Jean-Francois Revel

Jean-Francois Revel

Jean-François Revel

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Revel.

Jean-François Revel, de son vrai nom Jean-François Ricard (né le 19 janvier 1924 à Marseille, mort le 30 avril 2006 au Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne) est un philosophe, écrivain et journaliste français.

Jean-François Revel par Elsa Dorfman, 1999.

Sommaire

Biographie

Jean-François Revel naît en 1924 à Marseille, dans une famille d’origine franc-comtoise. Après des études en classes préparatoires au Lycée du Parc à Lyon, il intègre l’École normale supérieure en 1943. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean-François Revel s'engage dans la Résistance à Paris sous les ordres d'Auguste Anglès. Une fois sorti de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm et agrégé de philosophie, il enseigne en Algérie (encore département français), à l'étranger (au Mexique et en Italie), puis en France, à Lille, jusqu'en 1963. Il se marie une première fois avec Yahne Le Toumelin (peintre française) dont il aura un fils et une fille : Matthieu Ricard, moine bouddhiste, écrivain, proche du dalaï-lama et Eve Ricard, ecrivain.

Il se consacre ensuite à sa carrière de journaliste et d'écrivain. Il collabore ainsi de manière très régulière à la revue d'art L'Oeil de 1961 à 1967. En 1967, il épouse en secondes noces la journaliste Claude Sarraute, fille de l'écrivain Nathalie Sarraute. Pamphlétaire et essayiste, il collabore à France-Observateur, puis devient à la fin des années 1970 directeur de L'Express. Il a collaboré également comme éditorialiste à des stations de radio : Europe 1 (1989-1992), RTL (1995-1998). À partir de 1982, il est chroniqueur dans le journal Le Point. Socialiste jusqu'en 1970, il rompt en publiant son premier essai politique à grand succès, Ni Marx ni Jésus, qui sera traduit dans plus de 20 langues. En 1976, il publie La Tentation totalitaire, puis un an plus tard La Nouvelle Censure.

En plus de la politique et la philosophie[1] (sujet de son premier essai, Pourquoi des philosophes et de son Histoire de la philosophie occidentale. De Thalès à Kant), Jean-François Revel a aussi écrit sur la littérature (Sur Proust, 1960 et 1997), l'histoire de l'art (L'Œil et la connaissance, 1998) et la gastronomie (Un festin en paroles, 1985).

Il est élu le 19 juin 1997 à l'Académie française au 24e fauteuil[2]. La même année, il publie ses mémoires sous le titre Le Voleur dans la maison vide ainsi que Le Moine et le Philosophe, un dialogue avec son fils Matthieu Ricard, tiré à 350,000 exemplaires en France et traduit en 21 langues.

Jean-François Revel décède le 30 avril 2006 et est enterré le 5 mai au cimetière du Montparnasse (10e division).

Pensée

On lui doit la théorisation en 1979 du droit d'ingérence.

Après sa rupture avec le socialisme, il se rapprocha nettement des thèses libérales voire néo-conservatrices sur la fin de sa vie.

Il fut un contributeur régulier de la revue Commentaire fondée par Raymond Aron et Jean-Claude Casanova en 1978. Dans les milieux intellectuels, Jean-François Revel a été l'un des principaux critiques français du marxisme, dont le poids l'a amené à s'éloigner de la gauche politique.

Décorations

Principales œuvres

  • Pourquoi des philosophes ? (1957)
  • Pour l'Italie (1958)
  • Le Style du général (1959)
  • Sur Proust (1960)
  • La Cabale des dévots (1962)
  • Contrecensures (1966)
  • Ni Marx ni Jésus : De la seconde révolution américaine à la seconde révolution mondiale (1970)
  • Descartes inutile et incertain (1976)
  • La Tentation totalitaire (1976)
  • La Grâce de l'État (1981)
  • Comment les démocraties finissent,Grasset, Paris, (1983), ISBN 2-24-628631-X
  • Le Rejet de l'État (1984)
  • Une anthologie de la poésie française (1984)
  • Le Terrorisme contre la démocratie (1987)
  • La Connaissance inutile (1988)
  • L'Absolutisme inefficace, ou Contre le présidentialisme à la française (1992)
  • Le Regain démocratique (1992)
  • Histoire de la philosophie occidentale, de Thalès à Kant (1994)
  • Le Moine et le Philosophe (dialogue avec son fils Matthieu Ricard) (1997)
  • Le Voleur dans la maison vide. Mémoires, Plon, 1997, ISBN 2259180221
  • Fin du siècle des ombres (1999)
  • La Grande Parade. Essai sur la survie de l'utopie socialiste (2000)
  • Les Plats de saison. Journal de l'année 2000 (2001)
  • L'obsession anti-américaine (2002)

Voir aussi

Biographie

Liens externes

Références

  1. Même si Jean-François Revel pense que le rôle de cette discipline est terminé depuis Kant.
  2. Voir la son discours de réception à l'Académie française.


Précédé par
Étienne Wolff
Fauteuil 24 de l’Académie française
1997-2006
Suivi par
Max Gallo
  • Portail du libéralisme Portail du libéralisme
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « Jean-Fran%C3%A7ois Revel ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Francois Revel de Wikipédia en français (auteurs)


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»