2e régiment de tirailleurs marocains

Le 2e Régiment de Tirailleurs Marocains ou (2e R.T.M) était un régiment d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée de terre française.

2e Régiment de Tirailleurs Marocains
2eRTM.jpg

Insigne régimentaire du 2e R.T.M

Période 19181959J'ai été incorporé en novembre 1959 au 2°RTM au quartier FIEVET à Strasbourg,en 1960 il existait encore
Pays Drapeau de France France
Branche armée de Terre
Type régiment tirailleurs
Rôle infanterie
Garnison Marrakech et Mogador
Devise Fais ce que tu dois
Inscriptions sur l’emblème Picardie 1918
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerrre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
2 palmes
Croix de guerre 1939-1945
1 étoile de vermeil
Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieures
1 palme
Croix de Guerre Belge
1 palme
Mérite Militaire Chérifien

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • Le 2e R.M.T.M créé en 1918.
  • Devient 62e R.T.Men 1920.
  • Prend l'appellation 2e R.T.M en 1929.
  • Dissous en 1944.
  • Recréé en 1947.
  • Dissolution en 1959.

Historique des garnisons, combats et bataille

La Première Guerre mondiale

Le 2e R.M.T.M. fut mis en ligne en avril 1918. Le 10 août, il obtenait sa première citation ; fin septembre, il était cité une seconde fois. L'armistice le trouva en Alsace, exsangue. Il devait recevoir en 1919 la fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918. La brillante conduite des tirailleurs marocains sur le front de France ne doit pas faire oublier que les bataillons du Maroc furent engagés, dès le second semestre de 1915, aux côtés des autres troupes chargées de tenir le protectorat. En mars 1918, six bataillons marocains se trouvaient en France et on créait au Maroc les 9e, 10e, 11e et 12e. On organisa alors deux régiments de marche :

  • 1er R.M.T.M. : 3e, 7e et 8e Bataillons, lieutenant-colonel Cimetière;
  • 2e R.M.T.M. : 1er, 2e et 4e Bataillons et spécialistes du 262e R.I, lieutenant-colonel Flye Sainte Marie.
  • Le 25 avril 1918, le 2e R.M.T.M. reçut son drapeau.

L'entre-deux-guerres


La Seconde Guerre mondiale

  • Les honneurs à ses braves à nos frères d'armes.
  • Et ils racontent. A l’époque, le Maroc est un protectorat français. Les volontaires sont engagés pour 4 ans. Il s’agit souvent de Berbères, d’agriculteurs, de montagnards. « La plupart ont cette phrase pour expliquer leur engagement : « on courait après le pain ». Et puis il y a également l’appel du roi Mohammed V à s’engager aux côtés de la France, avec l’espoir caché de recevoir davantage d’indépendance en compensation. » Dans la lettre lue le 3 septembre 1939 dans toutes les mosquées du Royaume, Mohammed V lance ainsi : « A partir de ce jour et jusqu’à ce que l’étendard de la France et de ses alliés soit couronné de gloire, nous lui devons un concours sans réserve, ne lui marchander aucune de nos ressources et ne reculer devant aucun sacrifice ». Plus de 80.000 Marocains participeront au conflit.

Le 2e RTM, sous l'occupation, est "aux ordres" du régime de Vichy et reçoit quelques appelés venant de régiments de la métropole.

L'un d'eux, Fernand STEVENIN, est affecté au poste de chauffeur du colonel. Ceci lui permit d'entendre les discussions d'officiers telles que, par exemple lors de manœuvres prévues pour repousser un débarquement américain: "Quand je pense que l'on fait des manœuvres pour repousser les américains et que s'ils débarquaient, on les accueillerait à bras ouverts!"

Le régiment participe à la reconquête de l'Italie. Il est décimé lors de la bataille du Monte Cassino, seuls quelques combattants sortirent indemnes de cette bataille.


  • A Gembloux, sont envoyés les 1er, 2e et 7e Régiments de Tirailleurs. Ils viennent de Kénitra, Marrakech et Meknès. Beaucoup n’y retourneront plus jamais. Concernant, par exemple, le 7e Régiment, fort de 2.300 hommes, seule une cinquantaine d’entre eux reverront Meknès à la fin de la guerre. Après une journée de marche, certains seront confrontés directement aux Allemands, quatre heures à peine après leur arrivée, comme ce fut le cas des tirailleurs du 7e Régiment. Les tirailleurs, planqués dans des trous individuels, feront face aux chars allemands, dans une lutte qui se terminera parfois par des combats au corps à corps. « On ne dit pas que les Marocains ont sauvé le monde, mais ils ont contribué au combat contre l’horreur du nazisme. Ce qu’on n’oublie parfois. Un vieux me disait encore que sur la ligne de front cela ne posait pas de problème qu’ils aient une barbe ou qu’ils lancent « Allah Akbar ». Alors qu’aujourd’ hui… » « Les enfants d’un autre, continue Gennaro Pitisci, habitent rue de Brabant. Lui est un ancien opérateur radio, il se promène toujours avec une valise dans laquelle se trouve ses médailles. Mais malgré cela, ils se sentent souvent oubliés. Ils ont la plupart du temps été privés de pension quand leur pays a obtenu l’indépendance, par exemple. »
  • Le secteur Gembloux-Ernage est défendu par le 4e Corps français, avec la 1re Division Marocaine et la 15e Division d'Infanterie Motorisée.

La trouée de Gembloux, qui donne accès à la vallée de la Sambre, est verrouillée par un millier d'hommes du 1er Bataillon / 7e Régiment de Tirailleurs Marocains (RTM) et du 3e Bataillon / 2e RTM. A l'aube, le 16e Korps motorisé de Hoepner, composé des 3e et 4e Divisions panzers, déclenche son offensive prévue contre les deux bataillons marocains. Les deux divisions blindées allemandes totalisent 20000 hommes et 750 chars. Martelés par les Ju-87, contre des forces blindées très supérieures en nombre, les Marocains vont pourtant résister pendant deux jours aux coups de massues des Allemands. Les pertes sont terribles des deux côtés. Dans la soirée du 15 mai, contre-attaqués par des blindés de la 15e Division d'infanterie motorisée, venue en renfort, les Allemands devront arrêter les frais et se retirer. La Wehrmacht subira là son premier échec de la guerre. Mais malheureusement, le sacrifice des Tirailleurs Marocains se révèlera vain. En effet, débordée par ses flancs nord et sud, la Ire Armée française reçoit l'ordre d'abandonner ses positions vers une nouvelle ligne de défense moins exposée. Sur les 1000 Tirailleurs marocains engagés, seule une centaine d'entre eux s'en sortiront vivants. En France, cette victoire héroïque, bien qu'inutile, tombera dans l'oubli, elle ne figure même pas dans les manuels ou livres d'histoire sur la Seconde Guerre mondiale. Les Belges, eux, n'ont pas oublié ce sacrifice des Tirailleurs marocains.

  • le 18 mai 1940, le 2e RTM prend position à Bouchain pour créer une ligne d'arrêt face à l'attaque allemande. Les tirailleurs marocains bloquent la 8e ID avant d'être remplacés par la 4e DI - les pertes sont considérables dans les rangs du 2e RTM.

Après les combats, les habitants revenants d'exode découvrent dans les champs, sur le bord des routes des cadavres de tirailleurs. Les allemands ont ordonné aux prisonniers français de s'occuper des morts allemands puis des français et leur ont interdit d'enterrer les marocains. Ce qui fut fait par les civils quelques jours après la fin des combats.

L'après-Seconde-Guerre-mondiale

Le régiment est en garnison à Marrakech il est intégré à la 32e Division

Chefs de corps

  • 2e R.M.T.M. : 1er, 2e et 4e Bataillons et spécialistes du 262e R.I, lieutenant-colonel Flye Sainte Marie.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 2e régiment de tirailleurs marocains de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 2e regiment de tirailleurs marocains — 2e régiment de tirailleurs marocains Le 2e Régiment de Tirailleurs Marocainsou (2e R.T.M) est une unité de l armée de terre française. Sans son Empire, la France ne serait qu’un pays libéré. Grâce à son Empire, la France est un pays vainqueur. le …   Wikipédia en Français

  • 1er régiment de tirailleurs marocains — Insigne régimentaire du 1er R.T.M (4e modéle) …   Wikipédia en Français

  • 8e regiment de tirailleurs marocains — 8e régiment de tirailleurs marocains Le 8e Régiment de Tirailleurs Marocains est une unité de l armée de terre française. Le 68eR.T.M créé en 1927 devient le 8eR.T.M en 1929. Disssous en 1940, recréé en 1941 à 1950 puis de 1954 à 1956. 8e… …   Wikipédia en Français

  • 8e régiment de tirailleurs marocains — Le 8e Régiment de Tirailleurs Marocains est une unité de l armée de terre française. 8e Régiment de Tirailleurs Marocains Insigne régimentaire du 8e R.T.M Période …   Wikipédia en Français

  • 5e regiment de tirailleurs marocains — 5e régiment de tirailleurs marocains Le 5e Régiment de Tirailleurs Marocains (ou 5e RTM) est un régiment d infanterie de l armée de terre française. le 65e R.T.M créé en 1920, devient le 5e R.T.M en 1929, dissous en 1946, recréé en 1950, dissous… …   Wikipédia en Français

  • 4e régiment de tirailleurs marocains — Insigne régimentaire du 4e R.T.M Période 1er janvier 1929 – 30 juin 1964 …   Wikipédia en Français

  • 5e régiment de tirailleurs marocains — Le 5e Régiment de Tirailleurs Marocains (ou 5e RTM) est un régiment d infanterie de l armée de terre française. 5e Régiment de Tirailleurs Marocains Période …   Wikipédia en Français

  • 6e regiment de tirailleurs marocains — 6e régiment de tirailleurs marocains Le 6e Régiment de Tirailleurs Marocains (ou 6e RTM) est un régiment d infanterie de l armée française. Créé sous la IIIe République en 1920 sous le nom de 66e R.T.M. devient 6eR.T.M en 1929. Dissous en 1956.… …   Wikipédia en Français

  • 6e régiment de tirailleurs marocains — Le 6e Régiment de Tirailleurs Marocains (ou 6e RTM) est un régiment d infanterie de l armée française. 6e Régiment de Tirailleurs Marocains Insigne régimentaire du 6e R.T.M …   Wikipédia en Français

  • 4e regiment de tirailleurs marocains — 4e régiment de tirailleurs marocains 4e Régiment de Tirailleurs Marocains Insigne régimentaire du 4e R.T.M Période 1er janvier 1929 – 30 juin 1964 Pays …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”