Junichiro Koizumi


Junichiro Koizumi

Jun'ichirō Koizumi

Jun'ichirō Koizumi
56e Premier ministre du Japon
Image-Junichiro Koizumi G8 summit 2.jpg
{{{légende}}}

Actuellement en fonction
Mandat actuel
Depuis le {{{début mandat actuel}}}
Président(s) {{{président actuel}}}
Président fédéral {{{président fédéral actuel}}}
Président(s) de la République {{{président de la république actuel}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation actuel}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état actuel}}}
Souverain(s) {{{Souverain}}}
Monarque(s) {{{monarque actuel}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur actuel}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement actuel}}}
Législature(s) {{{législature actuel}}}
Majorité(s) {{{coalition actuel}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint actuel}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur actuel}}}

{{{mandat4}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Président(s) {{{président4}}}
Président fédéral {{{président fédéral4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état4}}}
Monarque(s) {{{monarque4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement4}}}
Législature(s) {{{législature4}}}
Majorité(s) {{{coalition4}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

{{{mandat3}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
Président(s) {{{président3}}}
Président fédéral {{{président fédéral3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état3}}}
Monarque(s) {{{monarque3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement3}}}
Législature(s) {{{législature3}}}
Majorité(s) {{{coalition3}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur3}}}
Successeur {{{successeur3}}}

{{{mandat2}}}
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
Président(s) {{{président2}}}
Président fédéral {{{président fédéral2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état2}}}
Monarque(s) {{{monarque2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement2}}}
Législature(s) {{{législature2}}}
Majorité(s) {{{coalition2}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur2}}}
Successeur {{{successeur2}}}

Mandat
26 avril 2001 - 26 septembre 2006
Monarque(s) {{{monarque1}}}
Président(s) {{{président1}}}
Président fédéral {{{président fédéral1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république1}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement1}}}
Législature(s) , et 44e Chambre des représentants
Majorité(s) {{{coalition1}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur1}}}
Successeur {{{successeur1}}}

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
Période
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président(s) {{{président 1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 1}}}
Monarque(s) Akihito
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 1}}}
Premier ministre {{{premier ministre 1}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 1}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 1}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 1}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 1}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 1}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 1}}}
Gouvernement(s) , et 89e Cabinets
Législature(s) {{{législature 1}}}
Prédécesseur Yoshirō Mori
Successeur Shinzō Abe

Ministre des Affaires étrangères (intérim)
Période
26 janvier 2002 - 16 février 2002
Président(s) {{{président 2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 2}}}
Monarque(s) {{{monarque 2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 2}}}
Premier ministre Jun'ichirō Koizumi
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 2}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 2}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 2}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 2}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 2}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 2}}}
Gouvernement(s) 87e Cabinet
Législature(s) {{{législature 2}}}
Prédécesseur Makiko Tanaka
Successeur Yoriko Kawaguchi

Ministre de la Santé et du Bien-être
Période
7 novembre 1996 - 29 juillet 1998
Président(s) {{{président 3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 3}}}
Monarque(s) {{{monarque 3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 3}}}
Premier ministre Ryūtarō Hashimoto
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 3}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 3}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 3}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 3}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 3}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 3}}}
Gouvernement(s) 83e Cabinet
Législature(s) {{{législature 3}}}
Prédécesseur Naoto Kan
Successeur Sohei Miyashita

{{{fonction4}}}
Période
27 décembre 1988 - 10 août 1989
Président(s) {{{président 4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 4}}}
Monarque(s) {{{monarque 4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 4}}}
Premier ministre Noboru Takeshita
Sōsuke Uno
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 4}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 4}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 4}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 4}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 4}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 4}}}
Gouvernement(s) 74e et 75e Cabinets
Législature(s) {{{législature 4}}}
Prédécesseur Takao Fujimoto
Successeur Saburo Toida

Ministre des Postes et des Télécommunications
Période
12 décembre 1992 - 20 juillet 1993
Président(s) {{{président 5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 5}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 5}}}
Monarque(s) {{{monarque 5}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 5}}}
Premier ministre Ki'ichi Miyazawa
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 5}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 5}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 5}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 5}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 5}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 5}}}
Gouvernement(s) 78e Cabinet
Législature(s) {{{législature 5}}}
Prédécesseur Hideo Watanabe
Successeur Ki'ichi Miyazawa

{{{fonction6}}}
Période
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président(s) {{{président 6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 6}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 6}}}
Monarque(s) {{{monarque 6}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 6}}}
Premier ministre {{{premier ministre 6}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 6}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 6}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 6}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 6}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 6}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 6}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 6}}}
Législature(s) {{{législature 6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 6}}}
Successeur {{{successeur 6}}}

{{{fonction7}}}
Période
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président(s) {{{président 7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 7}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 7}}}
Monarque(s) {{{monarque 7}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 7}}}
Premier ministre {{{premier ministre 7}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 7}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 7}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 7}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 7}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 7}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 7}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 7}}}
Législature(s) {{{législature 7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 7}}}
Successeur {{{successeur 7}}}

{{{fonction8}}}
Période
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président(s) {{{président 8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 8}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 8}}}
Monarque(s) {{{monarque 8}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 8}}}
Premier ministre {{{premier ministre 8}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 8}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 8}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 8}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 8}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 8}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 8}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 8}}}
Législature(s) {{{législature 8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 8}}}
Successeur {{{successeur 8}}}

{{{fonction9}}}
Période
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président(s) {{{président 9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 9}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 9}}}
Monarque(s) {{{monarque 9}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 9}}}
Premier ministre {{{premier ministre 9}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 9}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 9}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 9}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 9}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 9}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 9}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 9}}}
Législature(s) {{{législature 9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 9}}}
Successeur {{{successeur 9}}}

{{{fonction10}}}
Période
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président(s) {{{président 10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 10}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 10}}}
Monarque(s) {{{monarque 10}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 10}}}
Premier ministre {{{premier ministre 10}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 10}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 10}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 10}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 10}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 10}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 10}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 10}}}
Législature(s) {{{législature 10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 10}}}
Successeur {{{successeur 10}}}

{{{fonction11}}}
Période
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président(s) {{{président 11}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 11}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 11}}}
Monarque(s) {{{monarque 11}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 11}}}
Premier ministre {{{premier ministre 11}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 11}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 11}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 11}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 11}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 11}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 11}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 11}}}
Législature(s) {{{législature 11}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 11}}}
Successeur {{{successeur 11}}}

Biographie
Nom de naissance 小泉 純一郎 Koizumi Jun'ichirō
Naissance 8 janvier 1942
Japon Yokosuka
(Kanagawa, Japon)
Décès {{{décès}}}
{{{lieu du décès}}}
Nature du décès {{{nature}}}
Nationalité japonaise
Parti politique Parti libéral démocrate
Conjoint Kayoko Miyamoto (divorcés)
Enfants {{{enfants}}}
Diplômé de Université Keiō
University College London
Profession Assistant ministériel et parlementaire
Résidence {{{résidence}}}
Signature {{{signature}}}

Emblem of the Prime Minister of Japan.jpg
Premiers ministres du Japon

Jun'ichirō Koizumi (小泉 純一郎, Koizumi Jun'ichirō?) est un homme politique japonais, né le 8 janvier 1942 à Yokosuka dans la préfecture de Kanagawa. Il fut le 56e Premier ministre du Japon de 2001 à 2006, à la tête des 87e, 88e et 89e Cabinets ministériels de l'archipel.

Dès son investiture à la tête du Parti libéral démocrate (PLD) majoritaire le 24 avril 2001 et son élection au poste de Premier ministre deux jours plus tard, il se démarque en tant que réformateur économique, se concentrant sur la dette du gouvernement du Japon et la privatisation de certains organismes publics dont son service postal. En 2005, Koizumi mène le PLD à une des plus larges majorités parlementaires dans l'histoire moderne du Japon. Il fut par contre critiqué pour avoir sévèrement mis à mal les relations diplomatiques du Japon avec les pays asiatiques voisins tels que la Chine et la Corée du Sud avec ses visites controversées au Sanctuaire de Yasukuni. Comme annoncé lors de la campagne législative de 2005, il ne se représente pas à l'élection du président du PLD du 20 septembre 2006 et abandonne donc le pouvoir au profit de son successeur, Shinzō Abe, le 26 septembre suivant.

Sommaire

Origines familiales et débuts

Un héritage politique familial

Article détaillé : Famille Koizumi.
Trois générations de Koizumi, vers 1951, avec de g. à d. : Jun'ichirō, Matajirō, Masaya, frère cadet de Jun'ichirō, et Jun'ya

Jun'ichirō Koizumi est le fils aîné d'une famille de six enfants (deux fils et quatre filles). Il est issu d'une dynastie politique présente sur la scène politique nationale japonaise depuis deux générations, et membre de la Diète presque sans interruption depuis 1908.

Son grand-père maternel, Matajirō Koizumi (1865-1951), fut ainsi ministre des Postes et télécommunications dans le gouvernement d'Osachi Hamaguchi de 1929 à 1931 (il avait dès cette époque envisagé de privatiser la poste japonaise) et député à la Chambre des représentants de 1908 à 1946 (d'abord comme l'un des représentants du district électoral rural de Kanagawa, à savoir toute la préfecture sauf la ville de Yokohama, de 1908 à 1920, puis pour l'ancien 2e district de Kanagawa, soit Yokosuka, de 1920 à 1946[1]). Il fut un membre influent des partis démocratiques et nationalistes qui se sont succédé durant la première moitié du XXe siècle par opposition au libéral Seiyūkai, à savoir le Kensei Hontō (« Vrai parti pour un gouvernement constitutionnel », 1908-1910), le Rikken Kokumintō (« Parti national-constitutionnel », 1910-1913), le Rikken Dōshikai (« Association des amis de la Constitution », 1913-1916), le Kenseikai (« Parti Constitutionnel », 1916-1927) puis du Rikken Minseito (« Parti démocrate-constitutionnel », 1927-1940), avant d'adhérer, durant la Seconde guerre mondiale, au nouveau parti unique nationaliste et militariste du prince Fumimaro Konoe, le Taisei Yokusankai (« Association d'assistance à l'autorité impériale », 1940-1945). Il est connu également pour avoir été un ferme partisan de l'instauration du suffrage universel masculin au Japon, finalement obtenu par la loi du 29 mars 1925[2].

Le père de Jun'ichirō Koizumi, Jun'ya Koizumi (1904-1909), né Samejima[3], était un fils de pêcheur et jeune militant du Rikken Minseito qui prit le nom de Koizumi lorsqu'il épousa Yoshie Koizumi, fille de Matajiro (ce dernier était au départ opposé à cette union, poussant le couple à s'enfuir, avant de finalement les reconnaître et d'adopter Jun'ya pour l'aider à lancer sa carrière politique[4]). Il fut donc lui aussi député à la Chambre des représentants tout d'abord pour le 1er district électoral de sa préfecture natale, à savoir Kagoshima, de 1937 à 1946 avant de reprendre, après une période de « traversée du désert » suite à la purge de 1945, l'ancienne circonscription de son beau-père, le 2e district de Kanagawa, de 1952 à son décès en 1969. Il fut successivement membre du Rikken Minseito de 1930 à 1940 puis du Taisei Yokusankai de 1940 à 1945, et après la guerre il rejoignit les formations conservatrices du Parti réformateur de 1952 à 1954, du Parti démocrate de 1954 à 1955 et finalement du PLD à partir de 1955. Il se fit remarquer pendant la guerre pour avoir fait installer dans sa circonscription de Kagoshima un aérodrome servant de point de décollage à des kamikazes. Plus tard, pendant la guerre froide, il fut ministre d'État (c'est-à-dire membre du Cabinet) et directeur de l'Agence de défense du Japon dans le premier gouvernement d'Eisaku Satō de 1964 à 1965.

Une entrée précoce et difficile en politique

Jun'ichirō Koizumi suite sa scolarité dans sa ville natale de Yokosuka, et termine ses années de lycée en mars 1960. Il entre ensuite, en avril 1962, à l'université Keiō pour en sortir diplômé en économie en 1967. Il poursuit par la suite ses études à l'étranger, à l'université de Londres (University College London) au Royaume-Uni. Toutefois, le décès de son père en 1969 met un terme à ses études et le fait rentrer très jeune dans le jeu politique : il se présente ainsi aux législatives de décembre 1969 dans la circonscription familiale du second district de Kanagawa, mais il échoue de peu (il arrive en cinquième position alors que cette circonscription n'élit que quatre députés)[5].

Après cet échec, il entre au service de l'un des poids lourds du PLD et de la Chambre des représentants, Takeo Fukuda, en tant que secrétaire parlementaire. Il fut ainsi l'un des principaux collaborateurs de Fukuda lorsque celui-ci devient Premier ministre de 1976 à 1978 et est un membre de la faction interne au PLD fondée par lui en 1979. Son lien avec la famille Fukuda est tel que Takeo fut son témoin à son mariage, et que son fils, Yasuo (lui aussi futur Premier ministre, devenu l'ami de Koizumi lorsque tous deux étaient secrétaires de Takeo Fukuda) fut considéré comme « l'éminence grise » de Koizumi lors de son passage à la tête du Cabinet du Japon de 2001 à 2006.

Il est finalement élu dans le 2e district électoral de Kanagawa lors des élections législatives de 1972. Il est sans cesse réélu dans cette circonscription jusqu'à sa disparition en 1996 (suite à la réforme électorale de 1994). Il est depuis lors élu dans le 11e district de cette même préfecture.

Il se marie en 1978 et il a trois enfants. Il divorce en 1982 et promet de ne jamais se remarier. Les relations avec son ex-femme et son troisième enfant sont quasi inexistantes.

L'ascension

Koizumi arrive au G8 en juin 2004

Les premières responsabilités

Jun'ichirō Koizumi accède assez rapidement, à partir de la fin des années 1970, à des postes de responsabilité, tout particulièrement dans le domaine de la politique financière. Il obtient ainsi sa première fonction gouvernementale, sans toutefois être encore membre du Cabinet, de novembre 1979 à juillet 1980, en étant nommé vice-ministre parlementaire auprès du ministre des Finances Noboru Takeshita dans le second ministère de Masayoshi Ōhira. C'est dès cette époque qu'il commence à militer pour une privatisation du système de l'épargne postale[6], reprenant ainsi le projet autrefois défendu par son grand-père. Ce dispositif, qui fait de la poste japonaise l'une des plus grandes banque d'épargne et d'assurance-vie, est vu par ses partisans comme le pilier du doken kokka, ou « État construction », version japonaise de l'état providence (par le biais de la stabilité et de la sécurité que peut représenter un service public pour les épargnants, le fonds d'épargne ainsi collecté permet de financer la construction d'infrastructures tels qu'autouroutes, aéroports, ponts, entre autres). Mais pour ses détracteurs, pour la plupart défenseurs du libéralisme économique, dont Koizumi, il est le symbole de la bureaucratie japonaise tout en étant une source de corruption et en renforçant la dette publique[7].

Après la chute de ce gouvernement en 1980, il prend la présidence du comité des Finances au sein du PLD jusqu'en 1983, date à laquelle il accède à la fonction importante de secrétaire-général adjoint du parti. En 1986, de janvier à juillet, il devient de manière éphémère président de la très puissante commission des Finances de la Chambre des représentants, et en 1987 il est désigné comme premier vice-président du comité des Affaires de la Diète du PLD (ce qui correspond au groupe politique du parti au parlement japonais).

Les premières expériences gouvernementales

Mais c'est en 1988 qu'il accède véritablement au devant de la scène politique en étant nommé, le 27 décembre, ministre de la Santé et du Bien-être, également en charge du problème des retraites, dans le Cabinet du Japon dirigé par Noboru Takeshita. Il est reconduit au même poste le 3 juin 1989 dans le gouvernement suivant présidé par Sōsuke Uno. Dans un Japon connaissant déjà un fort vieillissement de sa population, il propose d'élever l'âge minimum de début de versement des retraites d'État de 60 à 65 ans mais ne peut aller au bout de sa réforme du fait d'une forte opposition à ce projet à la Diète[8]. Cet échec est alors essentiellement dû au décalage existant entre l'âge effectif du départ à la retraite et l'âge légal auquel le retraité commence à toucher sa pension : du fait de la pratique de l'emploi d'une vie mis en place par la plupart des grandes entreprises japonaises, pendant longtemps le retrait de la vie active pour les hommes se faisaient autour de 55 ans, pour ne commencer à toucher sa retraite d'État qu'à 60 ans. Même si le gouvernement a mis en place à partir des années 1970 des mesures visant à inciter les employeurs à conserver leurs employés au-delà de 55 ans et donc à réduire cet écart, à la fin des années 1980 l'âge moyen de retraite effective atteignait difficilement les 60 ans, si bien qu'augmenter l'âge du premier versement des pensions à 65 ans fut perçu comme ne pouvant que recréer un déséquilibre[9].

Après la chute du gouvernement Uno le 10 août 1989, il prend la présidence du Comité d'organisation nationale du PLD puis de la commission de recherche des politiques fondamentales des soins médicaux du parti, avant de redevenir secrétaire général adjoint en 1991. C'est cette même année qu'il crée une alliance avec trois autres députés réformateurs, quadragénaires ou quinquagénaires, issus de différentes factions du PLD mais ayant comme point commun leur attachement aux thèses libérales développées dans les années 1980 par Margaret Thatcher ou Ronald Reagan ainsi que la nécessité de renouveler l'image d'un parti touché par de nombreux scandales politico-financiers et considéré comme trop bureaucratique : Kishirō Nakamura, Taku Yamasaki et Kōichi Katō. Formant ainsi le groupe « NYKK » (reprenant ainsi les initiales en alphabet romain de ses leaders), devenu en 1994 le groupe « YKK » après la condamnation pour trafic d'influence de Nakamura, ils appellent à un changement de gouvernance du PLD en s'opposant fortement à la faction dominante, celle du Heiseikai, dite aussi faction Takeshita car dirigée par l'ancien Premier ministre Noboru Takeshita, de loin la plus touchée par les scandales et jugée responsable de la perte de confiance de la population vis-à-vis de la classe politique.

Il réintègre le Cabinet, cette fois-ci en tant que ministre des Postes et Télécommunications, dans le gouvernement de Kiichi Miyazawa, du 12 décembre 1992 au 20 juillet 1993. À ce poste, il tente de mettre en place son cheval de bataille, à savoir la privatisation de la poste, notamment en jouant un rôle dans les discussions qui ont lieu alors entre l'administration Clinton et le gouvernement Miyazawa sur l'« ouverture économique » du Japon (les États-Unis faisant pression notamment en faveur de cette privatisation postale)[7]. Toutefois il se heurte à l'influent lobby postal présent au sein de son propre parti, et entretient des relations difficiles avec son Premier ministre : il se fait ainsi remarquer le 7 mai 1993 en critiquant implicitement sa politique étrangère et son attitude face à la mort, dans une embuscade, d'un soldat japonais de l'AUPRONUC au Cambodge. Il s'agit du premier militaire japonais mort sur un terrain d'opération depuis 1945 (la participation à l'effort de maintien de la paix au Cambodge, à partir de 1992, constituait la première mission à l'étranger des Forces japonaises d'autodéfense depuis leur création en 1954). Koizumi déclare alors qu'en approuvant la participation à des activités de maintien de la paix le gouvernement « avait décidé que le Japon offrirait sa sueur dans toute contribution internationale, mais il n'allait pas jusqu'à offrir de verser son sang »[10]. Plus tard, le 20 juillet 1993, deux jours après l'échec du PLD aux élections législatives, perdant ainsi pour la première fois depuis sa création la majorité au profit d'une coalition hétéroclite, il accuse en conseil des ministres le chef du gouvernement d'être responsable de cette défaite avant de démissionner lui-même[11].

Le « cinglé » de la politique japonaise à la conquête du pouvoir

La première candidature à la présidence du PLD : 1995

Le 28 août 1995, Yōhei Kōno, qui avait succédé à Miyazawa à la tête du PLD en 1993 (et reste ainsi le seul leader du parti à n'avoir jamais exercé la fonction de Premier ministre), décide de ne pas briguer un nouveau mandat, n'estimant pas avoir assez de soutiens pour affronter le conservateur et nationaliste ministre du Commerce extérieur et de l'Industrie Ryūtarō Hashimoto. Or celui-ci préside l'ancienne faction Takeshita, et les membres réformateurs du PLD le considèrent comme l'héritier de ses anciennes pratiques bureaucratiques et opaques : Jun'ichirō Koizumi annonce donc sa candidature contre lui le 10 septembre.

Il n'a toutefois aucune chance de l'emporter, faute de soutiens importants, son style atypique et ses idéaux politiques (dont la privatisation de la poste, qu'il reprend une nouvelle fois comme son principal thème de campagne) inquiétant la vieille garde du parti qui contrôle encore à cette époque l'élection du président, tandis que son adversaire est le chef de la plus puissante faction du mouvement et fait campagne sur le thème porteur des affaires étrangères, en prônant notamment l'obtention d'un siège permanent au conseil de sécurité des Nations Unies. De plus, la volonté de Koizumi de faire sortir le PLD de la grande coalition tripartite formée depuis 1994 avec le Parti socialiste et le petit parti centriste du NPP, est perçue comme le moyen de faire retourner l'ancien parti majoritaire dans l'opposition[12].

Le jour du scrutin, le 22 septembre 1995, Jun'ichirō Koizumi est largement battu, n'obtenant que 87 voix de délégués contre 304 à Hashimoto.

À nouveau ministre

Bien qu'il fut son adversaire, Ryūtarō Hashimoto, devenu Premier ministre en janvier 1996, nomme Jun'ichirō Koizumi dans son second gouvernement le 7 novembre 1996. Il retrouve alors le ministère de la Santé et du Bien-être. Après trois ans de débats publics violents, il mène à terme à ce poste la loi, proposée initialement par le député Tarō Nakayama, sur le don d'organe. Le débat remet en question la confiance à accorder aux médecins pour observer le décès d'un patient et reconnaître juridiquement le principe de mort cérébrale dans le cas uniquement d'une potentielle transplantation. La question prenait toute son importance dans une société animiste considérant qu'amputer un corps mort de certains membres ou organes pourrait handicaper le défunt dans l'au-delà. En effet, jusqu'à présent le droit japonais ne reconnaissait que l'arrêt cardio-circulatoire prolongé comme moyen de définir le décès, ce qui empêchait toute transplantation cardiaque ou d'organes affectés par le non-approvisionnement en sang et en oxygène. Cette loi est donc vue comme l'autorisation de fait de la pratique médicale de la transplantation[13].

Il est également en charge de la réforme de la loi sur l'assurance maladie, mise en place en septembre 1997 et visant à réduire le déficit de ce dispositif dû au vieillissement de la population. Elle prévoit un partage des coûts avec l'assuré à hauteur de 20 % des frais médicaux et l'introduction de charges du patient sur les coûts pharmaceutiques pour les services de consultation[14].

Mais en parallèle de son champ d'action ministériel, il tente de profiter une nouvelle fois de sa présence au gouvernement pour militer pour la privatisation de la poste. Il publie ainsi en 1997 un essai politique dans lequel il explique son engouement pour cette question : « La réalité sur ce qu'ils appellent un débat irréaliste, par Jun'ichirō Koizumi » (小泉純一郎の暴論・青論, Koizumi Jun'ichirō no bōron, seiron?). De même, il promet sa démission au cas où le Premier ministre ne le supporterait pas[15].

La seconde tentative d'accession à la présidence du PLD : 1998

Suite au mauvais résultat obtenu par le PLD lors du renouvellement de la moitié de la Chambre des conseillers du 12 juillet 1998 (sur 52 sortants, le parti ne conserve que 44 conseillers), Ryūtarō Hashimoto démissionne du poste de Premier ministre et de celui de président du PLD.

Le favori pour lui succéder est son ministre des Affaires étrangères et nouveau chef de l'ancienne faction Takeshita, Keizō Obuchi, qui plus est considéré comme l'archétype de l'homme politique traditionnel japonais (consensuel et austère). Mais un candidat issu de sa propre faction se dresse contre lui, un vétéran de la politique âgé de 72 ans, l'ancien secrétaire général du Cabinet Seiroku Kajiyama. Jun'ichirō Koizumi décide donc de se présenter à nouveau au nom du camp réformateur et de la jeune garde du parti (bien qu'il ne soit pas soutenu par ses alliés du trio YKK, Taku Yamasaki et Kōichi Katō s'étant tous deux prononcés en faveur d'Obuchi[16]), en étant en plus investi cette fois, dès le 17 juillet, par sa faction (la faction Mitsuzuka et ancienne faction Fukuda, la seconde en termes de nombre de parlementaires derrière l'ex groupe Takeshita)[17].

Il fait campagne sur le thème de la confiance qu'il souhaite redonner aux électeurs vis-à-vis de la classe politique et plus particulièrement du PLD qu'il promet de rénover avant de réformer en profondeur le service public japonais, interprétant l'échec des élections à la chambre haute comme un rejet par les Japonais du statu-quo et considérant que « la question est si le peuple a l'impression que le PLD a changé, alors le PLD sera prêt à changer »[16], ou bien que « avant de demander au peuple d'endurer les difficultés, nous devons montrer que le gouvernement et les hommes politiques peuvent eux-mêmes endurer des réformes douloureuses »[18].

La populaire députée Makiko Tanaka, connue pour ses phrases assassines, compare alors cette élection à une « vente par compensation de garage » opposant « un médiocre (凡人, bonjin), un soldat (軍人, gunjin) et un cinglé (変人, henjin) », respectivement pour Obuchi (en raison de son apparence et de son attitude austère), Kajiyama (pour son attitude combative et son programme radical en matière économique) et Koizumi (pour son style décomplexé et ses prises de positions atypiques, à contre courant de son propre parti)[19]. Certains médias japonais ou étrangers continuent encore aujourd'hui à surnommer Jun'ichirō Koizumi henjin en le traduisant soit par « le cinglé », « le fou », « l'excentrique » ou « l'homme étrange ».

Le 24 juillet 1998, Keizō Obuchi est élu président du PLD, ayant obtenu 225 des 411 votants, tandis que Koizumi arrive en dernière position avec seulement 84 voix, soit trois de moins qu'en 1995.

Vers le pouvoir

Après une brève période de traversée du désert suite à son échec de 1998, il retrouve le devant de la scène en prenant la présidence de sa faction, anciennement appelée Fukuda, lorsque son précédent leader, Yoshirō Mori, succède à Obuchi (décédé) à la présidence du parti et au poste de Premier ministre en avril 2000. Il s'agit alors de la seconde tendance interne au PLD, derrière le Heiseikai dirigé par Ryūtarō Hashimoto. De plus, la tentative avortée de Kōichi Katō et Taku Yamasaki de déstabiliser le gouvernement Mori en menaçant de voter une motion de censure déposée par l'opposition le 21 novembre 2000, pour finalement se contenter d'être absents le jour de vote, fait de Jun'ichirō Koizumi le dernier représentant solide du trio YKK et du camp réformateur.

Lorsque Mori, devenu particulièrement impopulaire, démissionne le 20 avril 2001, Jun'ichirō Koizumi se porte naturellement candidat à sa succession. Si le favori reste encore une fois l'ancien Premier ministre et chef du Heiseikai Ryūtarō Hashimoto, Koizumi fait figure alors pour la première fois de prétendant sérieux. Il mène ainsi une campagne active, étant l'un des premiers hommes politiques japonais à utiliser massivement les médias lors d'une élection. Contrairement au Premier ministre sortant, qui a multiplié les dérapages durant son mandat, il contrôle parfaitement son image, est télégénique, charismatique et a le sens de la formule, résumant son programme en une série de phrases courtes, concises et efficaces.

De plus, outre son propre groupe, qu'il quitte pour pouvoir attirer des militants non-affiliés et dans un souci de cohérence avec sa promesse de limiter le poids des factions, il est soutenu par les factions Katō et Yamasaki et par d'autres figures influentes, comme l'ancien Premier ministre reaganien des années 1980 Yasuhiro Nakasone qui reste l'autorité morale de l'aile conservatrice du parti (au point de pousser le candidat de cette tendance idéologique, Shizuka Kamei, à se retirer au dernier moment[20]) et conserve une forte popularité, ou encore Makiko Tanaka qui se présente comme « la mère d'henjin », reprenant ainsi le surnom qu'elle avait elle-même trouvé pour Koizumi lors de l'élection à la présidence du parti de 1998[21]. Le couple Koizumi-Tanaka réunit d'importantes foules partout où ils se rendent pendant la campagne, la fille de l'ancien Premier ministre Kakuei Tanaka apportant une grande partie de sa popularité au candidat qui prend pratiquement des allures de « pop star »[22].

Et ce qui était autrefois le principal handicap de Koizumi devient alors sa principale force : il représente désormais, par ses idéaux libéraux et réformateurs et par une forme de populisme, un changement radical à la fois dans la manière de faire de la politique et dans celle dont le pays doit être gérer, tel que le fait espérer son slogan de campagne : « Changer le PLD ! Changer le Japon » (自民党 を 変える。 日本 を 変える。, Jimintō o kaeru! Nihon o kaeru!?)[23].

Il propose alors un programme en cinq points[24] :

  • la réforme du PLD et établissement d'un nouveau système politique, de tendance plutôt populiste, avec :
  • l'abolition du système des factions et de la stricte ancienneté.
  • l'introduction de plus de démocratie populaire.
  • une réforme économique et industrielle, pas totalement différente de celle proposée par ses adversaires, passant par :
  • la mise en place d'un « plan d'urgences économique » pour régler le problème des emprunts non performant.
  • des mesures de soutien de l'emploi.
  • l'instauration d'une nation fondée sur la science et les technologies.
  • la sécurisation d'une agriculture stable et de petites et moyennes entreprises vivaces.
  • une politique étrangère et de sécurité nationale dans le XXIe siècle, plutôt respectueuse des doctrines diplomatiques défendues par le Japon depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, c'est-à-dire une attitude prônant :
  • des relations nippo-américaines comme pierre angulaire de cette politique.
  • le renforcement des relations avec les voisins du Japon.
  • la maîtrise de l'émission des obligations d'États.
  • la réforme de la sécurité sociale.
  • des privatisations (et notamment celle de la poste) et une décentralisation.
  • une réforme sociétale et éducative, prévoyant :
  • la réforme du système éducatif.
  • l'établissement d'une société consciente des besoins de l'écologie et sûre.

Le mode de scrutin, tout juste révisé en 2000, augmente ses chances par rapport à sa précédente tentative dans le sens où il donne plus de poids aux militants : ceux-ci élisent directement, dans le cadre des fédérations des 47 préfectures, 3 représentants pour chacune de ces dernières, soit au total 141 délégués locaux. Ils restent toutefois moins nombreux que les parlementaires qui constituent toujours la plus grande partie du corps électoral, étant 346 sur 487[20].

Il est pourtant bien élu, et avec une nette avance, le 24 avril 2001 par 298 voix sur 487, contre uniquement 155 à son principal rival, Hashimoto, et 31 au troisième homme, le nationaliste et partisan des dépenses de l'État Tarō Asō. Son succès est en grande partie dû au vote des fédérations locales : ainsi, sur 141 délégués, 123 ont voté pour Koizumi, contre 15 pour Hashimoto et 3 votes blancs. Il obtient tout de même le vote de 175 des 346 parlementaires PLD, soit plus que la moitié, mais son écart avec Hashimoto est là beaucoup plus faible (de 35 voix seulement)[25].

Premier ministre

Jun'ichirō Koizumi en septembre 2004.

Jun'ichirō Koizumi est le 56e Premier ministre du Japon, du 26 avril 2001 au 26 septembre 2006, soit 5 ans et 5 mois. Son passage au Kantei est ainsi le troisième par sa durée depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, derrière Eisaku Satō (Premier ministre pendant 7 ans et 7 mois de 1964 à 1972) et Shigeru Yoshida (Premier ministre pendant 7 ans et 1 mois de 1946 à 1947 puis de 1948 à 1954), et le cinquième de toute l'histoire de l'archipel. Cette longévité est d'autant plus remarquable que, depuis le retrait de Yasuhiro Nakasone (lui-même en poste pendant près de 5 ans) en 1987, aucun chef de gouvernement n'avait réussi à dépasser les deux ans et demi de mandat. Pendant cette période, seuls Toshiki Kaifu, de 1989 à 1991, et Ryūtarō Hashimoto, de 1996 à 1998, sont restés en place pendant plus de deux ans.

Jun'ichirō Koizumi a dirigé trois gouvernements, respectivement les , et 89e Cabinets du Japon.

Premier gouvernement Koizumi (26 avril 2001 - 19 novembre 2003)

Une fois la présidence du PLD acquise, son accession au poste de Premier ministre n'était plus qu'une formalité, son parti dominant une majorité stable à la Diète. Il est ainsi élu le 26 avril 2001 par 287 voix sur 478 inscrits à la Chambre des représentants, contre 127 au leader du PDJ et chef de l'opposition Yukio Hatoyama, et 138 suffrages sur 246 votes valides à la Chambre des conseillers, contre 59 à Hatoyama[26][27].

Il succède alors officiellement à Yoshirō Mori à la tête de la coalition de centre-droit formé par ce dernier en avril 2000 avec :

Il s'attache alors à symboliser sa volonté de réforme dans la constitution même de son Cabinet qui se démarque de ses prédécesseurs par le nombre de ses membres PLD n'appartenant à aucune faction (en comptant Koizumi, 5 ministres sur les 14 issus du parti sont dans ce cas, alors qu'il n'y en avait qu'un sur 16 dans le précédent gouvernement), par sa forte représentation féminine (elles sont 5 sur 18, un record, dont les deux premières femmes à accéder à la tête d'un ministère régalien au Japon : la populaire et important soutien de Koizumi lors de sa campagne Makiko Tanaka aux affaires étrangères, et Mayumi Moriyama, vétéran de la vie politique japonaise, à la justice) et de « techniciens » indépendants issus de la société civile (ils sont 3 sur 18 à ne pas être parlementaires, à savoir l'ancienne diplomate et ministre de l'Environnement du gouvernement précédent, reconduite dans ses fonctions, Yoriko Kawaguchi, la directrice générale du Musée national de l'Art occidental de Tōkyō Atsuko Toyama nommée à l'Éducation et à la Culture et l'économiste libéral Heizō Takenaka à la politique économique et fiscale)[32]. Fort d'une popularité sans précédent (un sondage réalisé le 30 avril 2001 pour le quotidien Asahi Shinbun montre que 78 % des personnes interrogées approuvent le nouveau gouvernement, soit le plus fort taux de satisfaction jamais obtenu par un Cabinet tout juste nommé dans toute l'histoire du Japon, tandis que le taux de satisfaction du Premier ministre atteint les 85 % dans une étude menée pour le Yomiuri Shinbun le 29 mai suivant)[33], ce que les commentateurs appellent à l'époque la « tornade Koizumi » (小泉旋風, Koizumi Senfū?)[34] permet au PLD d'obtenir une victoire assez importante lors du renouvellement de la moitié de la Chambre des conseillers du 29 juillet 2001. En effet, le parti majoritaire réunit 41 % des suffrages au vote majoritaire plurinominal et 38,6 % à la proportionnelle national et obtient 64 sièges sur les 121 à pourvoir, augmentant ainsi le groupe libéral-démocrate au sein de la chambre haute de la Diète (qui s'établit désormais à 111 conseillers sur 247) de 8 personnes et faisant oublier les mauvais résultats du scrutin précédent en 1998.

Depuis le 13 août 2001, il va chaque année rendre hommage au sanctuaire de Yasukuni, dans lequel sont honorées les mémoires des soldats tombés lors des différents conflits dans lesquels les Japonais participèrent depuis 1868, parmi lesquels quatorze criminels de guerre de classe A condamnés lors du procès de Tōkyō. C'est une cause récurrente de tensions avec la Corée du Sud et la Chine.

Deuxième gouvernement Koizumi (19 novembre 2003 - 21 septembre 2005)

Le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld et Jun'ichirō Koizumi à Tōkyō, le 14 novembre 2004.

En 2004, pour la première fois, il envoya les Forces d'auto-défense (jieitai, 自衛隊, armée japonaise) sur un théâtre d'actions militaires (les FAD n'ont constitutionnellement pas le droit de prendre part à une guerre), après avoir élargi leur domaine de compétences à des déplacements à l'étranger en 2001 pour des actions de nature non-militaires.

Au cours de l'année 2004, l'action de Koizumi dans le champ de la diplomatie internationale fut principalement consacrée au problème nord-coréen, essentiellement en cherchant à en savoir plus sur la situation actuelle de nombreux Japonais enlevés par les services secrets nord-coréens à la fin des années 1970 et au début des années 1980 (voir l'article détaillé sur les relations entre la Corée du Nord et le Japon pendant le mandat de Jun'ichirō Koizumi).

Été 2005 : suite au rejet de sa proposition de privatisation de la poste par la chambre haute, il dissout la chambre basse (la Constitution ne lui donnant aucun pouvoir sur la première), afin de provoquer des élections législatives anticipées qu'il remporte le 11 septembre 2005. Il peut ainsi relancer la réforme en position de force au Parlement.

Troisième gouvernement Koizumi (21 septembre 2005 - 26 septembre 2006)

Article détaillé : Gouvernement Koizumi III.

Cette réforme phare de son gouvernement prépare le démantèlement en quatre entités de cet établissement monstrueux au centre de plusieurs scandales de corruption. Japan Post est entre autres un fonds de pension parmi les plus important au monde, à la tête d'environ 2 600 milliards d'euros d'épargne. Ce poids financier colossal est mis au service de l'état japonais en lui permettant, notamment, de financer les dépenses d'infrastructures routières.

Mais les liens troubles entre le Parti Libéral Démocrate, les dirigeants de Japan Post et les entrepreneurs de travaux publics aboutissent à des malversations. Les autoroutes inutiles sortent de terre, l'argent public s'engouffre dans les caisses noires des partis et le déficit de l'état se creuse. Le démantèlement de la poste devrait commencer en 2007 et se terminer en 2017. Il pose néanmoins à terme la question du refinancement de l'état japonais, une poste privatisée pouvant préférer investir ailleurs que dans les obligations d'un état en quasi-banqueroute.

En 2006, il réalise finalement sa promesse électorale de visiter le sanctuaire de Yasukuni le 15 août, jour-anniversaire de la reddition du Japon, ce qui provoque, comme chaque précédente visite, un tollé auprès des pays asiatiques voisins.

Shinzō Abe lui succède et forme son gouvernement le 26 septembre 2006.

Le 27 septembre 2008, Jun'ichirō Koizumi annonce son intention de se retirer de la vie politique, et son souhait de voir son deuxième fils Shinjirō Koizumi lui succéder à la Chambre des représentants du Japon[35]. Le 30 août, son fils remporte effectivement son siège de Kanagawa laissé vacant lors des élections législatives japonaises de 2009[36].

Références

  1. (ja) Table des matières du détail des élections législatives japonaises de 1904 à 1948 sur le site www.senkyo.janjan.jp
  2. (en) Duus Peter, « The growth of party respectability », in Kornicki Francis, Meiji Japan: Political, Economic and Social History, 1868-1912, éd. Routledge, 1998, p. 106, Modèle:ISBN 0415156181, 9780415156189.
  3. (en) « Obituaries: Yoshie Koizumi / Toshiki Yashiro », Japan Times, 31/10/2001
  4. (en) R. Lloyd Parry, « The enigma remains as Mr Koizumi sets off for victory ride », The Times, 10/09/2005
  5. (ja) Résultats des élections législatives de 1969 dans le deuxième district de Kanagawa sur le site www.senkyo.janjan.jp
  6. D'après son ouvrage : 小泉純一郎の暴論・青論―政界のイチローが語る、痛快本音エッセイ (« Jun'ichirō Koizumi parle de ce qu'il compte réellement faire dans le monde politique »), 1997, cité dans : (en) [pdf] S. Watanabe, « Legal Analysis of Controversy on Privatization of Japan’s Postal Services System : What Is the Purpose and Effect to Privatize Public Corporations? », p. 2
  7. a  et b (en) G. McCormack, « KOIZUMI’S COUP », New Left Review, n°35, septembre-octobre 2005
  8. (en) T. Sugiyama, T. Shinohara, « ‘Another Yamaguchi’ Who Grappled with Pension Reform at the Risk of his Life », Nikkei Business, 08/12/2008
  9. (en) [pdf] T. Shinkawa, « The Politics of Pension retrenchment in Japan », The Japanese Journal of Social Security Policy, vol. 2, n°2, 12/2003, p. 27
  10. (en) « World -- News In Brief », The Seattle Times, 08/05/1993
  11. (en) D. E. Sanger, «  Japanese Politics Moves Into Era of Talk Shows », The New York Times, 21/07/1993
  12. R-S. Shinn, 94045: Japan's Uncertain Political Transition, 31/10/1996
  13. (en) Y. Kageyama, « Organ bill passes Japan parliament », UpBeat, 17/06/1997
  14. (en) [pdf] T. Fukawa, « Public Health Insurance in Japan », The World Bank
  15. (en) S. Strom, « INTERNATIONAL BUSINESS; Crusader Takes On the Postal Piggy Bank  », The New York Times, 18/11/1997
  16. a  et b (en) « LDP presidential race kicks off », The Japan Times, 21/07/1998
  17. (en) « Obuchi, Kajiyama, Koizumi to run for LDP presidency », Kyodo News International, 17/07/1998
  18. (en) « World-Asia-Pacific : Japan's leadership ballot gets underway », BBC News, 24/07/1998
  19. (en) « Leaving it to the old man.(Keizo Obuchi, prime minister of Japan) », The Economist, 01/08/1998
  20. a  et b (en) H. van der Lugt, « The LDP Presidential Election », SSJ Forum, 26/04/2001
  21. (en) S. Jameson, « Jun and George: The State of the U.S.-Japan Alliance and Its Future », Japan National Press Club, 22/06/2006
  22. (en) Présentation d'un livre de photographies édité quelques mois après l'élection de Koizumi
  23. (ja) Slogan de Koizumi en japonais.
  24. (en) [pdf] K. Papenbrock, « Japan: New prime minister, new policy? », Deutsche Bank Research, Frankfurt Voice, 30/04/2001
  25. (ja) Résultats de l'élection à la présidence du PLD du 24 avril 2001 sur le site officiel du PLD
  26. (en) « Japan's Diet Names Koizumi As New PM », People's Daily, 26/04/2001
  27. (en) E. Talmadge, « Koizumi is named Japan's prime minister », The Seattle Times, 26/04/2001
  28. (en) Plateforme du Nouveau Komeito sur le site officiel du parti
  29. (en) Histoire du Komeito sur le site officiel du parti
  30. (en) « LDP, Liberal Party clear last coalition hurdle », The Japan Times, 13/01/1999
  31. (en) « Breakaway party names itself 'New Conservative Party' », Kyodo News International, 11/04/2000
  32. (en) « Japanese Cabinet Profiles - Koizumi 1 », Center for the Study of Democracy, University of California - Irvine
  33. (en) E. SCHEINER, Democracy without competition in Japan: opposition failure in a one-party dominant state, éd. Cambridge University Press, 2006, p. 34
  34. (en) T. MAEDA, « LDP candidates hope to ride on Koizumi's wave », The Japan Times, 12/07/2001
  35. (en) Koizumi confirms plan to retire, pass torch to son sur The Japan Times. Mis en ligne le 28 septembre 2008, consulté le 27 juin 2009
  36. (en) Anna Kitanaka, « Ex-Japan Premier Koizumi’s Son Bucks Trend, Wins Father’s Seat », 30 août 2009, Bloomberg. Mis en ligne le 31 août 2009, consulté le 31 août 2009

Voir aussi

Liens internes

Lien externe

Commons-logo.svg

  • Portail du Japon Portail du Japon
Ce document provient de « Jun%27ichir%C5%8D Koizumi ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Junichiro Koizumi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Junichiro Koizumi — (小泉 純一郎 Koizumi Jun ichirō), político japonés y, actualmente, el primer ministro de Japón. Nació el 8 de enero de 1942 en Yokosuka, una ciudad situada en la Prefectura de Kanagawa. Hijo y nieto de figuras políticas de su país. Se licenció en… …   Enciclopedia Universal

  • Junichiro Koizumi — Infobox Prime Minister name = Junichiro Koizumi imagesize = 200px birth date =birth date and age|1942|01|08 birth place = Yokosuka, Kanagawa, Japan office = Prime Minister of Japan term start = 26 April 2001 term end = 26 September 2006 monarch …   Wikipedia

  • Junichiro Koïzumi — Jun ichirō Koizumi Jun ichirō Koizumi 56e Premier ministre du Japon …   Wikipédia en Français

  • Junichiro Koizumi — Jun’ichiro Koizumi (2004) Jun’ichirō Koizumi (jap. 小泉 純一郎; Koizumi Jun’ichirō; * 8. Januar 1942 in Yokosuka, Japan) ist ein japanischer Politiker. Er war der Vorsitzender der Regierungspartei …   Deutsch Wikipedia

  • Junichirō Koizumi — Jun’ichiro Koizumi (2004) Jun’ichirō Koizumi (jap. 小泉 純一郎; Koizumi Jun’ichirō; * 8. Januar 1942 in Yokosuka, Japan) ist ein japanischer Politiker. Er war der Vorsitzender der Regierungspartei …   Deutsch Wikipedia

  • Junichiro Koizumi — n. (born 1942) Japanese politician and Prime Minister of Japan from 2001 to 2006 …   English contemporary dictionary

  • Relations nippo - nord-coréennes pendant le mandat de Junichiro Koizumi — Relations entre la Corée du Nord et le Japon Sommaire 1 Le mandat de Koizumi 1.1 Deux rencontres au sommet entre les dirigeants japonais et nord coréen 1.2 L’échec de l’ouverture de relations diplomatiques …   Wikipédia en Français

  • Koizumi — (小泉) is a Japanese family name.It can refer to a number of people, including the following members of the prominent Koizumi family: *Junichiro Koizumi, former prime minister of Japan **Junya Koizumi, a second generation Diet member and the father …   Wikipedia

  • Koizumi family — The Koizumi family has been prominent in Japanese politics since the early 1900s. Notable members of this family include:*Matajiro Koizumi (1865 1951) ndash; Minister of Posts and Telecommunications, he was known as the wild man and tattoo… …   Wikipedia

  • Koizumi Junichiro — Jun ichirō Koizumi Jun ichirō Koizumi 56e Premier ministre du Japon …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.