300-62-9

Amphétamine

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amphétamine (homonymie).
Amphétamine
Structure 2D de l'amphétamine
Structure 2D de l'amphétamine
Général
Nom IUPAC (±)-1-phénylpropan-2-amine
No CAS 300-62-9
No EINECS 206-096-2
Code ATC N06BA01, N06BA02
DrugBank DB00182
PubChem 3007
SMILES
InChI
Apparence poudre blanche
Propriétés chimiques
Formule brute C9H13N  [Isomères]
Masse molaire 135,2062 gmol-1
C 79,95 %, H 9,69 %, N 10,36 %,
pKa 10.13[1]
Propriétés physiques
T° ébullition 203 °C [1]
Solubilité sol. dans méthanol
28 g/l (eau, 25 °C) [1]
Pression de vapeur saturante 0.24 mmHg (20 °C) [1]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T
Phrases R : 25,
Phrases S : 45,
NFPA 704

Symbole NFPA 704

Données pharmacocinétiques
Métabolisme hépatique et rénal
Demi-vie d’élim. 10-13 heures
Caractère psychotrope
Catégorie Stimulant
Mode de consommation
  • Inhalation: prisé ou fumé
  • Ingestion
  • Injection intraveineuse
Autres dénominations
  • Amphét, Amphé
  • Speed, Deuspi,Peanut
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.
DL-amphétamine en gélules

L'amphétamine (DCI) est une substance sympathomimétique aux effets anorexigène et psychoanaleptique. Elle est utilisée comme coupe-faim, comme stimulant du système nerveux central et pour le traitement de l'hyperactivité chez l'enfant. En Occident, l'amphétamine est considérée comme un stupéfiant, connu sous le nom de speed.

Le nom « amphétamine » provient d'un de ses noms chimiques : α-méthyl-phényléthanamine (d'où a-m-phe-eth-amine = amphétamine).

Sommaire

Historique

La première synthèse d'amphétamines fut réalisée le 18 janvier 1887 par le chimiste roumain L. Edeleanu qui lui donna le nom de phenylisopropylamine mais cette découverte tomba en désuétude.

Les recherches reprirent de nombreuses années plus tard et elles furent redécouvertes lors de recherches d'un produit ayant des propriétés bronchodilatatrices. D'abord isolée de l'Ephedra vulgaris sous le nom d'éphédrine vers 1920, elle sera synthétisée par Gordon Alles à l'université de Los Angeles en 1927.

En 1932, elle est lancée sur le marché sous la marque utilisée comme nom de benzédrine et prescrite comme bronchodilatateur.

En 1935, son action stimulante est constatée et utilisée pour des prescriptions concernant la narcolepsie.

Elle sera largement utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale pour améliorer les performances et surtout l'endurance des soldats (par l'ensemble des belligérants) et c'est alors que les premiers excès seront constatés.

Classées comme psychotrope par la Convention sur les substances psychotropes de 1971, elles seront progressivement déclarées illégales à mesure que les pays adapteront leur législation, réduisant l'usage médical au traitement limité de quelques maladies.

Leur usage, désormais clandestin, concerne principalement l'augmentation des performances en sport et la résistance à la fatigue (lors de soirées festives ou lors de période de travail intense).

Groupe des amphétamines et diversité des dérivés

Article détaillé : amphétamines.

Les « amphétamines » (au pluriel) sont un groupe de molécules apparentées à l'amphétamine de structure phényléthylamine. On peut distinguer trois grands types de dérivés amphétaminiques selon leur effet principal, psychostimulant, hallucinogène ou anorexigène. En modifiant plus ou moins la molécule de phényléthylamine, il a été possible d'obtenir des produits dont l'un des effets (stimulant, hallucinogène ou anorexigène) est renforcé au détriment des autres. On a pu ainsi mettre au point des anorexigènes comme la fenfluramine qui ne présente pas d'effet psychostimulant ou des hallucinogènes puissants comme le STP.

Les trois types de dérivés peuvent donner lieu à abus et connaissent des modes de consommation différents selon la nature des produits et les effets recherchés. Jusqu'aux années 1970, le commerce illicite des amphétamines concernait essentiellement des dérivés psychostimulants. Depuis, des dérivés hallucinogènes s'y sont ajoutés, en particulier l'ecstasy qui fait l’objet d’une importante consommation. En outre, certains dérivés anorexigènes, dont l'effet psychostimulant n'est pas complètement aboli, sont détournés de leur usage médical.

Chimie

L'amphétamine possède deux énantiomères, le terme amphétamine désigne le mélange racémique (mélange 50/50 de D-amphétamine et de L-amphétamine). La D-amphétamine est dénommée Dexamphétamine (ou dextro-amphétamine), la L-amphétamine est nommée lévo-amphétamine.

Formule chimique : C9H13N
Masse molaire : 135,20 g/mol

Pharmacologie

La structure chimique de l'amphétamine ressemble à celle de stimulants naturels produits par le corps : les bioamines dont l'adrénaline, la noradrénaline, la dopamine. L'amphétamine inhibe la récapture de la dopamine. Elle a aussi une action libératrice de la noradrénaline et de la dopamine, par action du transporteur vesiculaire VMAT2 (presynaptique) [2]. Ce phénomène serait la cause de la destruction du neurone.

Usage médical

Elle est principalement employée en Amérique du Nord pour traiter les troubles de l'attention, la narcolepsie et parfois dans le traitement de l'obésité. Même si la forme pure est proscrite depuis 1959, elle reste utilisée sous forme de sulfate de dextroamphétamine.

Son utilisation comme anti-fatigue dans l'armée est reconnue.

Usage détourné et récréatif

Personne consommant du Speed

L'amphétamine est utilisée comme drogue ou comme dopant, le plus souvent sous le nom de speed, notamment, pendant les free parties ou les rave parties. La drogue est aussi utilisée par certains pour une recherche de productivité accrue, lors de la réalisation d'un travail scolaire par exemple.

La drogue se présente généralement en poudre blanche, parfois colorée. On la trouve également en gélule, comprimé ou cristaux.

Le produit vendu clandestinement sous le nom de speed peut contenir ou non des amphétamines (notamment amphétamine, dextroamphétamine, méthamphétamine), d'autres produits actifs aux effets similaires ou non dont des psychotropes ou même des excipients parfois dangereux.

Effets et conséquences

L'amphétamine agit en libérant de la dopamine dans le cerveau. Elle bloque la recapture de la dopamine dans la synapse. Elle inhibe l'activité de l'enzyme MAO (Monoamine oxydase)


Elle traverse la barrière placentaire et cause de nombreux dégâts au fœtus.

Effets recherchés

  • Diminution des sensations de faim et de fatigue[3] ;
  • augmentation de l'endurance ;
  • sensation d'augmentation des facultés cérébrales notamment la concentration[4] ;
  • euphorie et bien-être[4] ;
  • désinhibition
  • source d'énergie spontanée

L'amphétamine étant un produit psycho-actif, les effets recherchés peuvent parfois se transformer en bad trip.

Effets à court terme

  • accélération du rythme cardiaque (tachycardie)[4] ;
  • augmentation de la fréquence respiratoire et de la pression sanguine[4] ;
  • hyperthermie et transpiration ;
  • dilatation des bronches ;
  • réduction de la circulation vers les muscles due à la vasodilatation ;
  • diminution de salive ;
  • dilatation des pupilles (mydriase)
  • crispation des mâchoires (trismus) ;
  • dans certains cas chez les hommes, diminution temporaire des capacités érectiles.

Il arrive parfois que les amphétamines, du fait de leur caractère stimulant, induisent des hallucinations à forte dose, cet effet ne doit pas être confondus avec celui des psychostimulants.

La descente - fin des effets - est souvent très difficile et peut s'accompagner de :

La consommation d'amphétamines cause un effet d'indifférence et/ou un effet sérum de vérité, une capacité à s'ouvrir à d'autre personnes, alors il faut essayer de savoir à qui et quand parler.

Effets à long terme

L'usage régulier entraîne une accoutumance. L'arrêt brutal d'une consommation régulière entraîne un syndrome de sevrage[4].

Le sevrage des amphétamines peut résulter à une idée fixe qui peut amener à une irritation ou agressivité soudaine, ou un rattrapage de sommeil extrême (à ne pas confondre avec la fatigue chronique).

L'absorption de fortes doses peut entraîner une action hallucinogène[4].

Le mode de consommation entraîne aussi d'autres risques :

  • prisé : risque d'endommagement des cloisons nasales, saignements de nez, contamination (VIH, hépatites B et C, tuberculose...) via l'échange des pailles servant à inspirer la poudre ;
  • injecté : abcès et contamination (HIV, hépatites B et C...) via l'échange des seringues.

Décès imputés à la consommation d'amphétamine

Les décès dû à la consommation d'amphétamine sont imputables à :

Code ATC

Notes et références

  1. a , b , c  et d Amphétamine sur http://sis.nlm.nih.gov/. Consulté le 13 janvier 2009
  2. Amphétamine et méthamphétamine, www.centres-pharmacodependance.net
  3. a , b  et c Amine Benyamina, Le cannabis et les autres drogues, Solar, 2005 (ISBN 2-263-03904-X) 
  4. a , b , c , d , e , f  et g Yasmina Salmandjee, Les drogues, Tout savoir sur leurs effets, leurs risques et la législation, Eyrolles, coll. « Eyrolles Pratique », 2003 (ISBN 2-7081-3532-5) 
  5. a , b  et c Drogues, savoir plus risquer moins, comité français d'éducation pour la santé et de la mildt, juillet 2000 (ISBN 2-908444-65-8) 



Phényléthylamines modifier

{2C-B} {2C-C} {2C-D} {2C-E} {2C-I} {2C-N} {2C-T-2} {2C-T-21} {2C-T-4} {2C-T-7} {2C-T-8} {3C-E} {Adrénaline} {Amphétamine} {Bupropion} {Cathine} {Cathinone} {Diméthylcathinone} {DOB} {DOI} {DOM} {DOET} {Dopamine} {Br-DFLY} {Ecstasy} {Éphédrine} {Escaline} {Fenfluramine} {MBDB} {MDA} {MDEA} {Mescaline} {Méthamphétamine} {Methcathinone} {Méthylphénidate} {Noradrénaline} {Phentermine} {Phénylpropanolamine} {Pseudoéphédrine} {PMA} {Salbutamol} {Tyramine}


  • Portail de la médecine Portail de la médecine
  • Portail de la chimie Portail de la chimie
  • Portail de la pharmacie Portail de la pharmacie
Ce document provient de « Amph%C3%A9tamine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 300-62-9 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 300-54-9 — Muscarine Muscarine Structure de la muscarine Général Nom IUPAC (2S,4R,5S) (4 hydroxy 5 methyl tetrahy …   Wikipédia en Français

  • .300 Winchester Magnum — 300 Winchester Magnum третий справа Тип патрона : Винтовочный / охотничий …   Википедия

  • 9-я горнострелковая дивизия (СССР) — 9 я горнострелковая Краснодарская, Краснознамённая, ордена Красной Звезды, дивизия имени Верховного Совета Грузинской ССР 9 я гсд …   Википедия

  • 9-я мотострелковая дивизия — 9 я мотострелковая, Краснодарская, Краснознамённая, орденов Кутузова и Красной Звезды, дивизия имени Верховного Совета Грузинской ССР (9 я мсд) …   Википедия

  • 9×19 мм Парабеллум — Тип патрона : пистолетный Страна производитель …   Википедия

  • 9-я пластунская стрелковая дивизия — 9 я пластунская стрелковая Краснодарская Краснознамённая, орденов Кутузова и Красной Звезды, добровольческая дивизия имени Верховного Совета Грузинской ССР]]]] Годы существования 1918 1992 гг., в том числе: 9 я псд 1943 1946 гг., 9 я отдельная… …   Википедия

  • 62-я пехотная дивизия (Германия) — 62 я пехотная дивизия 62. Infanterie Division Годы существования 26 августа 1939 апрель 1945 Страна …   Википедия

  • 9-я гвардейская стрелковая дивизия — (78 я стрелковая дивизия)  воинское соединение СССР в Великой Отечественной войне. Содержание 1 История 2 Командиры 3 См. также …   Википедия

  • .300 WSM — Allgemeine Information Kaliber: .300 Winchester Short Magnum, 7,62 × 53 mm Hülsen …   Deutsch Wikipedia

  • 62-й армейский корпус (Германия) — 62 й армейский корпус LXII. Armeekorps Годы существования август 1944 Страна …   Википедия

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”