Escorial

Escurial

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Escurial (homonymie).

40° 35′ 21″ N 4° 08′ 54″ W / 40.58917, -4.14833

Monastère et site de l'Escurial 1
Patrimoine mondial de l’UNESCO
Vistaescorial.jpg
Latitude
Longitude
40° 35′ 21.04″ Nord
       4° 8′ 52.62″ Ouest
/ 40.5891778, -4.14795
Pays Espagne Espagne
Type Culturel
Critères i, ii, vi
No  identification (ID) 318
Région 2 Europe et Amérique du Nord
Année d’inscription 1984 (8e session)

1 Descriptif officiel (UNESCO)
2 Classification UNESCO

World Heritage Emblem.svg
Documentation du modèle
Façade ouest du monastère

Le Site royal de Saint-Laurent-de-l'Escurial (en castillan : Real Sitio de San Lorenzo de El Escorial) est un grand complexe (monastère, musée, collège bibliothèque, et palais, ) qui se trouve sur le territoire de la commune de San Lorenzo de El Escorial, située à 45 kilomètres au nord-ouest de Madrid, dans la Communauté autonome de Madrid (Espagne). C'est une ancienne résidence du roi d'Espagne.

Le Site royal de Saint-Laurent-de-l'Escurial a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en 1984.

Sommaire

Le nom de l'Escurial

Le nom de l'Escurial vient d'un ancien village situé près du lieu où a été construit ce monastère-palais, aujourd'hui la commune de L'Escurial, (12 669 habitants en 2003). On ne doit pas le confondre avec Saint Laurent de l'Escurial, (14 358 habitants en 2003), apparu postérieurement au bâtiment.

Historique

Vue aérienne de l'Escurial.

Ce complexe monumental est situé à côté de la montagne Abantos dans la Sierra de Guadarrama.

Il a été commandé par le roi Philippe II, à la fois en commémoration de sa victoire de Saint-Quentin sur les troupes d'Henri II, roi de France, le 10 août 1557, pour l'expiation du massacre des civils réfugiés commis alors par ses troupes dans l'église Saint-Laurent et, enfin, pour élever une lieu de sépulture à ses parents, l'empereur Charles Quint et Isabelle de Portugal, ainsi qu'à lui-même et à ses successeurs.

C'est aussi un sanctuaire érigé à la gloire de la Contre-Réforme, qui contient l'une des plus grandes collections de reliques du monde catholique : on y trouve quelque 7 500 reliques abritées dans 570 reliquaires répartis dans tout le monastère, mais spécialement dans la basilique Saint-Laurent. On y trouve également en bonne place les patrons de la maison d'Espagne, Saint-Jacques le Majeur et Saint-Jérôme, ainsi que celui de la maison de Bourgogne, Saint-André.

Plan et construction

L'architecte, Juan de Herrera

Le plan du bâtiment, avec ses cours carrées disposées en échiquier, rappelle la forme d'un gril. Cette hypothèse, souvent citée, vient de ce que la basilique est dédiée à saint Laurent, martyrisé à Rome sur un gril. Cette dédicace est assez inhabituelle, dans la mesure où Saint-Laurent n'est pas un saint particulièrement honoré par la maison d'Espagne. On l'associe en général à la bataille de Saint-Quentin, qui eut lieu le 10 août 1557, jour de la fête de ce saint. Durant cette même bataille, un église dédiée à ce dernier aurait d'ailleurs été détruite par l'artillerie espagnole. La commune créée autour du monastère a d'ailleurs pris le nom de San Lorenzo de El Escorial

En réalité, l'origine architecturale de ce plan est très controversée. En écartant l'idée de la grille, qui n'est apparue que lorsque Herrera a supprimé les six tours intérieures de l'époque, le plan paraît être bien plus basé sur les descriptions du Temple de Salomon par l'historien judéo-romain Flavius Josèphe. Il aurait ensuite été aménagé afin d'adapter cette idée aux nécessités du programme monastique et aux multiples fonctions que Philippe II a voulu loger dans le bâtiment : panthéon, basilique, couvent, collège, bibliothèque, palais. Tout cela a doublé les dimensions initiales du complexe, ce qui a notamment imposé d'ajouter deux étages de bâtiments. La basilique, qui devait initialement dominer l'ensemble et manifester la puissance de Dieu, s'est donc retrouvée noyée dans l'ensemble. Le caractère très massif de l'ensemble vient également de ce doublement qui n'était initialement pas prévu.

Les statues de Salomon et David flanquent l'entrée de l'église en montrant un parallélisme entre le guerrier Charles Quint et le prudent Philippe II. De la même manière, la fresque de Salomon qui se trouve au centre de la bibliothèque, montrant son image d'une plus grande sagesse : l'épisode célèbre avec la Reine de Saba. La construction a commencé, avec la pose de la première pierre le 23 avril 1563. Sous la responsabilité de l'architecte Juan Bautista de Tolède, qui n'a pas pu la finir, mourant en 1567, passant la direction à son disciple, Juan de Herrera, qui l'a mené à terme en 1584, avec une telle réussite que son œuvre a donné naissance, en architecture, à l'école herreriana.

De façon assez intéressante, l'Escorial est un bâtiment fort peu "espagnol". Les toits d'ardoises et les tours pointues ont été expressément imposées par Philippe II qui avait trouvé cette particularité de l'architecture flamande tout à fait à son goût. De la même manière, le caractère particulièrement austère, presque serlien de l'ensemble tranche avec les productions immédiatement antérieures et postérieures, marquées par l'abondance du décor, que ce soit dans le style plateresque que dans le baroque espagnol. N'oublions pas que Juan de Herrera a longuement servi sur le chantier de Saint-Pierre de Rome avant de reprendre le chantier de l'Escorial. La forte influence italienne peut ainsi s'expliquer. En revanche, deux traits du plan ont des antécédents majeurs en Espagne. La basilique possède un chevet plat, caractéristique qui ne se trouve que dans la péninsule. Le plan à cours intérieures, de même, s'il se retrouve ailleurs, possède une similarité frappante avec ceux de l'Alhambra de Grenade ou de l'alcazar de Séville.

Description

La Bibliothèque de l'Escurial
Nef et retable de la basilique
Fresques de la salle des Batailles
Jardins du palais

Bibliothèque

La bibliothèque, dotée d'une collection de plus de 35 000 volumes, est située dans une grande nef de 54 mètres de long, 9 mètres de large et 10 mètres de haut. Le sol est de marbre et les meubles de bibliothèque de bois nobles, riches et sculptés. Dans la grande salle, la voûte du plafond est décorée de fresques représentant les sept arts libéraux : la rhétorique, la dialectique, la musique, la grammaire, l'arithmétique, la géométrie et l'astrologie. Une grande sphère armillaire témoigne aussi de l'intérêt de l'époque pour les découvertes astronomiques.

Elle répond au projet humaniste de Philippe II, prince lettré formé par les plus grands esprits de l'Espagne de son temps, qui lisait parfaitement le latin, savait l'italien et le français (quoiqu'il répugnât à le parler à cause de son fort accent). On y retrouve sa passion pour les beaux livres, les manuscrits anciens, l'intérêt pour les sciences et la philologie. Il s'agissait aussi d'abriter les livres pieux et savants du monastère et du collège. Pour cette raison on trouve des livres interdits ou rares ailleurs : il ne faut pas perdre de vue que l'enseignement à l'Escorial était d'une rare liberté, n'hésitant pas à braver les critiques de l'église à propos des leçons d'André Vésale ou d'Arias Montano. Le roi fit acheter de nombreux ouvrages en Espagne et en Europe, acquérant notamment les bibliothèques des lettrados Gonzalo Perez et Juan Paez de Castro, ou celle de son cousin le Duc de Calabre. La question du stockage fut sérieusement étudiée: contrairement aux autres bibliothèques, les livres, reliées en maroquin, dorés et marqués sur les trois tranches, furent placés sur les rayonnages avec le dos vers le mur, afin d'offrir à l'air la partie du papier protégée par la dorure.

Les fonds comportent une majorité d'ouvrages en langues classiques (latins, grecs et hébreux, dans l'ordre), de nombreux volumes en langue arabe et espagnoles, ainsi qu'une centaine en français, une autre en italien, des livres en allemand, en arménien, même en turc et en persan. Une partie importante des immenses collections a néanmoins été perdue lors d'un incendie en 1671.


Palais et dépendances

Le palais de Philippe II est formé d'une série de pièces décorées avec austérité; il a été le lieu de résidence occasionnel de ce roi. Il figure d'ailleurs en bonne place sur l'itinéraire satirique qu'on attribuait au roi Philippe : "de Madrid au Pardo, du Pardo à l'Escorial, de l'Escorial à Aranjuez...". Il aimait y échapper au poids du cérémonial de la cour et profiter de la tranquillité de la campagne avec ses filles. Loin d'avoir été le "reclus de l'Escorial" que sa légende noire s'est complue à décrire, le "roi prudent" ne s'y enferma pour de longues périodes que dans les dernières années de sa vie, alors qu'il commençait à être mal-aimé du peuple et de la cour.

Le palais historique se situe en saillie du quadrilatère sur l'arrière de la basilique. Il comprend plusieurs appartements autour d'une cour à peu près carrée. Il est entouré sur trois côtés par un jardin de style renaissance composé de plusieurs parterres de buis et de gazon. Sur le jardin on trouve une galerie reliant les deux appartements principaux. Côté nord, on trouve les appartements des filles du roi, principalement occupés par l'infante Isabelle-Claire-Eugénie. L'appartement de Philippe II se trouve au premier étage, à la jonction sud du palais et du monastère. Il donne sur le chœur de la basilique par un oratoire. Lorsque les portes sont ouvertes, on peut voir l'intérieur de la basilique depuis la chambre, à la manière de ce que Charles-Quint avait fait aménager dans sa maison du monastère de Yuste. Une galerie fait la jonction entre l'appartement de l'infante au nord et la partie du monastère appelée "palais des Bourbons": c'est la salle des batailles, dont le plafond et les murs sont couverts de fresques représentant les principales batailles gagnées par les armées espagnoles.

Le quart nord-est du monastère, en symétrique au cloitre des évangélistes, a été transformé au XVIIIe siècle en palais à la française, infiniment plus luxueux que la "cabane" qu'avait voulu Philippe II pour sa résidence. Cela a principalement eu pour conséquence la construction de nouvelles ailes dans la cour nord-est et donc la perversion du plan de Juan de Herrera.

Nécropole

Panthéon des Rois

Le Panthéon des Rois est composé de 26 tombes de marbre où reposent les restes des rois des maisons d'Autriche et de Bourbon, sauf Philippe V, Ferdinand VI, Joseph Ier Bonaparte et Amédée de Savoie. Les murs de marbres de Tolède polis sont décorés d'ornementations de bronze doré.

Les derniers restes déposés dans le panthéon ont été ceux du roi Alphonse XIII et de son épouse la reine Victoire Eugénie de Battenberg. Exceptionnellement, on trouve le sarcophage de « Jean III », père de Juan Carlos Ier, bien qu'il n'ait jamais régné.

Panthéon des Infants

Le panthéon des Infants, terminé en 1888, est destiné aux princes, aux infantes et aux reines qui n'ont pas été des mères de rois. Celui de Don Juan d'Autriche se démarque, avec des murs et des sols de marbre blanc. Sur les 60 caveaux présents, 36 sont actuellement occupés.

Salles d'expositions

Les salles capitulaires, destinées actuellement à des peintures, étaient les salles où les moines tenaient leurs chapitres, sorte de confessions mutuelles destinées à maintenir la pureté de la congrégation.

La pinacothèque regroupe les œuvres des écoles allemande, flamande, vénitienne, italienne et espagnole, des XVe, XVIe et XVIIe siècles.

Le musée d'Architecture, constitué de 11 salles, présente les outils, grues et autres matériels employés dans la construction du monument, ainsi que des reproductions de plans et documents relatifs aux œuvres. Des maquettes permettent d'apprécier l'architecture générale du bâtiment.

Jardins

Les jardins des moines, aménagés à la demande de Philippe II, qui était un amoureux de la nature, constituent un lieu idéal pour le repos et la méditation. Manuel Azaña, qui étudia dans le collège des Augustins de ce monastère, les cite dans ses Mémoires et dans son œuvre Le Jardin des frères.

Notes et références


Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens externes


Sites royaux d'Espagne Blason
Palais :
Palais royal de Madrid • La Zarzuela • L'Almudaina • Aranjuez • L'Escorial • La Granja • Le Pardo • Reales Alcázares de Séville • Riofrío
Monastères royaux :
Descalzas Reales • La Encarnación • Las Huelgas • Sta. Clara de Tordesillas • Valle de los Caídos • Yuste
Sanctuaires sous patronage royal :
Panteón de Hombres Ilustres • San Pascual • Sta. Isabel • Collège de Donzelles Nobles
  • Portail de l’architecture chrétienne Portail de l’architecture chrétienne
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail du monachisme Portail du monachisme
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
Ce document provient de « Escurial ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Escorial de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Escorial — Es*co ri*al, prop. n. [Prop. Sp. escorial, i. e., a hill or heap of rubbish, earth, and stones brought out of a mine, fr. escoria dross of metal, L. scoria, fr. Gr. ?. Cf. {Scoria}.] A palace and mausoleum of the kings of Spain, being a vast and… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Escorial — (el) (en fr. l Escurial) anc. résidence des rois d Espagne, près du village de San Lorenzo del Escorial (prov. de Madrid), construite de 1563 à 1584. Palais, couvent et nécropole, ce quadrilatère sévère (208 m sur 162 m), en granit gris bleu, a… …   Encyclopédie Universelle

  • Escorial — [es kôr′ē əl; ] Sp [ es΄kō̂ ryäl′] n. [Sp escorial, lit., place where a mine has been exhausted < escoria < L scoria, dross < Gr skōria, SCORIA] huge quadrangle of granite buildings near Madrid, built (16th cent.) by Philip II of Spain …   English World dictionary

  • Escorĭal — Escorĭal, el (Escurial), Stadt in der spanischen Provinz u. nordwestlich von Madrid, 2000 Ew.; besteht aus 2 Flecken, E. bajo im Thal u. E. de Arriba auf einem mit Kieferwaldung bedeckten Granitberge; bei letzterem steht das prächtige Luftschloß… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Escorial — (»Schlackenhaufen, Halde«, nach den Resten ehemaliger Bergwerke so benannt), Ortschaft in der span. Provinz Madrid, 52 km nordwestlich von Madrid, an der Spanischen Nordbahn, am Südabhang des Guadarramagebirges, in unfruchtbarer Gegend, besteht… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Escorial — Escoriāl, E. de abajo (spr. acho), Flecken in der span. Prov. Madrid, an der Sierra de Guadarrama, (1900) 1411 E. Dabei der von Philipp II. 1563 86 erbaute prachtvolle Klosterpalast E. oder San Lorenzo el Real, mit berühmter Bibliothek,… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • escorial — s. m. Terreno ou campo onde há escórias de metais; escoiral …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Escorial — (izg. eskoriȃl) m DEFINICIJA dvorac SZ od Madrida (16. st.), bivša ljetna rezidencija španjolskih kraljeva s njihovim mauzolejom, crkvom i samostanom augustinaca (bogata knjižnica) …   Hrvatski jezični portal

  • escorial — 1. m. Sitio donde se han echado o se echan las escorias de las fábricas metalúrgicas. 2. Montón de escorias …   Diccionario de la lengua española

  • Escorial — Das Wort Escorial stammt aus der spanischen Sprache und bedeutet Halde im Deutschen. Als Begriff bezeichnet Escorial: die Kloster und Schlossanlage, bekannt als Residenz Philipp II. von Spanien, siehe Real Sitio de San Lorenzo de El Escorial,… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”