Saint-Pol-sur-Ternoise


Saint-Pol-sur-Ternoise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pol.

50° 22′ 47″ N 2° 20′ 08″ E / 50.3797222222, 2.33555555556

Saint-Pol-sur-Ternoise
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Saint-Pol-sur-Ternoise
(chef-lieu)
Code commune 62767
Code postal 62130
Maire
Mandat en cours
Maurice Louf
2011-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Saint-Polois
Site web http://www.ville-saintpolsurternoise.fr/
Démographie
Population 5 120 hab. (2008[1])
Densité 621 hab./km²
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 47″ Nord
       2° 20′ 08″ Est
/ 50.3797222222, 2.33555555556
Altitudes mini. 82 m — maxi. 149 m
Superficie 8,24 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Pol-sur-Ternoise est une commune de France, située dans le département du Pas-de-Calais (62) et la région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés Saint-Polois ou Saint-Poloises.(anciens noms: Polopolitains; Polopolitaines)

Sommaire

Géographie

La ville de Saint-Pol-sur-Ternoise se situe au bord de la Ternoise qui est un affluent de la Canche qui elle-même se jette dans la Manche. La commune s'étend sur une superficie de 824 hectares. Elle a une situation géographique intéressante car elle se trouve entre les communes d'Arras, Béthune, la Côte d'Opale et Saint-Omer. En 1999, on recensait 5548 habitants.

Communes limitrophes

Histoire

Les registres matricules n'ont pas toujours existé, il est donc impossible de savoir précisément l'âge de la ville. D'aucuns pensent qu'elle fut mise au monde par les Gaulois, à cause d'une galerie qui se trouvait le long du château, du côté de la ville, et que cette architecture en galeries est de style gaulois ; outre cela, par les Romains, parce que pendant les guerres en Morinie, ou pendant les 500 ans à peu près qu'ils restèrent dans la Gaule soumise à leur domination, ils ont pu fonder la forteresse pour eux-mêmes, ce qu'on serait porté à croire, à cause des chemins qui y aboutissent (à savoir, le chemin de Thérouanne, celui des 7 voies en Boulonnais, qui pouvait arriver en face de la Sénéchaussée et celui d'Arras qui pouvait, lui, entrer par la porte du vieux château, à l'Est).

Quoi qu'il en soit, il est possible que les Morins et les Atrébates, comme le reste des peuples de la Gaule, ayant besoin de se préparer un refuge en cas d'alerte, plaçaient des forts sur les hauteurs et dans le voisinage des rivières. Le château surgit donc au-dessus de la petite rivière de Lhena ou Terna, plus tard Thernois, Ternois et enfin Ternoise. Les maisons ne durent pas tarder à arriver, lui une fois arrivé là, propre et né pour protéger.

Quand César vint attaquer les Morins, qu'il eut bien de la peine à soumettre, nous étions donc des braves, alors, que nous ayons eu un beau château ou de pauvres cabanes. Les Romains envoyaient la cavalerie de leurs armées des Gaules se refaire dans ce pays ; et des écrivains trouvèrent de là l'étymologie de Tervane ou Terrane, nom qu'il porta longtemps ainsi que la ville. Ce nom disent-ils, fut formé de celui que les Romains donnèrent à tout ce pays Terra avenae, Terre d'avoine. Il suffit d'une petite syncope pour en faire celui de Tervana. Nous verrons d'ailleurs un comte de Tervane Saint-Pol ajouter à son nom de Hugues celui de Campdavaine ou champ d'avoine, et prendre pour armoiries une gerbe d'or en champ d'azur. Comme on disait le pays Tervanois, il n'est pas étonnant que bientôt, par la vitesse de la prononciation, on ait dit Ternois en parlant du pays et de la rivière, ce nom resta longtemps, on disait : le comté de ternois.

Des auteurs ont confondu, à cause de la ressemblance des noms, notre ville de Tervana-Saint-Pol, avec Tervanna-Thérouanne, capitale des Morins. C'est à cause de l'U qui remplaça longtemps le V : Tervana, qu'on écrivit d'abord Terüana et non Terüanna, Thérouanne avec deux N. Marianus Scottus, qui écrivit vers le milieu du XIe siècle, dit que Clodion vainquit les Romains vers l'an 438, et s'empara des Tervaniens et des Morins. Il distingue bien ainsi les deux peuples.

Ce nom de Tervana fut changé en celui de Saint-Pol, et voici comment : Les Danois étant venus faire une incursion chez les circonvoisins, mirent tout à feu et à sang, nulle forteresse, nulle chaumière ne fut épargnée. Après l'orage, quand le flot dévastateur se fut retiré, refoulé par les comtes de Boulogne et de Flandre, et surtout par le roi de France Raoul de Bourgogne, on vit au milieu de cette contrée ruinée, la petite ville sourire paisible et toute rayonnante de tranquillité. Cela se passa en 881, au temps de Louis et Carloman, un an après l'incendie d'Arras par les Normands. Un nuage miraculeux sans doute l'avait enveloppée, charmante vierge, et l'ennemi l'avait croisée sans la voir. Nos bons aïeux ne se contentèrent pas de reconnaître par des neuvaines la protection du saint apôtre, sous le patronage duquel ils avaient déjà placé leur ville ; ils voulurent la nommer du nom de leur saint. Plus tard, l'orthographe se corrompit; et l'on a fait Saint-Pol. Les habitants ont encore le même saint pour patron.

On peut arriver à cette manière d'écrire, en se rappelant que les Espagnols ayant tenu la ville quelque temps, l'appelèrent en leur langue, San-Paolo, d'où Saint-Pol, par le retranchement de l'A; l'O de la terminaison disparut dans la prononciation française.

La conservation d'une ville seule, restée debout au milieu du sac de toutes les autres et de la dévastation de toute la contrée qui l'entoure, a été remarquée par les chroniqueurs. « Il y a, dit Lambert d'Ardres, un bourg et son château appelé Tervana, situé près de la rivière Téna ou Terna, commandant à tout le territoire qui s'étendait même au-delà de la Canche… Ce bourg avait le nom de Tervana, avant de 900 de J-C… Ce nom fut changé en celui de St-Paul, parce que, lors d'une incursion des Danois en 881, ce bourg et son château éprouvèrent la protection de Saint Paul. Pauli Fanum (le temple de saint Paul) seul, n'est pas compté parmi les endroits qui furent réédifiés; c'est qu'il n'avait pas été détruit. Le nom de Tervaniens fut changé en celui de Saint-Polois. »

Après tout, libre à nous de croire que les habitants, attaqués comme les autres, joignirent le courage aux prières, et que dévotement persuadés que leurs prières seules les avaient sauvés, ils en témoignèrent, comme ils le pouvaient, leur reconnaissance au saint.

Tervane ou Saint-Pol et le pays de Tervane, pays Ternavien, et enfin pays de Ternois, furent érigés en comté vers 543. Un comte de Boulogne nommé Roulphe ou Rodolphe, fils d'Aimeric, lui même fils de Leger ou Leodgard (1er comte de Boulogne en 511) donna alors en dot cette contrée à sa fille. Ce Roulphe, outre sa fille mariée à Leodegond, avait un fils nommé Robert ou Robrès, qui s'empara de la Flandre, du pays des Normands, et donna, soit dit en passant, à sa fille, épouse d'un comte de Vermandois, ce qu'il appela le comté d'Hesdin.

En 1537 la ville fut assiégée par les troupes supérieures en nombre de l'empereur espagnol Charles QUINT, pillée et brûlée,ainsi que le magnifique château, fierté des habitants, dont il ne reste que quelques ruines. Plus de 4000 personnes furent ainsi massacrées, François 1er n'y avait laissé qu'une petite garnison d'un millier d'hommes. Ce fut la plus grande catastrophe que la ville ait connue.

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et d'arrondissement de 1800 à 1926.

Héraldique

Blason Saint-Pol-sur-Ternoise.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

parti : au 1) d’azur à la gerbe de blé d’or, au 2) de gueules aux trois pals de vair et au chef d’or chargé d’un lambel d’azur.

GERBE D’AVOINE D’OR SUR FOND D’AZUR Famille comtale des CAMPDAVENE de 1067 à 1205. Azur : bleu Or : jaune

DE GUEULES A TROIS PALS DE VAIR SUR FOND ROUGE CHARGE D’UN LAMBEL A TROIS PENDANTS D’AZUR Famille comtale des CHATILLON de 1205 à 1360 Gueules : rouge Pal : pièce honorable placée au milieu de l’écu, dont elle occupe le tiers en largeur. Va perpendiculairement du haut du chef de l’écu au bas de la pointe. Vair : fourrure consistant en points blancs sur fond noir (c’est le contraire de l’hermine bretonne : noir sur fond blanc).

Le lambel a été rajouté par Guy IV de CHATILLON en 1292 quand son frère Hugues VI choisit le comté de Blois et prend avec lui le blason de la famille.

Lambel : brisure dont les puînés chargent en chef les armes de leur maison, et qui consiste en un bâton péri en fasce, d’où pendent les « denticules » (qu’on nomme aussi « gouttes » ou « pendants ») ordinairement au nombre de trois, parfois de cinq.

D’ARGENT AU LION DE GEULES Famille comtale des Luxembourg de 1360 à 1482.

Le blason est surmonté d’une couronne de fortifications pour évoquer le droit à la défense du bourg suite à la charte communale de 1202.

Deux Croix Militaires avec deux citations : 1914-18 et 1939-45.

Après la Première Guerre Mondiale, les Armes de la ville sont entourées de laurier (à droite), qui est signe de victoire, de gloire ainsi que de chêne (à gauche), qui est le courage, la force.

Administration

Saint-Pol-sur-Ternoise dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 11/1989 Lucien Pignion PS  
11/1989 1992 Rémi Cachera PS  
1992 mars 1995 Maurice Louf PS  
mars 1995 juin 2000 Philippe Vasseur UDF Député, Ancien Ministre de l'agriculture
juin 2000 mars 2001 Jean Pépin UDF  
mars 2001 2008 Maurice Louf PS Conseiller général
mars 2008 juin 2011 Yves Héniart DVD  
juin 2011   Maurice Louf PS Conseiller général
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Pol-sur-Ternoise depuis 1793. D’après le recensement Insee de 2007, Saint-Pol-sur-Ternoise compte 5 132 habitants (soit une diminution de 2 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 923e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 791e en 1999.

Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 3 152 2 949 3 409 3 500 3 504 3 452 3 374 3 348 3 380
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 3 315 3 440 3 567 3 743 3 949 3 797 3 788 3 705 3 808
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 3 956 3 970 4 243 4 846 4 704 4 694 4 736 4 535 5 087
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 -
Population 5 193 5 318 5 717 5 752 5 215 5 227 5 144 5 132 -
Notes, sources, ... Sources : base Cassini de l'EHESS pour les nombres retenus jusque 1962[2], base Insee à partir de 1968 (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[3],[4]

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 20,5 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 19,5 %) ;
  • 52,6 % de femmes (0 à 14 ans = 15,7 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 17,4 %, 45 à 59 ans = 18,7 %, plus de 60 ans = 28,9 %).
Pyramide des âges à Saint-Pol-sur-Ternoise en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,4 
6,7 
75 à 89 ans
13,2 
12,6 
60 à 74 ans
14,3 
20,8 
45 à 59 ans
18,7 
19,1 
30 à 44 ans
17,4 
20,5 
15 à 29 ans
19,3 
20,1 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Autres informations

La ville de Saint-Pol-sur-Ternoise possède de nombreuses écoles:

  • les écoles primaire et maternelle : l'école La fontaine, l'école Jacques Prévert, l'école Saint-Anne et l'école Lucien Pignon (seulement école maternelle)
  • Les collèges : le collège Salengro et le collège Saint-Louis
  • les lycées : le lycée professionnel Mendès-France et le lycée d'enseignement général et technologique Albert Châtelet

Lieux et monuments

  • La Gare de Saint-Pol-sur-Ternoise: Cette gare fut bombardée par les allemands durant la guerre 1914-1918
  • Musée d'Art et D'Histoire Bruno Danvin de Saint-Pol-sur-Ternoise, chapelle des Sœurs Noires, inscription aux Monuments Historiques
  • Parc du château, vestiges du château comtal datant du XVe siècle, inscriptions aux Monuments Historiques
  • Statue de ND des Ardents, sculpteur Yves de Coetlogon,1963.

Personnalités liées à la commune

  • Henri Gavel, philologue français, spécialiste de la langue basque.
  • Humoriste et acteur : Pierre Repp, de son vrai nom Pierre Alphonse, Léon, Frédéric, Bouclet, est né à Saint-Pol-sur-Ternoise le 5 novembre 1909. Marié avec Ferdinande Alice Andrée Bouclet le 14 août 1930 à Lille, il est devenu célèbre pour son talent unique de bégayeur exercé au théâtre, à la télévision, au music-hall et dans les cabarets à Paris.
  • Edmont EDMONT, (1849/1926)

Écrivain, journaliste, linguiste, philologue. Membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et belles-Lettres. Chevalier de la Légion d’Honneur. Maire de la ville de 1918 à 1925. A sa mort, le conseil municipal décide de lui accorder des funérailles municipales.

  • Bruno Danvin né à St Pol le 18 janvier 1808. Son père était maître en chirurgie et chirurgien de l’hôpital de la ville. Après des études à la Faculté de Paris, il prend le grade de docteur le 30 avril 1831.

Au décès de son père, il s’établit à Saint-Pol où il devient médecin des hospices et du bureau de bienfaisance. En 1843, il est appelé au conseil départemental de salubrité, attaché au service des enfants trouvés et nommé médecin des hospices de Paris pour la circonscription de Saint-Pol. Passionné d’histoire, il fonde en faisant appel aux travailleurs de Saint-Pol et des environs le Puits Artésien. Cette revue scientifique, historique et littéraire, complètement indépendante, s’interdit les questions politiques et religieuses. Elle paraît de 1837 à 1842. Attiré par la ville de Vieil-Hesdin, Bruno Danvin publie en 1866 la monographie la plus complète qui existe sur la cité médiévale : Vicissitudes, heurs et malheurs du Vieil-Hesdin. Il ne publie pas moins de 59 écrits qui concernent les sciences, les lettres, la médecine, l’archéologie, l’hygiène, etc. Il est membre du Conseil municipal de Saint-Pol de 1834 à 1850. M. Danvin accepte le poste de maire quelques mois entre 1849 et 1850. Membre de nombreuses sociétés savantes, honoré de plusieurs médailles du ministère pour services rendus comme médecin des épidémies, il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 14 août 1861. Bruno Danvin décède à Saint-Pol le 17 février 1868.


Sports

La ville de Saint Pol sur Ternoise est, entre autres, connue pour son club de basket-ball, le Basket Club Saint Polois et son club de football, l'USSP (union sportive Saint Poloise)

Jumelages

La ville de Saint-Pol-sur-Ternoise est jumelée avec[7] :

Photos

Légendes

Une légende folklorique est particulièrement rattachée à Saint-Pol-sur-Ternoise, celle d' ech goblin, également connu sous le nom de qu'vau blanc[8] ou ch'gvo blanc[9], qui est mentionné au XIXe siècle comme un gobelin capable de prendre la forme d'un mammifère fantastique possédant un long pelage blanc, et portant autour du cou un collier garni de clochettes. Le son mélodieux de celles-ci pousse les gens et surtout les enfants à chevaucher l'animal dès qu'ils l'entendent. Le dos d'ech goblin s'allonge au fur et à mesure que des personnes l'enfourchent. Lorsqu'il en porte suffisamment, il court à toute vitesse vers la rivière la plus proche et y noie ses cavaliers[9]. Le soir, cette créature se cachait dans des carrières ou des excavations le long de routes qui menaient vers la forêt[8].

Il était évoqué pour effrayer les enfants turbulents, auxquels on disait« Gare a ti, v'lo ch'goblin »[8],[9].

Article détaillé : Ech goblin.

LA LÉGENDE DE SAINT PAUL EN OR

Cette légende raconterait qu’il y aurait eu une statue de Saint Paul en or massif, grandeur nature enfuie dans les ruines du château. Pour essayer de la sauver en 1537, les assiégés l’auraient transportée au château et jetée dans un puits ou dans un souterrain pour la soustraire à la rapacité des soldats de Charles Quint. En 1927, on fit appel à un radiesthésiste et une voyante. Un puits d’une profondeur de 7m fut creusé à l’endroit exact où l’appareil des sourciers et de la voyante, indiquaient comme étant celui où se trouvait la statue en or. Mais on tomba sur une voûte donnant accès dans les souterrains du château. Pas de statue.

Sur un manuscrit de 1872, il est dit qu’une statue en argent de Saint Paul d’1m de haut environ fut cachée des Impériaux en 1537. En 1936/1937, des fouilles furent entreprises sur le site et on découvrit une statue en pierres dont les manches étaient rehaussées d’or : statue de Saint Jean. La légende ne date que de la seconde moitié du XIXe siècle. Les historiens d’avant n’en firent pas référence.


LA NUÉE MYSTÉRIEUSE Au IXe siècle, une légende tend à prouver que la cité de Saint-Pol existait. A cette époque, les hommes du Nord, les Normands, sillonnent la Canche et la Ternoise sur leurs longs bateaux plats où se tenaient une quarantaine d’hommes. Ils venaient chaque printemps piller les villes et les monastères. D’après une légende, en 881, la ville fut épargnée par les barbares grâce à une nuée mystérieuse qui dissimula Saint-Pol. Les habitants auraient imploré le Saint, dont ils avaient la relique, qui exauça leur vœu. Depuis ce miracle, la ville s’appelle Saint-Pol.


LE MIRACLE DES ARDENTS

Sous la connétablie de ROGER en 1105, une collégiale était installée sur le site du château : la collégiale Saint-Sauveur. La Vierge apparut à Pierre Norman, un ménestrel, dans la nuit du 24 au 25 mai 1105. Elle lui expliqua qu'il devait se rendre à Arras rencontrer l'évêque Lambert. Elle apparut également à un autre ménestrel, Itier qui vivait dans le Brabant. Norman et Itier se détestaient car le premier avait tué le frère du dernier. Norman, venant de moins loin arriva le premier. Il vit tous les malades qui se réfugiaient là, puis il alla raconter son songe à Lambert, mais ce dernier crut qu’il se moquait de lui et le renvoya. Itier arriva le lendemain et alla trouver l’évêque lui aussi. Quand Lambert lui dit que Norman était ici, Itier demanda où il se trouvait parce qu’il voulait le tuer. Heureusement, Lambert intervint et ils se réconcilièrent en faisant le baiser de la paix. La Vierge réapparut alors sous la forme d'une jeune femme vêtue de blanc. Elle leur remit un cierge allumé. Au XIIe siècle, à Arras, un mal sévissait : le mal des Ardents. C'était un mal mortel, que le peuple nommait dan sa terreur le feu infernal. Il ravageait toute l’Europe. La Vierge leur expliqua qu'il fallait faire fondre la cire du cierge et la mettre dans de l'eau puis le faire boire aux gens malades, ou en appliquer sur les plaies. S'ils buvaient cette eau avec foi, ils seraient guéris. Ainsi fut vaincu le Mal des Ardents.

La statue ne fut pourtant érigée qu'au XXe siècle, le 17 nov.1963. Son auteur est le sculpteur De COETLOGON. Au bas de l'autel, une pierre du XVIIe siècle provenant de l'ancienne église paroissiale située Place Lebel.

Article connexe

Liens externes

Notes et références

  1. Populations légales 2008 de la commune : Saint-Pol-sur-Ternoise sur le site de l'Insee
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales. Consulté le 28 août 2010
  3. Évolution et structure de la population (de 1968 à 2007) sur Insee. Consulté le 28 août 2010
  4. Recensement de la population au 1er janvier 2006 sur Insee. Consulté le 28 août 2010
  5. Évolution et structure de la population à Saint-Pol-sur-Ternoise en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 28 août 2010
  6. Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 28 août 2010
  7. Jumelages
  8. a, b et c Société de mythologie française, Mythologie française: bulletin de la Société de mythologie française, Numéros 181-184, 1996 [lire en ligne], p. 61 
  9. a, b et c Marcel Bayart, « Creuyances et superstitions », L'Abeille de la Ternoise. Consulté le 3 décembre 2009


histoire de Saint Pol sur Ternoise, Cathy Camus, 1999


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Pol-sur-Ternoise de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saint-Pol sur Ternoise — Pour les articles homonymes, voir Saint Pol. Saint Pol sur Ternoise Détail …   Wikipédia en Français

  • Saint-pol-sur-ternoise — Pour les articles homonymes, voir Saint Pol. Saint Pol sur Ternoise Détail …   Wikipédia en Français

  • Saint Pol sur Ternoise — Pour les articles homonymes, voir Saint Pol. Saint Pol sur Ternoise Détail …   Wikipédia en Français

  • Saint-Pol-sur-Ternoise — Saint Pol sur Ternoise …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Pol-sur-Ternoise — French commune nomcommune=Saint Pol sur Ternoise région=Nord Pas de Calais département=Pas de Calais arrondissement=Arras canton=Canton of Saint Pol sur Ternoise(chef lieu) insee=62767 cp=62130 maire= Maurice Louf mandat=2001 2008… …   Wikipedia

  • Saint-Pol-sur-Ternoise — Original name in latin Saint Pol sur Ternoise Name in other language Pol, Rernois Libre, Saint Po su Ternoese, Saint Po su Trnose, Saint Pol, Saint Pol sur Ternoise, Sen Pol sjur Ternuaz, tai nu wa si he pan sheng bo lei, Сен Поль сюр Тернуаз… …   Cities with a population over 1000 database

  • Gare de Saint-Pol-sur-Ternoise — Saint Pol sur Ternoise Localisation Pays  France Ville Saint Pol sur Ternoise Coordonnée …   Wikipédia en Français

  • Canton De Saint-Pol-sur-Ternoise — Administration Pays France Région Nord Pas de Calais Département Pas de Calais Arrondissement Arrondissement d Arras Code cantonal …   Wikipédia en Français

  • Canton de Saint-Pol-sur-Ternoise — Administration Pays France Région Nord Pas de Calais Département Pas de Calais Arrondissement Arrondissement d Arras …   Wikipédia en Français

  • Canton de saint-pol-sur-ternoise — Administration Pays France Région Nord Pas de Calais Département Pas de Calais Arrondissement Arrondissement d Arras Code cantonal …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.