Proto-Indo-Europeens


Proto-Indo-Europeens

Proto-indo-européens

Indo-européen
Langues indo-européennes
Albanais | Anatolien
Arménien | Balte | Celte
Germanique | Grec moderne | Indo-iranien
Italique | Slave | Tokharien
Peuples indo-européens
Albanais | Arméniens | Aryens
Baltes | Celtes | Germains
Grecs | Latins | Slaves
Proto-Indo-Européens
Langue | Société | Religion
Études indo-européennes
Théorie de l'invasion aryenne
Hypothèse kourgane

Les Proto-indo-européens (PIE) sont, selon la thèse la plus communément admise, un peuple ancien qui a diffusé sa langue, sa culture, ses codes et ses croyances à la quasi-totalité des peuples d'Europe actuelle (Slaves, Latins, Germains, Celtes, Grecs, Baltes), ainsi que certains peuples d'Asie (Indiens, Iraniens).

Sommaire

Un sujet disputé

Après que la communauté des linguistes eut admis la parenté originelle des principales langues de l'Europe et de l'Inde du Nord, la question se posa des porteurs de la langue souche de la famille. Des études comparatistes, à partir de faits de langage, tentèrent de reconstruire le mode de vie, le lieu d'origine, la culture, l'idéologie et la religion de ces Proto-Indo-Européens. Néanmoins, jusqu'à aujourd'hui, de multiples théories s'affrontent, et, quoique certaines semblent avoir acquis plus de poids, le traitement du sujet demeure sans cesse renouvelé : l'existence de ce peuple est même remise en question périodiquement. La définition d'une famille de langues indo-européennes, la manière dont on considère les relations entre les langues qui la forment (formeraient), demeurant sujet à discussions.

Ces discussions ont été malheureusement constamment parasitées par des présupposés, des arrières-pensées, des enjeux, idéologiques et politiques nombreux et divers. Selon Maurice Olender la famille des langues indo-européennes, dès son identification, a été opposée à l'hébreu - langue que l'on imaginait, avant la Renaissance, être la langue originaire de l'humanité[1]. Dès lors les études indo-européennes au XIXe siècle et jusqu'au milieu du XXe siècle ont été exposées à une politisation et une instrumentalisation idéologiques. Le glissements de l'idée de langue originelle commune à celle de peuple originel commun s'est accompli au XIXe siècle dans un cadre intellectuel marqué par le nationalisme et le racisme : les proto-indo-européens, baptisés Aryens furent alors conçus comme une race. Ces conceptions largement répandues dans toute l'Europe du début du vingtième siècle connurent une fortune particulière en Allemagne, en particulier à la suite des travaux de l'archéologue Gustaf Kossinna. Ainsi les études indo-européennes furent la base de ce que Léon Poliakov a appelé le "mythe aryen"[2], qui fut la base idéologique de l'Allemagne nazie (voir Ahnenerbe), justifiant sa politique raciste et l'extermination des Juifs d'Europe.

La seconde partie du vingtième siècle vit donc l'abandon par la communauté scientifique du concept de race, mais aussi, dans les décennies qui suivirent la Seconde Guerre mondiale, un désintérêt pour les tentatives de retrouver les traces archéologiques des proto-indo-européens. Cependant c'est aussi à ce moment que Marija Gimbutas développa sa thèse d'un foyer originel en Russie du Sud, basée, pour la première fois, sur des éléments archéologiques tangibles, et qui va rapidement s'imposer comme la thèse principale remettant totalement en cause la théorie de l'invasion aryenne exaltée à l'époque par l'Allemagne nazie. Cet itinéraire intellectuel particulier et dramatique explique que les débats sont encore parfois extrêmement vifs, comme cela a pu être le cas en France [3] et que la « croyance » en l'existence ou en la non-existence des Proto-Indo-Européens puisse parfois découler de positions politiques personnelles qui n'ont aucun rapport avec l'étude scientifique du sujet. Pourtant la connaissance du sujet progresse, non sans heurts grâce à des études plus savantes et audacieuses menées notamment aux États-Unis[4] en Angleterre (Colin Renfrew) en France (Georges Dumézil, Henriette Walter), et en Italie (Mario Alinei)

À la recherche des origines

La piste grammaticale

Au XIXe siècle, les premières recherches entreprises placent le foyer originel de dispersion des peuples indo-européens en Asie. Cette conclusion se fonde surtout sur l'idée que le Sanskrit est, sinon la langue mère, du moins la langue qui conserve le plus d'affinités avec la langue-mère à cause de sa complexité et de ses traits archaïques notamment dans la déclinaison, la conjugaison et la grammaire. Cette thèse fut notamment défendue par les frères August et Friedrich Schlegel, qui vont tenter les premières reconstitutions de l'évolution de l'indo-européen, mettant notamment en évidence l'antiquité du Sanskrit et du groupe balte.

Le déchiffrement du Hittite en 1917 va en quelque sorte changer les perspectives. Tout en ayant des traits indo-européens évidents, de par sa morphologie, cette langue disparue il y a de cela trois millénaires présentaient de nombreuses originalités, en premier lieu celle de ne pas faire la distinction entre le masculin et le féminin, mais seulement entre les êtres animés et les êtres inanimés (ce qui deviendra le neutre). De fait, la plupart des analystes considérèrent que, de par son ancienneté, le hittite descendrait non pas de l'indo-européen, mais d'un proto-indo-européen, antérieur à l'indo-européen reconstitué par les méthodes comparatistes. Ces découvertes obligèrent de fait à ne plus considérer la langue indo-européenne de manière statique, mais dynamique. Soit non plus comme une langue figée, propre à un seul peuple, mais comme une langue mouvante, qui a pu être l'apanage de plusieurs peuples, et subir de multiples variations continues.

La piste linguistique

D'autres recherches tentent de déterminer ce lieu en étudiant les racines conservées par un maximum de langues dérivées, de telle sorte que l'on puisse savoir quels végétaux et/ou quels animaux sont connus des PIE. Là où se trouvent ces plantes et ces organismes, se trouvent aussi les lieux où ce peuple aurait vécu. Par le même type de raisonnement, on essaie de reconstituer les éléments de leur culture matérielle primitive. Ainsi, par exemple, on s'est appuyé sur le fait que les proto-indo-européens n'avaient pas de mots pour désigner la mer — la racine hypothétique *mor ne désignant originellement qu'une petite étendue d'eau, comme l'anglais archaïque Mere le français Marais, ou le gotique mari : pour désigner la mer on recourra soit à une extension du sens originel (latin Mari) soit à un mot composé (gotique Marisaiws), soit à un terme nouveau (l'anglais Sea, l'allemand See ou le grec thalatta) — pour en déduire que le peuple proto-indo-européen, si tant est qu'il ait existé, n'était pas un peuple de marins[5].

La piste archéologique

La troisième piste consiste à rechercher des témoignages archéologiques permettant de détecter la présence en un lieu des PIE à partir de ce que l'on peut supposer de leur mode de vie.

La thèse des Kourganes

La thèse aujourd'hui la plus communément admise, quoique toujours incertaine, est la première à combiner donnée linguistique et archéologiques. Émise par l'archéologue américaine d'origine lituanienne Marija Gimbutas, elle consisterait à identifier les Proto-Indo-européens avec les porteurs de la civilisation des Kourganes dans la steppe pontique de même que l'on identifie les Celtes avec les porteurs des civilisations de Hallstatt et de la Tène, et les ancêtres des Aryens avec la civilisation d'Andronovo. Cette culture du mésolithique située entre la Volga et les fleuves de l'Oural se distinguant en effet par la domestication précoce du cheval, ce qui en feraient les acteurs privilégiés d'invasions linguistiques.

Qui plus est les seuls vestiges de cette civilisation, des tombeaux, dits Kourganes (anglais : pit-graves), indique qu'il s'agit d'une société patriarcale et très hiérarchisée, fondée semble-t-il sur la tripartition déduite abstraitement par Georges Dumézil entre classes de guerriers, de prêtres et de pasteurs. En effet, ces Kourganes sont des tombes collectives, ce qui laisse à supposer une immolation des proches (femmes et serviteurs) en cas de décès du maître ; pratiques que l'on retrouve aussi bien dans l'Inde des brahmanes que chez les mérovingiens.[6]

Les extensions et reflux successifs de ces tombeaux en Europe laissent croire à trois vagues d'invasion successives. La première remontant à la fin du Ve millénaire av. J.-C.. (vers -4200) se serait d'abord limitée au Danube et à la Macédoine, provoquant entre autres l'extinction de la culture de Tisza. Pour autant cette invasion demeurera superficielle : tantôt les autochtones repoussant les envahisseurs comme ce serait le cas des premiers atteints, les peuples de culture danubienne, vivant sur les bords du Dniepr, tantôt en les assimilant. La seconde vague prendra place un millénaire plus tard (vers -3300) et aura, semble-t-il, plus de succès, puisque la moitié de l'Europe est touchée : Balkans, Italie du nord et du centre, Allemagne du sud et de l'est, Europe Centrale, Turquie du nord. Si dans les marges, l'indo-européen ne se maintient pas, il s'implante par contre durablement ailleurs. Du fait de leur ancienneté, ces premières vagues d'invasions n'ont pu être à l'origine des subdivisions linguistiques que l'on connaît aujourd'hui, entre branches grecque, celtique ou sanskrite. Il s'agit en fait d'une forme primitive d'indo-européen, antérieure aux reconstitutions effectuées par les méthodes comparatistes, et d'où est issue la branche précoce de l'anatolien.

Ce n'est qu'à partir de la troisième vague (vers -2800), de moindre extension que la précédente, qu'ont dû commencer à se fixer les premières langues proprement indo-européennes : les langues aryennes et grecques d'un côté qui vont se tourner vers le sud, les langues italo-celto-germaniques qui vont se tourner vers le nord.

En bref, quoique hypothétique, la thèse des kourganes demeure à l'heure actuelle la plus formalisée, et la plus argumentée des thèses indo-européennes.

La thèse anatolienne

Mais la méthode du recours aux témoignages archéologiques suscite des objections. L’archéologue britannique Colin Renfrew [7] souligne l’absence de preuves archéologiques convaincantes[8]. Il propose de voir dans le foyer d'origine des PIE l'Anatolie d'où part la vague de colonisation qui apporte la civilisation néolithique et l'agriculture en Europe à partir du  millénaire avant notre ère.

La thèse de la continuité paléolithique

Il faut soigneusement distinguer la thèse précédente de celle de la « continuité paléolithique » développée par le linguiste italien Mario Alinei. Cette théorie présuppose une évolution continue des populations européennes depuis le paléolithique récent. Les cultures se seraient engendrées les unes les autres au fil des temps sans apport extérieur impliquant une rupture dans l'évolution (qu'aucune recherche archéologiques ne confirmerait). En quelque sorte Alinei rejoint les anciennes conclusions du linguiste Nicolas Troubetskoï qui voit dans la famille des langues indo-européennes un ensemble d'isoglosses ne présupposant pas l'existence d'une langue-mère ni les migrations d'un peuple porteur de cette langue et de sa culture.

L'archéologue français J. P. Demoule parle plutôt de mythe, pour qualifier la position des tenants de l'existence des PIE[9]. La position de Demoule serait la suivante : l'obligation de reconnaître une parenté linguistique, l'existence d'une famille de langues indo-européennes, ne suppose pas nécessairement une origine unique et commune, et la recherche de la région d'origine est gravement obérée par la difficulté à distinguer vocabulaire commun et emprunts. Au modèle de l'arbre généalogique, il faudrait donc substituer celui du réseau : « c'est l'ensemble du modèle linguistique arborescent qui devrait, au vu des recherches ethno-linguistiques et ethno-historiques les plus récentes et après plus d'un siècle d'utilisations incertaines, faire l'objet d'un réexamen sérieux et pluridisciplinaire »[10]. Demoule explique donc les ressemblances linguistiques et culturelles à partir des contacts et emprunts qui ont pu avoir lieu durant des millénaires. Du point de vue linguistique, il s'appuie sur les travaux de Troubetskoï et les études des pidgins et des créoles[11]. Il pointe aussi ce qu'il présente comme des apories du modèle comparatiste, en particulier la question des déclinaisons et leur développement très inégal dans le sanskrit et le hittite.

Enfin, les nationalistes hindous soutiennent volontiers l'origine indienne des PIE, identifiant les porteurs primitifs de la langue et de la culture indo-européennes aux bâtisseurs de la civilisation de l'Indus. Les peuples indo-européens se seraient dispersés à partir de l'Inde, plutôt que d'y être venus de l'extérieur selon le schéma classique de la théorie de l'invasion aryenne. Dans ce cas aussi, l'idéologie détermine la science. Mais en Inde, les marxistes se sont emparés de la théorie indo-européenne pour attaquer la culture et la religion traditionnelles des Hindous, au nom de leur caractère étranger. Portées par les envahisseurs Indo-Aryens, elles auraient aliéné les peuples de l'Inde à un modèle extérieur à son « génie » natif et originel : cette remarque ne se veut pas une justification des positions nationalistes hindouistes, mais constituerait une tentative d'explication généalogique.

Société

Selon le comparatiste et philologue français Georges Dumézil, la structure sociale de ce peuple serait à l'origine formée autour de trois fonctions :

  • souveraineté sacrée (le roi, les prêtres),
  • force armée (les hommes d'arme et leurs chefs),
  • fécondité et production (le peuple),

Ce schéma exact d'organisation sociale n'a pas été, jusqu'à présent, décelé dans une autre société.

Les religions des peuples descendants des proto-indo-européens sont également structurées autour de ces trois fonctions.

Notes

  1. Maurice Olender, Les langues du Paradis. Aryens et Sémites : un couple providentiel, Paris, 1989
  2. Léon Poliakov, Le mythe aryen, Calmann-Lévy, Paris, 1971
  3. Cat.Inist
  4. IE.org: Contents
  5. Sur tout ceci, voir André Martinet, Des steppes aux océans - l'indo-européen et les indo-européens
  6. André martinet, op. cité page 51-52
  7. http://en.wikipedia.org/wiki/Colin_Renfrew
  8. RENFREW, C. 1987, Archaeology and Language: The Puzzle of Indo-European Origins, London: Pimlico
  9. Demoule Mythe sur mesure
  10. J.-P. Demoule, "Indo-européen(s)" dans André Leroi-Gourhan, Dictionnaire de la préhistoire, 2ème édition, PUF, Paris, 1994
  11. J.-P. Demoule,"Du mauvais usage des indo-européens", L'histoire, 159, 1992, pp. 45-46

Bibliographie

  • Lothar Kilian, De l'origine des Indo-Européens (trad. française de Zum Ursprung der Indogermanen (1983) par Felicitas Schuler) préface de Jean Haudry, Éd. du Labyrinthe, Paris, 2000.
  • Colin Renfrew, L'énigme indo-européenne. Archéologie et langage, Flammarion, Paris, 1990pages sur Colin Renfrew au Collège de France.
  • Bernard Sergent, Les Indo-Européens - Histoire, langues, mythes, Payot, Paris, 1995 ISBN 2-228-88956-3.
  • Gérard Fussman, « Entre fantasmes, science et politique. L’entrée des Aryas en Inde. », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2003/4, p. 781-813lire en ligne
  • Jean Haudry « Les Indo-Européens », Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1981 ; rééd. 1985 ; 1992. (ISBN 2-13-037090-X)

Articles connexes

Lien externe

Un site spécialisé sur les Indo-Européens

Ce document provient de « Proto-indo-europ%C3%A9ens ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Proto-Indo-Europeens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Proto-indo-européens — Indo européen Langues indo européennes Albanais | Anatolien Arménien | Balte | Celte Germanique | Grec moderne | Indo iranien Italique | Slave | Tokharien …   Wikipédia en Français

  • Proto-Indo-Européens — Les Proto Indo Européens (PIE) sont, selon la thèse la plus communément admise, un peuple ancien locuteur de l indo européen qui aurait diffusé sa langue, sa culture, ses codes et ses croyances à la quasi totalité des peuples d Europe actuelle… …   Wikipédia en Français

  • Proto-indo-européen — Indo européen commun Pour les articles homonymes, voir Indo européen. Indo européen Langues indo européennes Albanais | Anatolien Arménien | Balte …   Wikipédia en Français

  • Indo-Europeens — Indo Européens Indo européen Langues indo européennes Albanais | Anatolien Arménien | Balte | Celte Germanique | Grec moderne | Indo iranien Italique | Slave | Tokharien …   Wikipédia en Français

  • Indo-Européens (introduction) — Indo Européens Indo européen Langues indo européennes Albanais | Anatolien Arménien | Balte | Celte Germanique | Grec moderne | Indo iranien Italique | Slave | Tokharien …   Wikipédia en Français

  • Indo-européens — Indo européen Langues indo européennes Albanais | Anatolien Arménien | Balte | Celte Germanique | Grec moderne | Indo iranien Italique | Slave | Tokharien …   Wikipédia en Français

  • Indo-Européens — Les Indo Européens sont un ensemble de peuples d Eurasie (Albanais, Arméniens, Baltes, Celtes, Germains, Grecs, Indiens, Iraniens, Kurdes, Latins, Scythes, Slaves) qui parlent des langues issues d’une ancienne langue appelée indo européen commun… …   Wikipédia en Français

  • Religion proto-indo-européenne — La religion proto indo européenne désigne la religion jadis supposément partagée par l ensemble de peuples proto indo européens. Les anthropologues pensent pouvoir la reconstituer en comparant les religions modernes. C est à cela que s est… …   Wikipédia en Français

  • Religion proto-indo-europeenne — Religion proto indo européenne Demande de traduction Proto Indo European religion → …   Wikipédia en Français

  • Indo-Européen Commun — Pour les articles homonymes, voir Indo européen. Indo européen Langues indo européennes Albanais | Anatolien Arménien | Balte …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.