Perestroika

Perestroïka

La perestroïka (Перестройка signifie en russe : reconstruction, restructuration, avec un élément novateur de péré- = re-, et stroïka = construction en russe) fut le nom donné aux réformes économiques et sociales de Mikhaïl Gorbatchev menées d'avril 1985 à décembre 1991 en Union soviétique.

Sommaire

Les origines

Après la Seconde Guerre mondiale, Staline considéra comme un objectif diplomatique majeur de pouvoir traiter d'égal à égal avec les États-Unis. Cette politique fut reprise par ses successeurs, au début avec un incontestable succès : la parité nucléaire est rapidement atteinte dans le domaine militaire (1949/53) et, dans la conquête de l'espace, l'Union soviétique avait au début une longueur d'avance (1957/65).

La première déconvenue arrive avec la course à la Lune dont la victoire revient aux Américains en juillet 1969. Les Soviétiques firent croire dans un premier temps que leurs priorités budgétaires étaient ailleurs. En réalité, ils ne maîtrisaient pas les systèmes informatiques indispensables à ce type d'opérations. Dans les années 1970, toujours à la recherche de la parité, les Soviétiques obtiennent des Américains un vol commun Apollo-Soyouz (1975). À cette occasion, le retard soviétique en informatique devient patent. Dans les années 1980, pour tenter de se maintenir dans cette compétition, les Soviétiques se lancèrent dans la construction de bases spatiales habitées (domaines dans lesquels ils ont pris largement l'avantage sur les États-Unis).

L'URSS chercha ensuite à développer les relations scientifiques et organisa des congrès entre médecins et chercheurs soviétiques et américains : le monde entier prit alors connaissance de l'énorme retard de la Patrie du Socialisme sur le Leader du Camp Impérialiste.

Ainsi, le régime soviétique, en voulant à tout prix être considéré par les États-Unis comme son égal, a mis à nu son échec. En effet, dans trois domaines-clés du XXe siècle, l’informatique, l'espace et la biochimie, l'Union soviétique était en train de perdre la compétition face à l'Occident.

Le contexte interne

La cause profonde de ce retard résidait dans l'extrême centralisme de l'économie de l'URSS qui supprimait toute initiative. Durant les années 1960, l'économiste soviétique Libermann avait déjà vu le problème et avait proposé d'accorder l'autonomie aux entreprises, en leur permettant, notamment de fixer elles-mêmes leur production en fonction des commandes reçues et non des objectifs du plan. Alexis Kossyguine, élu président du conseil des ministres en 1964, devait la mettre en application. La réforme fut abandonnée dans les années 1970 parce qu'elle retirait aux membres du Parti leurs pouvoirs au profit de technocrates gestionnaires. L'inconvénient majeur de ce blocage risquait de provoquer le déclin accéléré de l'URSS.

Devant ces déconvenues, à la fin des années 1970, le KGB dirigé par Iouri Andropov, diligenta une enquête confidentielle pour évaluer le PNB soviétique selon les critères qualitatifs occidentaux, c’est-à-dire en y intégrant le concept de valeur ajoutée, et non plus seulement en volume (nombre d'unités produites) comme le voulait la tradition socialiste. Le résultat fut très défavorable et apportait la preuve du déclin de l’Union soviétique qui avait vu son économie dépassée par celles du Japon et de la RFA, anciens ennemis de l’URSS. D’autre part, à partir de 1978, la République populaire de Chine dirigée par Deng Xiaoping, entreprit une véritable révolution économique qui rétablissait en fait le capitalisme et insufflait ainsi un dynamisme considérable à l’économie chinoise.

Le contexte externe

Sur la scène internationale, vers le début des années 1980 l’URSS était ainsi confrontée à une situation géopolitique nouvelle :

  • le Japon et la RFA disposaient désormais chacun d’une économie plus puissante que la sienne ;
  • la Chine commençait une croissance économique exceptionnelle ;
  • les États-Unis, toujours aussi hostiles, accroissaient l’écart entre les deux pays.

N'étant plus capable de soutenir financièrement un rythme effréné de la course aux armements, dans un contexte de la stagnation économique et une baisse des cours du pétrole, l'URSS n'a pas d'autre choix que de songer à une détente et au désarmement.

Le remède

Mikhail Gorbatchev, artisan de la perestroïka

Consciente du danger, la direction vieillissante du PCUS porte au pouvoir, le 11 mars 1985, le représentant d’une nouvelle génération, Mikhaïl Gorbatchev, qui n'a alors que 54 ans, mais qui fut aussi un pur produit du régime. Le nouveau secrétaire général du PCUS s’efforcera de sauver le système par des réformes de structures très profondes par rapport aux principes léninistes classiques :

  1. Restitution (mais pas la vente) de la terre aux paysans qui bénéficieront de baux à très long terme (50 ans), pour des exploitations personnelles ;
  2. Autorisation pour les particuliers de créer des entreprises unipersonnelles ou des coopératives (restaurants, salons de coiffure, artisanat, petites entreprises de vente, etc.) ;
  3. Tentative de libéraliser l'activité des grandes entreprises d'État en responsabilisant le personnel (lien entre les prix et les revenus avec la qualité des produits fournis, élection des directeurs, autonomie financière) ;
  4. Diminution du rôle du Parti à partir de 1988-89 par une libéralisation réelle et instauration d'un pluralisme politique (libération d'Andreï Sakharov, nouvelle loi sur la presse : glasnost) ;
  5. Réforme de la Constitution de 1977 (instauration d’une fonction présidentielle, élections quasiment libres avec des candidats multiples pour les soviets, etc.).

Lénine, en mars 1921, avait lancé la NEP pour sauver le régime soviétique naissant, sur les mêmes principes : autosuffisance des entreprises d'État, libéralisation du commerce intérieur, privatisation des terres agricoles, etc.

Gorbatchev avait comme but de transformer l'économie stagnante et inefficace de l'URSS en une économie décentralisée de marché, toujours sous l'égide du Parti communiste. Néanmoins, cette politique de réformes socio-économiques, combinée avec la glasnost (transparence, liberté de paroles) dans les médias, n'avait aucunement en vue de remettre en question les dogmes communistes : il s'agissait bel et bien de consolider le régime communiste, affaibli par l'immobilisme de la gérontocratie des dernières décennies (Brejnev, Andropov, Tchernenko) en s'appuyant sur une relance de la croissance et la hausse de productivité. Pour Gorbatchev, cette politique devait permettre de donner un second souffle au socialisme soviétique en l'adaptant aux évolutions de la société.

Les causes de l’échec

Cependant, ces réformes souvent brouillonnes ne s’accompagneront pas de l’instauration d’un véritable état de droit : l’arbitraire reste omniprésent et les cadres conservateurs du PCUS feront tout pour les entraver parce qu'ils perdaient leurs privilèges et leurs pouvoirs. L'instauration d'un véritable climat de confiance, garantie par une législation précise et respectée par l'État lui-même, indispensable pour la réussite des réformes, échoue. L'obstacle politique, la toute puissance du parti unique, demeurait. L'appareil du PCUS s'était transformé en structure minée par l'immobilisme et la corruption, notamment dans les républiques musulmanes. Gorbatchev rentre en conflit avec Boris Eltsine, ancien secrétaire du Parti pour la région de Moscou, qui exige le pluripartisme et le pluralisme pour les élections.

D'autre part, le système de planification centralisée est démantelé sans qu'une structure d'économie de marché efficace le remplace. Contrairement à la Chine, la mise en place d'une législation clairement capitaliste (droit de l'entreprise, droit des faillites, droit des contrats, droit bancaire, droit de la propriété foncière, droit du travail, etc.) tarde à venir et la dérive mafieuse du Parti est très importante. Les nouveaux « hommes d'affaires » para-mafieux profitent des lacunes du droit des affaires pour accaparer des richesses du pays tandis que l'inflation galopante réduit à néant les économies des simples citoyens. Le résultat sera l’effondrement de toute l'économie soviétique dans une pénurie aggravée. Cette pénurie provoque la rupture entre Gorbatchev et l'opinion : le tout nouveau président de l'Union Soviétique doit affronter les conservateurs, dirigés par Ligatchev, secrétaire du Comité Central et membre du Politburo et les partisans de la liquidation du régime, dirigés par Boris Eltsine.

Enfin, vers le début des années 1990, les forces centrifuges contre le pouvoir central finirent par l'emporter d'abord dans les pays baltes, puis en Ukraine. Dans le républiques musulmanes, au contraire, les potentats locaux étaient avant tout soucieux de garder les subsides du Centre censés cacher leurs abus de pouvoir et les privilèges obtenus sous l'ancien régime. Ils soutiendront la nouvelle fédération promue par Gorbatchev, mais à ce stade, le démantèlement de l'URSS ne peut plus être arrêté.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

  • Portail de l’URSS Portail de l’URSS
Ce document provient de « Perestro%C3%AFka ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Perestroika de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Perestroika — (sowjetische Briefmarke, 1988) Perestroika (russisch перестройка …   Deutsch Wikipedia

  • Perestroika — Saltar a navegación, búsqueda La Perestroika (en ruso Перестройка, reestructuración) fue un proceso de reforma basado en la reestructuración de la economía puesto en marcha en la Unión Soviética por Mijaíl Gorbachov, con la ayuda del Primer… …   Wikipedia Español

  • perestroïka — [ perɛstrɔika ] n. f. • 1986; mot russe « reconstruction » ♦ Hist. En URSS, Réorganisation du système socioéconomique et modification des mentalités dans le sens de l efficacité et d une meilleure circulation de l information. La perestroïka fut… …   Encyclopédie Universelle

  • Pérestroïka — Perestroïka La perestroïka (Перестройка signifie en russe : reconstruction, restructuration, avec un élément novateur de péré = re , et stroïka = construction en russe) fut le nom donné aux réformes économiques et sociales de Mikhaïl… …   Wikipédia en Français

  • Péréstroïka — Perestroïka La perestroïka (Перестройка signifie en russe : reconstruction, restructuration, avec un élément novateur de péré = re , et stroïka = construction en russe) fut le nom donné aux réformes économiques et sociales de Mikhaïl… …   Wikipédia en Français

  • Perestroika — (de or. ruso) f. Apertura política emprendida en el régimen soviético por Mijaíl Gorbachov en la década de los ochenta. ⇒ Glasnost. * * * perestroika. (Del ruso perestroika, reconstrucción). f. Cambio político aperturista promovido en la antigua… …   Enciclopedia Universal

  • Perestroika — Разработчик Locis Даты выпуска …   Википедия

  • perestroika — PERESTRÓIKA s.f. Doctrină ideologică, iniţiată de Mihail Gorbaciov, care preconiza un socialism democratic cu faţă umană, de restructurare a sistemului sovietic, prin pluripartitism, proprietate privată, economie centralizată, de piaţă etc. (din… …   Dicționar Român

  • perestroika — 1981, from Rus. perestroika, lit. rebuilding, reconstruction, reform (of Soviet society, etc.), from pere re + stroika building, construction. First proposed at the 26th Party Congress (1981); popularized in English 1985 during Mikhail Gorbachev… …   Etymology dictionary

  • perestroika — (Del ruso perestroika, reconstrucción). f. Cambio político aperturista promovido en la antigua URSS a fines de los años ochenta …   Diccionario de la lengua española

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”