Carthaginois


Carthaginois

Carthage

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la ville tunisienne moderne. Pour la cité antique, voir Site archéologique de Carthage. Pour les autres significations, voir Carthage (homonymie).
Carthage
Carthage vue depuis la colline de Byrsa
Administration
Pays Tunisie Tunisie
Gouvernorat Tunis
Délégation(s) Carthage
Maire Sami Tarzi
Code postal 2016
Site web officiel Municipalité de Carthage
Démographie
Population 15 922 hab. (2004[1])
Densité 542,7 hab./km2
Gentilé Carthaginois
Géographie
Superficie 18 000 ha = 180 km2
Tunisian Republic location map.svg
Carthage

Carthage (قرطاج) est une ville tunisienne située au nord-est de la capitale Tunis.

L'ancienne cité punique, détruite puis reconstruite par les Romains qui en font la capitale de la province d'Afrique proconsulaire, est aujourd'hui une banlieue huppée de Tunis regroupant de nombreuses résidences d'ambassadeurs. La ville possède encore de nombreux sites archéologiques, romains pour la plupart, classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979.

La municipalité de Carthage, qui compte 15 922 habitants en 2004[1], abrite le palais présidentiel ou encore la mosquée El Abidine. L'aéroport international de Tunis-Carthage est situé à quelques kilomètres à l'ouest de la ville.

Sommaire

Étymologie

Son nom provient du phénicien Kart-Hadasht ou Qrthdst qui signifie « Nouvelle ville ».

Histoire

Carthage est fondée par des colons phéniciens de Tyr en 814 av. J.-C.. D'après la légende, ce serait la reine Didon, sœur du roi de Tyr, Pygmalion, qui fonda la cité. La reine aurait demandé au souverain voisin, Syfax, un roi berbère, l'autorisation de fonder un royaume sur ses terres. Celui-ci lui offrit alors un terrain aussi grand qu'une peau de vache. La reine plus maligne fait couper une peau de vache en lanières très fines et trace les contours de Carthage. En référence à cette fondatrice mythique, les Carthaginois sont parfois surnommés les « enfants de Didon » dans la littérature.

Amulette en pâte de verre (Musée du Louvre)

La ville devient une puissance dominante en Méditerranée occidentale au IVe siècle av. J.-C..

Les Carthaginois pratiquaient un culte polythéiste originaire du Moyen-Orient. Ils vénéraient en particulier Baal et Tanit. Rome les accusa longtemps de sacrifier des enfants (cérémonie du molk), ce qu'il convient de nuancer. Une hypothèse parmi d'autres suggère que le rituel d'incinération avait surtout pour objectif de renvoyer l'âme des enfants défunts par le plus court chemin vers Ba'al Hammon à une époque où la mortalité infantile était plus qu'importante malgré les progrès en matière d'hygiène.

D'après d'autres sources, le sacrifice d'enfants bien vivants, généralement l'aîné des familles de notables, dans le but de prouver la sincérité de leur dévouement à Carthage, semble avoir initié la coutume de ces derniers d'adopter un enfant d'esclave pour cet usage, illustrant de ce fait, de quelle manière les pratiques les plus « humanistes » sont systématiquement corrompues par l'usage au point de trahir leur sens initial.

Ce sont les Carthaginois qui introduisent le glaive court en fer dans le bassin méditerranéen, car jusqu'alors, les guerriers s'affrontent à l'aide de lances et de frondes. Carthage conquiert l'Hispanie ainsi que la Sicile où elle se heurte aux Romains.

Les Carthaginois sont battus par le général Scipion (Scipio en latin). En effet, une série de trois conflits entre les deux puissances, les guerres puniques — les Romains nomment les Carthaginois Poeni —, débutent au IIIe siècle av. J.-C. et se terminent avec la victoire de Rome et la destruction de Carthage en 146 av. J.-C., après un siège de quatre ans. Après une tentative avortée des Gracques, Jules César fonde par la suite une cité sur les ruines de la ville punique (Colonia Julia Carthago). Celle-ci devient la capitale de la nouvelle province d'Afrique.

Au Bas-Empire, la cité, gagnée au christianisme, subit les persécutions impériales. Carthage devient, au IVe siècle, l'une des plus grandes capitales spirituelles d'Occident. Elle est conquise en 439 par les Vandales menés par Genséric, qui y fondent un royaume. L'Église est alors victime de persécutions et particulièrement meurtrie. La reprise par les Byzantins (Empire romain d'Orient) en 533 ramène la prospérité à la capitale d'Afrique. L'empereur Justinien Ier en fait le siège de son diocèse d'Afrique, mais à la suite de la crise monothéiste, les empereurs de Byzance, opposés à l'Église d'Afrique, se détournent rapidement de Carthage qui devient le siège d'un exarchat. Carthage donne ensuite à Constantinople une lignée d'empereurs à la suite d'Héraclius, fils de l'exarque de Carthage.

À l'époque des conquêtes arabes, Carthage est en proie aux épidémies. Les Arabes prennent la ville en 698 mais lui préfèrent Tunis, la cité voisine, qui donne son nom au pays, celui d'Afrique désignant désormais le continent entier. Carthage ne connaît plus jamais sa gloire d'autrefois.

La cité antique de Carthage est au cœur du roman Salammbô, écrit en 1862 par Gustave Flaubert, qui se déroule à l'époque d'Hamilcar Barca, c'est-à-dire lors de la jeunesse d'Hannibal Barca.

La municipalité de Carthage est créée par un décret beylical le 15 juin 1919[2]. Le développement de son périmètre communal ainsi que l'accroissement de sa population conduisent à la création de l'arrondissement municipal de Carthage-Mohamed Ali le 25 octobre 1983[2].

Architecture et urbanisme

Site archéologique

Article détaillé : Site archéologique de Carthage.

Aperçu général

Localisation des divers vestiges du site de Carthage

Le site archéologique de Carthage, dispersé dans la ville moderne, est classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979. Dominé par la colline de Byrsa qui était le centre de la cité punique, il se distingue par la silhouette massive de la cathédrale Saint-Louis édifiée à l'emplacement présumé de la sépulture du roi Louis IX de France qui y mourut au cours de la huitième croisade. Pour l'anecdote, le roi Louis-Philippe Ier, qui descend de Louis IX, envoya un architecte à Carthage pour en trouver l'emplacement le plus précis. Au vu de l'impossibilité d'une telle mission, celui-ci choisit simplement le plus bel endroit. À proximité de la cathédrale, en face de cette tombe vide dont les restes ont été rapatriés en France, se trouvent les vestiges du plus important quartier de la ville dont il ne subsiste que quelques fondations et quelques fragments de colonnes.

Forte de son héritage historique, Carthage se développe et devient une vaste banlieue résidentielle de Tunis autour du palais présidentiel. Toutefois, le développement rapide de la ville moderne risquant de détruire à jamais les vestiges, de grands archéologues tunisiens ont alerté l'opinion[3] et l'Unesco a lancé une vaste campagne internationale entre 1972 et 1992 afin de sauver Carthage. Ce tournant est parachevé avec le classement au patrimoine mondial.

La difficulté pour le visiteur réside aujourd'hui dans l'extrême dispersion des vestiges même si certains pôles peuvent être distingués.

Éléments dispersés

Quartier punique de Byrsa

Sur le sommet de la colline de Byrsa, emplacement du forum romain, a été mis au jour un quartier d'habitation punique du dernier siècle d'existence de la ville, daté plus précisément du début du IIe siècle[4]. L'habitat est typique et même stéréotypé, avec un local sur la rue pouvant être utilisé comme magasin, une citerne étant installée au sous-sol afin de récupérer l'eau destinée à l'utilisation domestique, et un long couloir sur le côté droit qui mène à une cour percée d'un puisard et autour de laquelle se succèdent de petites pièces en nombre variable. Non loin de la mer, une zone de la ville punique a été fouillée par des archéologues allemands. Ils y ont découvert un pan du rempart qui protégeait la cité au Ve siècle av. J.-C. ainsi que tout un quartier d'habitation dont ils ont pu décrypter l'évolution durant les deux siècles précédant la destruction de 146 av. J.-C.[5].

Le théâtre du IIe siècle a fait l'objet d'une importante restauration, les restes d'époque romaine étant très modestes. De l'édifice conçu pour accueillir 5 000 spectateurs ne subsistaient que de faibles ruines au début du XXe siècle, tant des gradins que de la scène ou du frons scaenae. À proximité du théâtre a été mise au jour une zone constituant de nos jours le parc dit des « villas romaines ». Il abrite, outre la célèbre « villa de la volière », du nom de la mosaïque principale qui la décore, de nombreux vestiges significatifs liés à la topographie des lieux.

Ruines des thermes d'Antonin

Les nécropoles puniques qui ont fait l'objet d'une identification, d'un nombre supérieur à 3 500, sont relativement disséminées dans la ville et forment une sorte d'arc de cercle au milieu duquel se situait l'habitat. Contrairement aux nécropoles puniques, celles de l'époque romaine se trouvaient hors des limites de la cité. Les fouilles récentes ont mis en évidence plusieurs cimetières, dont celui des officiales, réservé aux fonctionnaires de l'administration proconsulaire aux abords des citernes de La Malga[6].

Partie du jardin du tophet de Carthage

Les thermes d'Antonin furent édifiés en bord de mer après un grand incendie qui ravagea la cité au IIe siècle, plus précisément entre 145 et 162[7]. Des installations d'origine ne demeurent que quelques vestiges du rez-de-chaussée, constitué par les espaces de service, à proximité du rivage[8].

De l'amphithéâtre d'une capacité de 30 000 personnes ne demeure que l'arène, le reste ayant disparu en raison des pilleurs de monuments qui ont sévi à Carthage pendant plus d'un millénaire. Un sort analogue a été réservé au cirque, ce dernier n'étant plus suggéré que par une longue dépression à proximité de Douar Chott.

Le tophet, situé non loin de deux lagunes dénommées l'une « port marchand »[9] et l'autre « port militaire »[10] constituant la trace des anciens ports puniques, est un enclos sacré où les Carthaginois auraient sacrifié leurs enfants aux divinités protectrices Tanit et Ba'al Hammon selon une historiographie bien ancrée mais remise en cause par certains spécialistes, particulièrement Sabatino Moscati[11].

Édifices religieux

Parmi les mosquées construites à Carthage, la plus connue est la mosquée El Abidine de Carthage, érigée au lieu-dit « La Colline de l'Odéon », sur un site d'une superficie de trois hectares[12].

Mosquée El Abidine
Façade de l'ancienne cathédrale Saint-Louis

Elle doit son nom à celui du président de la République tunisienne, Zine el-Abidine Ben Ali, qui l'a inaugurée le 11 novembre 2003[13]. Bâtie sur une esplanade de 2 500 m2, elle comporte un minaret haut de 55 mètres et une salle de prière pouvant accueillir plus de 1 000 fidèles[12].

La cathédrale Saint-Louis de Carthage, située sur la colline de Byrsa, est une ancienne cathédrale catholique aujourd'hui désaffectée pour le culte. L'édifice est de style byzantino-mauresque en forme de croix latine et sa façade encadrée de deux tours carrées. Aux murs figurent les blasons des donateurs pour la construction de la basilique. Les vitraux sont aussi décorés d'arabesques. Édifiée entre 1884 et 1890, sous le protectorat français, la cathédrale devient primatiale d'Afrique lorsque le titre de primat d'Afrique est restauré au profit du cardinal Lavigerie.

Culture

Le Festival international de Carthage est un événement culturel renommé qui est organisé chaque été au théâtre antique. Les Journées cinématographiques de Carthage, festival biennal de cinéma lancé en 1966 par le ministère de la culture tunisien, se déroulent sans interruption depuis leur création[14], en alternance avec les Journées théâtrales de Carthage.

Façade du Musée national de Carthage

Sur la colline de Byrsa, le Musée national de Carthage est situé dans les locaux occupés par les Pères blancs. Il permet au visiteur de se rendre compte de l'ampleur des installations de la ville aux époques punique puis romaine. Certaines des plus belles pièces trouvées dans les fouilles depuis le XIXe siècle s'y trouvent, les autres étant présentées au Musée national du Bardo près de Tunis. À proximité immédiate, l'ancienne cathédrale Saint-Louis est désormais utilisée comme espace culturel et baptisée Acropolium. Elle accueille régulièrement expositions et concerts, notamment le festival Jazz à Carthage créé en 2005.

Parmi les autres institutions qui siègent à Carthage figure l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts installée depuis 1983 dans un ancien palais, propriété du général Zarrouk, ministre de la guerre de Sadok Bey, acquis en 1922 par Habib Bey et légué à Lamine Bey, dernier représentant de la dynastie husseinite[15]. L'Institut national des sciences et technologies de la mer, fondé en 1924, est un établissement public de recherche basé à Salammbô. Il possède un petit musée : le Musée océanographique de Salammbô.

En matière d'enseignement, la ville abrite quelques établissements renommés comme l'Institut des hautes études commerciales de Carthage. Le réseau éducatif compte aussi cinq écoles et quatre lycées[16] dont le Lycée Carthage Présidence construit en 1952 et qui jouit d'une excellente réputation[15].

Politique

Vue du palais présidentiel depuis Sidi Bou Saïd

Le poste de président de la municipalité, équivalent de maire, est occupé depuis 2003 par Sami Tarzi. Il a sous sa responsabilité le secrétariat général et les différents services de l'administration municipale[17]. Parmi ses prédecesseurs figurent les anciens ministres Chedli Klibi (1963-1990) et Fouad Mebazaâ (1995-1998)[18].

L'hôtel de ville, construit au début du XXe siècle, regroupe les différents bureaux du Conseil municipal et de l'administration[2]. Les recettes du budget municipal sont le produit de taxes sur les immeubles bâtis, les terrains non bâtis et les entreprises, la taxe hôtelière et celle sur les spectacles ainsi que les contributions des propriétaires riverains[19].

Le territoire de Carthage accueille également le principal palais présidentiel, situé sur le rivage à proximité des Thermes d'Antonin.

Économie

Transport

Carthage est desservie par la ligne ferroviaire du TGM qui traverse la ville et la relie à La Goulette et Tunis au sud-ouest et Sidi Bou Saïd et La Marsa au nord. Six stations se trouvent sur son territoire : Carthage Salammbô, Carthage Byrsa, Carthage Dermech, Carthage Hannibal, Carthage Présidence et Carthage Amilcar[20].

Diverses lignes de bus de la Société des transports de Tunis relient la ville d'autres points de l'agglomération comme l'Ariana et Tunis[20].

Sport

L'Union sportive de Carthage est un club sportif représentant la région de Carthage. Ce club est connu par ses performances en volley-ball.

Jumelages

Références

  1. a  et b (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  2. a , b  et c (fr) Présentation de la mairie de Carthage (Municipalité de Carthage)
  3. Azedine Beschaouch, La légende de Carthage, éd. Découvertes Gallimard, Paris, 1993, p. 48
  4. Édouard Lipinski [sous la dir.], Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, éd. Brépols, Paris, 1992, p. 94
  5. Friedrich Rakob, « L'habitat ancien et le système urbanistique », Pour sauver Carthage. Exploration et conservation de la cité punique, romaine et byzantine, éd. Unesco/INAA, 1992, pp. 29-37
  6. Yann Le Bohec, Histoire de l'Afrique romaine, éd. Picard, Paris, 2005, p. 118
  7. Colette Picard, Carthage, éd. Les Belles Lettres, Paris, 1951, p. 51
  8. Abdelmajid Ennabli et Hédi Slim, Carthage. Le site archéologique, éd. Cérès, Tunis, 1993, p. 39
  9. Lawrence E. Stager, « Le tophet et le port commercial », Pour sauver Carthage. Exploration et conservation de la cité punique, romaine et byzantine, éd. Unesco/INAA, 1992, pp. 73-78
  10. Henry Hurst, « L'îlot de l'amirauté, le port circulaire et l'avenue Bourguiba », Pour sauver Carthage. Exploration et conservation de la cité punique, romaine et byzantine, éd. Unesco/INAA, 1992, pp. 79-94
  11. Azedine Beschaouch, op. cit., p. 80
  12. a  et b (fr) Le Président Zine El Abidine Ben Ali donne le coup d'envoi de la construction de la grande mosquée de Carthage (Présidence de la République tunisienne)
  13. (fr) Le Chef de l'État préside une cérémonie d'inauguration de la mosquée Al Abidine à Carthage (Présidence de la République tunisienne)
  14. (fr) Historique des Journées cinématographiques de Carthage
  15. a  et b (fr) Moncef Ghachem, « Carthage aujourd'hui. Un passé sans cesse renouvelé », Saisons tunisiennes, 15 mai 2007
  16. (fr) Établissements éducatifs de Carthage (Municipalité de Carthage)
  17. (fr) Organigramme de l'administration municipale (Municipalité de Carthage)
  18. (fr) Liste des maires de Carthage (Municipalité de Carthage)
  19. (fr) Fiscalité locale (Municipalité de Carthage)
  20. a  et b (fr) Transports publics desservant Carthage (Municipalité de Carthage)

Bibliographie

  • Azedine Beschaouch, La légende de Carthage, éd. Découvertes Gallimard, Paris, 1993 (ISBN 2070532127)
  • M'hamed Hassine Fantar, Carthage la cité punique, éd. Alif, Tunis, 2007 (ISBN 9784036900619)
  • Serge Lancel, Carthage, éd. Fayard, Paris, 1992 (ISBN 2213028389)
  • Skandar Sayedi, Carthage à travers les cartes postales, éd. Alif, Tunis, 2007 (ISBN 9789973222350)

Voir aussi

Liens internes

Commons-logo.svg

Lien externe

  • Portail de la Tunisie Portail de la Tunisie

Ce document provient de « Carthage ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Carthaginois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • carthaginois — ● carthaginois, carthaginoise adjectif et nom (latin Carthaginiensis) De Carthage. ● carthaginois, carthaginoise (synonymes) adjectif et nom (latin Carthaginiensis) De Carthage. Synonymes : punique carthaginois, oise adj …   Encyclopédie Universelle

  • carthaginois — carthaginois, oise (entrée créée par le supplément) (kar ta ji noî, noî z ) adj. Terme d antiquité. Qui est relatif à Carthage et à son peuple. •   Vous aurez de la peine à donner pour les couches de Mme la Dauphine un spectacle aussi noble et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Troisième traité romano-carthaginois — Le troisième traité romano carthaginois, aussi connu sous le nom de traité de Filinos, est un traité présumé entre Rome et Carthage signé en 306 avant J. C. et qui concerne la répartition des zones d influence des deux cités. Sommaire 1 Existence …   Wikipédia en Français

  • Deuxième traité romano-carthaginois — Nous connaissons le second traité romano carthaginois grâce à Polybe. Dans le premier traité romano carthaginois des années 508 507 avant J. C., furent définis les domaines d intérêts de Rome et de Carthage. De plus, ce traité interdisait l… …   Wikipédia en Français

  • Premier traité romano-carthaginois — Le premier traité romano carthaginois est un traité d amitié et d aide réciproque entre les deux puissances émergentes de la Méditerranée. Il est impossible de savoir avec certitude quand le pacte fut scellé. Grâce à certains écrits, il est… …   Wikipédia en Français

  • Magon Le Carthaginois — Pour les articles homonymes, voir Magon. Magon ou Mago était un érudit carthaginois du III ou du IIe siècle av. J. C. Il rédigea un important traité sur l’agriculture en langue punique qui fut l’une des sources les plus importantes sur le… …   Wikipédia en Français

  • Magon le carthaginois — Pour les articles homonymes, voir Magon. Magon ou Mago était un érudit carthaginois du III ou du IIe siècle av. J. C. Il rédigea un important traité sur l’agriculture en langue punique qui fut l’une des sources les plus importantes sur le… …   Wikipédia en Français

  • Magon le Carthaginois — Pour les articles homonymes, voir Magon. Magon ou Mago était un érudit carthaginois du III ou du IIe siècle av. J.‑C. Il rédigea un important traité sur l’agriculture en langue punique qui fut l’une des sources les plus importantes sur… …   Wikipédia en Français

  • Didon construisant Carthage ou l'ascension de l'Empire carthaginois — Didon construisant Carthage ou l ascension de l Empire carthaginois, par Turner (1815) Didon construisant Carthage ou l ascension de l Empire carthaginois est un célèbre tableau du peintre William Turner, datant de 1815 et conservé à la National… …   Wikipédia en Français

  • Auxiliaires hispaniques carthaginois — Pays Royaume d Ibérie Allégeance Carthage Type Mercenaires Rôle reconnaissance embuscades retraites Fait partie de Armée de Carthage Composée de …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.