Al-Harakat al-Islamiyya

Abu Sayyaf

Abu Sayyaf
Classification
Islamiste/séparatisme
Objectifs
Création d'un État islamique indépendant
Statut
Actif
Victimes
Fondation
Date de formation 1991
Pays d’origine Philippines Philippines
Fondateur(s) Abdurajak Abubakar Janjalani
Force
Nombre Estimé à 2 000
Zone d’opération Philippines
Dernière attaque
Financement
Enlèvement, banditisme
Filiation
Chefs principaux
Yasser Igasan, Radulan Sahiron, Isnilon Totoni Hapilon, Albader Parad
Groupes reliés
Front Moro de Libération nationale
Jemaah Islamiyah


Abu Sayyaf (en arabe أبو سياف‎), aussi connu sous le nom de Al-Harakat al-Islamiyya est un mouvement séparatiste musulman terroriste situé dans les îles du sud des Philippines, principalement Jolo, Basilan et Mindanao.

Le groupe est actuellement combattu par l'armée philippine qui bénéficie de l'aide de l'armée américaine. L'organisation est considérée par l'Organisation des Nations unies comme proche d'Al-Qaida et à ce titre sanctionné de la part du Conseil de sécurité des Nations unies[1].

On rapporte que Abu Sayyaf a récemment étendu son influence dans les pays voisins des Philippines comme la Malaisie et l'Indonésie. Le groupe est responsable d'un grand nombre d'attentats à la bombe, d'assassinats, d'enlèvements et d'extorsions de fonds, afin de promouvoir l'indépendance d'un état islamique composé de l'ouest de Mindanao et de l'archipel des Sulu. Une première étape dans la création d'un grand état islamique situé dans la péninsule malaise en Asie du Sud-Est.

Le nom Abu Sayyaf est arabe et signifie le père (abu) de l'épée (sayyaf).

Abu Sayyaf est l'un des plus petits mais aussi des plus radicaux et dangereux groupes islamiques indépendantistes de Mindanao. Certains des membres d'Abu Sayyaf ont étudié ou travaillé en Arabie saoudite et développé des liens avec d'autres moudjahiddins pendant leur entraînement en Afghanistan ou au Pakistan.

L'organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada[2], des Etats-Unis d'Amérique[3], de l'Australie[4] et du Royaume-Uni[5]

Sommaire

Histoire

Les membres d'Abu Sayyaf sont à l'origine issus du Front Moro de Libération nationale (MNLF), dont ils se séparent en 1991 sous l'impulsion de Abdurajak Abubakar Janjalani.

Ramzi Yousef et Khalid Shaikh Mohammed, deux des radicaux impliqués dans l'Opération Bojinka arrivent aux Philippines au début des années 1990 et deviennent organisateurs de plongées sous-marine à Puerto Galera. On suppose qu'il s'agissait d'une couverture pour recruter des militants d'Abu Sayyaf et les former.

Ramzi Yousef fait exploser une bombe à bord du vol 434 de Philippine Airlines, tuant un passager japonais. Un homme appelle alors les autorités et déclare « Nous sommes le groupe Abu Sayyaf. Nous faisons exploser un avion en provenance de Cebu ». On pense que cette opération était un test pour l'Opération Bojinka découverte par la police de Manille le 6 janvier 1995.

La première opération d'envergure du groupe Abu Sayyaf est l'assaut d'une tête de pont dans la ville de Ipil sur l'île de Mindanao en avril 1995.

Le groupe est responsable du meurtre de plus de 30 étrangers (notamment des touristes) et de clercs chrétiens,

Abdurajik Janjalani est tué lors d'un affrontement avec les forces de police philippines le 18 décembre 1998. Son jeune frère, Khadaffy Abubakar Janjalani, lui succède à la tête de l'organisation. La mort du leader historique du groupe a induit un changement de politique du mouvement qui passe d'actions idéologiques et symboliques à des actions de kidnappings, de meurtres et de vols.

Le fief d'Abu Sayyaf est situé dans le sud des Philippines, mais ses membres voyagent occasionnellement pour des actions à Manille ou dans d'autres îles. Le groupe étend ses opérations à la Malaisie en 2000, avec l'enlèvement de touristes étrangers.

Un commandant, Abu Sabaya, est tué en 2002 en essayant d'échapper aux forces philippines. Galib Andang, dit le Commandant Robot, est capturé à Sulu en décembre 2003[6].

En septembre 2006, le leader Khadaffy Janjalani est tué par les forces philippines[7]. Sa mort est prouvée par des tests ADN.

En janvier 2007, un haut-commandant du groupe, Jainal Antel Sali jr, aussi connu sous le nom d'Abu Sulaiman, est abattu par les forces philippines au cours d'un violent échange de tirs [8].

En juin 2007, Yasser Igasan est désigné comme le nouveau chef du groupe terroriste. La nouvelle est confirmée plus d'un an après, le 3 octobre 2008.[9].

Le 20 juillet 2009, un porte-parole des forces armées philippines annonce que le gouvernement planifie une offensive majeure contre Abu Sayyaf en vue d'entraîner sa disparition d'ici fin 2010. De même, il affirme que cette opération doit viser à résoudre la question de la pauvreté au sud des Philippines, principal vivier du terrorisme [10]. Le 21 septembre 2009, l'armée philippine s'empare d'un des principaux repaires d'Abu Sayyaf sur l'île de Jolo. 24 islamistes et 8 soldats philippins sont tués au cours de l'affrontement[11].

Le 29 septembre 2009, une bombe improvisée explose au passage d'un véhicule de l'armée américaine à Indanan, tuant deux GI's et un soldat philippin. L'attaque, bien que non revendiquée, est imputée à Abu Sayyaf. L'attentat pousse les responsables de l'armée américaine à retirer leurs troupes de la province de Sulu[12].

Liste des principaux chefs

Anciens chefs

Effectifs et financement

On estime que le groupe Abu Sayyaf compte plus de 2 000 membres avec un noyau actif de 200 personnes.

On a longtemps pensé que le groupe ne recevait pas de financement externe et se contentait de ses enlèvements, rançons ou vols. Mais des rapports de services secrets des États-Unis, de l'Indonésie et de l'Australie montrent l'existence de liens par intermittence avec le groupe indonésien Jemaah Islamiyah.

Références

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail des Philippines Portail des Philippines
Ce document provient de « Abu Sayyaf ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Al-Harakat al-Islamiyya de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Harakat al-Muqawama al-Islamiya — Das Hamas Emblem zeigt zwei gekreuzte Schwerter, den Felsendom und eine Karte vom heutigen Israel unter Einbeziehung des Westjordanlands und des Gaza Streifens, welches sie komplett als Palästina beansprucht Die Hamas (arabisch ‏ …   Deutsch Wikipedia

  • Al-Harakat Al-Islamiyya — Abu Sajaf (‏ أبو سيّاف‎ Abu Sayyaf, DMG Abū sayyāf, „Schwertkämpfer“; auch Abu Seif) oder Al Harakat Al Islamiyya („Die Islamische Bewegung“) ist eine islamistische militante Untergrundorganisation im muslimischen Süden der Philippinen, die seit… …   Deutsch Wikipedia

  • Harakat Al-Muqawama Al-Islamiya — Hamas Emblème du Hamas Le Hamas, en arabe : حماس, acronyme partiel de harakat al muqâwama al islâmiya (حركة المقاومة الإسلامية), « mouvement de résistance islamique »), est un parti politique islamiste qui œuvre pour l instauration …   Wikipédia en Français

  • Al-Aqsa e.V. — Das Hamas Emblem zeigt zwei gekreuzte Schwerter, den Felsendom und eine Karte vom heutigen Israel unter Einbeziehung des Westjordanlands und des Gaza Streifens, welches sie komplett als Palästina beansprucht Die Hamas (arabisch ‏ …   Deutsch Wikipedia

  • Organisations et personnes considérées par l'ONU comme proche d'AL-Qaida ou des Talibans — Organisations et personnes considérées par l ONU comme proches d al Qaida ou des talibans Le comité créé par la résolution 1267 du Conseil de sécurité des Nations unies en 1999[1] a produit une liste d organisations et de personnes considérées… …   Wikipédia en Français

  • Organisations et personnes considérées par l'ONU comme proches d'Al-Qaida ou des talibans — Le comité créé par la résolution 1267 du Conseil de sécurité des Nations unies en 1999[1] a produit une liste d organisations et de personnes considérées proches d al Qaida, d Oussama ben Laden ou des talibans. En septembre 2006, Interpol a… …   Wikipédia en Français

  • Organisations et personnes considérées par l'ONU comme proches d'al-Qaida ou des talibans — Le comité créé par la résolution 1267 du Conseil de sécurité des Nations unies en 1999[1] a produit une liste d organisations et de personnes considérées proches d al Qaida, d Oussama ben Laden ou des talibans. En septembre 2006, Interpol a… …   Wikipédia en Français

  • Organisations considérées comme terroristes par le département du Trésor des États-Unis — Le département du Trésor des États Unis d Amérique fait paraître à la suite des attentats du 11 septembre 2001 une liste d organisations étrangères aux États Unis appelée Specially Designated Global Terrorist (SDGT) qu il considère comme… …   Wikipédia en Français

  • act of terrorism — noun the calculated use of violence (or the threat of violence) against civilians in order to attain goals that are political or religious or ideological in nature; this is done through intimidation or coercion or instilling fear • Syn:… …   Useful english dictionary

  • foreign terrorist organization — noun a political movement that uses terror as a weapon to achieve its goals • Syn: ↑terrorist organization, ↑terrorist group, ↑FTO • Topics: ↑terrorism, ↑act of terrorism, ↑terrorist act …   Useful english dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”