Sarlat-la-Caneda


Sarlat-la-Caneda

Sarlat-la-Canéda

Sarlat-la-Canéda
Sarlat-la-Canéda-Place.jpg
Pays
drapeau de la France
     France
Région Aquitaine
Département Dordogne (sous-préfecture)
Arrondissement Sarlat-la-Canéda (chef-lieu)
Canton Sarlat-la-Canéda (chef-lieu)
Code Insee 24520
Code postal 24200
Maire
Mandat en cours
Jean-Jacques de Peretti (UMP)
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Sarladais
Coordonnées
géographiques
44° 53′ 34″ Nord
       1° 12′ 55″ Est
/ 44.892778, 01.215278
44° 53′ 34″ N 1° 12′ 55″ E / 44.892778, 01.215278
Altitudes moyenne : 189 m
minimale : 102 m
maximale : 319 m
Superficie 47,13 km² (4 713 ha)
Population sans
doubles comptes
9 432 hab.
(2006)
Densité 200 hab./km²
Gentilé Sarladais, Sarladaises
Site www.sarlat.fr
Carte de localisation de Sarlat-la-Canéda
Maison de La Boétie

Sarlat-la-Canéda (en occitan : Sarlat e La Canedat) est une commune française, située dans le département de la Dordogne et la région Aquitaine.

Sommaire

Géographie

Sarlat-la-Canéda est située dans le Périgord Noir.

Histoire

Sarlat est une cité médiévale qui s'est développée autour d'une grande abbaye bénédictine d'origine carolingienne. Seigneurie monastique, elle atteignit son apogée au XIIIe siècle. L'origine de l'abbaye se perd dans les légendes. Elle existe au IXe siècle, faisant partie des six grandes abbayes du Périgord (avec Paunat, Belvès, Saint Front de Périgueux, Brantôme et Terrasson). L'abbaye carolingienne de Sarlat est la seule à avoir été épargnée par les Vikings car située à l'écart de la Dordogne et de ses affluents.

Elle a su demeurer indépendante et se plaça en 1153 sous la protection directe du Saint-Siège à Rome. Elle fut reconstruite à l'époque romane entre 1125 et 1160. En 1318, l'abbaye fut le siège du nouvel évêché créé par le Pape Jean XXII. L'église abbatiale devint la cathédrale du diocèse de Sarlat. Les évêques, remplaçant les abbés, commencèrent sa transformation architecturale qui fut achevée seulement à la fin du XVIIe siècle.

À partir du XIVe siècle, évêques et consuls se partagèrent le pouvoir jusqu'à la Révolution. Devenue cité épiscopale, Sarlat joua un rôle prééminent lors de la guerre de Cent Ans. Réserve d'hommes d'armes, de munitions et de vivres, la ville fortifiée fut également défendue par les châteaux situés aux alentours : Beynac, Castelnaud..., et put porter secours à d'autres villes assiégées par les Anglais : Belvès, Domme, Montignac. Elle devint cependant anglaise à la suite du Traité de Brétigny en 1360. Elle se rallia au roi de France dix ans plus tard lorsque le connétable du Guesclin repoussa les Anglais. La ville, tout en jouant le même rôle que précédemment, dut se rendre deux fois et souffrir des exactions du capitaine de Vivans et du vicomte de Turenne.

La Fronde mit fin à cette période favorable en 1652. Sarlat fut de nouveau occupée par les troupes de Condé. Elle s'en délivra dans le sang. La qualité architecturale de ses monuments et de ses immeubles atteste de son dynamisme et de sa capacité à se maintenir dans les grands courants économiques. La disparition du diocèse (rattaché à celui de Périgueux) à la Révolution lui retira sa prééminence. Devenue chef-lieu de district puis sous-préfecture, elle s'endormit, pendant près de 150 ans, pour se revivifier seulement depuis 40 ans.

Il est permis de penser qu'en France de nombreuses villes ont possédé d'aussi curieuses et pittoresques ruelles, d'aussi beaux monuments, mais le modernisme a détruit progressivement ces trésors du passé. Sarlat a été miraculeusement sauvée grâce à la loi promulguée le 4 août 1962 dite Loi Malraux. Cette loi sur la restauration des secteurs sauvegardés fut appliquée pour la première fois en France à Sarlat. Le centre de la petite cité médiévale avec ses 65 monuments et immeubles protégés servit d'opération pilote pour la mise au point des financements et des critères de restauration.

Depuis quelques années, le Sarladais — comme plus généralement le Périgord — devient une région très prisée des Anglais qui, attirés par le charme de la pierre marquée par l'histoire, viennent contribuer à l'enrichissement de cette zone traditionnellement rurale et permettent un échange culturel sans précédent, qui révèle sans doute les prémisses d'une ère nouvelle dans le cadre communautaire...

En 1965, les communes de Sarlat et de La Canéda fusionnent sous le nom de Sarlat-la-Canéda.

Blason

Blason Blasonnement
De gueules à la salamandre couronnée d'or sur un brasier du même, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys aussi d'or.
Commentaires : La Salamandre est l'emblème de la ville. On ne connait pas la date exacte de l'adoption de cet emblème. On sait en revanche que le blason de Sarlat-la-Canéda était auparavant un S majuscule correspondant à l'initiale du nom de la ville. A l'occasion de changements de frontières le S se transforma en Salamandre qui était l'emblème du roi François Ier. Cette transformation eut lieu probablement car la forme de la salamandre ressemble à un S et qu'ainsi la ville alliait la tendance du moment sans trahir les origines de son blason. Depuis la salamandre est restée sur le blason de Sarlat et se décline dans la ville sous diverses formes (sculptures sur les bâtiments, poinçons sur les pavés…)

Administration

Mairie
Logo de la commune
Palais de justice
Square du 8 Mai 1945
Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1977 1989 Louis Delmon PCF -
1989 en cours Jean-Jacques de Peretti UMP Conseiller d'état
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[1] et INSEE[2])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 877 5 924 5 263 5 529 6 056 5 669 5 941 6 119 5 800
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 223 6 331 6 822 6 255 6 554 6 457 6 069 6 615 7 225
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 535 6 195 6 481 6 469 6 497 6 541 6 982 7 108 7 073
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
7 150 8 801 9 765 9 670 9 909 9 707 9 432 [3] - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Transports

Économie

  • Tourisme:
– l'architecture de Sarlat en fait le site touristique le plus fréquenté de Dordogne et le quatorzième en France avec quelque 1 500 000 visiteurs chaque année;
– de nombreux visiteurs venus d'Europe du Nord (Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, etc.) visitent la région pendant les vacances;
– le festival des jeux de théâtre, créé en 1951 par Jacques Boissarie, attire beaucoup de voyageurs[4];
– un festival du film s'y tient tous les ans au mois de novembre depuis 1991.
  • Agriculture et élevage
– le tabac exploité depuis 1857 en Dordogne;
– le foie gras. Quelques grands fabricants ou importateurs et beaucoup de petits producteurs artisanaux gavent des oies et des canards pour l'élaboration du foie gras et d'autres produits (confits, pâté, etc.);
– la truffe, un produit très rare, est aussi le produit phare du Périgord noir.

Sarlat-la-Canéda possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de la Dordogne.

Sarlat et le cinéma[5]

Outre la présence d'un festival du film annuel, le patrimoine architectural du centre de Sarlat et de ses environs font de cette ville une des plus filmées de France. Elle est un lieu très prisée lorsqu'une reconstitution historique est nécessaire. Plus de 80 tournages se sont succédé dans la ville depuis 1945.

Parmi les films tournés à Sarlat, on note

Personnages célèbres

Monuments et lieux touristiques

La ville est classée ville d'art et d'histoire. Elle est réputée pour avoir la plus forte densité de monuments historiques classés ou inscrits au monde. Elle fait partie des Plus beaux détours de France[6].

Dans son palmarès 2008, le Conseil national des villes et villages fleuris de France [7] a attribué trois fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris.

Sport

Jumelages

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la Dordogne Portail de la Dordogne
  • Portail de l’Aquitaine Portail de l’Aquitaine
Ce document provient de « Sarlat-la-Can%C3%A9da ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sarlat-la-Caneda de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sarlat-la-canéda — Pays …   Wikipédia en Français

  • Sarlat la Canéda — Pays …   Wikipédia en Français

  • Sarlat-la-Canéda — Sarlat la Canéda …   Deutsch Wikipedia

  • Sarlat-la-Canéda — Saltar a navegación, búsqueda Sarlat la Canéda / Sarlat e La Caneda País …   Wikipedia Español

  • Sarlat-la-Canéda — Sarlat la Canéda, or simply Sarlat, is a commune in the Dordogne department in Aquitaine in southwestern France. Sarlat is one of the most attractive and alluring towns in southwestern France. Population (1999): 9,707.GeographyThe town of Sarlat… …   Wikipedia

  • Sarlat-la-Canéda — 44° 53′ 34″ N 1° 12′ 55″ E / 44.892778, 01.215278 …   Wikipédia en Français

  • Sarlat-la-Caneda — Original name in latin Sarlat la Canda Name in other language Sarla la Kaneda, Sarlat, Sarlat e La Canedat, Sarlat e la Canedat, Sarlat la Caneda, Sarlat la Canda, Sarlatum, sa la la ka nei da, sar la la kane da, sarura=ra=kaneda, Сарла ла Канеда …   Cities with a population over 1000 database

  • Sarlat-la-Canéda (Arrondissement) — Arrondissement Sarlat la Canéda Staat Frankreich Region Aquitanien Département Dordogne Unterpräfektur Sarlat la Canéda Einwohner – insgesamt …   Deutsch Wikipedia

  • Gare de Sarlat-la-Canéda — Sarlat la Canéda Localisation Pays France Ville Sarlat la Canéda Quartier des Pechs …   Wikipédia en Français

  • Liste des monuments historiques de Sarlat-la-Canéda — Ce tableau présente la liste de tous les monuments historiques classés ou inscrits dans la ville de Sarlat la Canéda, Dordogne, en France. En 1964, le centre ville de Sarlat est l un des tout premiers secteurs sauvegardés de France par… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.