Aung San Suu Kyi

Aung San Suu Kyi est un nom birman ; les principes des noms et prénoms ne s'appliquent pas ; U et Daw sont des titres de respect.


Aung San Suu Kyi
Aung San Suu Kyi.jpg
Nom de naissance Aung San Suu Kyi
Naissance 19 juin 1945 (1945-06-19) (66 ans)
Rangoon, Drapeau de Birmanie Birmanie
Nationalité birmane
Profession Personnalité politique
Prisonnier d'opinion
Distinctions Prix Rafto (1990)
Prix Nobel de la paix (1991)
Le Jawaharlal Nehru Award (1992)
Prix Olof Palme(2005)
Ascendants Daw Khin Kyi et Aung San

Daw Aung San Suu Kyi (en birman အောင်ဆန်းစုကြည်, prononciation : API : /àunsʰánsṵtʃì/), née le 19 juin 1945 à Rangoon, est une femme politique birmane, figure de l'opposition non-violente à la dictature militaire de son pays, prix Nobel de la paix en 1991.

Elle est secrétaire générale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), opposée à la dictature en place et qui remporte les élections générales en 1990, élections annulées par la junte. Elle ne peut exercer son activité politique, étant placée en résidence surveillée par la junte militaire au pouvoir, mais bénéficie d'un important soutien international (comme celui de neuf lauréats du prix Nobel) contre la junte birmane. Elle est libérée le 13 novembre 2010[1].

Sommaire

Biographie

L'enfance puis les études

Aung San Suu Kyi est la fille du leader de la libération birmane, le général Aung San. C’est lui qui a négocié l’indépendance de la Birmanie en 1947. Il est assassiné par des rivaux la même année. Sa fille Aung San Suu Kyi a seulement deux ans lors de la mort de son père. Elle vit avec sa mère et ses deux frères à Rangoun (appelée parfois Rangoon ou Yangon), à l'époque capitale du pays. Aung San Lin, l’un des frères de Suu Kyi, est mort accidentellement alors qu’elle avait huit ans.

Sa mère, Daw Khin Kyi, commence à s'engager dans les milieux sociaux et publics, gagne peu à peu une certaine importance dans le paysage politique du gouvernement des années 1950 et 1960 puis est nommée ambassadrice de la Birmanie en 1960 à Delhi, en Inde. Suu Kyi étudie à l’École anglaise catholique de Birmanie puis rejoint sa mère en Inde afin de terminer ses études secondaires au College Lady Shri Ram à New Delhi en 1964[2].

Suu Kyi déménage ensuite en Grande-Bretagne, où elle suit un cursus de philosophie, politique et économie au St. Hugh’s College d'Oxford de 1964 à 1967 elle terminera ses études par un doctorat (phd) à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de Londres.

En 1972, elle se marie à Michael Aris, un homme rencontré à Oxford alors qu’il étudiait les civilisations tibétaines. En 1973, Suu Kyi donne naissance à son premier enfant, Alexander, à Londres. En 1977, elle a un second enfant, Kim, né à Oxford. Suu Kyi vit alors entre le Royaume-Uni et le Bhoutan, pays où habite son mari, car il fait à cette époque une étude sur l’Himalaya et le Tibet.

Débuts politiques

Âgée de 22 ans la jeune étudiante déménage pour New York en 1967, entame un second cycle d'études supérieures et devient secrétaire-assistante du Comité des questions administratives et budgétaires des Nations unies.

En 1988, Aung San Suu Kyi retourne vivre en Birmanie afin de s’occuper de sa mère vieillissante. Cette année-là, le général Ne Win, leader du parti socialiste au pouvoir, perd peu à peu le contrôle du pays. Des manifestations pro-démocratiques éclatent dans tout le pays. Elles sont violemment réprimées par l’armée. Une nouvelle junte militaire, le Conseil d'État pour la restauration de la Loi et de l'Ordre prend le pouvoir le 18 septembre 1988.

Fortement influencée par la philosophie non violente du Mahatma Gandhi, Suu Kyi entre peu à peu en politique afin de travailler pour la démocratisation du pays. Le 27 septembre 1988, avec les anciens généraux Aung Gyi et Tin Oo, elle participe à la fondation de la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), qui promeut des réformes politiques en Birmanie. Elle en devient la première secrétaire générale et un symbole du désir populaire pour la liberté politique.

Elle est arrêtée le 20 juillet 1989, le gouvernement militaire lui proposant la liberté à condition qu’elle quitte le pays, ce qu’elle refuse. Elle est mise plus tard en liberté « surveillée ».

Détention en Birmanie

En 1990, la junte militaire, sous la pression populaire, met en place des élections générales, qui sont gagnées très largement par le parti de Suu Kyi, la LND. Alors qu’elle doit ensuite prendre le poste de premier ministre, la junte militaire refuse le scrutin et annule le résultat des élections. Cela provoque un scandale au niveau international. Suu Kyi reçoit cette année-là le prix Sakharov et le prix Rafto puis le prix Nobel de la paix l’année suivante. Elle reçoit la somme de 1,3 million de dollars qu’elle utilise pour établir un système de santé et d’éducation pour le peuple de Birmanie.[réf. nécessaire]

Elle est libérée de sa détention surveillée en juillet 1995, cependant il est très clair que si elle quittait le pays afin de rendre visite à sa famille au Royaume-Uni, elle se verrait refuser le droit de revenir en Birmanie.[réf. nécessaire] En 1997, son mari Michael Aris est atteint du cancer de la prostate, cependant le gouvernement birman lui refuse le droit d’entrer pour visiter sa femme. La junte militaire essaie clairement de faire partir Suu Kyi afin de s’en « débarrasser ». Suu Kyi ne reverra jamais son mari qui meurt en 1999. De plus elle reste séparée de ses enfants, qui vivent toujours au Royaume-Uni.

Elle se voit refuser le droit de rencontrer les membres de son parti plusieurs fois. En septembre 2000, elle est mise une fois de plus en maison d’arrêt. Le 6 mai 2002, après une négociation secrète entre les Nations unies et la junte militaire, elle est libérée. Suu Kyi a alors déclaré : « C’est une nouvelle ère pour le pays ».

Manifestation au siège de l'ONU à New York, le 9 mai 2003

Cependant le 30 mai 2003, sa caravane est attaquée dans le village de Depayin par un groupe paramilitaire payé par la junte au pouvoir. Beaucoup de ses supporters sont tués ou blessés durant cette embuscade. Suu Kyi réussit à s’échapper grâce à son chauffeur Ko Kyaw Soe Lin, mais est arrêtée un peu plus tard. Elle est alors à nouveau emprisonnée à la prison d'Insein à Rangoon. Elle est ensuite transférée en maison d’arrêt en septembre 2003 à cause de ses problèmes de santé et d’une hystérectomie.

En mars 2004, Razali Ismail, un envoyé spécial des Nations unies, a pu rencontrer Aung San Suu Kyi. Ismail a démissionné de son poste l’année suivante, en partie parce qu’il s’est vu refuser l’entrée en Birmanie par la suite.

Le 28 novembre 2005, la junte militaire birmane prolonge de six mois l’assignation à résidence de la chef de l’opposition. Une prolongation prise en vertu de la loi de 1975 de la protection de l’État (Article 10b) visant à « protéger l’État d’éléments destructeurs » qui permet à l’État d’emprisonner quelqu’un pendant cinq ans sans jugement[3]. Le 20 mai 2006, Ibrahim Gambari, un autre envoyé spécial des Nations unies a pu rencontrer Suu Kyi, la première visite étrangère depuis 2004[4].

Le 27 mai 2006, l'assignation à résidence de Aung San Suu Kyi est prolongée d'un an, ce qui provoque l’appel de Kofi Annan, le secrétaire général des Nations unies, à Than Shwe le dirigeant de la junte militaire.

Le 9 juin 2006, Suu Kyi est hospitalisée suite à de sévères diarrhées, selon un représentant des Nations unies pour un gouvernement de coalition nationale pour l’union de la Birmanie[5]. La junte militaire dénie ces informations.

Le 19 juin 2006, Suu Kyi passe son soixante et unième anniversaire en maison d'arrêt, sa ligne téléphonique est coupée, son courrier filtré et elle n'a pas accès aux soins médicaux qu'elle désire. Des manifestations sont organisées devant les ambassades birmanes. Le 14 mai 2007, un appel est lancé par une cinquantaine d'anciens dirigeants du monde entier pour la libération d'Aung San Suu Kyi.

Le 25 mai 2007, le régime militaire birman a une nouvelle fois prolongé d'un an l'assignation à résidence d'Aung San Suu Kyi.

Le 22 septembre 2007, l'opposante birmane assignée à résidence depuis 2003, est exceptionnellement sortie brièvement en pleurs de sa maison à Rangoun pour saluer des moines bouddhistes qui manifestent contre la junte militaire, pour la cinquième journée consécutive.

Le 24 septembre 2007, Aung San Suu Kyi a été enfermée à la prison d'Insein[6]. L'assignation à résidence expire le dimanche 27 mai 2007, mais est reconduite sans autre forme de procès pour un an, et l'est de nouveau le 27 mai 2008, totalisant ainsi sept ans d'assignation à résidence forcée[7].

En septembre 2008, des inquiétudes s'expriment quant à sa santé, elle refuserait la nourriture qui lui est apportée par la junte militaire[8]. En mai 2009, son état de santé est de plus en plus inquiétant (« Elle ne peut pas manger, sa tension est faible, et elle souffre de déshydratation », d'après son assistante médicale).

Aung San Suu Kyi est à nouveau placée en détention le 7 mai 2009 par les autorités birmanes. Selon la secrétaire d'État française Rama Yade, l’arrestation d’Aung San Suu Kyi, accusée d’activité subversive à quelques jours de sa libération, est un « prétexte manifestement recherché pour l’écarter du processus électoral, d’autant plus que la LND, le parti politique d’Aung San Suu Kyi, est totalement laminé ». L’objectif du régime est de « tout mettre en place pour arriver aux élections législatives de 2010 sans gêne, sans entrave ». La présence d’une entreprise comme Total n’y peut rien, car « c'est un État qui vit sous la terreur depuis vingt ans »[9].

Le 10 août 2009, Aung San Suu Kyi est condamnée à 18 mois de détention, ce qui la prive de tout moyen de participer à l'élection générale de 2010. L'Union européenne menace la junte birmane de sanctions, et la Malaisie a appelé à une réunion d'urgence de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN)[10]. L'opposante birmane a décidé de faire appel[11].

Le 13 novembre 2010, aux alentours de 12 heures (heure française), la police birmane enlève les barrières posées devant la résidence d'Aung San Suu Kyi permettant sa libération, après de longues années dans sa résidence sous surveillance permanente[12].

Soutien international

Manifestation pour la mise en liberté d'Aung San Suu Kyi

Aung San Suu Kyi dispose d’un soutien assez important au Royaume-Uni et aux États-Unis, via la campagne pour une Birmanie libre (Free Burma Campaign).

En 2001, le groupe rock irlandais U2 a créé la chanson « Walk On », qui a été écrite et dédiée à Aung San Suu Kyi. « Walk On » est interdite en Birmanie. D’autres artistes comme Coldplay, R.E.M., Wayne Shorter, Jane Birkin, Jim Carrey ou Damien Rice ont publiquement soutenu Suu Kyi.

Elle a reçu le prix « Free your mind » (Libère ton esprit) par les MTV Europe Music Awards en 2003.

Le Conseil de Paris l'a faite citoyenne d'honneur de la Ville de Paris en juin 2004.

Le 17 juin 2005, plusieurs protestations ont eu lieu devant les ambassades birmanes partout dans le monde à l’occasion du soixantième anniversaire de Suu Kyi.

Plusieurs tentatives de pressions diplomatiques ont eu lieu de la part des États-Unis[13], des Nations unies et de plusieurs pays afin de libérer Suu Kyi.

Un film a été tourné par John Boorman en 1995 qui évoque certains événements autour de Suu Kyi : Rangoon.

Suu Kyi reçoit une assistance de l’association International IDEA depuis qu’elle est emprisonnée.

Le magazine américain New Statesman a élu en 2006 Suu Kyi « Hero of our time » (héros de notre temps)[14]. La même année, elle est classée comme la 47e femme la plus puissante au monde par le magazine Forbes.

Les universités belges Vrije Universiteit Brussel (Université Libre de Bruxelles) et l'Université catholique de Louvain (UCL) lui ont offert le titre de docteur honoris causa. Une pétition soutenue notamment par le 14e dalaï-lama a été lancée en Norvège[15].

Le 14 mai 2007, une lettre signée par une cinquantaine d'anciens dirigeants du monde entier (dont Bill Clinton, Jimmy Carter, Jacques Delors) appelle la Birmanie à libérer Aung San Suu Kyi[16].

En juillet 2007 elle est faite membre d'honneur du groupe des Global Elders (anglais signifiant les anciens, ou sages, universels), créé par Nelson Mandela afin de promouvoir la paix et les droits de l'homme dans le monde.

Le 17 octobre 2007, Aung San Suu Kyi est faite citoyenne d'honneur du Canada.

Le 24 octobre 2007, Amnesty International publie un communiqué de presse à propos de Aung San Suu Kyi intitulé Myanmar. Douze ans en résidence surveillée[17].

Le 30 novembre 2011 sortira le biopic The Lady sur la vie de Aung San Suu Kyi, tourné avant sa libération, réalisé par Luc Besson.

Récompenses

Elle est membre de la fondation PeaceJam.

Citation

L’un de ses discours les plus connus, Libérez-nous de la peur (Freedom from Fear[18]), commence ainsi :

« Ce n’est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur : la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l’exercent, et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime… »

« Dans sa forme la plus insidieuse, la peur prend le masque du bon sens, voire de la sagesse, en condamnant comme insensés, imprudents, inefficaces ou inutiles les petits gestes quotidiens de courage qui aident à préserver respect de soi et dignité humaine. (...) Dans un système qui dénie l’existence des droits humains fondamentaux, la peur tend à faire partie de l’ordre des choses. Mais aucune machinerie d’État, fût-elle la plus écrasante, ne peut empêcher le courage de ressurgir encore et toujours, car la peur n’est pas l’élément naturel de l’homme civilisé[19]. »

Divers

Outre le birman, Aung San Suu Kyi pratique également l'anglais, ainsi que le français, appris sur cassettes audio durant ses années d'isolement[20].

Notes et références

  1. L'icône de la démocratie birmane Aung San Suu Kyi a été libéréeLibération.fr, 13 novembre 2010
  2. Voir la page Aung San Suu Kyi — Biographie (en anglais)
  3. Voir la page Extension de la détention de Suu Kyi (en anglais)
  4. Voir la page Après avoir rencontré Aung San Suu Kyi, l’envoyé des Nations unies quitte le Myanmar (en anglais)
  5. Voir la page Hospitalisation de Suu Kyi (en anglais)
  6. Les moines défilent à Rangoun, Aung Suu Kyi serait en prison
  7. article mis en ligne par AFP
  8. Le pouvoir birman a la responsabilité de la survie de Mme Suu Kyi
  9. interview france-info du 20 mai 2009, information également reprise sur le blog de Rama Yade
  10. Reuters
  11. Le Figaro
  12. Birmanie: l'opposante Aung San Suu Kyi est libreLe Parisien.fr, 13 novembre 2010
  13. Voir la page Pression américaine afin de libérer Suu Kyi (en anglais)
  14. Voir la page Heroes of our time — le top 50 (en anglais)
  15. Appels pour la libération de Aung San Suu Kyi
  16. Appel des dirigeants pour la libération de de Aung San Suu Kyi
  17. Myanmar. Douze ans en résidence surveillée
  18. Discours Freedom from Fear Daw Aung San Suu Kyi's pages (en)
  19. Sur le site www.amnestyinternationnal.be, extrait de « Se libérer de la peur », édition des Femmes, 1991, réédité en 2004
  20. Marie Normand, « Je sens que la Birmanie a besoin de moi », entretien avec Aung San Suu Kyi, publié en pages 10-11 du quotidien Libération (no 9181, daté du 19 novembre 2010). Le paragraphe final révèle que la Prix Nobel de la Paix a « parfaitement compris » les questions posées en français par la journaliste mais que, faute d'avoir pu s'exercer à l'oral durant ses années d'isolement, elle a préféré y répondre en anglais.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Aung San Suu Kyi et Michael Aris Se libérer de la peur, Édition des Femmes, 1991, ISBN 2-7210-0423-9
  • Aung San Suu Kyi, Nationalisme et littérature en Birmanie, Éditions Olizane, 1996, ISBN 2-88086-149-7
  • Jean Albert, Ludivine Tomasso, "Aung San Suu Kyi désire une révolution pacifique pour son pays", Centre de Recherche International www.cri-irc.org, 2010.
  • Jean-Claude Buhrer & Claude B. Levenson, Aung San Suu Kyi, demain la Birmanie, Éditions Philippe Picquier, 3e édition mise à jour, 2007, ISBN 2-87730-374-8
  • Thierry Falise, Aung San Suu Kyi, le jasmin ou la lune, éditions Florent Massot, 2007.

Article connexe

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aung San Suu Kyi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aung San Suu Kyi — အောင်ဆန်းစုကြည်[1] Suu Kyi in 2011 General Secretary of the National League for Democracy …   Wikipedia

  • Aung San Suu Kyi — Suu Kyi mit Anhängern 2011 Aung San Suu Kyi (birmanisch ; [àuɴ sʰáɴ sṵ tɕì]; * 19 …   Deutsch Wikipedia

  • Aung San Suu Kyi — Aung San Suu Kyi …   Wikipedia Español

  • Aung San Suu Kyi —   [ dʒi], birmanische Politikerin, * Rangun 19. 6. 1945, Tochter von Aung San; lebte 1960 88 im Ausland (zunächst in Indien, wo ihre Mutter Botschafterin war, später in den USA, in Bhutan und Großbritannien); wurde nach ihrer Rückkehr zur… …   Universal-Lexikon

  • Aung San Suu Kyi — es la figura emblemática de la oposición birmana contra la dictadura militar que ocupa el poder a partir de 1962. Nacida en Rangún, el 19 de junio de 1945, es hija de Aung San, héroe nacional que firmó en 1947 el tratado de independencia con el… …   Enciclopedia Universal

  • Aung San Suu Kyi — (née en 1945) femme politique birmane. Fondatrice de la Ligue nationale pour la démocratie (1988), elle fut détenue en résidence surveillée à Rangoon de 1989 à 1995. Prix Nobel de la paix 1991 …   Encyclopédie Universelle

  • Aung San Suu Kyi — /owng sahn sooh kee /, n. born 1945, Burmese opposition leader: Nobel peace prize 1991. * * * born June 19, 1945, Rangoon, Burma Opposition leader in Burma (Myanmar). Daughter of nationalist leader Aung San, she studied in Burma and India and at… …   Universalium

  • Aung San Suu Kyi — /ˌaʊŋ san su ˈtʃi/ (say .owng sahn sooh chee) noun Daw, born 1945, Burmese opposition leader; under house arrest 1989–95, 2000–02, 2003–10; awarded the Nobel Peace prize in 1991 …   Australian English dictionary

  • Aung San Suu Kyi — biographical name 1945 Burmese human rights activist …   New Collegiate Dictionary

  • Aung San Suu Kyi — [[t]ˈaʊŋ ˈsɑn ˈsu ˈki[/t]] n. big born 1945, Burmese opposition leader: Nobel peace prize 1990 …   From formal English to slang

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”