Pamphlétaire

Pamphlétaire

Pamphlet

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pamphlet (homonymie).

Le pamphlet est un genre littéraire (et genre journalistique) ; il appartient à la littérature de combat. Voir la définition dans le Wiktionnaire : http://fr.wiktionary.org/wiki/pamphlet

Sommaire

Description

C'est un texte à la fois court et virulent qui remet en cause l'ordre établi. Il a beaucoup été utilisé dans la deuxième moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe (de la Commune de Paris à la guerre d'Algérie) ; on lui préfère de nos jours la polémique ou la satire.

Le terme « pamphlet » apparaît de manière officielle en 1824 dans l'œuvre de Paul-Louis Courier : Le Pamphlet des pamphlets.

Il se caractérise le plus souvent par une critique du pouvoir en place. Le verbe est violent, le ton virulent, la forme courte et élancée. Le caractère explosif du pamphlet tient du fait que son auteur a l'impression de détenir à lui seul la vérité ; il jette un regard indigné sur le monde. Pierre Dominique, dans l'avant-propos de son ouvrage Les polémistes français depuis 1789 écrit :

« Dès que les hommes surent écrire, naquit le pamphlet qui, sans doute, commença par le graffito injurieux et ordurier, et qui pouvait être illustré, la polémique orale suivant un chemin parallèle, d’où les pamphlets parlés, tels les Philippiques. »

Quel meilleur point de départ d'un panorama historique que les discours de Démosthène cherchant à galvaniser ses compatriotes pour engager le combat contre Philippe de Macédoine ? Les Philippiques ont un tel impact que l'écrivain latin Cicéron rassemblera ses Quatorze discours clol

On pourrait multiplier les noms d'hommes de lettres, de Rome ou d'Athènes, ayant pratiqué le genre satirique ou polémique, preuve d'une constante fondamentale dans notre civilisation occidentale.

Le pamphlet en France, quelle que soit la forme adoptée, depuis les fabliaux du Moyen Âge jusqu'aux innombrables brûlots révolutionnaires, s'accole aux soubresauts de l'histoire et révèle la situation intellectuelle et sociale du pays, ainsi que la marge laissée au droit d'expression.

La Satire Ménippée (1594), œuvre collective de juristes, d'ecclésiatiques et de poètes, née sous l'impulsion du chanoine rouennais Pierre Le Roy, s'associe très étroitement à la période troublée de la Ligue, et demeure un exemple d'efficacité dans son soutien à Henri IV. Ce n'est certes pas la première œuvre polémique en France. De grandes plumes s'étaient déjà distinguées dans le genre, comme Alain Chartier avec son Quadrilogue invectif (1422), appel vibrant à la Nation française. Montaigne, lui aussi, s'est adonné à la violence littéraire dans L’Apologie de Raymond Sebond, premier article de ses Essais : « La plus calamiteuse et fragile de toutes les créatures, c’est l’homme (…). Elle se sent et se voit logée parmi la bourbe et le fient du monde, attachée et clouée à la pire, plus morte et croupie partie de l’Univers (…). »

D'autres monuments de la littérature du XVIe siècle n'ont pas manqué de tremper leur plume dans le vitriol (Calvin, La Boétie, et Rabelais par exemple).

Le XVIIe siècle assiste au développement du genre pamphlétaire en tous domaines (politique, poésie, religion, théâtre). Nous pouvons noter, par exemple, l'attaque de Mathurin Régnier contre Malherbe, qualifié de « tyran des lettres », les chansonniers et leurs mazarinades sous la Fronde, les coups de joute entre frondeurs tel le pastiche du cardinal de Retz intitulé Manifeste de Monseigneur le duc de Beaufort en son jargon.

Le règne de Louis XIV ne met pas le pamphlet en berne, comme en témoignent les éreintements de Boileau, les pièces satiriques de Molière et les Provinciales de Pascal.

L'aigreur du XVIIIe siècle se manifeste par exemple dans les satires indirectes d'un Voltaire. Les chansonniers, toujours actifs, font des maîtresses de Louis XV puis de Marie-Antoinette leurs têtes de turc.

À la fin du règne de Louis XVI, les libellés insultants ou obscènes se multiplient. Le coup d'envoi est donné par Mirabeau, en mai 1789, avec le Journal des États généraux, suivi de nombreuses feuilles qui rivalisent de violence. Le summum est atteint avec Le Père Duchesne d'Hébert : il entrecoupe ses appels au massacre de « bougre » et de « foutre », pour « faire peuple ». Le succès est au rendez-vous de la virulence, puisque certains numéros atteignent le chiffre prodigieux de 600 000 exemplaires vendus.

Parmi les autres feuilles révolutionnaires au ton meurtrier, on peut relever Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins qui se surnommait le « Procureur de la Lanterne ». Marat, dans L'Ami du Peuple, pousse lui la surenchère jusqu'à réclamer la tête de 270 000 âmes. Côté royaliste nous pouvons relever le Journal politique national de Rivarol qui doit s'exiler en juin 1792.

Face à une telle permissivité, Bonaparte fait édicter le décret du 17 janvier 1800 qui soumet toute parution de presse à une autorisation préalable. Seuls treize journaux obtiennent le privilège. L'empereur n'échappe pourtant pas aux foudres de plumes acérées, et parmi celles-ci, sans doute la plus talentueuse, celle de Chateaubriand :

« Tibère ne s’est jamais joué à ce point de l’espèce humaine… Bonaparte disait de lui-même : « J’ai 300 000 hommes de revenu. » Il a fait périr plus de un million de Français, la plus grande crise démographique française du XIXe siècle due à la guerre… Descends de ce monceau de ruines dont tu avais fait un trône ! »

L'histoire démontre que le pamphlet, quoique toujours négligé dans son étude en France, s'est manifesté chez les plus grandes plumes comme un moyen de réaction et d'expression de leur révolte. Les critiques contre ce genre d’écrit, et les moyens mis en œuvre pour le faire disparaître, ou pour le cantonner à la verdeur de bon aloi, demeurent toutefois vigoureux. Marc Angenot, dans son ouvrage critique très fouillé sur la mécanique du pamphlet et les intentions du polémiste (La Parole pamphlétaire, 1982), souligne le paradoxe de la situation de cet écrivain de combat : « (…) le pamphlétaire est porteur d’une vérité à ses yeux aveuglante, telle qu’elle devrait de toute évidence imprégner le champ où il prétend agir – et pourtant il se trouve seul à la défendre et refoulé sur les marges par un inexplicable scandale. »

Les accusations portées contre ce mode d'expression restent d’actualité : absence de portée due à une violence excessive, imbrication à l'actualité qui vieillirait très vite le contenu, mauvaise foi comme fondement de la démarche.

À ces attaques intellectuelles s'ajoutent l'arsenal juridique, qui tend à brider les élans d'indignation, et les pressions économiques qui s’exercent sur les éditeurs.

Dans son « Anthologie du pamphlet de la Libération à nos jours » (août-septembre 1973), Le Crapouillot, « magazine non-conformiste » selon sa propre définition, s'inquiète de l’avenir du genre pamphlétaire : « Aujourd’hui, (…) non seulement les plumes s’alanguissent dans un conformisme douillet et sans histoire, mais celles qui refusent le ronronnement de bonne compagnie, celles qui veulent demeurer acérées pour mieux atteindre leur cible, se voient impitoyablement traquées, traduites devant les tribunaux et condamnées. Outrage à ceci… offense à cela…, et voilà le pamphlet ficelé, étranglé par le code ! »

Le journal confirme ce constat dix ans plus tard dans une nouvelle anthologie de ce magazine : « L’écriture est de plus en plus aseptisée, les plumes se trempent de plus en plus dans la poussière et de moins en moins dans le vitriol. »

Liens internes

Bibliographie

Pamphlétaires célèbres (ou presque)

Ce document provient de « Pamphlet ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pamphlétaire de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • pamphlétaire — [ pɑ̃fletɛr ] n. • 1791; de pamphlet, d apr. l angl. pamphleteer ♦ Auteur de pamphlets. ⇒ polémiste. Il a un talent de pamphlétaire. ● pamphlétaire nom Auteur de pamphlets. ● pamphlétaire (synonymes) nom Auteur de pamphlets. Synonymes …   Encyclopédie Universelle

  • pamphlétaire — (pan flé tê r ) s. m. Auteur de pamphlets. •   Ce fut un mouvement oratoire des plus beaux, quand, se tournant vers moi, qui, foi de paysan, ne songeais à rien moins, il m apostropha de la sorte : vil pamphlétaire, P. L. COUR. Pamphlet des pamphl …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PAMPHLÉTAIRE — s. m. Auteur de pamphlets. Il ne se prend guère qu en mauvaise part …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PAMPHLÉTAIRE — n. m. Auteur de pamphlets. Il ne se prend guère qu’en mauvaise part …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • William Vogt (pamphlétaire) — Pour les articles homonymes, voir William Vogt. William Vogt Mandats …   Wikipédia en Français

  • Pamphlet — Pour les articles homonymes, voir Pamphlet (homonymie). Le pamphlet est un genre littéraire (et genre journalistique) qui appartient à la littérature de combat. Au Canada français, le terme pamphlet est utilisé presque uniquement dans le sens, où …   Wikipédia en Français

  • Marc Angenot — est un professeur canadien de langue et littérature françaises à l Université McGill (Montréal), titulaire de la Chaire James McGill d étude du discours social ; c est un théoricien de la littérature, mais avant tout un analyste du discours… …   Wikipédia en Français

  • Brûlot (genre) — Pamphlet Pour les articles homonymes, voir Pamphlet (homonymie). Le pamphlet est un genre littéraire (et genre journalistique) ; il appartient à la littérature de combat. Voir la définition dans le Wiktionnaire :… …   Wikipédia en Français

  • Pamphlets — Pamphlet Pour les articles homonymes, voir Pamphlet (homonymie). Le pamphlet est un genre littéraire (et genre journalistique) ; il appartient à la littérature de combat. Voir la définition dans le Wiktionnaire :… …   Wikipédia en Français

  • John Milton — Pour les articles homonymes, voir Milton. John Milton John Milton …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»