Fraipont

Fraipont
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fraipont (homonymie).

50°33′49″N 5°44′57″E / 50.56361, 5.74917

Fraipont, ancienne commune, est une section de la commune belge de Trooz située en Région wallonne dans la province de Liège.

Sommaire

Topographie

Peu de communes sont naturellement limitées comme celle de Fraipont : l'eau y sert de borne aux neuf dixièmes du pourtour. C'est d'abord la Vesdre, qui court des points Nord-Est au Nord-Ouest et qui fait la séparation avec les communes de Cornesse, Olne et Nessonvaux. Ensuite le Sokin-ri, ruisseau qui la sépare de Pepinster sur tout son parcours, le ri d'targnon,joue le même rôle à l'Ouest en formant la limite avec Forêt, enfin le ruisseau de Pîre lê ri qui au Sud sépare Fraipont de Louveigné sur plus de deux tiers de son parcours. Seul la Commune de Gomzé-Andoumont est séparée de sa voisine moitié par une partie boisée, moitié par un chemin, le pazè d'fosse.

Histoire

Fraipont est le nom d'un très ancien hameau situé près d'un ancien gué de la Vesdre, sur la Voie des Ardennes

Époque romaine (?)

Sur la parcelle cadastrale 157C on retrouve les vestiges d'un dallage plus ou moins rectiligne évoquant celui d'une ancienne chaussée romaine pouvant probablement être datée du IVe siècle([1]) ([2]).

Moyen Âge

La Principauté abbatiale de Stavelot-Malmedy atteste d'un pont en ruines à Fraipont, un fractam pontem au Xe siècle, qui donne son nom à la localité([3]).

Cette commune est de tout temps divisée en deux parties: la Haute-Fraipont et la Basse-Fraipont. Section Ouest de Fraipont entre le ri de Targnon et le ri de Hamgné. Jusqu'à la fusion des communes de 1977, les revenus de ces deux sections étaient séparés, en vertu d'un arrêté royal du 13 juillet 1839.

La Haute Fraipont

La Seigneurie de la Haute-Fraipont relève de la cour féodale de Stavelot, comté de Logne. La Haute-Fraipont possède sa propre cour de justice.

Une charte de l'Abbaye de Stavelot de l'an 1095 dit : Est nobis possessio antiquitus in loco qui dicitur ad fractam pontem, pertieus ad possessionem qui apellatur Lovincias.

Le château de la haute Fraipont, est d'une architecture simple et sévère, qui rappelle les manoirs seigneuriaux, Il est bâti tout en briques sur un léger mamelon au milieu de la vallée, et dominé par une tourelle surmontée d'un clocheton. En 1285, le Comte de Luxembourg s'empare du château de Fraipont, qui auparavant était dans les mains du Duc de Brabant.[réf. nécessaire]

Le premier Seigneur connu est Renier de Visé, châtelain de Dalhem, fils de Bretou le Vieux de Waroux. Ses descendants négligèrent le nom de Visé et prirent le nom de Fraipont. Renier de Fraipont, son fils, était en 1345 seigneur de Fraipont, de Banneux et voué de Louveigné, La seigneurie reste dans cette famille jusqu'au XVIIe siècle où elle passe aux de Calwaert. La famille de Calwaert reste en possession de la seigneurie jusqu'à la révolution.[réf. nécessaire]

La Basse Fraipont

La limite entre les communes est le ruisseau d'Havegné face à Coucoumont sur Olne.

La Basse-Fraipont fait partie du Pays de Liège.

Elle faisait partie du domaine royal de Jupille ; la Basse-Fraipont est comprise dans l'Avouerie d'Amercœur, et relève en conséquence, au point de vue judiciaire de la Haute-Cour de justice de Jupille.

Le prince-évêque de Liège cède la Seigneurie de Basse-Fraipont en engagère en 1745 à la demoiselle David, qui en janvier 1759 la revend à J. de Libert. La Basse-Fraipont fait très longtemps partie de la paroisse d'Olne.

Toponymie

Sauf indication contraire les relevés sont des Œuvres de Fraipont,([4])

Nom du village

Sur le trajet de la Voie des Ardennes, ancien itinéraire romain, les moines de l'abbaye de Stavelot signalent un pont brisé, un fractam pontem ; « Fraipont » signifierait donc le pont brisé.

  • 1095: loco qui dicitur ad fractam pontem ([5])
  • ≈1200 Frepont, Registre de Saint-Lambert ([6])
  • 1309: Frepont, Cartumaire de l'église Saint Lambert, ([7])
  • 1322 Fraipont ([8])
  • 1346 Freipont ([9])
  • 1356 Fraipont Cartumlaire du Val benoit ([10])
  • 1377 Fraypont Cartulaire de l'église Saint-Lambert [11]

Al basse fraipont

  • 1338 [basse Fraipont, fiefs de l'église de Liège] ([12])
  • 1477 [basse Fraipont, haulteur de jupille] ([13])

Al haute fraipont

  • [1515 la haulte Fraipont] ([14])

Termes d'oronymie

croupèt: croupet, butte.

  • å croupèt

falîse: falise, falaise

  • al grant' falise,
  • a li p'tit' falise
  • [try deseur la falize]

tchèr: [tier], un tier est ancien terme devenu du français régional qui désigne un versant de colline à pente accentuée, une côte assez raide sur le trajet d'un chemin ou un chemin escarpé.

  • Brihy tchèr,
  • [brisiethier] (1524), [Brihy thier] (1545) [brisez thiers] (1604); Crihythier (1572); [reneautier] (1622);
  • tchèr deseur frêpônt: hameau
  • Tchèr Kwèlën, tier Collin
  • tchèr al mère Diè (Mêre-Dieu)

rocher

  • å rotché à l'ouh

tèra: tera, tertre, butte, de l'ancien français [terail].

  • å tera
Les dépressions

fõnd, : fond, vallon légèrement raviné, partie basse des terrains inclinés.

  • fôdè tchamps; fô dè hale [xhale]; fô dè ravari; fô d'targnon; p'ti fô

trô: trooz, trout, trou profond, et par extension un puits de mine, un tchãntwêr, un chantoir ou aven de petite taille, ou parfois une ancienne carrière calcaire profonde.

  • å trô rna
  • å trô Simon
Les vallées

- vå: valz, vaux, vauz, vallée, val; terme qui ne s'emploie que dans les lieux-dits. La finale vaux est une mauvaise francisation du wallon vå qui est au singulier et que l'on prononçait déjà de cette manière au début du quatorzième siècle.

  • so lès vås

Termes d'hydronymie

La Vesdre al Vesse

  • Au XVIe siècle, la Vesdre fut navigable jusqu'à Pepinster, car on signale à Goffontaine, des wènes qui permettaient le transport sur des bateaux à fond plat.

batte: bate, quai.

  • so batte-è-wé (gué)
  • å kwat battes, [az quattres battes], (1535)

èwe: [eawe], rivière.

  • li grãnde êwe; a-l' võye d'êwe

gofe: goffe, approfondissement dans le lit d'un cours d'eau.

  • Goffõntëne hameau de Pepinster
  • al goffe hameau de la Haute-Fraipont
  • [alle gofs alle basse-fraipont joindant a Vesde] (1549)
  • *Gofa-trèyeu (vide: trèyeû ), hameau sur le ri de Ribeaufosse

gravî: gravier

  • so l'gravî: lieu-dit désigne le nom d'un terrain à la fin d'un méandre de la Vesdre à la haute Fraipont où s'accumulait un gravier qui, exploité et mélangé aux déchets ferreux des usines à canon servait pour élaborer un mortier appelé molêye.

[nolz, nous], noue, terrain gras, humide et inondable.

  • nô dè riv', ancien pré humide longeant la Vesdre à la Haute-Fraipont
  • nômabèye, (Mabille), hameau de Pont-è-Vå

rîf: rievfe, ancien terme qui désignait la rive des cours d'eau important.

  • bwè d'-a-l' rîf; rîf'hé; võye d'-a-l' rîf; nô d'a-l' rîf', è rîf

ôuh: porte, sortie

  • [au rocher a l'oux] (grand rocher ou la Vesdre "ressortait", résurgence de Goffontaine

pih'rote, [pixherotte]

  • al pih'rote

: gué

  • so bat'-è wé, so baw'wa; [bazoway], [so badwa]: littéralement: sur le quai du gué. Hameau
    • Hameau sur la Vesdre, à hauteur de la Hôt'-Frêpõnt et de èn' Orîvå, existait un quai de déchargement pour la Hôt'-Frêpõnt et pour la Voie des Ardennes. En effet, la Vesdre cessait d'être navigable à Fraipont, qui était un carrefour d'échange important. On déchargeait les marchandises sur la batte à Bat-è-wé [quai] et on employait la Voie des Ardennes vers Stavelot ou la võye dè Duc vers Verviers.
Ruisseaux

Le nombre de ruisseaux est important dans ces contreforts de la Vesdre, de nombreux bois les alimentent.

  • Ri de la basse, ri del Basse
  • ri d'Ham'gné
  • ri dè Navyfossé
  • Ri de Pierre Lairi, ri d'Pîrelêri
  • ri d'Ravåri
  • ri d'Ribeaufossé
  • ri d'Sokinon [ry de Soukenrieux]
  • Ruisseau de Soquinry, Ri dè Sokinri :
    • Limite avec la commune de Pepinster
    • appelé aussi Ruisseau du Fond des Trois Bois
  • Ri de Targnon, ri d'targnon.
    • Limite avec l'ancienne commune de Forêt
Fontaines
  • fötène di helesa
  • fötène au huy
  • fötène dè navyfosse
  • fötène di trazenster
  • [crapofontaine] (1621)

potê: potê: [potea], petite mare.

  • [laid potay]
  • potè, [a poteau] (1524)

pîrotte

  • vôye dèl pîh'rotte

pont

  • li basse plantche
  • li haute plantche
  • Pont-è-vå Hameau devant Nessonvaux, pont sur la Vesdre

rotî: [roty], terre nouvellement défrichée, terre inculte,

  • en rotî, [en rotty] (1601)
  • al basse rotî: écart de Fraipont
  • al hôt rotî: écart de Fraipont

Termes d'hydraulique

Bief

  • [by dès Rieffs]
  • [coup d'eawe appelé ry du moulin a pouldre], bief du moulin a poudre qui prenait son départ [au rocher a l'oux] (résurgence de la Vesdre au pied d'un grand rocher.
  • å bî, pâture à Goffontaine

clusenê: clusenay, petite écluse.

  • têre è clusenê

Molën: moulin

  • å vî molën
  • Molën dè Havegné (cité en 1626)
  • [moulin a pouldre] (cité en 1662)
  • dizos l'moliën

Termes botaniques

Les Bois

Les bois jouèrent un grand rôle dans la vie économique médiévale, car ils fournissaient des matériaux de construction, du combustible et la nourriture d'une partie du bétail, principalement des porcs. De plus, ils abritaient un gibier abondant et servaient de terrain de chasse. À l'époque, la chasse présentait une réelle utilité, tant pour s'approvisionner en viande, en cuir et en fourrure que pour limiter l'accroissement des animaux sauvages dont certains étaient dangereux. Au XIIIe siècle apparaissent des ''nemora'', c'est-à-dire des bois qui renferment des pâturages, et le grand massif forestier, la foresta de Theux, fut petit à petit défriché, d'abord par les stèr puis par les sårt pour ne laisser que les hés, coteaux pentus couvert de taillis incultes.

De toutes le communes de la Haute-Cour de Jupille, Fraipont est celle qui de nos jours contient encore la plus grande superficie boisée. Précisons que la partie de la Haute-Fraipont a été réservée pendant des siècles comme domaine de chasse. Ces bois étaient divisés en coupes où tailles, qui se rendaient chaque année par enchères publiques. Les noms de ces coupes étaient encore bien connus des bûcherons au siècle dernier.

  • Bwès d'Baneû; Bwès del Basse Fraipont; Bwès d'colônhé; Bwès dè djnèfosse; Bwès d'Fraipont; Bwès dès hés; Bwès dèl hé Matî; Bwès dè hé l'mône; Bwès dèl hé d'targnon; [Bois de huy] ; Bwès dès tournèye; Bwès dè Sart Makinê; Bwès dè Sonkinri; Bwès dè ravåri; [bois thielau Banne]; [boix trouviester], bwè dè rif; Bois e Bodeur;
Les Hés

Du Moyen bas allemand, hede, allemand et néerlandais: heide, bruyères[15] [hez], [heid], (mot féminin): [in Heys apud Frepont] (1314) ([16]).

Ancien terme qui désigne une côte escarpée couverte de bruyères, des broussailles et taillis, typiques des versants créés par l'érosion des ruisseaux et rivières dans les différentes couches calcaires du massif de la Vesdre. Plus tard, lors des essartages successifs, puis à l'époque des élevages de moutons, il ne reste plus que des hés incultes fortement pentus et couverts de bruyères: le mot prend cette signification. Les hés fournissent de petits fruits: prunelliers, mûriers, framboisiers, groseilliers et noisetiers. Dès le XIXe siècle, les moutons disparus, la végétation arbustive reprend ses droits, le mot hé perd sa signification et on trouve des noms de lieux-dits signifiant deux fois la même chose et par exemple: bois du hé, bois de widouhé, hé grohé.

  • hé dè bokwate; hé cahote; hé dè crestê (crète); hé dcrôyi bwès; hé dzeu les grands sarts; [heid delle falieze] (falaise plate); hé grand-mère; hé de halesa; [heid Jean de Spa] ; Hé Kêzin; hé dè lef'tê; hé Matî (Mathieu); hé Mawèt; hé l'mône (moine); hé d'Oupèye; hé d'pîre-lêrî; hé d'ravåri; hé dès rotches; hé d'targnon; hé dè tcharneû(charmaie); hé del vesse; hé dè vî fornê (vieux fourneau); hé dè vivî (vivier); longue hé; pèlèye hé (pelé); p'titès hés; ; rîf'hé(rive).
  • è colôhé(pigeons),
    • dizos colôhé, château de Colonhé, sanatorium de Colonhé
  • lôhahé,([17])
  • [a la voie de renhaheit] ([18]); en romphaheit] 1529 ([19])

brouwîre: bruyères

  • Sol Brouwîre, hameau de la Basse-Fraipont cité dès 1549.

drève: allée d'arbres

  • al drève

håyes

  • [ronde haie], [grande haie]

Arbwè

Coupes et tailles

  • [la coupe bauchet], côpe dè gros bwè; côpe au leu (loup); côpe li malvôye (mauvaise voie): côpe au mwèrt oûhê, (oiseau mort); [coupe moudreux] (meurtrier); [coupe Parenthier]; côpe Pirâ, (Pirard); côpe dè rinnå, borne);
  • tèyes dè vowé, [taielles le voué] (1607), tailles du voué de Fraipont

arbres remarquables

  • Tchène di leu; (loup)
  • å r'planté thchêne, (replanté)
  • al rogneuse bèyoles, (tordu (?) bouleau)
  • [cronchesne]
  • grâ tillou (tilleul)
  • [les Oneals] (diminutif: aulnes) grand étang
    • [warixha des oneals] (étang des petits aulnes)
  • ploppe peuplier
  • so les tcharneû (charmaie)
  • å treû tchène (trois chênes)

Termes agricoles

Friche et essartage

sart: sår, [sart, sarre, saurt], un essart, endroit déboisé, défriché.

  • sart à l'årzèye; [sart le danseau]; [sart dans le coin], [sar au petreau]; sart dè takète (?),
  • Halinsart, Halensâ, Halënsart, ([21])hameau de la Haute Fraipont
  • [gressar] [en gressar deseur fraipont] (1558).

-ster, stèr, au Moyen Âge, un lieu-dit formés avec [-stêr] désignait un endroit défriché.

  • Trazenster, Trazënster, [en Trasenster] (1529) Hameau
  • Nadeûster, (Nadeu)
  • [terre en sterre] (1660)
  • [rombiester] (1524)

Du francique thresk, en néerlandais driesch[15]. Terres de piètre qualité, souvent laissées en friches et servant de pâtures aux moutons en attendant d'être à nouveau utilisables pour la culture. Le terme était précisé par le nom du propriétaire, sa situation ou un élément déterminant.

  • [try deseur la falize]
Cultures

cãmpagne: champagne, campagne, étendues de champs cultivés par rapport au bocage.

  • cãmpagne di Faipont
  • campagne di Halesa

tchãmp: champs.

  • è cou dè tchãmp, [a cul de champs] (1606);
  • hottechanps (haut)
Paturages

pré: [preit, prez], pré, désigne spécifiquement une prairie grasse à pâturer joignant la maison, le terme est souvent suivit du nom ou du prénom du propriétaire ou d'un toponyme local.

  • li mwèrîpré, [derrier le prieit]

prèyê: [preyay], petit pré, du roman preau.

  • è prèyê.

têre: terre: terme souvent utilisé suivit d'un toponyme local ou d'un anthroponyme.

  • tère å fawe; [terre en fierre] (1712); [rymonsterre] (1610).

wêde: [waide], prairie à foin; terme souvent utilisé suivi d'un toponyme local ou d'un anthroponyme.

  • wède Biernawe, wêde podrî, [weit de preal] (1524)

Forme des terrains

djèrõn: geron, pan coupé obliquement et par analogie, un terrain dont les bords sont irréguliers et présentent des angles saillants. C'est devenu un prénom, puis un nom de famille régional.

cawe

  • pesse ënte deu cawe

cwernou: cornu

  • cwènouwe terre
  • cwènou pré

corne

  • [pieche de terre elle corne de lippe] (1606),

'pî dvatche: pi de vache: terrain a plusieurs bandes

  • è pî dvatche

boûkète: crêpe, terrain rond

  • li boûkète
  • li grand fran pî
  • grande place
  • [petite halle]

plën: plein, plaine surélevée, plateau

  • so lès plën

hoûrlê, [hourlay]: tertre de démarcation, petit talus d'une route séparant deux pièces de terres, diminutif du l'ancien français [hurel]: [hureleau]. ([22]) [hourlay] ([23])

bè coyën: terrain qui désigne de beaux joyaux, une terre de qualité; lès coyês, pour les wallons étaient considérés comme des joyaux.

  • ås Bês coyëns; Becoyen', Becöen, hameau (Gué romain probable IVème siècle)
  • cënse dè bè coyën
Jardins et vergers

cortî: cortil, un courtil, terrain clos contigu à l'habitation, jardin cultivé. Primitivement c'était l'enclos où résidaient les manants. Sur une parcelle généralement rectangulaire, ils bâtissaient une maison basse et l'entouraient de haies vives.

  • so lès cortîs;
  • cortî bolèye; (bouillie)
  • [cortil Anne de Huy] (1711)

pèrî: [pery], poirier.

  • [le peri]
  • è poumani [és poumanyt] 1617

Termes miniers

agås: agos, de l'ancien français agaise qui désignait le schiste houiller[24].

  • lès agås

Fosse [fooz], fosse: terme qui désignait d'anciennes exploitations artisanales.

  • [fosse a la chaux]
  • [leffos] (1603)
  • reûfosse (?)
  • [teneufosse] (1550), [tenyfosse](1553) (?)

Ces fosses portaient parfois le nom de leur premier exploitant.

  • Ramonfosse (?)
  • Tifosse (?)
    • [pierneux a Tifosse]
  • navyèfosse: [en navienfos] (1621)
  • Djnîfosse (?) [geny fosse] (1553), ([25]), [chenyfosse] (1563) ([26]).
  • Colafosse
  • al fosse Gaton
  • [warixhas le peryr]

pîreû: pireux, lieu où abondent les pierres. Voir aussi pérî

  • li grand pîreû
  • fond Sierlet
  • fonsê Mathy, [fonsay]
  • å fornê
  • [fourneau de havegné]
  • [fourneau de fraipont], Cour féodale de Stavelot
  • al minîre
  • drî l'fodge
  • [alle Forrie] (1604)
  • [en Fraity] (1672)

Habitat

åmënce, ahesse, ås'mënce: [aysemenche (1325), aisemens (1326)], aisance: Les aisemences désignait les terrains vagues, parfois boisés, biens communs considérés comme accessibles à la communauté; les archives signalent une bonne cinquantaine d'aisemences dispersées sur le territoire.

  • ås'-åmënce;
  • åmënce Camblon
    • patronyme Camblon (1779 Thèrèse Camblon, épouse de Pascal Colette à Goffontaine.

viyé, vilé; [viller], hameau par opposition au champ [du latin villaris, dérivé de villa]. Le mot vêye, ville, le sens ancien était village, mais au haut Moyen Âge, le sens s'appliquait à un domaine.

  • [dessoub la ville] (1605);

coûr: cour, de l'ancien français cort désigne le domaine rural d'une famille, exploitation importante, au vingtième siècle, le terme désigne carré de maison ouvrière.

  • li basse coûr;

Château tchèstè d'fraipont:

  • [Renechon de Fraipont releva le chasteau de Fraipont avec ses appendices] en 1395:
  • [le Chasteau de Fraipont] en 1604

Camp du Duc

Mohonne: maison

  • al mohonne broulêye

tèn'rêye: tannerie

  • al tèn'rêye (haute-Fraipont)

wèrihê, wir'hê: [warissaux (1326), werixhas, wirxhet, werihay], terrain vague servant d'aisance communale et où se trouvait souvent l'abreuvoir du ban.

  • [warixha des oneals]
  • [warixhas le peryr]
Biens religieux

Chapelle

  • la tchapelle: cité en 1665, à la haute Fraipont)

Mêre-Dieu: désignait une terre dont le revenu, le cens ou la dîme, était dévolu à un autel du culte de la Sainte-Vierge.

  • al mère Diè
  • vôye del mère Diè

Obscurs

  • [rouisgrifou] [la pièce en rouisgrifou](1666)
  • è Sokinon, [heid de Soxkinon]
  • è ham'gné; [haffgné] (1604); en [hafgné] (1713)
  • è targnon [en targnon] (1541)

halle: haler ou houler, terrain boiteux.

  • [alle xhalle] (1521)

bobbade, [waide appelée la Bonbade] (1753)

Axes de communication

voie, võye

  • vôye è creû, cënce dèl voye è creu
  • al vôye di drî
  • al vôye dè rîfe

trèyeu: [trayeux, treeux] voie servant à faire descendre les fagot d'une colline. ([27]).

  • Gofa-trèyeu, hameau sur le ri de Ribeaufosse
  • li pourcê-trêyeû, [poursaitreeux (sic)], (pourceau)

voie charale

La voie charretière, charale, qui était une voie sinueuse employée par les chariots pour faciliter l'ascension des chevaux, souvent en opposition avec un thier, chemin escarpé, mais plus direct. Les thiers les plus difficiles étaient entre Fraipont et Hãncé et entre le Fõnd d'gotes et le Rafhê.

  • tchëråvõye; [cherauxvoye].

rouwalète: ruallette, petite ruelle. so lès rouwalètes,

Axe ferroviaire

Tunel dè Halesa

  • Tunnel long de 634m avec trois puits d'aérage, dont l'un à 240 m d'élévation, courbe, dans lequel passe le TGV.

Notes et références

  1. par comparaison avec la Happenstrasse, découverte à Cologne en 1969
  2. Le Patrimoine monumental de la Belgique (T12- livre 3 Pepinster E2 BecoënP 1011, Mardaga, 1985.
  3. Moutschen J.Ph., Dumont Br. & al., Visages d'Olne, Édition de la Commune d'Olne; 2007, p. 275 & 287
  4. Archive de l'État, Liège
  5. Charte de l'Abbaye de Stavelot
  6. Folio 53, verso)
  7. Boormans et Schoomesters, Tome 3, P. 89
  8. ibidem 3, 236
  9. ibidem 4, 50
  10. Cuvelier p. 475
  11. 4. 537
  12. Poncelet p. 440
  13. Œuvres de Jupille 2, 215, verso
  14. Œuvres de Jupille, 11, 258, verso
  15. a et b Haust J., Dictionnaire wallon-liégeois, 1933
  16. Fief de l'église de Liège, Poncelet P.6
  17. Cadastre [en lombahielle]
  18. Œuvre de Jupille 13, 202
  19. Oeuvre de Jupille 15, 194
  20. [coupe qui s'appelle Lard bois (sic)] Œuvre de fraipont 45,52, verso
  21. [halesart] (1601), [halensaux] (1727)
  22. Haust, Dictionnaire Wallon français, 1933
  23. 1722: la coupe dite les agas ou houlay; Œuvre de Fraipont 44, 13, verso
  24. Haust J.
  25. (Œuvre de Jupille, 33,135)
  26. (Œuvre de Jupille, 67,297)
  27. Haust J., Dictionnaire wallon-français p.674-675 3e point, 1933



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fraipont de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Fraipont (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Fraipont est un nom de lieu et un nom de famille belge francophone. Toponyme Fraipont, ancienne commune de Belgique, section de la commune de Trooz… …   Wikipédia en Français

  • Gustave Fraipont — Pour les articles homonymes, voir Fraipont (homonymie). Un schlitteur dans les Vosges par Gustave Fraipont Gustave Fraipont, né à Bruxelles en …   Wikipédia en Français

  • Julien Fraipont — est un zoologue, paléontologue et anthropologue belge, né à Liège le 17 aout 1857 et mort dans la même ville le 22 mars 1910. Il a fouillé de nombreuses grottes, dont la grotte Lyell à Engihoul, dont il extrait des ossements d’animaux et des… …   Wikipédia en Français

  • Gare de Fraipont — Localisation Pays  Belgique Commune Trooz s …   Wikipédia en Français

  • Studio Village de Fraipont — (Trooz,Бельгия) Категория отеля: Адрес: Rue Bocquenade, 508, 4870 Trooz …   Каталог отелей

  • Charles Fraipont — est un scientifique belge, fils de Julien Fraipont. En 1919, il occupe la chaire de phytopaléontologie de la faculté des sciences de l’université de Liège. En 1936, suivant la suggestion du scientifique polonais G. Loth à qui il avait montré les… …   Wikipédia en Français

  • Onomastique du ban d'Olne — Article principal : Olne. La Toponymie du ban d Olne, grâce aux relevés des archives de l État dépouillées pendant 10 ans, fait découvrir plusieurs centaines de toponymes à Olne et beaucoup d’énigmes sont résolues. Carte de la commune d Olne …   Wikipédia en Français

  • Histoire du ban d'Olne — Vase à Buste de Jupille, proche de la Villa Solmania et du Vicus Alno. Grand Curtius à Liège[note 1],[1] …   Wikipédia en Français

  • Ardeneuse-Voie — Voie des Ardennes Carte des axes romains, carolingiens, de la Voie des Ardennes et de la voie des hèvurlins.[1] La Voie des Ardennes (ou l Ardeneuse Voie) reliait Jupille à Theux par Fraipont. En wallon, elle …   Wikipédia en Français

  • Voie de Malmedy — Voie des Ardennes Carte des axes romains, carolingiens, de la Voie des Ardennes et de la voie des hèvurlins.[1] La Voie des Ardennes (ou l Ardeneuse Voie) reliait Jupille à Theux par Fraipont. En wallon, elle …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»