Albert Speer (Senior)

Albert Speer (père)

Page d'aide sur l'homonymie Pour son fils, voir Albert Speer (fils).
Albert Speer.

Berthold Konrad Hermann Albert Speer (19 mars 1905 à Mannheim, Allemagne - 1er septembre 1981 à Londres) est un architecte et un ministre de l'Allemagne nazie. Plaidant coupable au procès de Nuremberg, il fut condamné à vingt ans de prison. Après sa libération, il publia en 1969 Au cœur du Troisième Reich, une autobiographie qui fit couler beaucoup d'encre en raison de l'éminente position de son auteur dans le régime nazi.

Sommaire

Jeunesse

Adolf Hitler et Albert Speer en 1933.

Issu d'un milieu bourgeois très aisé, Albert Speer veut d'abord devenir mathématicien, mais il suit finalement les traces de son père et de son grand-père et, à partir de 1923, étudie l'architecture à Karlsruhe d'abord, puis à Munich. Tout à ses études, Albert Speer est alors peu politisé. Alors qu'Hitler vient de sortir de prison après le putsch de la Brasserie et fait à nouveau abondamment parler de lui à Munich, le jeune homme n'en fait pas la moindre mention dans son journal intime[1].

Speer s'inscrit ensuite à la Technische Hochschule de Berlin, où il suit les cours d'Heinrich Tessenow. Après avoir obtenu son diplôme d'architecte en été 1927, Speer devient l'assistant de Tessenow. Le 28 août 1928, il épouse Margarete Weber (1905–1987) à Berlin.

À la fin 1930, il est persuadé par ses élèves d'assister à un meeting du parti nazi destiné aux étudiants. Il est surpris, puis subjugué par le discours d'Adolf Hitler[2]. Quelques semaines plus tard, en janvier 1931, il assiste à une conférence de Goebbels, de laquelle il ressort terriblement déçu, mais après le meeting, alors que les participants s'éparpillent dans le désordre, la police, d'abord pacifique, met fin au chahut avec violence. Speer prend alors sa carte du parti (membre no 474 481)[3].

La première commande comme membre du parti vient dès 1933 : Joseph Goebbels lui demande de rénover le ministère de la Propagande. Satisfait de son travail, Goebbels le recommande à Hitler, qui lui demande d'aider Paul Troost à rénover la chancellerie à Berlin. Il est crédité de l'ajout d'un balcon célèbre.

Premier architecte du Reich

Troost meurt en 1934, et Speer est choisi pour le remplacer comme architecte en chef du parti. L'une des premières commandes est peut-être la plus connue de ses réalisations : le gigantesque complexe du Reichsparteitagsgelände de Nuremberg, cadre des congrès du Parti national-socialiste et des parades militaires que l'on voit dans le film de Leni Riefenstahl, le Triomphe de la volonté. Ce lieu est basé sur l'architecture dorique des autels Pergamum en Turquie, mais augmenté dans des proportions gigantesques qui le rendent capable de contenir 240 000 personnes. Lors du rassemblement du parti en 1934, Speer place 150 projecteurs antiaériens autour du site. Cela crée l'effet d'une « cathédrale de lumière », selon l'ambassadeur britannique Neville Henderson (en).

De nombreux immeubles officiels nazis sont planifiés à Nuremberg, mais la plupart ne sont jamais construits ; par exemple, le stade allemand aurait dû contenir 400 000 personnes pour les « Jeux aryens », proposés en remplacement aux Jeux olympiques. Pendant qu'il planifie ces constructions, Speer invente la théorie de la « valeur des ruines ». Selon ce raisonnement, soutenu avec enthousiasme par Hitler, tous les nouveaux bâtiments doivent pouvoir faire de belles ruines mille ans après leur construction. Ils seraient ainsi des hommages à la grandeur du Troisième Reich, comme celles de la Grèce antique sont le symbole de sa civilisation.

En 1937, Speer dessine le pavillon allemand pour l'Exposition spécialisée de 1937 se tenant à Paris, qui se trouve directement en face de celui de l'Union soviétique. Il le conçoit pour représenter une défense massive contre les assauts du communisme. Les deux pavillons obtiennent une médaille d'or pour leur conception. Les statues en ont été réalisées par Josef Thorak, avec lequel il était très lié.

Speer dirige aussi les plans de reconstruction de Berlin, devant devenir la capitale de la grande Allemagne. La première étape dans ces plans est le stade olympique pour les Jeux Olympiques d'été de 1936. Speer fait les plans d'une nouvelle chancellerie, la Neue Reichskanzlei (la « nouvelle Chancellerie du Reich ») incluant dans ses jardins le fameux Führerbunker (le « Bunker du Führer »), ainsi qu'un vaste hall deux fois plus long que la Galerie des Glaces du Château de Versailles. Hitler en souhaite une troisième encore plus grande que la seconde, mais rien n'est construit. La seconde chancellerie est détruite par l'Armée rouge en 1945.

Presque aucun des autres immeubles planifiés pour Berlin qui doivent être alignés le long d'une avenue centrale de cinq kilomètres ne sont construits. À l'extrémité nord de cette avenue, il est prévu un énorme dôme dans le même style que celui de la basilique Saint-Pierre à Rome ; à l'extrémité sud doit être construit un arc de triomphe d'une taille gigantesque, du type de celui de l'arc de triomphe de l'Étoile à Paris. Le début de la Seconde Guerre mondiale entraîne l'abandon de ces projets faute de main-d'œuvre et de crédits.

Ministre des Armements de la Production de guerre

Albert Speer et Adolf Hitler en 1942.

Hitler a longtemps soutenu Speer dont les plans étaient considérés comme l'expression des principes du nazisme. Il succède au ministre des Armements et de la Production de guerre, Fritz Todt, mort dans un accident d'avion en 1942.

En septembre 1943, il rencontre son homologue français Jean Bichelonne, avec qui il signe les accords Speer-Bichelonne.

Speer travaille avec diligence pour augmenter la production de guerre, souvent avec le recours à l'utilisation abusive et à l'exploitation de travailleurs forcés, causant une forte mortalité parmi ceux-ci, bien que la défaite soit devenue progressivement inéluctable. Dans son autobiographie il prétend qu'il n'eut aucune implication dans la Shoah , mais présente néanmoins des regrets à son procès.

Considéré par Claus von Stauffenberg comme le seul homme sain d'esprit parmi les dirigeants nazis, entre Hitler, Hermann Göring et Heinrich Himmler, il est prévu qu'il soit intégré au gouvernement « anti-Hitler » envisagé après le complot du 20 juillet 1944. Cependant, la liste contient l'annotation « si possible » associée à son nom, ce qui lui sauve la vie.

Hitler continue de faire confiance à Speer qui, au risque de sa vie, empêche autant que possible la volonté du Führer de détruire systématiquement les installations en prétendant que l'Armée allemande allait faire une contre-offensive. Peu avant le suicide du dictateur, Speer a même admis à Hitler qu'il lui avait désobéi. En effet, il a activement gêné le décret de la « terre brûlée » d'Hitler (le dictateur avait pris la décision de détruire le peuple allemand plutôt que de le voir vaincu).

Selon son autobiographie, il aurait visité le Führerbunker dans les derniers jours de la guerre et dit à Hitler que la guerre était perdue. Il aurait exprimé son opposition à la destruction systématique de l'Allemagne, tout en réaffirmant son affection et sa foi en Hitler. Cette conversation aurait porté Hitler aux larmes. Dans le testament politique final de Hitler, Speer a été exclu du nouveau cabinet et devait être remplacé par son subalterne, Karl-Otto Saur. Il fit néanmoins partie de l'éphémère Gouvernement de Flensbourg dirigé par le Grand Amiral Karl Dönitz jusqu'au 23 mai 1945.

En association avec le général Gotthard Heinrici, il organise la reddition des troupes allemandes aux alliés occidentaux plutôt qu'une tentative suicidaire de déloger les Soviétiques de Berlin.

En mars 1945, Hermann Göring est contraint de quitter le ministère de l'Air du Reich et son appartement de fonction pour venir s'installer dans une antichambre dans le Führerbunker. Hitler lui demande alors d'exercer l'intérim « officiellement en tant que ministre de l'Air du Reich, nommé par le Führer de l'Allemagne ».

La relation privilégiée avec Hitler

Beaucoup de chefs nazis ont cru être l'ami du Führer, mais Adolf Hitler aurait dit à la fin de la guerre : « Si j'avais eu un ami, il aurait été Speer ». Hitler, dans sa prime jeunesse avait voulu être un peintre et il avait une admiration pour le talent de dessinateur de Speer. Hitler voulut en faire l'artiste officiel du régime. Mais Speer était bien plus qu'un artiste : c'était sûrement l'un des premiers technocrates, un ingénieur au service de l'État tel qu'on en rencontrera beaucoup après guerre. Tout le monde reconnaît à Speer sa compétence dans l'organisation de la fin de la guerre. On peut même dire qu'à cause de lui la guerre a duré plus longtemps. Il fut, entre autres choses, extrêmement efficace dans l'établissement d'usines d'essence synthétique.

Après la guerre

Procès et prison

Au procès de Nuremberg, il est l'un des rares à exprimer des remords, ce qui lui sauve probablement la vie.

Il lui est reproché d'avoir utilisé ses différentes positions et son influence personnelle pour participer à la planification et à la préparation militaire et économique des conspirateurs nazis en vue de mener une guerre d'agression et des guerres en violation des traités internationaux, au sens des chefs d'accusation no 1 et 2, mais il est acquitté sur ces deux points.

Il est également accusé d'avoir autorisé, dirigé et pris part à des actes constitutifs de crimes de guerre d'après le chef d'inculpation no 3, et à des crimes contre l'humanité au sens du chef d'inculpation no 4, en particulier d'avoir eu recours massivement à l'exploitation, jusqu'à la mort, de travailleurs forcés dans le but de fournir de la main-d'œuvre aux diverses usines d'armements afin de conduire une guerre d'agression.

Le 1er octobre 1946, il est condamné à 20 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, peine qu'il purge dans la prison de Spandau.

Libération

Il est libéré le 30 septembre 1966[4]. Il écrit pendant cette période plusieurs livres autobiographiques.

Il s'inscrit au Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), qui voit en lui une génération d'Allemands finalement moins coupables que les autres.

Il meurt subitement dans un hôtel de Londres le 1er septembre 1981 d'une hémorragie cérébrale.

Ses enfants

Speer a eu six enfants, quatre garçons et deux filles, Albert, Hilde, Margarete, Arnold, Fritz, Ernst, entre 1934 et 1942.

Son fils, né en 1934 et également prénommé Albert, est un architecte à succès, notamment responsable de la conception d'Expo 2000 (l'exposition mondiale de Hanovre en 2000), de la cité internationale de Shanghaï et du complexe olympique de Pékin. Sa fille Hilde Schramm (née en 1936) est élue comme parlementaire de gauche. Sa seconde fille, Margret Nissen (née en 1938), est photographe.

Bibliographie

Ouvrages de Speer

  • Albert Speer (trad. Michel Brottier), Au cœur du Troisième Reich [« Erinnerungen »], vol. 3471, le Livre de poche, coll. « Le Livre de poche », Paris, 1972, 794 p. (ISBN 2-253-01508-3) 
  • Albert Speer (trad. Dominique Auclères et Michel Brottier), Journal de Spandau [« Spandauer Tagebücher »], Robert Laffont, coll. « Vécu », Paris, 1975, 553 p. (ISSN 0750-7755) 
  • Albert Speer (trad. Guy Fritsch-Estrangin et Jeanne-Marie Gaillard-Paquet), L'Empire S.S [« Der Sklavenstaat »], Robert Laffont, Paris, 1985, 396 p. (ISBN 2-221-00900-2) 
  • Albert Speer (trad. Jean-Marie Vigilens), L'Immoralité du pouvoir [« Technik und Macht »], La Table ronde, Paris, 1979, 285 p. 

Autres

  • Jacques Brosse, Hitler avant Hitler, postface d'Albert Speer, Fayard.
  • L. O., Larsson, Albert Speer : le plan de Berlin (1937-1943), Archives d'Architecture Moderne, Bruxelles, 1983.
  • Gitta Sereny, Albert Speer : son combat avec la vérité, Seuil, 1997.
  • Joachim Fest, Albert Speer, Le Confident de Hitler, Perrin, 2001.
  • Matthias Schmidt, Albert Speer : La Fin d'un Mythe, P. Belfond.
  • Heinrich Breloer, Speer et Hitler. L'Architecte du diable, éd. Canal+ éditions.
  • (de) « Albert Speer und sein Führer. Der Manager des Bösen », Der Spiegel, 2 mai 2005, no 18/2005 ; un article extrêmement critique sur le véritable rôle d'Albert Speer dans le Troisième Reich, y compris dans la gestion technique de la Shoah.

Cinéma

Notes et références

  1. Albert Speer, Erinnerungen, p. 26.
  2. Albert Speer, Erinnerungen, p. 32
  3. Albert Speer, Erinnerungen, p. 34
  4. Il quitte Spandau le 1er octobre 1966 (Au cœur du Troisième Reich, Postface

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de l’Allemagne Portail de l’Allemagne
  • Portail du nazisme Portail du nazisme

Ce document provient de « Albert Speer (p%C3%A8re) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Albert Speer (Senior) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Albert Speer (senior) — Albert Speer (1933) Berthold Konrad Hermann Albert Speer (* 19. März 1905 in Mannheim; † 1. September 1981 in London) war einer der führenden Architekten im Nationalsozialismus. Seit 1937 war er Generalbauinspektor für die Reichshauptstadt und… …   Deutsch Wikipedia

  • Albert Speer senior — Albert Speer (1933) Berthold Konrad Hermann Albert Speer (* 19. März 1905 in Mannheim; † 1. September 1981 in London) war einer der führenden Architekten im Nationalsozialismus. Seit 1937 war er Generalbauinspektor für die Reichshauptstadt und… …   Deutsch Wikipedia

  • Albert Speer (senior) — Albert Speer (père)  Pour son fils, voir Albert Speer (fils). Albert Speer. Berthold Konrad Hermann Albert Speer (19 mars  …   Wikipédia en Français

  • Albert speer (senior) — Albert Speer (père)  Pour son fils, voir Albert Speer (fils). Albert Speer. Berthold Konrad Hermann Albert Speer (19 mars  …   Wikipédia en Français

  • Albert Speer (père) — Pour son fils, voir Albert Speer (fils). Albert Speer Albert Speer durant le procès de Nuremberg, 1946 (détail) …   Wikipédia en Français

  • Albert Kesselring — Infobox Military Person name=Albert Kesselring born=birth date|1885|11|30|df=y died=death date and age|1960|7|16|1885|11|30|df=y placeofbirth=Marktsteft, Kingdom of Bavaria, German Empire placeofdeath=Bad Nauheim, West Germany caption=Albert… …   Wikipedia

  • Albert Vögler — Infobox Person name = Albert Vögler residence = other names = imagesize = caption = birth name = Albert Vögler birth date = birth date|1877|2|8|df=y birth place = Essen death date = death date and age|1945|4|14|1877|2|8|df=y death place =… …   Wikipedia

  • Alberto — Albert ist eine Kurzform des männlichen Vornamens Adalbert, außerdem sinnverwandt mit Albrecht. Der Name ist auch als Familienname gebräuchlich. Inhaltsverzeichnis 1 Varianten 2 Namenstage 3 Bekannte Namensträger 3.1 Vorname oder einzig …   Deutsch Wikipedia

  • Großadmiral Dönitz — Karl Dönitz (* 16. September 1891 in Grünau bei Berlin; † 24. Dezember 1980 in Aumühle bei Hamburg) war ein deutscher Marineoffizier (seit 1943 Großadmiral) und Oberbefehlshaber der deutschen Kriegsmarine im Zweiten Weltkrieg. Von Hitler… …   Deutsch Wikipedia

  • Karl Doenitz — Karl Dönitz (* 16. September 1891 in Grünau bei Berlin; † 24. Dezember 1980 in Aumühle bei Hamburg) war ein deutscher Marineoffizier (seit 1943 Großadmiral) und Oberbefehlshaber der deutschen Kriegsmarine im Zweiten Weltkrieg. Von Hitler… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”