Tirailleur

Un tirailleur est un fantassin faisant partie des unités légères de l'infanterie.

Sommaire

Histoire

Le mot Tirailleur a deux significations dans le domaine militaire.

C'est une tactique de combat de l'infanterie, souvent pratiquée par des troupes légères qui se déploient devant le front des troupes, pour harceler l'ennemi, selon les époques avec des armes de jet ou des armes à feu.

Cette méthode de combat a aussi donné son nom à certaines unités de l'infanterie légère qui la pratiquaient dans différentes armées. À partir du XIXe siècle, l’armée française a formé beaucoup de ces unités, équipées légèrement, dans les colonies. Il y eut ainsi des tirailleurs en Afrique du Nord, en Afrique noire, en Indochine. Il y eut aussi des Tirailleurs corses en Corse.

Tirailleurs de l'Armée française

Afrique du Nord

Les tirailleurs nord-africains appartenaient à l'Armée d'Afrique.

Afrique Noire

Les tirailleurs sénégalais, terme générique désignant les tirailleurs d'Afrique noire, appartenaient à l'Armée coloniale.

Indochine

Décorations des régiments

Pour les décorations et les citations, les régiments de tirailleurs nord-africains sont avec les Zouaves parmi les plus décorés de l'armée française et viennent juste après le Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc (RICM), appartenant aux troupes coloniales, et le Régiment de marche de la Légion étrangère, appartenant à l'Armée d'Afrique[1].

Même s'ils ne furent pas à strictement parler des Tirailleurs, il convient également de mentionner les Goums marocains, tant ces fantassins participèrent étroitement aux opérations dans lesquelles les Tirailleurs furent impliqués surtout lors de la Seconde Guerre mondiale.

A ce jour, sur les 34 drapeaux d’Infanterie de l'armée francaise décorés de la Légion d'honneur, 8 sont des régiments de fantassins nord-africains et 1 de tirailleurs sénégalais. Sur les 4 drapeaux de régiments de l'Armée française décorés à la fois de la Légion d'honneur et de la Médaille Militaire on compte un régiment de tirailleur, le 2e R.T.A[2],[3],[4].

Au cours de la Première Guerre mondiale, les faits d'armes des fantassins nord-africains leur valurent les plus hautes distinctions. Ils obtiennent plus de 20% des plus hautes distinctions décernées (Drapeaux décorés de la Légion d'honneur ou de la Médaille Militaire et fourragères rouges à la couleur de la Légion d'Honneur) alors que leurs effectifs au combat ne représentent à la fin de la guerre que 2% du total des combattants[5],[6].

Au cours de cette guerre, au total, environ 815 régiments de toutes les armes ont été engagés par la France. Sur les 19 régiments d'infanterie qui ont eu leur drapeau décoré de la Légion d'honneur ou de la Médaille Militaire on dénombre 4 régiments de tirailleurs[7]. Sur les 17 régiments (et 6 bataillons) qui ont reçu la fourragère à la couleur de la Légion d'honneur (au moins 6 citations à l'ordre de l'Armée) on dénombre également 4 régiments de tirailleurs.

En outre, les 16 régiments de Tirailleurs maghrébins en activité au 31 août 1918 ont tous obtenu la fourragère (au moins 2 citations à l'ordre de l'Armée) totalisant 63 citations à l'ordre de l'armée[8]; 7 reçurent la fourragère au couleurs de la Croix de Guerre[9], 5 la fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire[10] et 4 fourragère aux couleurs de la Légion d’honneur[11],[12],[13].

Parmi les tirailleurs d'Afrique noire, seuls 11 bataillons, sur un total de 91 bataillons combattants en 1914-1918[14] constitués au cours de la guerre, ont obtenu la fourragère : le 43e bataillon de tirailleurs sénégalais qui a reçu la fourragère aux couleurs de la médaille militaire pour ses 4 citations à l’ordre de l’armée et 8 bataillons de tirailleurs sénégalais, 1 bataillon de tirailleurs malgaches et le bataillon de tirailleurs somalis qui ont obtenu la fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918 [15].

Durant la Seconde Guerre mondiale, sur 36 régiments d'infanterie qui reçurent la fourragère (au moins deux citations à l'ordre de l'Armée), 14 sont des régiments de fantassins nord-africains (10 de tirailleurs et 4 Tabors marocains)[16].

Deux régiments, les 4e R.T.T et 7e R.T.A ont été cités au moins 10 fois à l'ordre de l'armée de 1914 à 1945 et comptent parmi les plus décorés de l'Armée française[8].

Il n’y a pas de liaison directe entre le port d’une fourragère et l’attribution au drapeau de la décoration correspondante car c’est uniquement le nombre de citations à l’ordre de l’Armée qui est pris en compte pour l’attribution de la fourragère à une unité.

Drapeaux

Première Guerre mondiale

Seconde Guerre mondiale

Guerre d'Indochine

Autres pays

Dans l’armée de Lettonie, il y a une unité célèbre, les tirailleurs rouges de Lettonie

Bibliographie

  • Tirailleurs Algériens et Tunisiens 1830/1964, Carnets de la Sabretache, numéro spécial, 1980, série 55
  • Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique 1830-1962, Albin Michel, 1994
  • Robert Huré, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Charles-Lavauzelle, 1977
  • Dominique Lormier, C'est nous les Africains, Calmann-Levy, 2006
  • Les Africains, Historama, hors-série n° 10, 1970
  • Razik Alex Menidjel, Les tirailleurs algériens, Éditions Publibook, 2007 (ISBN 2748336321)
  • Eugène-Jean Duval, L'épopée des tirailleurs sénégalais, L'Harmattan, 2005

Références

  1. Les troupes coloniales dans la Grande Guerre: actes du colloque organisé pour le 80e anniversaire de la bataille de Verdun, IHCC-CNSV, 1997, p.90
  2. 2e régiment de tirailleurs algériens, Régiment de marche de la Légion étrangère (RMLE), Régiment d’infanterie coloniale du Maroc (RICM), 3e Régiment de Zouaves
  3. La Médaille Militaire, site france-phaleristique.com
  4. a et b La Légion d'Honneur, site france-phaleristique.com
  5. Environ 56 000 combattants maghrébins sur 2 351 000 hommes en novembre 1918, Jacques Frémeaux, Les colonies dans la grande guerre, Editions 14-18, 2006, p.69
  6. Il n’y a pas de liaison directe entre le port d’une fourragère et l’attribution au drapeau de la décoration correspondante car c’est uniquement le nombre de citations à l’ordre de l’Armée qui est pris en compte pour l’attribution de la fourragère à une unité
  7. Le 5 juillet 1919, un décret du Président de la République Raymond Poincaré, attribue la Légion d'honneur (ou la Médaille Militaire, pour ceux étant déjà décorés de la Légion d'Honneur) aux drapeaux de 14 régiments (23e RI, 26e RI, 152e RI, 153e RI, 3e Zouaves, 4e Zouaves, 8e Zouaves, 9e Zouaves, 2e RTA, 4e RTT, 7e RTA, 4e mixte Zouaves-Tirailleurs (16e RTT), 43e RIC, RICM) qui se sont illustrés au cours de la guerre. Au total 19 drapeaux de l'Armée de Terre ont été décorés de la Légion d'Honneur ou de la Médaille Militaire pour la période 1914-1918, Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Royale, 1919, pp.2023-2035
  8. a et b Les fourragères, site france-phaleristique.com
  9. cités deux ou trois fois à l'ordre de l'armée
  10. cités quatre ou cinq fois à l'ordre de l'Armée
  11. cités six fois à l'ordre de l'Armée.
  12. Jean-Louis Larcade, Zouaves et Tirailleurs, Argonaute, 2000
  13. La décision de construire la Grande Mosquée de Paris, première mosquée construite en France, est prise après la Première Guerre mondiale pour rendre hommage aux 36 000 Maghrébins, essentiellement des tirailleurs, tués lor de ce conflit, Maurice Barbier, La laïcité, L'Harmattan, 1995, p. 98
  14. 89 Sénégalais, 1 Malgache, 1 Somali
  15. Les traditions du 1er bataillon de Tirailleurs somalis par Antoine Champeaux
  16. Fourragères, France-Phaleristique.com
  17. Ordre Général N°46 du Général Commandant Supérieur des Troupes du Groupe de l'A. O. F., du 10 juin 1919. Le 43e Bataillon de tirailleurs sénégalais, titulaire de quatre citations à l’ordre de l’armée, se voit attribuer la fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire. Formation constituée pour le conflit, le bataillon est dissous le mois suivant. Sa Croix de Guerre 1914-1918 avec quatre palmes et sa fourragère sont alors transmises au 1er Régiment de tirailleurs sénégalais.

Voir aussi

Liens internes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tirailleur de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tirailleur — [ tirajɶr ] n. m. • 1740; « celui qui tire en tous sens » 1578; de tirailler 1 ♦ Soldat détaché pour tirer à volonté sur l ennemi. Francs tireurs et tirailleurs. Soldats déployés en tirailleurs, en lignes espacées, sans profondeur. « Toute la… …   Encyclopédie Universelle

  • Tirailleur — Ti rail leur , n. [F., from tirailler to skirmish, wrest, from tirer to draw.] (Mil.) Formerly, a member of an independent body of marksmen in the French army. They were used sometimes in front of the army to annoy the enemy, sometimes in the… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Tirailleur — in size and in the French Army were commanded by European French officers. History Tirailleurs from Algeria served in the Crimean and Franco Prussian Wars (1870), as well as the various French colonial campaigns. During the Crimean War the… …   Wikipedia

  • Tirailleur — Ti|rail|leur 〈[tirajø:r] m. 1; veraltet〉 in offener Ordnung kämpfender Schütze [frz.] * * * Ti|rail|leur [tira(l) jø:ɐ], der; s, e [frz. tirailleur, zu: tirailler, ↑tiraillieren] (Milit. früher): Angehöriger einer in gelockerter Linie kämpfenden… …   Universal-Lexikon

  • Tirailleur — Ti|rail|leur [tira(l) jø:ɐ̯] der; s, e <aus gleichbed. fr. tirailleur> (veraltet) Schütze, Angehöriger einer in gelockerter Linie kämpfenden Truppe …   Das große Fremdwörterbuch

  • TIRAILLEUR — s. m. Celui qui tiraille. Il se dit Des chasseurs qui tirent mal ; et Des soldats qui tiraillent en avant d une colonne, pour commencer l attaque. Les tirailleurs ont surpris l avant garde de l ennemi. On a envoyé en tirailleurs cent hommes de ce …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TIRAILLEUR — n. m. Il se dit de Soldats en ordre dispersé, faisant feu à volonté contre l’ennemi. Se déployer en tirailleurs. Il se dit aussi de Soldats d’une troupe coloniale indigène. Les tirailleurs algériens, sénégalais …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Tirailleur — Tirailleure (frz. Schützen) sind in aufgelöster Ordnung kämpfende Mannschaften der Infanterie, die auch Plänkler genannt werden. Sie gehören zur Leichten Infanterie. Anfangs kämpften die mit Arkebusen bewaffneten Krieger allgemein außerhalb einer …   Deutsch Wikipedia

  • tirailleur — noun an infantry soldier …   Wiktionary

  • tirailleur — (ti râ lleur, ll mouillées, et non ti râ yeur) s. m. 1°   Celui qui tiraille.    Chasseur qui tire mal.    Soldat qui tiraille et combat en avant d une troupe, ou sans faire partie d une troupe. •   [Dans les guerres de la Révolution] on entamait …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”