Kobold


Kobold
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kobold (homonymie).
Kobold

Les kobolds sont des créatures légendaires du folklore et de la mythologie germanique.

Sommaire

Etymologie

Le terme est issu de l'allemand Kobold, lui-même du moyen haut allemand kobolt, composé des deux éléments :

  • kobe, petite pièce d'une maison, étable, recoin, réduit (moderne Koben, étable à cochon et dialectal Kobel, réduit, nid d'écureuil). La même racine germanique se retrouve dans l'anglais cove, réduit, refuge, crique et dans le norvégien kove, réduit. À l'origine la racine pangermanique kov- devait désigner une cavité souterraine creusée dans la terre[1].
  • holt : du verbe walten, régner sur, ou de holt, gracieux, fidèle, serviable (que l'on retrouve dans la « Frau Holle » des contes allemands, qui est un esprit féminin bienveillant).

kobold, c’est-à-dire « celui qui règne sur la pièce », et qui, dans les gloses en vieil-anglais[réf. nécessaire] apparaît sous la forme plurielle cofgodas, « les dieux de la pièce », “pièce” englobant toutes les parties de la maison, cellier, salle principale, etc. Cette étymologie rapproche donc le kobold du domovoï slave.

Dans le folklore germanique, ce sont les kobolds qui causaient les accidents de mines. Le kobold germanique a pour équivalent en France, le Gobelin.

Kobold est l'étymon du nom de l'élément chimique cobalt (cet élément fut découvert au XVe siècle dans des mines de Saxe et de Bohême) : on accusait les kobolds de voler le minerai d'argent et de le remplacer par ce minerai bleu.

Mythologie et folklore germanique

Les kobolds sont des esprits laids souvent apparentés à des gobelins qui proviennent du folklore allemand. Les versions les plus communes, connues sous le nom de Hinzelmännchen, sont décrites en tant qu'elfes de maisons, utiles ou pratiques. Ils effectuent parfois des corvées domestiques, mais peuvent également jouer des tours aux habitants.

Un autre type de kobold, qui peut être trouvé dans les mines et autres endroits souterrains, semble être lié plus étroitement au gnome. Ce sont des créatures mauvaises qui vivent entre elles, plutôt que dans les maisons humaines. Ces kobolds sont décrits comme semblables à des rats ou des chiens se tenant sur deux pattes. Leur taille varie d'une trentaine de centimètres à un mètre. Les plus connus ont une peau de couleur variable, allant du vert au brun. Ils sont souvent représentés avec de petites cornes, des dents très aiguisées, des serres et une queue. Leur espérance de vie est d'environ 40 ans. Ils vivent dans des forêts et s'aménagent des repaires de fortune dans des grottes, dans des racines d'arbre ou dans des galeries souterraines[2].

Œuvres modernes

Golden sun

Dans Golden Sun les kobold sont des monstres à l'apparence de bête étant équipé comme des guerriers avec bouclier et épée. Ils sont déclinés sous trois formes, qui se rencontrent dans des points précis :

  • le kobold, sur les routes du début du jeu
  • le champion kobold, dans la tour de guet d'Harin
  • le roi kobold, sur l'île au pirates

Dark Age of Camelot

Dans Dark Age of Camelot, les kobolds sont une race jouable du royaume de Midgard.

Warcraft

Dans Warcraft III et World of Warcraft, les kobolds sont des vermines qui creusent et infestent les mines.

Donjons et Dragons

Dans le jeu Donjons et dragons, les kobolds sont des créatures humanoïdes ovipares de petite taille (environ 1 m). Ils ont la peau recouverte d'écailles dont la couleur varie du brun-roux très sombre au noir rouillé. Ils ont deux petites cornes sur le front, dont la couleur va du blanc au brun-jaune. Ils vivent dans des cavernes ou des forêts vierges, voient dans le noir et détestent la lumière du jour. Ils vivent environ 135 ans.

Ils ont une organisation tribale et détestent les lutins, pixies, esprits follets et les gnomes. Ils sont plus apparentés aux dragons qu'aux gobelins.

Comme les gobelins, ils sont souvent considérés comme des proies faciles pour des personnages joueurs de bas niveau. Leur goût pour la fabrication de pièges, la moquerie et la préparation d'embuscades en font cependant d'agaçants adversaires.

Avec la troisième édition, les kobolds ont pris beaucoup plus d’importance qu’ils n'en avaient auparavant.

Les Chroniques de la guerre de Lodoss

Contrairement aux autres versions, les Kobold de l'univers de Lodoss sont une race lycanthrope vivant sur l'île aux ténèbres de Marmo.

Le monde de Palladium

Dans le monde de Palladium, les kobolds sont des humanoïdes, cousins des gobelins et des orcs, mais plus beaux selon les critères humains. Ils descendent d'un peuple féerique qui a perdu ses pouvoirs magiques. Ils mesurent en moyenne 1 m pour environ 40 kg, et vivent plus de 160 ans (certains atteignent 250 ans). Ils sont mince et musclés, avec une peau épaisse de couleur cire et de cheveux noirs ou blancs, voire argentés ; ils sont glabres. Ils ont de grandes oreilles pointues, des yeux jaunes ou rouges et de petites dents pointues. Ils peuvent voir dans le noir jusqu'à 120 m, mais sont gênés par la lumière du jour qui limite leur vision à une dizaine de mètres.

Les kobolds dédaignent les gobelins, qu'ils trouvent stupides, et haïssent les humains, les elfes, les gnomes et les changelins, mais respectent les nains pour leur qualités guerrières. Ils apprécient la compagnie des trolls, des ogres, des géants et des hommes-loup (wolfen).

Ils vivent dans des cavernes et des mines qu'ils exploitent ; ce sont des forgerons et des orfèvres d'exception, les meilleurs du monde de Palladium après les nains et à égalité avec les jotans (géants de terre). Ils vendent principalement aux hommes-loup, orcs, ogres et gobelins, notamment des armes et armures, mais leur production est également très appréciée des humains.

Leurs villages et leurs villes sont des réseaux de cavernes, bas de plafond (1,5 à 2,5 m de haut). Les villages sont à quelques mètres sous terre. Les villes abritent 600 à 2 400 kobolds, mais les cités les plus importantes, sous les montagnes de l'Ancien royaume, peuvent abriter jusqu'à 26 000 individus. Elles sont entre 600 m et 6 km de profondeur et sont typiquement formées d'une centaine de kilomètres de tunnels formant un labyrinthe sur environ huit niveaux, sous une surface de quelques kilomètres carrés au sol. Les habitations sont regroupées dans des quartiers pouvant représenter quelques centaines ou milliers de kobolds ; les niveaux les plus profonds servent de mine ou d'égout. Certaines villes sont reliées par des tunnels de plusieurs centaines de kilomètres situés à environ 3 km de profondeur.

Notes et références

  1. Duden, Herkunftswörterbuch : Etymologie der deutschen Sprache, Band 7, Dudenverlag.
  2. Les créatures fantastiques, édition Piccolia.

Annexes

Bibliographie

  • Claude Lecouteux, Dictionnaire de mythologie germanique, 2e édition, Paris,2007 Imago, 2007. (ISBN 978-2849520222)
  • (de) H.F. Feilberg, « Der Kobold in nordischer Überlieferung », Zeitschrift des Vereins für Volkskunde 8 (1898), p. 1-20 ; 130-146 ; 264-277.
  • (de) Lily Weiser, « Germanische Hausgeister und Kobolde », Niederdeutsche Zeitschrift f. Volkskunde 4 (1926), p. 1-23.

Articles connexes

  • Le Gobelin français (origine du Goblin anglais).
  • Fée

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Kobold de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • kobold — [ kɔbɔld ] n. m. • 1835; cobolde 1732; cf. cobold « cobalt » 1671; all. Kobold ♦ Esprit familier, dans les contes allemands, considéré comme le gardien des métaux précieux enfouis dans la terre. « Dans l herbe noire Les Kobolds vont » (Verlaine) …   Encyclopédie Universelle

  • kobold — s. m. Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic  KOBÓLD s.m. Demon familiar, spiriduş din mitologia germanică, considerat adesea ca păzitor al metalelor preţioase din pământ. [< fr. kobold, germ. Kobold]. Trimis de… …   Dicționar Român

  • Kobold — Sm std. (13. Jh.), mhd. kobold (mit Betonung auf der ersten oder der zweiten Silbe); als Variante mehrfach oppold Stammwort. Im Altenglischen wird l. Larēs Pl., penātēs (also Hausgeister ) mit cōf godas wiedergegeben; deshalb wird der erste… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Kobold — Kobold: Das nur dt. Wort (mhd. kóbolt und kobólt) bezeichnete ursprünglich einen guten Hausgeist, dann allgemein einen neckischen Geist, der Gutes tun oder Schaden anrichten kann (vgl. den Artikel ↑ Kobalt). Es handelt sich wahrscheinlich um eine …   Das Herkunftswörterbuch

  • Kobold — Ko bold, n. [G., perh. orig., house god, hose protector. See {Cobalt}] A kind of domestic spirit in German mythology, corresponding to the Scottish brownie and the English Robin Goodfellow. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Kobold — Kobold, das selbstgebaute Nest des Eichhörnchens …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Kobold — (wahrscheinlich entstanden aus Kobenholde, d. h. böse Hausgeister, s. d.), die den Bewohnern Streiche spielen, sie necken und schrecken (daher die Redensart: lachen wie ein K.). Je nach dem Geräusch, das sie im Hause verursachen, oder nach der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Kobold — Kobold, nach dem Volksglauben an bestimmte Oertlichkeiten oder Familien gebundener Geist, in Zwerggestalt erscheinend, dienstfertig, oft aber auch boshafter Natur; auch in den Bergwerken war eine Heimath der K.e …   Herders Conversations-Lexikon

  • Kobold — ↑Gnom, ↑Puck …   Das große Fremdwörterbuch

  • kobold — [kō′bôld΄, kō′bäld΄] n. [Ger < MHG kobolt, a household spirit < kobe, a hut (akin to COVE1) + olt < ? walten, to rule (see WIELD) or holde, spirit] Gmc. Folklore 1. a helpful or mischievous sprite in households 2. a gnome in mines and… …   English World dictionary

  • Kobold — This article is about the sprite from Germanic folklore. For other uses, see Kobold (disambiguation). Kobold The kobold Heinzelmann Grouping Mythological creature Fairy Sprite Country German …   Wikipedia


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.