Classe P400


Classe P400
Patrouilleur type P400
Audacieuse.jpeg
Patrouilleur P 400 l'Audacieuse

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Marine gabonaise
Quille posée 11 avril 1983 (L'Audacieuse)
Lancement 21 mars 1984 (L'Audacieuse)
Armé 18 septembre 1986 (L'Audacieuse)
Statut En service
Caractéristiques techniques
Type Patrouilleur
Longueur 54,80 mètres
Maître-bau 8 mètres
Tirant d'eau 2,54 mètres
Tirant d'air 17,10 mètres
Déplacement 373 tonnes et 480 tonnes à pleine charge
Propulsion 2 x diesels SEMT Pielstick 16-PA4-200 VGDS, 2 hélices
Puissance 8 000 chevaux
Vitesse 23 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 x canon de 40 mm
1 x canon de 20 mm F2
2 x mitrailleuses de 7,62 mm
Rayon d'action 4 200 milles à 15 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 4 officiers, 18 officiers mariniers, 8 quartiers-maîtres et matelots
Chantier naval Constructions Mécaniques de Normandie

Les P400 sont une classe de patrouilleurs de la Marine nationale française, construits aux Constructions Mécaniques de Normandie et commissionnés de 1986 à 1988. Leur mission est d'accomplir des opérations de police au large de la zone économique exclusive (ZEE) française.

Sommaire

Historique

Pour répondre au besoin résultant de la création de la ZEE de 200 milles, la Marine nationale française lance en 1981 un programme de 10 patrouilleurs de 400 tonnes, destinés à remplacer La Combattante (P730) de 230 tonnes, commissionnée en 1963, et les 4 bâtiments rapides de classe Épée, commissionnés en 1976-1977. Les P400 étaient conçus à l'origine en deux versions : une armée avec des missile Exocet MM38 et l'autre version de service public avec un complément de 16 hommes ; mais aucune de ces versions n'a été produite, la Marine choisissant une version intermédiaire.

Ces bâtiments sont pré-positionnés dans les territoires d'outre-mer français (DOM/TOM) où ils conduisent des missions de surveillance et de sécurisation de la ZEE. Ils exécutent aussi des missions dans le cadre d'accords de la France avec d'autres nations, typiquement en renfort d'armées étrangères, ou des missions humanitaires.

Pays utilisateurs

Patrouilleur P400, La Tapageuse
La Tapageuse
  • Drapeau du Gabon Gabon
    • Général Ba-Oumar (P07)
    • Colonel Djoué Dabany (P08)
  • Drapeau d'Uruguay Uruguay [Cette série de la Classe Vigilante est plus ancienne (1981) que la Classe P400. Ces navires sont aussi plus petits (42 m / 200 tonnes) et plus rapides (28 nds)]
    • Quince de Noviembre (ROU 05)
    • Veinticinco de Agosto (ROU 06)
    • Comodoro Coe (ROU 07)
  • Drapeau d'Oman Oman
    • Al Bushra (B1)
    • Al Mansoor (B2)
    • Al Najah (B3)

Remplacement

Dans le cadre du projet Bâtiments de surveillance et d'intervention maritime (BATSIMAR), la Marine nationale songe à la succession des P400 pour lesquels elle souhaite des navires simples et robustes d'un plus fort tonnage, avec pour objectif une meilleure tenue à la mer, une plus grande autonomie et une capacité d'emport d'hélicoptère. Ils doivent aussi répondre aux besoins en matière de lutte contre les trafiquants de drogue, les pirates et les terroristes opérant en mer[2]. À cet effet, les Constructions Mécaniques de Normandie proposent La Vigilante 1400 CL 78 de 1 400 tonnes et DCNS le patrouilleur L'Adroit. En attendant ces bâtiments, soit entre 2011 et 2017, les avisos classe d'Estienne d'Orves seront allégés (retrait des missiles mer-mer Exocet, notamment) et remplaceront temporairement les P400[3], [4].

Notes et références

  1. (fr) Les CMN et la Marine brésilienne ont signé un accord de licence sur cmn-group.com, Constructions Mécaniques de Normandie, 19 octobre 2008. Consulté le 29 octobre 2008
  2. (fr) Une fonction stratégique redéfinie : la protection de la population et du territoire sur premier-ministre.gouv.fr, Premier ministre. Consulté le 29 octobre 2008
  3. (fr) Olivier Mélennec, « Un nouveau patron pour les navires de surface », dans Ouest-France, 23 septembre 2008 [texte intégral (page consultée le 24 octobre 2008)] :

    « Concernant l’action de l’État en mer, il nous faut des bâtiments de haute mer robustes. C’est le cas des avisos. Leur système de combat sera simplifié avec l’abandon des capacités anti-sous-marines pour ceux qui sont basés à Toulon. »

     
  4. (fr) Jean-Dominique Merchet, « Les avisos vont être transformés en patrouilleurs » sur secretdefense.blogs.liberation.fr, Libération, 24 octobre 2008. Consulté le 24 octobre 2008

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Classe P400 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • P400 — Classe P400 Patrouilleur type P400 Patrouilleur P 400 l Audacieuse …   Wikipédia en Français

  • Classe Améthyste — Classe Rubis Pour les articles homonymes, voir Rubis (homonymie). Classe Rubis …   Wikipédia en Français

  • Classe Aquitaine — Représentation schématique Histoire Commanditaire Organisation conjointe de coopération en matière d armement Commandé 16  …   Wikipédia en Français

  • Classe Provence — Classe Rubis Pour les articles homonymes, voir Rubis (homonymie). Classe Rubis …   Wikipédia en Français

  • Classe Floréal — F734 Vendémiaire Histoire A servi dans …   Wikipédia en Français

  • Classe Alkmar — Classe Tripartite Tripartite Le M652 Céphée français, ex M919 Fuchsia belge …   Wikipédia en Français

  • Classe Aster — Classe Tripartite Tripartite Le M652 Céphée français, ex M919 Fuchsia belge …   Wikipédia en Français

  • Classe Eridan — Classe Tripartite Tripartite Le M652 Céphée français, ex M919 Fuchsia belge …   Wikipédia en Français

  • Classe Floreal — Classe Floréal Classe Floréal F734 Vendémiaire Histoire …   Wikipédia en Français

  • Classe Flower — Classe Tripartite Tripartite Le M652 Céphée français, ex M919 Fuchsia belge …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.