Benjamin Disraeli
Benjamin Disraeli
Disraeli.jpg
Mandats
40e et 42e Premier ministre du Royaume-Uni
27 février 18681er décembre 1868
Monarque Victoria
Prédécesseur Edward Geoffrey Smith Stanley
Successeur William Ewart Gladstone
20 février 187421 avril 1880
Monarque Victoria
Prédécesseur William Ewart Gladstone
Successeur William Ewart Gladstone
Chef de l'opposition du Royaume-Uni
1er décembre 186817 février 1874
Monarque Victoria
Prédécesseur William Ewart Gladstone
Successeur William Ewart Gladstone
Chancelier de l'Échiquier
27 février 185217 décembre 1852
Monarque Victoria
Prédécesseur Charles Wood
Successeur William Ewart Gladstone
26 février 185811 juin 1859
Monarque Victoria
Prédécesseur George Cornewall Lewis
Successeur William Ewart Gladstone
6 juillet 186629 février 1868
Monarque Victoria
Prédécesseur William Ewart Gladstone
Successeur George Ward Hunt
Biographie
Date de naissance 21 décembre 1804
Lieu de naissance Drapeau : Royaume-Uni Londres
Date de décès 19 avril 1881 (à 76 ans)
Lieu de décès Drapeau : Royaume-Uni Londres
Nationalité britannique
Parti politique Parti conservateur
Conjoint Mary Anne Disraeli
Religion Judaïsme, puis Église d'Angleterre
Signature Benjamin Disraeli Signature 2.svg

Royal Coat of Arms of the United Kingdom (HM Government).svg
Premiers ministres du Royaume-Uni

Benjamin Disraeli (21 décembre 1804, Londres19 avril 1881), 1er comte de Beaconsfield, est un homme politique britannique.

Sommaire

Biographie

Fils de l'homme de lettres israélite Isaac D'Israeli, il commence à travailler comme simple employé dans une étude d'avocats. En 1824, il fait un voyage aux Pays-Bas et le long du Rhin. En 1825, il perd beaucoup d'argent dans la spéculation boursière. Il fait alors ses premières tentatives de publications littéraires et participe au lancement d'un périodique. Il est ainsi remarqué pour son roman, Vivian Grey (1826), qui décrit la haute société de l'époque, alors que celui-ci n'en est pas membre. En 1826, il voyage en Italie. En 1827, il est atteint d'une dépression nerveuse, et tente de nouvelles publications littéraires.

Endetté et dépressif, il entreprit un nouveau voyage en compagnie de William Meredith, le fiancé de sa sœur. Ils partent le 28 mai 1830 et sillonnent le sud de l'Europe, de Falmouth à Gibraltar, puis Malte, Corfou, Prevesa, Nauplie, Athènes, Égine, Constantinople, Alexandrie et Le Caire. Cependant le 19 juillet 1831, Meredith meurt au Caire et Disraeli décide de regagner le Royaume-Uni, où il arrive le 23 octobre 1831.

Son voyage en Orient aurait influencé ses romans (présence de descriptions orientales, en particulier dans Tancred), et ses idées en politique extérieure concernant la question d'Orient, surtout les relations diplomatiques avec l'empire ottoman et l'Égypte dans les années 1870.

Carrière politique

Il entre dans la vie politique en 1832 en tant que candidat malheureux au poste de député de Wycombe. En 1835 il adhère au parti conservateur. Il échoue de nouveau à l'élection de Taunton en avril 1835, puis remporte l'élection de Maidstone en juillet 1837. Après son entrée au parlement, il se fait le champion des protectionnistes en opposition au gouvernement de Sir Robert Peel, pourtant conservateur. Grâce à ses attaques contre ce dernier, il devient progressivement connu et utile à la cause des protectionnistes, qui le regardent toutefois avec méfiance. À la mort de Lord George Bentinck, qui faisait office de leader officiel de ce mouvement à la Chambre des communes, Disraeli le remplace, devenant ainsi leader des Conservateurs à la Chambre des Communes, le dirigeant du parti étant Lord Stanley, futur Lord Derby. Disraeli conserve ce poste jusqu'en 1876, date de son départ pour la Chambre des Lords. Enfin, il devient le seul dirigeant du parti à partir de 1868.

Après la division du Parti conservateur à la suite de l'abolition des Corn Laws en 1846, il occupe à plusieurs reprises le poste de ministre des finances durant les gouvernements conservateurs minoritaires de Lord Derby. Il est alors connu pour le passage du Reform Act de 1867, qui est la source de débats politiques aux seins des Conservateurs, mais aussi de débats historiographiques. À la retraite politique de Lord Derby, il devient brièvement Premier ministre de la reine Victoria du Royaume-Uni en 1868, qui le tient d'ailleurs en très haute estime après une méfiance initiale.

Il fait voter par le parlement la loi du 31 juillet 1868, qui nationalise les compagnies anglaises de télégraphe, accusées de pratiques monopolistiques[1].

Il retrouve ce poste après la victoire des Conservateurs aux élections de 1874, et ce jusqu'en 1880. Son mandat est marqué au début par des réformes sociales, qui sont la plupart du temps menées par ses ministres. L'action personnelle de Disraeli, devenu Lord Beaconsfield en 1876, est principalement centrée sur les affaires étrangères : élévation de la reine au rang d'impératrice des Indes, achat d'actions de la compagnie du Canal de Suez, et organisation du Congrès de Berlin, vu comme le sommet de sa carrière.

Dans l'histoire de l'époque victorienne, il est traditionnellement associé avec son rival, Gladstone, avec lequel il alterne au pouvoir. Ces deux hommes sont souvent reconnus comme les symboles de l'apogée de la Grande-Bretagne au XIXe siècle.

Carrière littéraire

Bien qu'aujourd'hui relativement peu lu et reconnu dans ce domaine, Disraeli a d'abord commencé sa vie comme écrivain, hésitant entre les lettres et la politique. Son premier roman, Vivian Grey connaît un certain succès, dû à la curiosité suscitée par l'anonymat de l'auteur. Toutefois, si Disraeli reste aujourd'hui connu comme auteur, c'est avant tout par et grâce à sa trilogie de romans politiques : Coningsby (1844), Sybil (1845), et Tancred (1847). Ces romans lui permettent d'exposer ses idées politiques et témoignent de l'étroite liaison entre le Disraeli écrivain et homme politique. Dans Sybil or the Two Nations, en 1845, il avançait notamment, pour le regretter, que la reine Victoria régnait non sur une « communauté » mais sur un « agrégat » de deux nations, « les Riches et les Pauvres », « deux nations entre lesquelles il n'y a ni relation ni sympathie ; qui sont aussi ignorantes des coutumes, des pensées et des sentiments l'une de l'autre que si leurs habitants appartenaient à deux planètes différentes »[2].

Disraeli connaîtra encore un certain succès avec Lothair (1870), là encore grâce la curiosité pour un livre dont l'auteur est un ancien Premier ministre, ce qui ne manquera pas d'embarrasser son propre parti.

En plus de ses œuvres de fiction, Disraeli écrira des pamphlets et dirigera un journal conservateur, collaborant directement à la rédaction des articles.

Judaïsme

Bien que né de parents juifs, Disraeli fut baptisé dans la foi chrétienne à l'âge de douze ans, et resta un Anglican pratiquant durant toute sa vie[3]. Adam Kirsch, dans sa biographie de Disraeli, considère que sa judaïté fut « à la fois le plus grand obstacle à son ambition, mais également son plus grand stimulant »[4]. Les critiques adressées à l'encontre de sa politique étaient parfois teintées d'antisémitisme. Ainsi il était représenté dans les caricatures antisémites avec un gros nez et des cheveux noirs frisés ; on l'appelait parfois « Shylock » (en référence au protagoniste juif du Marchand de Venise, pièce de théâtre de William Shakespeare) ou « l'abominable juif », participant au meurtre rituel d'un enfant britannique[4]. En réponse à un commentaire antisémite lancé au Parlement, Disraeli se défendit en déclarant : « Oui, je suis juif, et quand les ancêtres du Très Honorable Gentleman étaient des brutes sauvages dans une île inconnue, les miens étaient prêtres dans le Temple de Salomon »[5].

Fiction

  • Vivian Grey (1826)
  • Popanilla (1828)
  • The Young Duke (1831)
  • Contarini Fleming (1832)
  • Alroy (1833)
  • The Infernal Marriage (1834)
  • Ixion in Heaven (1834)
  • The Revolutionary Epick (1834)
  • The Rise of Iskander (1834)
  • Henrietta Temple (1837)
  • Venetia (1837)
  • The Tragedy of Count Alarcos (1839)
  • Coningsby, or the New Generation (1844)
  • Sybil, or The Two Nations (1845)
  • Tancred, or the New Crusade (1847)
  • Lothair (1870)
  • Endymion (1880)
  • Falconet (inachevé 1881)

Références

  1. "ImageCLEF: Experimental Evaluation in Visual Information Retrieval", par Henning Müller,Paul Clough,Thomas Deselaers, page 470
  2. Cité dans François Bédarida, Churchill, Fayard, 1999, p. 201
  3. Blake 1966, p. 11. Voir également Endelman 1985, p. 115.
  4. a et b Julius, Anthony : Judaism's Redefiner (23 January 2009). Consulté le 18 September 2009.
  5. Joffe, Josef : The Lost Art of the Insult, Time (6 July 2003). Consulté le 26 April 2010.

Voir aussi

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • W. F. Monypenny & G. E. Buckle, The Life of Benjamin Disraeli (Londres, 1910-20), 6 volumes
  • André Maurois, La vie de Disraeli (Paris, 1927)
  • Lord Blake, Disraeli (Londres, 1966)
  • John Vincent, Disraeli (Oxford, 1990)
  • Paul Smith, Disraeli: a brief life (Cambridge, 1996)

Lien interne

Liens externes

  • (fr) Biographie sur le site du premier ministre du Royaume-Uni
  • (fr) Article en ligne Philippe Chassaigne, Disraeli et Victoria Pour la gloire de l'Angleterre !, publié dans L'Histoire n° 250 - 01/2001



Précédé par
Edward Geoffrey Smith Stanley
(1866 à 1868)
William Ewart Gladstone
(1868 à 1874)
Drapeau du du Royaume-Uni
Premier ministre du Royaume-Uni
1868
1874 à 1880
Suivi par
William Ewart Gladstone
(1868 à 1874) puis de (1880 à 1885)



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Benjamin Disraeli de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Benjamin Disraeli — Disraeli redirects here. For other uses, see Disraeli (disambiguation). The Right Honourable The Earl of Beaconsfield KG PC FRS …   Wikipedia

  • Benjamin Disraeli — Nacimiento …   Wikipedia Español

  • Benjamin Disraeli — (* 21. Dezember 1804 in London; † 19. April 1881 in Mayfair), 1. Earl of Beaconsfield seit 1876, war ein konservativer britischer Staatsmann und erfolgreicher Romanschriftsteller. Zwei Mal bekleidete er das Amt des …   Deutsch Wikipedia

  • Benjamin Disraéli — Benjamin Disraeli Benjamin Disraeli Benjamin Disraeli, premier ministre de l Angleterre victorienne Nationalité anglais Naissance 21 décembre 1804 …   Wikipédia en Français

  • Benjamin Disraeli — noun British statesman who as Prime Minister bought controlling interest in the Suez Canal and made Queen Victoria the empress of India (1804 1881) • Syn: ↑Disraeli, ↑First Earl of Beaconsfield • Instance Hypernyms: ↑statesman, ↑solon, ↑national… …   Useful english dictionary

  • Benjamin Disraeli — ➡ Disraeli * * * …   Universalium

  • Benjamin Disraeli — Amor Lo verdaderamente mágico de nuestro primer amor es la absoluta ignorancia de que alguna vez ha de terminar. Crítica ¿Sabéis quiénes son los críticos? Aquellos que fracasaron en la literatura y en las artes. Destino El hombre sensato cree en… …   Diccionario de citas

  • Benjamin Disraeli — (1804 1881) English statesman and former Prime Minister of England …   English contemporary dictionary

  • Benjamin Disraeli, 1. Earl of Beaconsfield — Benjamin Disraeli (* 21. Dezember 1804 in London; † 19. April 1881 in Mayfair), seit 1876 1. Earl of Beaconsfield, war ein erfolgreicher Romanschriftsteller und zweifach britischer Premierminister. Benjamin Disraeli Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Premiership of Benjamin Disraeli — The Rt Hon Benjamin Disraeli Prime Minister of the United Kingdom In office 20 February 1874 – 21 April 1880 …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”