Après-coup

L’après-coup (en allemand : « Nachträglichkeit ») est un concept psychanalytique conçu par Sigmund Freud et que Jacques Lacan va mettre en exergue pour ce qui concerne la temporalité et la causalité psychique. Freud emploie ce terme pour marquer le remaniement après coup par le psychisme d'événements passés, ce qui leur confère « un sens et même une efficacité ou un pouvoir pathogène »[1].

Sommaire

Étymologie

Sigmund Freud introduit le mot en 1896, pour désigner un processus de réorganisation ou de réinscription par lequel des événements traumatiques ne prennent une signification pour un sujet que dans un après-coup, c'est-à-dire dans un contexte historique et subjectif postérieur, qui leur donne une signification nouvelle[2]. C'est en effet dans le contexte de ce que Lacan a nommé un « retour à Freud » que celui-ci introduit la traduction française de « l'après-coup » en donnant à ce terme en 1953, une extension dans le cadre de sa théorie du signifiant et d'une conception de la cure fondée sur le « temps pour comprendre »[3].

La théorie de la séduction généralisée de Jean Laplanche apporte une dimension plus large de l'« adresse » (du message « à traduire ») donnée « par l'autre », soit dans le concept freudien de « la Nachträglichkeit dans l'après-coup »: son « avant-coup » de la situation de « séduction originaire » entre l'adulte (pourvu d'un inconscient) et l'enfant de la sexualité infantile (le sexual).

Traductions

L'après-coup est une traduction dans le texte freudien de l'adjectif-adverbe nachträglich et du substantif féminin Nachträglichkeit : la base verbale du concept dans sa langue de départ en allemand est donc « tragen » qui signifie « porter » (comme dans l'Übertragung ou « transfert », lorsque la traduction française permet un recours en l'occurrence plus exact au verbe latin ferre). Le préfixe verbal « nach » veut dire « après »; mais l'origine de cet « après » est située « avant », comme l'exprimerait par exemple dans le registre affectif le sentiment de la « rancune » qui se traduit en allemand par le verbe nachtragen.

On peut donc l'interpréter simplement comme dans le langage courant, ce qui se fait "après coup" ou, comme un concept métapsychologique refaçonné par Lacan. Lacan en effet introduit une dimension de la temporalisation propre au « sujet », qui est celui de « l'inconscient »: dans l'acception lacanienne de ce mot - celui de « l'inconscient structuré comme un langage » - conception lacanienne structuraliste des années 1950, celles du « Symbolique » et du grand Autre. Dans les faits, Freud a parfois utilisé le terme dans le sens courant et parfois dans son sens élaboré. En France, avant l'intervention de Lacan, les psychanalystes utilisaient plutôt le terme dans son sens courant.

En anglais, la situation est plus compliquée et a parfois déterminé une vision très différente de la psychanalyse qui a aussi été l'objet des controverses entre la France et l'Outre-Manche, et plus avant entre kleiniens et freudiens. La traduction anglaise deferred (adj.), deferred action qui signifie tout simplement qu'une action est différée, est proche de l'acception commune contenue dans la dénomination française. Jean Laplanche a suggéré que cette première traduction anglaise pourrait ou devrait être avantageusement remplacée par le couple afterwards - afterwardsness « avec toute la théorie qu'il suppose » [4] (Proposition de Jean Laplanche: il s'agit alors précisément de l'apport laplanchien au concept d'après-coup que suppose toute la théorie de la séduction généralisée).

L'après-coup, dans le « retour à Freud » de Jacques Lacan et dans la vision moderne

Ce concept fait sortir la vision métapsychologique de Freud d'une conception traumatique linéaire telle qu'elle a été héritée de la neurologie et celle de Charcot en particulier. L'exemple le plus connu est celui d'une patiente de Freud, le cas Emma (qu'on peut lire au chapitre « Psychopathologie de l'hystérie » dans « L'Esquisse», Naissance de la psychanalyse[5]). Adulte elle souffre d'une "phobie" anxieuse d'entrer dans les magasins. Au cours de la cure, on découvre qu'adolescente elle avait été traumatisée par le rire de deux jeunes hommes dans un magasin, dont l'un lui plaisait[6]. En poursuivant l'association d'idées, on tombe sur un deuxième traumatisme: un abus d'un marchand alors qu'elle avait huit ans[7]. De toute évidence la connotation sexuelle de la scène I alors et alors seulement apparaît à la jeune femme qui la refoule et forme alors son symptôme hystéro-phobique. Dans la scène II, il y a une excitation non métabolisable psychiquement qui est donc connotée sexuellement dans la scène d'adolescence. L'après-coup repose sur une vision temporelle dynamique - interactive entre le premier traumatisme et le deuxième. Freud sort ainsi de la simple idée d'un trauma originel à retrouver puis à abréagir qui est l'idée qui domine encore la plupart des interventions psychothérapeutiques modernes.

L'apport de Jean Laplanche: « La Nachträglichkeit dans l'après-coup »

Pour Jean Laplanche, le concept d' après-coup est lié à la théorie de la séduction — négligée par Lacan : Laplanche re-situe la problématique freudienne du rapport de la réalité psychique à la factualité ou à la perception d'un fait dans le cadre désormais de la théorie de la séduction généralisée.
Dès lors, l'apport laplanchien de la théorie de la séduction généralisée et de son corrélat de la théorie de la traduction (à la suite de la lettre 52/112 de Freud à Wilhelm Fliess dans les débuts de la psychanalyse) s'avère essentiel: La traduction des messages énigmatiques compromis avec l'inconscient de l'autre (adulte: dans la sexualité infantile) élargit considérablement la notion d'après-coup à celle du message adressé par l'autre - alors que « l'après-coup  » lacanien comportait encore un sens interprétatif rétroactif de l'adresse à l'Autre, selon une conception de la « vérité » d'ailleurs assez influencée, à cette époque française de la psychanalyse, par l'idée de finitude, provenant de Heidegger[8]. Cette « pensée du temps »[9] qu'est, selon son auteur, la théorie de la séduction généralisée laisse entendre la « transcendance du transfert »[10] où se croisent les deux grands concepts psychanalytiques de l' Übertragung pour le «transfert», et de la Nachträglichkeit pour « l'après-coup ».

« La théorie de la séduction est une pensée du temps. C'est une pensée, permettez-moi ce néologisme, "traductive" du temps. »

— J. Laplanche, Problématiques VI L'après-coup — La Nachträglichkeit dans l'après-coup (1990-1991)

  • « Notes sur l'après-coup » (1992)[11]. En relation directe avec les Problématiques VI publiées seulement en 2006, ces « Notes », basées sur une conversation de Jean Laplanche avec Martin Stanton, ont d'abord été publiées dans Jean Laplanche: Seduction, Translation and the Drives, London, ICA, Éd. John Fletcher & Martin Stanton, en 1992; elles furent ensuite augmentées et révisées par Jean Laplanche. On y trouve en conclusion une excellente définition de ce que Laplanche entend apporter, par la théorie de la séduction généralisée et la catégorie du message énigmatique, au concept de Freud de la « Nachträglichkeit dans l'après-coup », traduit en anglais par afterwardsness :

« le concept de Freud d'après-coup contient à la fois une grande richesse et une certaine ambiguïté, en ce qu'il combine une direction rétrogressive et une direction progressive. Je veux rendre raison de ce problème des directions différentes, vers l'avant et vers l'arrière, en argumentant que, dès le début, il y a quelque chose qui va dans la direction du passé vers le futur, de l'autre à l'individu en question, de l'adulte vers le bébé, que j'appelle l'implantation du message énigmatique. Ce message est alors retraduit, en suivant une direction temporelle tour à tour rétrogressive et progressive (en accord avec mon modèle de traduction-détraduction-retraduction). »

— J. Laplanche, Entre séduction et inspiration: l'homme, p. 66

Conclusion

D'une définition temporelle linéaire tirée de la neurologie, Freud et ses successeurs ont tiré une conception de la vie psychique qui déborde largement ce cadre dans une vision dynamique. De la simple remontée dans le temps pour retrouver l'origine d'un symptôme - un traumatisme sexuel - à l'après-coup, ce concept devient véritablement la pierre angulaire de la métapsychologie freudienne. Les faits ne sont pas fixés une fois pour toutes et de manière rigide dans l'appareil psychique, mais subissent les avatars du traitement intrapsychique des contingences existentielles d'un sujet en cours d'historicisation. Le passé est remodelé par « le présent » (mais quel est-il?), ce qui, on le pressent, ouvre une discussion sur des notions qui débordent le seul cadre épistémologique de la psychanalyse: d'autres disciplines comme la philosophie sont concernées. L'apport de Jean Laplanche notamment enrichit considérablement la notion de l'adresse d'un message adressé par l'autre qui renvoie au concept kantien d'une transcendance, le transcendant croisant « l'objet transcendantal » de la science.

On peut aussi commencer d'entrevoir, au fil du travail de pensée que ses traductions recouvrent, l'autre portée effective du concept d'après-coup: c'est la théorie psychanalytique elle-même, en cours, celle dont l'histoire n'est pas finie, que ce grand concept écrit.

Notes et références

  1. Jean Laplanche - Jean-Bertrand Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, 1967, éd. 2004 PUF-Quadrige, no. 249, (ISBN 2-13-054694-3), p. 34.
  2. Dictionnaire de la Psychanalyse E. Roudinesco et M. Plon
  3. Dictionnaire de la Psychanalyse E. Roudinesco et M. Plon, page 57.
  4. Jean Laplanche,Problématiques VI: L'après-coup, Paris, PUF, 2006, (ISBN 213055519-5). p. 32.
  5. Dans l'ancienne traduction: S. Freud, Naissance de la psychanalyse, Paris, P.U.F., 1956, 5e éd. 1985, p. 364-366.
  6. (Scène I)
  7. (Scène II)
  8. cf. Jean Laplanche,Problématiques VI: L'après-coup, Paris, PUF, 2006, (ISBN 213055519-5), p. 16-18.
  9. Jean Laplanche, Problématiques VI L'après-coup — La "Nachträglichkeit" dans l'après-coup (1990-1991), Paris, PUF / Quadrige, 2006, p. 11.
  10. Cf. Jean Laplanche, Problématiques V le baquet — transcendance du transfert , Paris, PUF, 1987, (ISBN 2-13-040026-4).
  11. Jean Laplanche, « Notes sur l'après-coup », entre séduction et inspiration: l'homme, Paris, PUF/Quadrige, 1999, p. 57-66 (ISBN 2-13-049994-5)

Bibliographie

  • Sigmund Freud, Joseph Breuer. Études sur l'hystérie(1895). PUF. 2002. (ISBN 2-13-053069-9)
  • Sigmund Freud. Lettres à Wilhelm Fliess 1887-1904. Édition complète établie par Jeffrey Moussaieff Masson. Édition allemande revue et augmentée par Michael Schröter, transcription de Gerhard Fichtner. Traduit de l'allemand par Françoise Kahn et François Robert PUF, 2007, (ISBN 2-13-054995-0)
  • Sigmund Freud. Oeuvres Complètes de Freud / Psychanalyse — OCF.P. Édition historico-critique sous la dir. de André Bourguignon, Pierre Cotet, Jean Laplanche (direction scientifique), Traduction collective, Paris, P.U.F.. 1988 et suiv.

Articles connexes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Après-coup de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Après coup — Concept émergent chez Freud, que Lacan va mettre en exergue pour ce qui concerne la temporalité et la causalité psychique en psychanalyse. Freud emploie ce terme pour marquer le remaniement après coup par le psychisme d événements passés, ce qui… …   Wikipédia en Français

  • après-coup — ● après coup, après coups nom masculin En psychanalyse, processus par lequel certains événements traumatiques ne prennent leur portée qu ultérieurement et dans un autre contexte historique qui leur donne un sens nouveau …   Encyclopédie Universelle

  • après coup — /koo/ Too late, after the event • • • Main Entry: ↑après …   Useful english dictionary

  • Après coup — ● Après coup une fois la chose faite, l événement s étant déjà produit …   Encyclopédie Universelle

  • APRÈS-COUP (psychanalyse) — APRÈS COUP, psychanalyse Freud a fait de l’après coup (Nachträglichkeit ) le caractère propre de la vie sexuelle. Parmi les souvenirs pénibles, certains seulement sont sujets au refoulement; certains seulement peuvent susciter un affect que… …   Encyclopédie Universelle

  • Après coup tout le monde sait être sage. — См. Русский человек задним умом крепок …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • L'après-coup — Après coup Concept émergent chez Freud, que Lacan va mettre en exergue pour ce qui concerne la temporalité et la causalité psychique en psychanalyse. Freud emploie ce terme pour marquer le remaniement après coup par le psychisme d événements… …   Wikipédia en Français

  • Prophète après coup. — См. Русский человек задним умом крепок …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • coup — [ ku ] n. m. • colp 1080; lat. pop. colpus, class. colaphus, gr. kolaphos I ♦ 1 ♦ Mouvement par lequel un corps vient en heurter un autre; impression (ébranlement, bruit...) produite par ce qui heurte. ⇒ choc, ébranlement, heurt, tamponnement.… …   Encyclopédie Universelle

  • après — [ aprɛ ] prép. et adv. • Xe adv.; bas lat. ad pressum, de pressus « serré », qui s est substitué en Gaule à l adv. class. post I ♦ Prép. (v. 1130) 1 ♦ Postérieurement dans le temps. Le printemps vient après l hiver. Après la naissance de Jésus… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”