Plateau du Golan


Plateau du Golan

Golan

Le plateau du Golan[1], parfois appelé Gaulanitide, est une région syrienne occupée par Israël, conquise suite à la guerre des Six Jours. L'annexion de cette région par l'État hébreu le 14 décembre 1981 a été condamnée par le Conseil de sécurité des Nations unies, et n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Plateau du Golan

Sommaire

Géographie

Du point de vue naturel, le Golan est une continuité des chaînes du mont Hermon. Il est situé dans la partie Nord du cours du Jourdain entre les versants du mont Hermon et le fleuve de Yarmouk (Heromax selon les livres latins). Il a été réputé par la richesse de son sol d'origine basaltique et de ses pâturages. Les géographes grecs et arabes avaient parlé de son importance stratégique. Le territoire du Golan s'étend jusqu'aux rives orientales du lac de Tibériade.

Histoire

Antiquité

D'après la Bible, le Golan fait partie de la terre d'Israël promise par Dieu aux Hébreux. A l'époque de Moïse (Moshe), il était habité par les Emorrites. Le Golan fut ensuite donné à la tribu de Manassé (Menashe). Le roi David en refit la conquête et l'intégra au royaume d'Israël. Par la suite, la possession du plateau alterna au fil des guerres entre les Israélites et les Araméens de Damas. Le Golan et sa capitale Gamla jouent un rôle central dans la Guerre des Juifs, de Flavius Josèphe. Il donne son nom à un chef de la révolte contre les Romains, Judas le Galiléen dit aussi le Golanite.

Empire ottoman

A la fin du XIXe siècle, l'Empire ottoman installe sur le plateau du Golan des familles de Circassiens, un terme désignant à l'époque des réfugiés musulmans de diverses ethnies (Tcherkesses, Adygués, Abazas, voire Daguestanis et Kumyks, sauf les Tchétchènes, considérés comme un groupe distinct) du Caucase conquis par l'Empire russe, dans le but d'en faire un poste avancé pour contrôler les Bédouins arabes, rétifs à toute autorité. Ces familles fondent la ville de Quneitra, comme d'autres fonderont celle d'Amman. À l'époque, la région est également peuplée de Druzes, avec quelques villages d'autres communautés, dont des Alaouites.

Mandat français

Le mouvement sioniste revendique rapidement le Golan comme partie du foyer national juif en Palestine.

À la fin des années 1930, certains Circassiens ont également caressé l'idée d'établir au Golan un foyer national circassien (à l'instar du foyer national juif annoncé dans la déclaration Balfour), d'autres choisissent le camp des nationalistes arabes syriens qui demandent la fin du mandat français et des divisions territoriales introduites par celui-ci. Le rêve d'un État ou d'une entité autonome sur les hauteurs du plateau ne se concrétisera jamais, au profit d'une région au sein du territoire de la Syrie.

République de Syrie

La Syrie a envahi la Galilée en 1948 afin d'empêcher la création de l'État d'Israël. Après avoir été repoussées par la Hagana, les troupes syriennes se sont cantonnées sur le Golan. Entre 1948 et 1967, la plateau a servi de base aux bombardements réguliers et aux infiltrations de guérilla contre les villages israéliens situés en contrebas. Pour Israël et la Syrie, le Golan, plateau escarpé surplombant la région de Tibériade, était un bastion stratégique essentiel.

Lors de la Guerre des Six Jours (1967) et sous la pression des fermiers de Galilée qui ont subi pendant près de 20 ans les assauts quasi quotidiens de l'artillerie syrienne ou l'attaque de commandos venus de ce territoire, Israël conquit l'ensemble du Golan en deux jours de combat. Lors de la guerre du Kippour de 1973, l'armée syrienne occupa environ 60 % du Golan avant de reculer devant l'armée israélienne qui est parvenue à faire une poussée en direction de Damas sur une trentaine de kilomètres en territoire syrien. Lors de ces combats, de nombreux pays arabes envoyèrent des soldats (Maroc, Jordanie, Koweït).

La Syrie a toujours exigé un retrait de l'armée israélienne sur ses positions du 4 juin 1967 alors qu'Israël a toujours fait valoir la ligne de frontière de 1923, définie par la France et le Royaume-Uni, puissances mandataires au Levant. La question de la souveraineté globale sur le Golan marque depuis plusieurs décennies une condition majeure au processus de paix, pour Damas.

Le Golan en tant que région israélienne

Le bastion stratégique

Position géographique du Golan

La région du Golan présente plusieurs atouts stratégiques pour Israël. Sur le plan militaire, elle a longtemps constitué un avantage géographique sur les positions occupées par l'armée syrienne. Le bastion du Golan surplombe de manière décisive la route de Damas.

Les colonies israéliennes

Après son élection, le premier ministre Ehud Barak imposa un moratoire sur le développement des implantations israéliennes dans le Golan afin de faciliter les négociations de paix avec la Syrie, sous les auspices du président américain Bill Clinton.

Suite à l'échec des pourparlers, cette décision a été levée le 13 avril 2000 et en février 2001, le gouvernement de Ariel Sharon a annoncé la reprise du développement structurel de la région.

En juin 2007, le président syrien Bachar El Assad a déclaré pouvoir accepter une présence juive sur le Golan. Cette déclaration a été interprétée par les opposants à un éventuel désengagement du Golan comme une acceptation du fait que cette région a été dans son histoire deux fois plus longtemps israélienne que syrienne et que de ce fait, Israël ne devrait pas s'en retirer.

Le gouvernement Olmert se heurte, dans l'optique d'une option retour de la Syrie au Golan contre la paix, à la volonté du peuple israélien de ne pas rendre le plateau. En mai 2008, ceux-ci étaient 70%[2].

Population

Le plateau du Golan compte environ 40 000 habitants, 21 000 colons Juifs et 19 000 Druzes habitant quatre villages au pied du Hermon.

  • Les Juifs israëliens sont arrivés à partir de 1967. On compte 33 implantations juives sur le plateau.
  • Les Druzes vivent en paix avec la majorité juive, même si elle aspire conserver la nationalité syrienne. Cette paix relative autorise l'armée à ne pas multiplier des barrages trop nombreux.

La capitale du plateau est la ville de Katzrin.

Économie

  • Aujourd'hui, c'est surtout la question de l'eau qui est au cœur de l'agenda politique israélien et régional. Une partie des affluents du Jourdain y trouve sa source et 35% de l'alimentation aquifère du pays provient de cette région.
  • L'économie est basée sur l'agriculture. Le Golan est particulièrement réputé pour ses pommes, son eau de source et son vin primé internationalement. Un tiers de la production vinicole israélienne provient de cette région. Le meilleur cru est le domaine de Bashan, qui fait un vin totalement « biologique ». La production d'huile d'olive est également très réputée. C'est également une vieille région d'élevage puisque 40 % de la viande consommée en Israël en provient.
  • Malgré l'omniprésence militaire, le tourisme vert se développe. Les pentes enneigées du Mont Hermon comptent même une station de sports d'hiver.

Nations-Unies

Depuis 1974, la Force des Nations unies chargée d´observer le dégagement est chargé de vérifier la démilitarisation de la zone.

Notes

  1. arabe : الجولان, al-jūlān ; hébreu : גולן
  2. Les Israëliens jugent leur premier ministre trop faible pour rendre pour rendre le Golan à la Syrie, Le Figaro, 31 mai 2008.
  • Portail d’Israël Portail d’Israël
  • Portail de la Syrie Portail de la Syrie
Ce document provient de « Golan ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Plateau du Golan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • GOLAN — GOLA Région du sud ouest de la Syrie, le Golan est un pays de collines (altitude de 500 à 1 000 m) qui s’étend au sud du mont Hermon et domine de 400 à 500 mètres le fossé du Jourdain à l’ouest; il est limité au sud par les profondes gorges du… …   Encyclopédie Universelle

  • Golan — 32°58′54″N 35°44′58″E / 32.98167, 35.74944 …   Wikipédia en Français

  • Golan Heights — [gō′län΄] the hilly region northeast of the Sea of Galilee: part of SW Syria until occupation (1967) & annexation (1981) by Israel: also the Golan * * * Arabic Al Jawlān Hilly area, southwestern Syria. It overlooks the upper Jordan River valley;… …   Universalium

  • Golan Heights — هضبة الجولان רמת הגולן …   Wikipedia

  • Golan — This article was originally based on an entry from a public domain edition of the International Standard Bible Encyclopedia. As such, some of the information contained herein may be outdated. Please edit the article if this is the case, and feel… …   Wikipedia

  • Golan Heights — noun A plateau straddling the border of Syria and Israel …   Wiktionary

  • RAMAT HA-GOLAN — (Heb. רָמַת הַגּוֹלָן; the Golan Heights or Plateau ), comprises practically the whole Golan region of N. Transjordan which forms the western section of the bashan . Ramat ha Golan borders on the upper Jordan Rift Valley and Lake Kinneret in the… …   Encyclopedia of Judaism

  • Ortal, Golan Heights — Ortal Hebrew אוֹרְטַל Founded 1978 Council …   Wikipedia

  • Gaulanitide — Golan Le plateau du Golan[1], parfois appelé Gaulanitide, est une région syrienne occupée par Israël, conquise suite à la guerre des Six Jours. L annexion de cette région par l État hébreu le 14 décembre 1981 a été condamnée par le Conseil de… …   Wikipédia en Français

  • GEOGRAPHICAL SURVEY — Names The name Ereẓ Israel (the Land of Israel) designates the land which, according to the Bible was promised as an inheritance to the Israelite tribes. In the course of time it came to be regarded first by the Jews and then also by the… …   Encyclopedia of Judaism