Henri Beraud


Henri Beraud

Henri Béraud

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Béraud.
Henri Béraud

Henri Béraud, né à Lyon le 21 septembre 1885 et mort à Saint-Clément-des-Baleines sur l'île de Ré le 24 octobre 1958, est un romancier et journaliste français.

En tant que polémiste, il signait également de son pseudonyme Tristan Audebert.

Sommaire

Biographie

Né d'un père boulanger, élevé par les Frères, il emploie sa juvénile énergie à de nombreuses activités : poète débutant, fondateur de revues éphémères (dont L'Ours, à Lyon), représentant en vins et spiritueux, collecteur de beurre, négociant en charbon, antiquaire. Il est lieutenant d'artillerie pendant la Première Guerre mondiale.

Carrière de reporter-journaliste

L'époque du Canard Enchaîné

Il rejoint Le Canard enchaîné en février 1917, recommandé par Paul Vaillant-Couturier, avec qui il se lie d'amitié, ainsi qu'avec Roland Dorgelès. Son amitié ancienne avec Albert Londres, dont le talent avait été révélé au début de la guerre, a pu lui servir aussi de carte de visite. Il collabore également à la fin de la guerre au Crapouillot de Jean Galtier-Boissière.

Au Canard Enchaîné, il publie des contes, un court feuilleton (L'angoisse du mercanti ou le compte du tonneau en 1918), une étude sur l'humour lyonnais, et surtout des articles polémiques contre le Parlement, l'Académie française, le gouvernement, les officiers antirépublicains et l'Action française. C'est lui qui introduit au Canard Enchaîné la référence au juliénas, qui passa pour le vin du Canard Enchaîné par excellence jusqu'aux années 1960.

Il est également reporter international au Petit Parisien et à Paris-Soir.

1934 - 1944

Le Canard rompt avec Henry Béraud lorsqu'il prend parti pour les manifestants du 6 février 1934. Dans Les Raisons d'un silence, l'écrivain explique les raisons de son engagement de 1934 pour lequel il dut « renoncer à bien des joies, rompre de chères amitiés » ; pour l'essentiel, il s'agissait d'en finir au plus vite avec un « régime en pleine crevaison qui annonçait la guerre et le désastre ». Pour Jean Galtier-Boissière, ami de Béraud, celui-ci évolua de l'extrême gauche à l'extrême droite sans nettement s'en rendre compte, en suivant la pente de ses intérêts : il en vint à s'identifier au grand monde dont son talent avait su forcer les portes.

Il participe aussi à la revue Le Merle blanc, d'Eugène Merlo, à L'Œuvre et il est grand reporter et observateur politique au Journal. Il est le directeur politique officieux et éditorialiste de Gringoire de 1928 à 1943. Il écrit des articles violemment anglophobes, sans éprouver de sympathie particulière pour l'Allemagne nazie. Il est cependant condamné à mort en 1944 pour intelligence avec l’ennemi. Plusieurs écrivains dont François Mauriac interviennent en sa faveur. Il est finalement gracié par le général de Gaulle.

Gravement malade, il est libéré en 1950 et meurt en 1958 dans sa propriété de l'île de Ré.

Œuvres

  • L'École moderne de peinture lyonnaise (1912)
  • Le Vitriol de Lune (1921, prix Goncourt 1922)
  • Le Martyre de l’obèse, (prix Goncourt 1922)
  • Lazare, Albin Michel, 1924
  • Ce que j'ai vu à Moscou, Les Éditions de France 1925
  • Le Bois du templier pendu, Les Éditions de France, 1926
  • Ce que j'ai vu à Berlin, Les Éditions de France, 1926
  • Rendez- vous Européeens , Les Editions de France, 1928
  • La Gerbe d'or, Les Éditions de France, 1928
  • Ce que j'ai vu à Rome, Les Éditions de France 1929
  • Le 14 juillet, Librairie Hachette 1929
  • Qu’as-tu fait de ta jeunesse ? (1941)
  • Les Lurons de Sabolas (1932)
  • Ciel de suie (1933)
  • Dictateurs d'aujourd'hui (1933)
  • Pavés rouges, Les éditions de France, 1934
  • Faut-il réduire l'Angleterre en esclavage (1935)
  • Les raisons d'un silence, Inter-France, 1944
  • Les derniers beaux jours, Plon, 1953
  • Portraits de contemporains. Quarante têtes de Bib culottées, reprises des deux séries parues au Merle Blanc, 2000
  • Retour sentimental vers Alphonse Daudet, 2001
  • Écrits dans Gringoire (1928-1937), 2003
  • Au Capucin Gourmand
  • Le Flâneur salarié, préface de Pierre Assouline, postface de Pierre Mac Orlan, éd. Bartillat, 252 p. Recueil de 19 reportages effectués entre 1919 et 1925.
  • Rendez-vous européens, Les Éditions de France, 1928

Bibliographie

  • Cahiers Henri Béraud édités par l'Association Rétaise des Amis de Henri Béraud, Loix-en-Ré
  • Jean Butin, De la gerbe d'or au pain noir, la longue marche d'Henri Béraud, Roanne, 1978
  • R. Cardinne-Petit, Le Martyre de Béraud. 1997
  • Pierre Malo, Dans la prison de Saint-Martin-de-Ré avec Henri Béraud
  • Le Procès Henri Béraud
  • Alain de Benoist, Guidargus Henri Béraud, 2003-2004
  • Paul Lintier, Le Tube 1233, précédé de Souvenirs sur Paul Lintier par Henri Béraud
  • Francis Bergeron, Béraud, coll. Qui suis-je ?, Éditions Pardès, 2003 (ISBN 978-2867143175)

Cérémonie d'écrivains sur la tombe de Béraud

Le 14 juillet de chaque année, à Saint-Clément-des-Baleines (Île de Ré), une cérémonie sur la tombe de Henri Béraud est organisée, suivie d'un colloque sur les écrivains (« écrivains maudits et politiquement incorrects », comme les qualifie l'Association Rétaise des Amis d'Henri Béraud, plusieurs étant d'extrême droite, d'autres des anarchistes de droite) regroupant les associations d'amis d'Henri Béraud, Alphonse de Châteaubriant, Robert Brasillach, Jean de La Varende, Henry de Monfreid, André Fraigneau, Léon Bloy, Pierre Drieu La Rochelle, Louis-Ferdinand Céline, Pierre Gripari et Jacques Chardonne[1].

Citation

« Vous êtes, messieurs, des types dans le genre de Louis XV lequel, assure la légende, dit [...] : 'Après moi le déluge'. Alors que les sénateurs se promeuvent souverains, vous prenez des façons royales. Du coup, voici les deux Chambres réconciliées avec M.Léon Dadais, qui adore les belles manières, les chaises percées et le langage des cours. [...] Cependant le peuple n'est pas content de vous ; on murmure. Et quand je dis le peuple, j'entends aussi bien les poilus de l'avant que les chauves de l'arrière. »

— Le Canard Enchaîné, 18 septembre 1918

Référence

Lien interne

Liens externes

Ce document provient de « Henri B%C3%A9raud ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Henri Beraud de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Henri Béraud — (born 21 September 1885 in Lyon, died 24 October 1958 in Saint Clément des Baleines) was a French novelist and journalist. Life Henri Béraud was the son of a baker. In 1903 he began his work in journalism. [… …   Wikipedia

  • Henri Béraud — Pour les articles homonymes, voir Béraud. Henri Béraud Autres noms Tristan Audebert Activ …   Wikipédia en Français

  • Béraud — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour les articles homophones, voir Béraut et Bérot. Patronyme Béraud est un nom de famille notamment porté par : Laurent Béraud (1797 1858),… …   Wikipédia en Français

  • Henri Désiré Landru — « Landru » redirige ici. Pour les autres significations, voir Landru (homonymie). Henri Désiré Landru Photo de police de Landru en 1921 …   Wikipédia en Français

  • Henri de Sully (trésorier) — Pour les articles homonymes, voir Henri de Sully. Henri IV, sire de Sully, né en 1282 et mort en 1336, grand bouteiller de France, est un seigneur français du XIVe siècle, grand trésorier du royaume sous Philippe V. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Henry Béraud — Henri Béraud Pour les articles homonymes, voir Béraud. Henri Béraud Henri Béraud, né à Lyon le 21  …   Wikipédia en Français

  • Ivan Béraud — Mandats …   Wikipédia en Français

  • Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges — Jules Henri Vernoy de Saint Georges, appelé également Henri de Saint Georges, né le 7 novembre 1799 à Paris où il est mort le 23 décembre 1875, est un librettiste, auteur dramatique et romancier français. Il fut l un des librettistes les plus… …   Wikipédia en Français

  • Tristan Audebert — Henri Béraud Pour les articles homonymes, voir Béraud. Henri Béraud Henri Béraud, né à Lyon le 21  …   Wikipédia en Français

  • Alain De Benoist — Pour les articles homonymes, voir Benoist. Alain de Benoist Nom de …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.