques[2].

Acception actuelle du terme

Aujourd'hui, le mot « sophiste » en est venu à qualifier, de manière péjorative, celui qui profite des ambiguïtés du langage pour produire des raisonnements ou des arguments apparemment solides, c'est-à-dire prenant l'apparence de la rigueur démonstrative, mais contenant en réalité un vice ou une perversion volontaire visant à manipuler ou à tromper l'auditeur (par exemple dans la démagogie).

La première sophistique

Point de vue sociologique

Les Grecs faisaient la différence entre la sophrôsuné (sagesse-mesure/modération) et la sophia (sagesse-savoir). Parmi ceux qui s'intéressaient à cette dernière, il y eut d'abord les sophoi (sages, en particulier les Sept sages), puis les philosophoi (chercheurs de sophia, philosophes - voir Pythagore). Entre les deux, se situent les sophistai (spécialistes de sophia, les premiers emplois du mot portent surtout sur un savoir technique, par ex. la musique). Sans pour autant former une école en soi, les membres de ce groupe avaient en commun plusieurs idées nouvelles. Au cours du Ve siècle av. J.-C., un certain nombre de sophistes, issus pour la plupart de cités périphériques ou de petite taille, parcourent la Grèce pour donner des leçons de sophia. Ces leçons sont payantes et même très chères, mais les sophistes promettent à leurs élèves (le plus souvent, de jeunes aristocrates) une rapide réussite. Au contraire du sophos ou du philosophos, qui tendent à transformer leurs disciples en sophoi et philosophoi à leur tour, les sophistes ne veulent pas former des sophistai, mais, concrètement, des gens aptes à réfléchir, à prendre des décisions, à argumenter et à gouverner. Ils détournèrent leur attention des sciences et de la philosophie pour la porter sur des études plus pratiques, principalement la rhétorique, la politique et la loi, compétences dont avaient besoin les jeunes Grecs afin d’assurer leur succès. Une partie de leur idéal éducatif survit encore dans la notion moderne de « sophistication ».[réf. nécessaire] Ils encourageaient aussi une certaine connaissance des arts et métiers. Ils suscitent un grand engouement, mais aussi des réactions de la part de ceux qui estiment qu'ils sont des révolutionnaires. On ne possède presque rien de leurs œuvres, sans doute parce que leur enseignement était payant : ils n'avaient pas intérêt à l'offrir librement au public.

Les grands sophistes les plus célèbres furent Protagoras, expert en droit, Gorgias, un maître de la rhétorique, Prodicos, l'un des premiers à étudier le langage et la grammaire, Antiphon (un des rares sophistes Athéniens) et Hippias d'Élis, une véritable encyclopédie vivante qui prétendait tout savoir. Il y en eut bien d'autres, dont certains charlatans, qui pouvaient porter l'éristique à un état dérisoire. Pour eux, la finalité se limitait à la victoire des arguments face à l'adversaire. Par exemple, Thrasymaque prétendait que par nature, le faible n'a aucun droit sur le fort. À cause de joutes oratoires, Aristote a qualifié d’agonistique cette pratique de la parole. Mais en dépit de cet aspect douteux, c’est entre autres à travers la critique socratique des arguments des sophistes que s’est constituée la méthodologie philosophique, sans oublier leur contribution aux progrès des sciences grammaticales et linguistiques.

Prodicos fit évoluer l’analyse du langage par son approche des différentes significations des mots. Sa contribution la plus significative se trouve dans sa méfiance de l'utilisation polysémique du verbe qui le pousse à établir un usage de mots ayant un sens précis dans lequel chaque expression doit faire référence à une seule et même chose.

Point de vue de l'histoire des idées

Bien qu'on connaisse mal le détail des idées professées par les sophistes, il y avait certainement de grandes différences de l'un à l'autre. Cependant, ils semblent tous s'être intéressés aux domaines suivants :

  • l'analyse rationnelle des situations, des caractères, des lieux, des événements ;
  • l'étude non spéculative (comme celle des anciens physiciens d'Ionie), mais pragmatique de tous les domaines qui puissent être connus. En d'autres termes, face à un phénomène donné, la pensée traditionnelle faisait appel à la mythologie, les physiciens à une théorie sur la constitution du monde, tandis que les sophistes en faisaient une étude phénoménologique et posaient les questions : À quoi cela peut-il me servir ? Comment pourrais-je le maîtriser ? D'une certaine manière, les sophistes sont les ancêtres de la pensée techno-scientifique[réf. souhaitée].
  • l'analyse du langage, non pour lui-même, mais en tant que moyen de persuasion, c'est-à-dire la rhétorique ;
  • usage synonymique des mots, dans un sens strict, en vertu duquel chaque nom doit se référer à un seul et unique objet.

La curiosité sans limites des sophistes et leur pragmatisme font qu'ils ont souvent été jusqu'à remettre en cause l'existence des dieux. Des œuvres de Protagoras auraient été détruites par autodafé[réf. nécessaire] [3],[4].

D'après Michel Onfray, l'historiographie de la philosophie a discrédité et méprisé ce courant philosophique[5]. Par ailleurs, la recherche récente a tendance à remettre en cause l'existence de ce courant en tant que tel. Le seul véritable point commun de ceux que nous appelons « les sophistes » serait leur prétention à détenir la « science » (sophia) et à pouvoir la transmettre à quiconque paye pour écouter leurs leçons, tandis que, sur tout le reste, leurs positions sont très diverses et souvent opposées. Ce seraient leurs adversaires (et rivaux dans la recherche d'élèves), ceux qui se disent « philosophes » (litt. « ceux qui cherchent la science », sans prétendre la posséder déjà), c'est-à-dire les disciples de Socrate, Démocrite, Isocrate, etc., qui auraient procédé à cet amalgame. Les caractéristiques communes énumérées ci-dessus seraient en réalité communes à la majeure partie des intellectuels grecs de l'époque[6].

La seconde sophistique

C'est le polygraphe Philostrate d'Athènes qui, au début du IIIe siècle ap. J.-C., dans ses Vies des sophistes, a inventé l'expression de « seconde sophistique ». Plutôt qu'une définition chronologique, il s'agissait en fait d'une définition logique (seconde parce qu'il en existe déjà un autre type). Mais, comme les sophistes évoqués par Philostrate sont tous du IIe siècle, les historiens modernes de la rhétorique ont tendance à la cantonner à cette période.

Le sophiste de la seconde sophistique est d'abord un professeur de rhétorique qui a pour élèves des adolescents. Outre ses leçons, il compose des manuels techniques, des recueils de sujets à traiter, avec ou sans correction, des modèles de discours.

Le sophiste a aussi un rôle de porte-parole de sa cité : il compose et prononce des discours lors des grandes occasions (visite d'un grand personnage, en particulier de l'empereur, fête solennelle, ambassade auprès de l'empereur ou auprès d'une autre cité, remerciement à un bienfaiteur, éloges...). Il peut aussi jouer le rôle de conseiller auprès de sa cité en composant des discours qui prônent telle ou telle politique, telle réforme, qui dénoncent tel défaut.

Enfin, en partie à titre publicitaire (pour conquérir des élèves), le sophiste se déplace souvent pour donner des échantillons de son art en des séances publiques dans d'autres villes que celles qu'il habite. Le sommet de carrière auquel peut prétendre un sophiste est d'être remarqué par l'empereur, auprès duquel il pourra jouer les mêmes rôles qu'auprès d'une cité : éloges et conseils, mais il vaut mieux éviter les reproches. Cependant, les sophistes ont étudié et développé les divers moyens de faire entendre des remarques peu flatteuses sans fâcher l'auditeur.

Troisième sophistique

Certains historiens de la rhétorique parlent encore d'une « troisième sophistique » pour distinguer les sophistes du IVe et du Ve siècles ap. J.-C. de leur prédécesseurs. Dans l'empire désormais chrétien et plus bureaucratique, leur influence est en effet moins grande que pendant le Haut Empire, parce qu'ils sont en concurrence avec les légistes, les bureaucrates et les évêques. D'autre part, ces sophistes tardifs semblent davantage préoccupés de morale.

Parmi les sophistes célèbres, Hérode Atticus, Dion de Pruse (ou Chrysostome), Aelius Aristide, Fronton (latin). Pour la troisième sophistique, Libanios, Himérios, Thémistios (mais c'est aussi par ailleurs un philosophe) et Chorikios.

Le sophiste selon Platon

Article détaillé : Le Sophiste.
Platon, copie du portrait exécuté par Silanion pour l'Académie vers 370 av. J.-C., Centrale Montemartini.

Pour Platon, les sophistes ne sont pas un simple repoussoir, mais des adversaires sérieux dont les doctrines méritent d'être combattues. Socrate attaque violemment les sophistes qui, par leur relativisme et leur nominalisme, sont les ennemis de l'idéalisme platonicien. Platon ne critique cependant que modérément les « grands » sophistes : les dialogues de Platon mettent en scène des joutes entre des disciples de ceux-ci et Socrate, qui en vient aisément à bout, les déconsidère et les ridiculise[7]. Les principaux reproches portent sur les points suivants :

  • Les sophistes font payer leurs leçons comme d'autres maîtres de technaï (sculpteurs, potiers, etc.), alors que la sagesse (sophia) ne peut être ravalée au rang de technè et que la faire payer, c'est la corrompre. Platon était issu de l'aristocratie, alors que les sophistes étaient issus du peuple et des classes populaires (et souvent étrangers ou métèques dans la Grèce antique).
  • Les sophistes sont amoraux, puisque leur enseignement peut servir tout aussi bien à donner des armes à l'injustice, alors qu'ils prétendent donner à leurs élèves une éducation.
  • Les sophistes manipulent le langage et préfèrent l'efficacité à la vérité.

Cependant, certaines thèses philosophiques défendues par les sophistes sont prises au sérieux par Platon:

  • thèses épistémologiques : Les sophistes sont considérés comme relativistes par Platon. Protagoras affirme ainsi que « l'homme est la mesure de toutes choses ». Cela signifie que la vérité n'est pas quelque chose d'indépendant de l'homme, mais qu'elle dépendra de sa perspective. En allant à peine plus loin, on soutiendra la thèse que rien n'est vrai, et que tout est relatif. Il n'y a pas de doute que la doctrine des Idées est une tentative de nous sortir du relativisme des sophistes.
  • thèses politiques : Elles ne sont pas séparables des thèses épistémologiques. Si l'homme est la mesure de toute chose, alors les lois de la cité ne sont pas guidées par ce qui est bien en soi, mais par ce que les hommes sont convenus d'adopter. C'est le positivisme juridique, par opposition au naturalisme. Les lois sont conventionnelles et non pas fondées sur une morale transcendante. Il est évident que le projet de fonder la politique sur la compétence de ses dirigeants à saisir l'Idée du Bien, c'est-à-dire à être philosophe, est la réponse de Platon au conventionnalisme politique.
  • thèses morales : Si rien n'est vrai en soi, alors rien n'est bien en soi, d'où l'assimilation de la vertu à la puissance. Est vertueux celui qui est capable d'assouvir ses désirs, c'est-à-dire son bien propre, plutôt que le bien commun. De plus, ce bien est assimilé au plaisir, alors que Platon veut l'associer au respect de la justice.

Notes et références

  1. Premiers pédagogues: de l'Antiquité à la Renaissance Par Jean Houssaye - EME Editions Sociales Françaises (ESF) (2002)
  2. Voir Aristote, Organon et notamment les Réfutations sophistiques où il catalogue les principaux types de sophismes. Cf., dans une moindre mesure, la Rhétorique, où il les définit comme des « semblants d'enthymèmes ».
  3. Protagoras (dont l') écrit sur les dieux fut brûlé par l'ordre des magistrats.[réf. insuffisante]
  4. Selon Diogène Laërce, qui cite à ce propos un ouvrage perdu d'Aristoxène, Platon a souhaité des autodafés des œuvres matérialistes de Démocrite (Diogène Laërce, IX, 40 (Vie de Démocrite,[1]). L'ouvrage d'Aristoxène (qui ne nous est pas parvenu) s'intitulaitHistorika Hupomnêmata, Souvenirs historiques. En revanche, on ne possède pas de témoignage que Platon ait souhaité faire connaître le même sort aux ouvrages des sophistes, Démocrite n'ayant d'ailleurs jamais été compté comme sophiste. Sur l'interprétation donnée par certains modernes de ce passage de Diogène Laërce, voir Michel Onfray, Les sagesses antiques, Contre-histoire de la philosophie, tome I, Grasset (2006), p.58 ;Démocrite, Platon et la physique des particules élémentaires de Iraj Nikseresht, Nikseresht Iraj, Luc Brisson, L'Harmattan, 2007 ; Laura Gemelli Marciano, Democrito e l'Accademia. Studi sulla trasmissione dell'atomismo antico da Aristotele a Simplicio ; Edouard Delruelle, Métamorphoses du sujet ; Fernando Baez,Histoire universelle de la destruction des livres, Fayard.
  5. Michel Onfray, Conférence de l'université populaire de Caen - contre histoire de la philosophie - le pur plaisir d'exister.
  6. Voir en particulier les travaux de Marie-Pierre Noël et du centre de recherche CRISES.
  7. Michel Onfray, Le pur plaisir d'exister, chapitre 04 - Les pré-socratiques.

Bibliographie

Première sophistique

  • H. Diels et W. Kranz, Die Fragmente der Vorsokratiker, 3 vol., 10e éd., Weidmann, Berlin, 1960-1961. Texte grec.
  • J. Dillon et T. Gergel, The Greek Sophists, Penguin, Londres, 2003.
  • J.-P. Dumont et J.-L. Poirier, Les Présocratiques, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1988, p. 979-1178.
  • J.-P. Dumont, Les Sophistes. Fragments et témoignages, PUF, Paris 1969.
  • Werner Jaeger, Paideia, La Formation de l'homme grec, Gallimard, 1988 (chap. Les Sophistes, p. 333-381) (ISBN 2-07-071231-1).
  • R. K. Sprague, The Older Sophists, Columbia, UP, 1972.
  • M. Untersteiner, Sofisti, testimonianze i frammenti, La Nuova Italia, Florence, 1949, 4 fasc.

Seconde sophistique

  • Philostrate, Vies des Sophistes.
  • Aelius Aristide, Discours et déclamations.
  • Dion Chrysostome, Discours et déclamations.
  • Eunape, Vies des philosophes et des sophistes.
  • Favorinos, Discours et déclamations.
  • Himérios, Discours et déclamations.
  • Libanios, Discours, Déclamations, Lettres, Progymnasmata.

Études sur la première sophistique

  • Classen, C.J. (éd.), Sophistik, Darmstadt, 1979 [La bibliographie de ce collectif est à ce jour la plus complète]
  • Cassin, B., L’Effet sophistique, Paris, Gallimard, 1995 [Une interprétation contemporaine très riche, sous diverses influences (Heidegger, tournant linguistique...)]
  • Cassin, B., (dir.) Le Plaisir de parler, Paris, Minuit, 1986 [Actes du colloque de Cerisy]
  • Cassin, B.,(dir.) Positions de la sophistique, Paris, Vrin, 1986 [id.]
  • Coll. « pourquoi a-t-on tué les Sophistes ? », Noèsis, n°2, Nice, CRHI, 1998
  • Dupréel, E., Les Sophistes. Gorgias, Protagoras, Prodicus [sic], Hippias, Neuchâtel, éd. Du Griffon, 1944
  • Gomperz, Th., Les Penseurs de la Grèce. Histoire de la philosophie antique, t.III, Paris, Payot, 1928 [La partie sur les sophistes a été réédité aux éditions Manucius par O. D'Jeranian]
  • Grote, G., A History of Greece, Londres, John Murray, 1869, VII, pp. 151-204 [l'une des toutes premières réhabilitations des sophistes ; ce qui n'empêche pas des divergences avec d'autres contemporains adeptes des sophistes, comme Nietzsche (cf. La Volonté de puissance, trad. G. Bianquis, Paris, Gallimard, 1995, Livre I, §63)]
  • Guthrie, W.K.C., Les Sophistes, trad. J.-P. Cottereau, Paris, Payot, 1971 (= A History of Greek Philosophy, vol III. The fifth century Enlightenment)
  • Kerferd, G.B., Le Mouvement sophistique, trad. A. Tordesillas, Paris, Vrin, 1999 [Le spécialiste anglo-saxon de la sophistique]
  • Kerferd, G.B.,(éd.) The Sophists and their legacy, Wiesbaden Steiner, 1981
  • Levi, A., Storia della sophistica, Naples, 1966
  • Romeyer-Dherbey, G., Les Sophistes, Paris, PUF: "Que sais-je?", 1985 [Excellente prise de vue, incisive et synthétique; la méthode et le contenu s'inspirent de Untersteiner]
  • Romilly, J. DE, Les Grands Sophistes dans l’Athènes de Périclès, Paris, Livre de Poche , 1988 [Présentation plus historique que proprement philosophique]
  • Untersteiner, M.. Les Sophistes, [1948], 2 vol., trad. A. Tordesillas, Paris, Vrin, 1993 [Le « classique » sur le sujet; études fouillées et novatrices]
  • Zeller, E., La philosophie des Grecs considérée dans son développement historique (1844-1852), vol. I et II, trad. Émile Boutroux, Paris, 1877-1884 Lire en ligne le tome 2 sur Gallica [La référence majeure, malgré son ancienneté, pour l'étude de la philosophie antique]

Études sur la seconde sophistique et ses prolongements

  • E. Amato (s. la dir. de), Approches de la Troisième Sophistique, Latomus, 2006.
  • A. Boulanger, Aelius Aristide et la sophistique dans la province d'Asie au IIe siècle de notre ère, Paris, 1923, 1968.
  • L. Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain , 1993.
  • B. Puech, Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d'époque impériale, 2002.
  • B. P. Reardon, Courants littéraires grecs des IIe et IIIe siècles après J.-C., Les Belles Lettres, 1971.
  • B. Schouler et P.-L. Malosse, La Troisième Sophistique, Lalies, 2009.
  • T. Whitmarsh, The Second Sophistic, Oxford, 2005.

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sophiste de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sophiste — [ sɔfist ] n. m. • 1370; soffistre 1236; lat. sophistes, mot gr. 1 ♦ Anciennt Chez les Grecs, Maître de rhétorique et de philosophie qui allait de ville en ville pour enseigner l art de parler en public, les moyens de l emporter sur son… …   Encyclopédie Universelle

  • sophiste — Sophiste. s. m. Ce nom s est donné parmy les Anciens aux Philosophes & aux Rheteurs, & se prenoit tant en bonne qu en mauvaise part, mais plus souvent en mauvaise part. Il signifie aujourd huy celuy qui fait des arguments captieux. Ce n est pas… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sophiste — (so fi st ) s. m. 1°   Primitivement, chez les Grecs, une personne habile, expérimentée dans les affaires de la vie privée ou publique. Les sept sages portèrent aussi le nom de sophistes. •   Solon, qui le premier des Athéniens a eu le titre de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOPHISTE — s. m. Nom qui se donnait chez les anciens aux philosophes et aux rhéteurs. Il se prend aujourd hui en mauvaise part, et signifie, Celui qui fait des arguments captieux. Ce n est pas un philosophe, c est un sophiste, un pur sophiste …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOPHISTE — n. m. Nom qui se donnait chez les anciens aux philosophes et aux rhéteurs. Il se prend aujourd’hui toujours en mauvaise part et désigne Celui qui use d’arguments captieux. Ce n’est pas un philosophe, c’est un sophiste. Tout cela n’est qu’un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • SOPHISTE —     Un géomètre un peu dur nous parlait ainsi: Y a t il rien dans la littérature de plus dangereux que des rhéteurs sophistes ? parmi ces sophistes y en eut il jamais de plus inintelligibles et de plus indignes d être entendus que le divin Platon …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • Sophiste —    см. Софист …   Философский словарь Спонвиля

  • Sophiste (Platon) — Le Sophiste Dialogues de Platon Second Alcibiade Hippias mineur Premier Alcibiade …   Wikipédia en Français

  • Sophiste (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Dans la Grèce antique, un sophiste est un orateur habile et professeur de rhétorique. Le Sophiste est un dialogue de Platon. Voir aussi Sophisme,… …   Wikipédia en Français

  • Le Sophiste — Pour les articles homonymes, voir Sophiste (homonymie). Le Sophiste (écrit aux environs de 360 avant J. C.) est un dialogue de Platon traitant de la nature du sophiste, et de celle de l être. Il est la suite du Théétète, dont il prolonge la… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.