Mélissos


Mélissos
Mélissos de Samos
(Μέλισσος ὁ Σάμιος)
Philosophe Occidental
Antiquité

Naissance 470 av. J.-C. (Samos)
Décès date inconnue
École/tradition École éléatique
Principaux intérêts Métaphysique
Influencé par Parménide - Héraclite
A influencé Platon

Mélissos de Samos (en grec ancien Μέλισσος ὁ Σάμιος / Mélissos ó Sámios) est un philosophe présocratique, un homme politique et un amiral ionien de Grèce antique, dernier représentant de l'école éléatique.

Sommaire

Biographie

[1]Mélissos est le fils de Ithagénès, philosophe et général de Samos). Il est né vers 470 av. J.-C.[2], mais la date de sa mort nous reste inconnue. Son acmé est fixée à la quatre-vingt-quatrième Olympiade (444 av. J.-C.441 av. J.-C.) selon Diogène[3], Mélissos n'est l'auteur que d'un seul ouvrage, écrit en prose, dont il ne nous reste que des fragments que nous connaissons par le truchement de Simplicius de Cilicie. Aristote fait aussi référence à Mélissos dans un traité intitulé Contre les doctrines de Mélissos[4], rapporté dans la bibliographie de ses œuvres que nous livre Diogène. Timon décrit Mélissos comme le « Vainqueur de beaucoup d'illusions, vaincu par peu d'entre elles. »[5]

Philosophie

Contemporain de Zénon d'Élée, Mélissos a pu être disciple de Parménide car il partage avec lui une pensée de l'être.
Au sein des 10 fragments qui nous restent de son opus, il développe une conception de l'être comme ce qui est pleinement. L'être de Mélissos a pour attributs nécessaires: immutabilité (ne change pas), immobilité, infinité, éternité, unité. Ces attributs sont nécessaires au sens étymologique: necessarius (latin), ce qui est inévitable, ce qui ne peut pas être autrement.

Mélissos fait découler les qualités de l'être de manière logique. Ainsi, parce que l'être est infini, qu'il n'a donc ni commencement ni fin, il ne peut pas se mouvoir, car il n'y a pas de vide. Par conséquent, l'être joue un rôle axiomatique dans la définition de ses attributs. C'est justement sur la notion d'infinité que Mélissos marque sa différence avec Parménide, ce dernier jugeant que l'être n'est pas infini mais « continu, fini, sphérique. »[6]

C'est cette séparation entre l'être de Parménide et l'être de Mélissos qui explique que seul le premier ait reçu l'approbation d'Aristote[7], tandis que Platon perçoit Mélissos plus favorablement[8]. En effet, si pour Parménide aussi bien que pour Mélissos, l'être est un intelligible[6], pour Mélissos, ce n'est pas une réalité physique:

« Si en effet ce sont des êtres que la terre, l'air, le feu, si ceci est vivant, cela mort, ceci blanc, cela noir, si toutes les autres choses que les hommes disent être vraies sont en effet, si nous voyons et si nous entendons juste, il faut que chaque chose reste telle qu'elle nous a paru d'abord, sans changer ni s'altérer, qu'elle soit toujours ce qu'elle est. [...] tout ce que nous voyons partout semble s'altérer et se transformer. Il est donc clair que nous ne voyons pas juste, mais aussi que c'est à tort que toutes ces choses nous paraissent être. »[9]

Mélissos s'est aussi exprimé sur les dieux, à la manière des sceptiques, car dans son propos transparaît une épochè:

« Mais il disait aussi, à propos des dieux, qu'il ne fallait pas se prononcer; car il n'y en a pas de connaissance. »[1]

Homme politique

En 441/40, il affronta victorieusement la flotte athénienne et tint la mer sous contrôle durant deux semaines, élu navarque

Citations

  • « Ce qui a été a toujours été et sera toujours. »
  • « Si l'Être est, il faut qu'il soit un ; étant un, il faut qu'il n'ait pas de corps ; car s'il avait de l'épaisseur, il aurait des parties et ne serait plus un. »

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources

Fragments et témoignages

  • Jean Voilquin, Les Penseurs grecs avant Socrate

Etudes

Notes

  1. a et b Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, LGF, Paris, 1999, IX, 24, p. 1068 (ISBN 9782253132417)
  2. Selon Giovanni Reale dans Melisso, testimonianze e frammenti, il faudrait faire remonter la date de naissance de Mélissos au début du Ve siècle av. J.‑C.
  3. Diogène Laërce, ibid., I, 16, p. 74
  4. Diogène Laërce, ibid., V, 25, p. 581
  5. Diogène Laërce, ibid., IX, 25, p. 1069
  6. a et b Jean Voilquin, Les Penseurs grecs avant Socrate, GF, Paris, 1964, p.89 (ISBN 9782080700315)
  7. Aristote, Métaphysique, tome 1, Vrin, Paris, 2000, livre A, 5, pp. 26-27 (ISBN 9782711610778): « Maintenant, ces philosophes, comme nous l'avons dit, doivent demeurer étrangers à notre présente recherche, et, d'une façon absolue, deux d'entre eux, dont les conceptions sont, en vérité, par trop grossières, Xénophane et Mélissos. Parménide lui, semble raisonner ici avec plus de pénétration.»
  8. Théétète, [180e] à [181a]
  9. Jean Voilquin, ibid., pp. 110-111

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mélissos de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Melissos — von Elea (auch: Melissos von Samos) (* um 490 v. Chr.; † 430 v. Chr.) war ein vorsokratischer Philosoph (Mitte des 5. Jahrhunderts v. Chr.) und Flottenbefehlshaber. Ursprünglich stammte er aus Samos, verbrachte aber den Großteil seines Lebens in… …   Deutsch Wikipedia

  • Melissos — Melissos, aus Samos, 441 v. Chr. Commandant der Flotte, welche die Athener besiegte. Er ist vorzüglich als Philosoph bekannt u. gehörte als Schüler des Parmenides zur Eleatischen Schule. Seine Hauptsätze sind: das Wirkliche kann nicht entstehen u …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Melissos — Melissos, griech. Philosoph aus Samos, wahrscheinlich derselbe, der mit der Flotte der Samier über die Athener 440 v. Chr. einen Sieg erfocht, gehörte als Schüler des Parmenides der eleatischen Schule an. Über seine Lehre gibt der erste Abschnitt …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Melissos von Elea — (auch: Melissos von Samos) (* um 490 v. Chr., † 430 v. Chr.) war ein vorsokratischer Philosoph (Mitte des 5. Jahrhunderts v. Chr.) und Flottenbefehlshaber. Ursprünglich stammte er aus Samos, verbrachte aber den Großteil seines Lebens in… …   Deutsch Wikipedia

  • Мелисс — (Mélissos)         Самосский (около 410 около 360 до н. э.), древнегреческий философ, ученик Парменида, последний из представителей элейской школы (См. Элейская школа), развивший её метафизические и идеалистические тенденции. Видный… …   Большая советская энциклопедия

  • MÉLISSUS — ou MÉLISSOS (MÉLISSUS Ve s.) Philosophe grec né à Samos, en Ionie. Mélissos commande la flotte saméenne lorsqu’elle l’emporte sur la flotte athénienne en MÉLISSUS 442. Disciple de Parménide (Diogène Laërce, IX, 24), il s’est attaché comme Zénon,… …   Encyclopédie Universelle

  • Infini — Le symbole infini Le mot « infini » ( e, s ; du latin finitus, « limité »), est un adjectif servant à qualifier quelque chose qui n a pas de limite en nombre ou en taille. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Samischer Krieg — Südlich von Ephesos: Samos, Priene, Milet Der Samische Krieg wurde 441–439 v. Chr., am Ende der Pentekontaetie, zwischen Athen und Samos geführt und fand somit einige Jahre vor Beginn des Peloponnesischen Kriegs im Jahr 431 v. Chr. statt. Er ist… …   Deutsch Wikipedia

  • Antike Philosophen — Durch Fettdruck hervorgehoben sind Philosophen, die am nachhaltigsten in der europäischen Philosophie fortwirken. Griechische Philosophen Ainesidemos (1. Jh. v. Chr.), aus Knossos Alkmaion (um 500 v. Chr.), Arzt und Philosoph aus Kroton… …   Deutsch Wikipedia

  • Antike Philosophen (Portalseite) — Durch Fettdruck hervorgehoben sind Philosophen, die am nachhaltigsten in der europäischen Philosophie fortwirken. Griechische Philosophen Ainesidemos (1. Jh. v. Chr.), aus Knossos Alkmaion (um 500 v. Chr.), Arzt und Philosoph aus Kroton… …   Deutsch Wikipedia