Jupille-sur-meuse


Jupille-sur-meuse

Jupille-sur-Meuse

50° 38′ 35″ N 5° 37′ 39″ E / 50.6429294, 5.6275749

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jupille (homonymie).

Jupille-sur-Meuse, (nom officiel jusqu'en 1963 : Jupille, en wallon liégeois Djoupèye) est une section de la ville belge de Liège située en Région wallonne dans la province de Liège. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Déjà cité comme villa romaine sur la Voie des Ardennes, c'est un des lieux contestés, mais un des plus probables, de la naissance de Charlemagne. C'est dans cette localité que se trouve la brasserie Piedbœuf (groupe InBev), fabriquant la célèbre Jupiler.

Sommaire

Étymologie

  • "Iovis villa" > "Iovilla" > "Iopilla" > "Iupilla" > "Jupilla" > "Jupille".
  • Petit (diminutif roman -illa) genévrier (celtique iuppo)[1],[2].
  • Formé sur le nom d'une villa romaine implantée sur le site de Jupille : "Iovis villa" (villa dédiée à Jupiter, (ou prénom de Domitien[réf. nécessaire]).

Jupille pourrait signifier: "Petit genévrier", "Petit-Jupiter", ou, plus vraisemblablement: "Villa Jupiter" du prénom de l'empereur Domitien[réf. nécessaire] dont on a trouvé des pièces de monnaies sur place[3]).

Toponymie

On trouve les traces de Jupille à travers les siècles sous différentes orthographes :

  • Iopiliensis (687)
  • Jopila (714)
  • Jobvilla (756)
  • Jopilla (868)
  • Iopilla (888)
  • Juppille (1504)

Histoire

Topographie

Axe romain de la voie de Tongres à Aix-la-Chapelle jusqu'au gué de Herstal appelée actuellement chaussée Brunehault sur un tronçon. [4]
Carte des axes romains, carolingiens, de la Voie des Ardennes et de la voie des hèvurlins.[5]

Plusieurs éléments sont favorables à l'installation d'une population à Jupille.

La ligne droite romaine

Le gué de la Meuse

Devant Jupille, la vallée de la Meuse s'élargit fortement. Le débit se ralentit et les alluvions de la Meuse, grossie par l'Ourthe qui vient de la rejoindre, vont se déposer. Au fil des siècles, la vallée devient peu profonde, et à la fin du printemps jusqu'au début de l'automne, il devient possible de traverser facilement le fleuve[6].

Les relais carolingiens de Herstal et Jupille

Du mois d'octobre au mois de mai, il était impossible de passer le gué. Cette difficulté explique la nécessité d'avoir construit les deux palais carolingiens de part et d'autre de la Meuse. Si l'hypothèse de l'existence d'un pont romain n'est pas à rejeter (des pierres taillées ont été retrouvées dans les fondations des églises de Herstal et Jupille[7]), les Carolingiens attendaient que le gué soit praticable pour rejoindre Aix-la-Chapelle ou partir en guerre en Neustrie.

Les difficultés du charroi

Les contreforts de la Meuse étant fort escarpés, le charroi, souvent lourd, ne permettait pas de grimper sans risquer de s'embourber ou de fatiguer l'attelage. Il fallait trouver d'autres itinéraires et aménager des voies carrossables. La vallée de Moulins-sous-Fléron présentait cette unique possibilité sur la rive est de la Meuse. L'autre rive présentait les mêmes caractéristiques[8]. Quand le Pont des Arches de Liège fut disponible au Moyen Âge, on continua à passer par cette vallée, la butte de Cornillon étant trop raide.
De Fléron, on prenait les crêtes jusqu'à Aix-la-Chapelle, ou la Voie des Ardennes[9].

Les voies commerciales

Pendant près de dix siècles, la voie des Ardennes va suivre ce chemin pour bifurquer vers Stavelot après avoir traversé le seul gué existant de la Vesdre à Fraipont[10],[11], pour rejoindre Trèves, avec quelques variantes sur le trajet, suivant les alliances[12]. Curieusement le passage à gué de la Meuse à Jupille existait encore au début du XXe siècle.

Époque romaine

Vase à Buste de Jupille.Les tessons originaux de ce vase reconstitué en terre cuite ont été mis à jour en 1872, à Jupille. Les sept effigies ont été interprétées comme étant des divinités planétaires qui présidaient aux jours de la semaine: Saturne, Sol, Luna, Mars, Mercure, Jupiter et Vénus. Leur véritable signification reste à ce jour une énigme. Cette catégorie de vases liés aux cultes domestiques a été essentiellement produite dans la région de Bavay, l'antique cité des Nerviens, à l'époque Gallo-Romaine entre le premier et le IIe siècle après J.C. Contenance 15 litre[13] ,[14],[15]

La villa était sur un plateau dominant la Meuse au point de rencontre entre le fleuve et l'importante voie romaine Tongres - Trèves encore appelée Voie des Ardennes[16].

Le gué suivant était à Maastricht (Mosae trajectum, passage de la Meuse) sur l'axe Tongres - Aix-la-Chapelle - Cologne.

De l'autre côté de la Meuse, on bivouaquait à Herstal.

Les premières fouilles, en 1872 [17] ont permis de retrouver les traces d'une villa gallo-romaine datant probablement du Ier et IIe siècle après J-C. Les monnaies retrouvées sont de Domitien (81-96), d'Antonin le Pieux (138-161), Septime Sévère (193-211), et Maximin (235-238), [18]. Un fragment de mosaïque, un hypocauste, un calix, un vase planétaire à sept têtes représentant les divinités de chaque jour, originaire de Bavay et quelques poteries sont découverts lors de fouilles en 1872[19]. Ce vase est exposé et plusieurs objets sont conservés au musée Curtius de Liège.

Époque carolingienne

Des documents datés du VIIIe siècle évoquent la présence d'une résidence des souverains carolingiens. Il faut préciser qu'à ce jour, si les traces romaines sont évidentes, on a toujours pas découvert d'indice probant d'une présence franque, mérovingienne ou carolingienne[19]. Un palais aurait existé à Jupille au VIIIe siècle, où Pépin II, dit de Herstal, séjourna et, selon certaines sources, mourut en 714. Pépin III, dit le Bref, y séjourna également en 759 ou 760. Ce palais passait au XVe siècle pour avoir été le lieu, contesté par la suite, de la naissance de Charlemagne. Le grand empereur est, en tout cas, entré dans la légende jupilloise et reste très présent dans le folklore local.

Le domaine primitif

Le * pagus jobvilla était un des pagus du Luihgau, Comté de Liège, il deviendra la Seigneurie de Jupille.

Le domaine du palatium couvrait Beaufays, Bellaire, Beyne-Heusay, Bressoux, Chaufontaine (une partie contestée), Chênée, Evegnée Fléron (village), Forêt, Gomzé-Andoumont, Grivegnée, Jupille, Magnée, Micheroux, Queue-du-Bois et Vaux-sous-Chèvremont.

Certaines de ces limites sont toujours des limites communales actuellement : le Ry du Cheneau, limite d'Olne et Forêt est déjà citée au VIe siècle[20].

Haut Moyen Âge

En 881, les Vikings détruisent les palatium de Jupille, de Herstal, de Fourons et de Meerssen, le portus de Visé, la civitas de Liège, le castrum de Maastricht et le palais impérial d'Aix-la-Chapelle. Chassés par leurs propres dévastations, ils abandonnèrent les lieux l'année suivante[21].

En 995, le duc Gislebert de Lotharingie se dit "seigneur de Jupille et d'Amercœur" et soutient les sièges de Chèvremont en 922 contre le roi de France Charles le Simple et en 935 contre Otton Ier du Saint-Empire.

Bas Moyen Âge

Au bas Moyen Âge, le domaine des Pépinides fut donné par une charte de 1008 par Henri II du Saint-Empire au chapitre Notre-Dame de la Cathédrale de Verdun, ville libre qui relevait directement du Saint Empire romain germanique dès 1195.

Le chapitre Notre-Dame de Verdun vend son tréfonds au chapitre de Saint-Lambert de Liège le 12 septembre 1297[22]. Une autre source signale que Robert II de Médidan, évêque de Verdun engage déjà la seigneurie de Jupille en 1266[23].

En 1288, le chapitre de Saint-Lambert échange le domaine contre la terre d'Amay appartenant au prince-évêque de Liège Gui de Dampierre, Jean II de Dampierre, son fils, lui ayant confié sa charge.

Ceci donne une des grandes possessions du prince-évêque de Liège: le Baillage d'Amercoeur, ainsi appelé parce que la cour scabinale de Jupille a déplacé son siège situé au pont d'Amercoeur[24].

La seigneurie de Jupille

La brassine banale[25] de Jupille.

Le 7 janvier 1535, Henri Damery le charpentier demeurant à Jupille céda à Johan fils de feu Gilles Crahea de Jupille une maison, scaillie, étable et puits qu'on dit la brassine banale de Jupille, joignant vers Liège au ruisseau qu'on dit merchant et à Johan Collard, vers le chenal du moulin à une petite voie, derrière au wérixhas du moulin et devant au réal chemin, au prix d'un cens de 10 fl suivant le rendage du 26 novembre 1533; la garantie est apportée par Lambert Crahea cousin de Johan; Henri Damery retient la chambre et chaffeur au rez-de-chaussée vers le moulin ry la chambre et chaffeur au-dessus et le grenier dessus la chambre et une petite xhaiche d'héritage vers le chenal du moulin[26].

Henri Damery était peut-être apparenté à Simon Damery, cité le 5 décembre 1534, commissaire de la cité de Liège, rentier (= receveur qui tient les comptes) du bon métier des brasseurs [27].

Cette brassine avait perdu sa banalité lorsque le 18 octobre 1644: la maison et brassine ci-devant banale de Jupille était habitée par Jean Houleux de Jupille[28] alors cité avec ses deux filles.

L'engagère[29]

Le 18 novembre 1619, Ferdinand, prince-évêque de Liège engagea les seigneuries de Jupille, Bellaire, et Queue-du-Bois à Guillaume Fayn. Il engage aussi Bois-De-Breux en 1620[30].

Épidémies

  • La peste s'étend en 1579

La commune

Le Baillage d'Amercoeur formé au XIIIe siècle, ne sera découpé en commune, dont celle de Jupille qu'au XIXe siècle.[31].

Les industries

Papeterie

Deux papeteries sont recensées dans la commune de Jupille en 1811 :

  • La 1re appartient à Léonard Doigné; on y fabrique du papier à envelopper la chicorée; elle est en activité durant toute l'année, excepté dans le temps des grandes eaux, de sécheresse ou de fortes gelées; elle produit pour une valeur de 2.470 francs.
  • La 2e appartient à Théodore Thonnart et à sa mère ; on n'y fabrique que du papier destiné à emballer les épiceries et autres objets ; elle produit pour une valeur de 2.722 francs.

Les matières premières sont des chiffons grossiers, du savon, de la houille et de l'huile ; ces objets sont indigènes c'est-à-dire du département de l'Ourte.

Chacune emploie 3 ouvriers qui gagnent chacun 90 centimes par jour[32].

Chaudronnerie

La société Piedbœuf fabriquait au départ, en 1812, du matériel de brasserie.

Brasserie

C’est en 1853, il y a plus de 150 ans, que Jean-Théodore Piedbœuf se lance dans le brassage. En 1921, la brasserie se lance dans la fermentation basse.

Article détaillé : Piedboeuf.

Jumelages

  • Drapeau de la France Joyeuse (Ardèche) (France)Modèle:Jumelage/Ville en lien rouge Modèle:Jumelage/Ville en lien rouge/Modèle Lien absent

Personnalités

Bibliographie

Notes et références

  1. J.J. Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Éd. Racine, 2005
  2. "il faut témoigner d'une très grande prudence quant à l'origine des mots celtiques, on n'en connaît avec précision qu'une petite centaine", Lechanteur J. Com. pers, ULg, 2006
  3. Fouille de 1872
  4. Moutschen JPh, Dumont Br & all - Visages d'Olne, Annexes; 2009
  5. Moutschen & all, Visages d'Olne, 2009
  6. Un autre gué à Maastricht, en latin Trajectum ad Mosam, (gué de la Meuse), était encore moins praticable.
  7. Moutschen et all, Pirlet H. Ulg, Com. pers, 2003
  8. Face à la Préhale, il existait aussi une vallée, (disparue sous un terril charbonnier, l'ancienne voie carrossable se situe actuellement au niveau de la rue Grande Foxhale) qui permettait le charroi. Moutschen J-Ph., com. pers, 2009)
  9. On suivait les crêtes pour surveiller la progression de l'ennemi qui se signalait par les incendies perpétrés au cours des pillages. Sur les crêtes, l'eau ruisselant plus vite, les chemins boueux s'asséchaient plus rapidement
  10. Les moines de Stavelot signalent au XIe siècle un fractam pontem (pont en ruines)
  11. Moutschen J-Ph., Dumont Br & all, Visages d'Olne, 2006
  12. La Voie des hêvurlins, les marchands de Herve vient s'y greffer en suivant une crête du ban d'Olne.
  13. Moutschen J-Ph., Dumont Br. & all - Visages d'Olne, Annexes: WAW, supplément trimestriel, p.16 2009
  14. Demarteau, J. E.Le vase planétaire de Jupille, Ciel et Terre, Vol. 30, p. 373-381 sur le web: dans Astrophysics Data System (ADS)
  15. F. de Villenoisy, Le Vase gallo-belge de Jupille, Impr. de La Meusee (1894)
  16. Elle n'était pas au même endroit que le palais carolingien, situé près du donjon du XVème siècle
  17. Fouilles de Jupille, Place Gît-le-Coq , BIAL Tome IX, 469-496. 1872
  18. Cohen, III, p. 248
  19. a  et b BIAL, ibidem, 1872
  20. Moutschen J-Ph, Dumont Br. & all, Visages d'Olne, 2006
  21. Lejeune J., Liège, Ed. Mercator, 1967, p. 28 à 30
  22. Josse M. Le domaine de Jupille des origines à 1297, 1966
  23. C. Becdelièvre, Biographie liégeoise, T1 1836
  24. Moutschen J-Ph, Dumont Br. & all, Visages d'Olne , annexes, 2008
  25. Brasserie communale
  26. P. Guérin, Archives de l'Etat à Liège, Cour de Jupille: (1) 22-85, 97; (3) 97-83.
  27. René Van Santbergen, Les bons métiers des meuniers, des boulangers et des brasseurs de la cité de Liège, Université de Liège, 1949, p.214.
  28. CHF. Juin 2003 p.36 IID-1?)
  29. Céder ou donner en gagère ou engagère
  30. Guérin , la Seigneurie de Jupille, CHF, 1984
  31. Jespers J.J. , Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, ED. Racine, 2005
  32. Guérin P., Archives de l'État à Liège: Fonds Français : n° 661.
  • Portail de Liège Portail de Liège
Ce document provient de « Jupille-sur-Meuse ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jupille-sur-meuse de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jupille-Sur-Meuse — 50° 38′ 35″ N 5° 37′ 39″ E / 50.6429294, 5.6275749 …   Wikipédia en Français

  • Jupille-sur-Meuse — Jupille (seit 1963 amtlich Jupille sur Meuse) an der Maas war bis 1977 eine selbstständige belgische Gemeinde. Im Rahmen einer Kommunalreform wurde sie damals Teil der Stadt Lüttich. Jupille ist der Sterbeort von Pippin dem Mittleren und der… …   Deutsch Wikipedia

  • Jupille-sur-Meuse — 50° 38′ 35″ N 5° 37′ 39″ E / 50.6429294, 5.6275749 …   Wikipédia en Français

  • Jupille — (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Jupille est un nom propre français. Patronyme Environ 800 personnes portent aujourd hui le nom Jupille en France. Le plus célèbre Jupille fût… …   Wikipédia en Français

  • Jupille — (fully Jupille sur Meuse) is a former Belgian municipality. It is now a part of the city of Liège.Jupille is the location of the brewery Piedbœuf (InBev group), where Jupiler is made. It is also the death place of Pepin of Herstal. Besides, it… …   Wikipedia

  • Jupille (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Jupille est un nom propre français. Patronyme Environ 800 personnes portent aujourd hui le nom Jupille en France. Le plus célèbre Jupille fût sans doute… …   Wikipédia en Français

  • Jupille — Brauerei Piedbœuf in Jupille Jupille (seit 1963 amtlich Jupille sur Meuse) an der Maas war bis 1977 eine selbstständige belgische Gemeinde. Im Rahmen der Gemeindefusion von 1977 wurde sie Teil der Stadt Lüttich. Jupille ist der Sterbeort von… …   Deutsch Wikipedia

  • Bibliographie sur Olne — Article principal : Olne. Cet article détaille la bibliographie de l article sur le village d Olne, en Belgique. Sommaire 1 Biologie 1.1 Ouvrages de références 1.2 B. Documents spécifiques …   Wikipédia en Français

  • Liège — Pour les articles homonymes, voir Liège (homonymie). Liège (nl) Luik …   Wikipédia en Français

  • Herstal — Pour les articles homonymes, voir Herstal (homonymie).   Herstal Géolocalisation sur la carte  …   Wikipédia en Français