Salle Le Peletier


Salle Le Peletier

Opéra Le Peletier

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Opéra de Paris.
Opéra Le Peletier Opéra de Paris
L'Académie impériale de musique vers 1865
L'Académie impériale de musique vers 1865

Type Opéra (salle à l'italienne)
Lieu Paris
Architecte(s) François Debret
Inauguration 19 août 1821
Fermeture 28 octobre 1873 (Incendie)
Capacité 1 800
Anciens noms Académie royale de musique (1821 à 1848),
Académie nationale de musique (1848 à 1851),
Académie impériale de musique (1852 à 1870),
Académie nationale de musique (1871 à 1873).
Résidence
Opéra national de Paris

L'Opéra Le Peletier[note 1] fut la salle de l'Opéra de Paris de 1821 jusqu'à sa destruction complète par un incendie en 1873.

Il était situé au 12 de la rue Le Peletier dans le IXe arrondissement[note 2] à Paris, près du boulevard des Italiens et à proximité de l'actuel hôtel Drouot.

Son nom officiel, gravé sur la façade, fut successivement : Académie royale de musique, de 1821 à 1848 ; Académie nationale de musique, de 1848 à 1851 ; Académie impériale de musique, de 1852 à 1870, et de nouveau Académie nationale de musique, de 1871 à 1873.

Sommaire

Historique

Construction

Edgar Degas, Le Foyer de la danse à l'Opéra de la rue Le Peletier (1872)
  • Période de construction : un an (13 août 1820-19 août 1821)
  • Architecte : François Debret
  • Emplacement : « La salle a été bâtie sur l'emplacement d'une partie des jardins de l'hôtel que le financier Laborde avait fait construire pour son usage personnel, vers 1785, dans la rue alors appelée de la Grange-Batelière (aujourd'hui rue Drouot). Laborde céda ensuite au duc de Choiseul cet hôtel, qui fut occupé en 1793 par le ministre de la guerre et, en 1804, par le gouverneur de Paris. L'hôtel est encore affecté à l'administration de l'opéra. » (1868)[1]. De forme rectangulaire, l'opéra comprenait :
    • à l'ouest : la façade, sur un petit côté, rue Le Peletier ; elle était ornée de huit statues (huit Muses ; celle de la musique manquait) ;
    • au nord : un grand côté donnant sur le trottoir sud de la rue Pinon (aujourd'hui rue Rossini) ;
    • à l'est : le petit côté arrière, limité par un passage, sombre et humide, qui servait d'entrée aux artistes. Ce passage, perpendiculaire à la rue Pinon, se situait approximativement à mi distance entre les deux rues actuelles Chauchat et Drouot.
    • au sud : un grand côté, bordé par le passage de l'Opéra amenant, par deux galeries parallèles, jusqu'au boulevard des Italiens.
  • Bâtiment : comme il s'agissait d'une salle provisoire (qui fut utilisée finalement plus d'un demi-siècle !), on réutilisa les matériaux de la salle Montansier (opéra de la rue de Richelieu), rasée sur ordre de Louis XVIII après l'assassinat du duc de Berry : les colonnes, le devant des loges, la coupole, les corniches, etc.[2]. La construction était légère :
« Pour les spectateurs assis au parterre, la salle Le Peletier est absolument la même que la salle Richelieu, seulement on a donné six places de plus à l'ouverture de l'avant-scène. Le théâtre est beaucoup plus profond que l'ancien, les corridors plus larges, une immense galerie servant de foyer au public ; telles sont les améliorations que l'on remarque dans la nouvelle salle ; mais gare à l'incendie ! Il serait effroyable. Cet édifice, n'ayant pas de murs pour contenir le feu, formera cheminée,... »[3]
  • Éclairage : au gaz (hydrogène).
  • Acoustique : « La salle de l'opéra est grande, riche, bien distribuée, a de vastes dégagements. Comme la construction en est extrêmement légère, elle est d'une remarquable sonorité. »[4]
  • Nombre de places : environ 1800[5].
Edgar Degas, Répétition de ballet (1873)
Edgar Degas, La Classe de danse (1875)

Inauguration de la salle

L'inauguration de la salle eut lieu le jeudi 16 août 1821, avec le programme suivant : Les Bayadères, opéra en trois actes de Charles Simon Catel sur un livret d'Étienne de Jouy d'après Voltaire et Le Retour de Zéphire, ballet en un acte de Pierre Gardel et Daniel Steibelt (1802).

Créations

Opéras

La grande salle en 1864.

C'est à l'Opéra Le Peletier qu'ont été créés, entre autres, les opéras suivants :

Ballets

Les premières ballerines de l'Opéra de Paris en 1832.

Événements marquants

  • 1822. Le 6 février 1822, le gaz fut utilisé pour la première fois pour éclairer les effets de scène, dans Aladin ou la Lampe merveilleuse, opéra-féérie en cinq actes de Nicolas Isouard et de Benincori, livret de Charles-Guillaume Étienne.
  • 1831-1835. C'est à l'époque du docteur Louis Véron que le foyer fut ouvert aux abonnés et qu'eurent lieu les grands bals masqués de l'époque romantique, dirigés par Philippe Musard.
  • 1858. C'est devant l'entrée de l'opéra où ils se rendaient en calèche, le 14 janvier 1858, que l'empereur Napoléon III et l'impératrice Eugénie subirent l'attentat d'Orsini. Les bombes que cet indépendantiste italien et ses deux complices lancèrent sur le cortège firent de nombreuses victimes et des dégâts importants, mais le couple impérial s'en sortit indemne et put se montrer à sa loge (voir le récit détaillé). Le spectacle continua selon le programme prévu[6], composé pour honorer le baryton Eugène Massol qui prenait sa retraite : fragments du deuxième acte de Guillaume Tell de Rossini ; dernier acte de Marie Stuart, tragédie en cinq actes de Schiller[note 5] ; extraits du ballet Gustave III ou le Bal masqué d'Auber (pas « chinois », pas « nouveau », pas « du Cheval de bronze »). C'est deux jours après l'attentat que Wagner arrive à Paris ; c'est son sixième séjour en France, au cours duquel il rend visite à Hector Berlioz, qui lui lit le poème des Troyens
  • 1861. Dans la nuit du 19 au 20 juillet, au moment de la sortie des spectacles, un incendie s'est déclaré dans le bâtiment du magasin de décors de la rue Richer, à l'angle de la rue du Faubourg-Poissonnière. Avec le bâtiment, disparurent 133 décors complets, dont ceux de Sémiramis, de La Juive, d’Orfa, de La Magicienne, de La Reine de Chypre, de La Sylphide, de Tannhäuser. Quelques-uns furent préservés, car ils étaient alors à l'opéra, notamment ceux de : Robert le Diable, Les Huguenots, Le Prophète, Herculanum, La Favorite.[7]
  • 1862. Le 15 novembre 1862, lors d'une répétition du ballet de La Muette de Portici, les vêtements de la danseuse Emma Livry prirent feu. Elle mourut après une agonie de huit mois.

Destruction

La salle fut totalement détruite dans la nuit 28 au 29 octobre 1873[note 6], par un incendie qui dura près de vingt-quatre heures et dont les causes sont restées inconnues.

  • Furent anéantis, avec le bâtiment : la machinerie de la scène, le magasin d'accessoires, les armures, le mobilier du théâtre et de la salle, le matériel d'éclairage, les bustes du foyer, entre autres celui de Gluck, chef-d'œuvre de Houdon, la statue assise de Rossini qui se trouvait derrière le contrôle, des instruments de musique ;
  • Furent préservés, grâce à Charles Nuitter, l'archiviste, et à M. Cœdès, le souffleur : tous les papiers historiques de la maison, les livrets, les partitions, la collection des affiches depuis l'an XII, le recueil des états d'émargement depuis 1749 contenant les autographes des artistes.

La destruction de l'Opéra Le Peletier eut plusieurs conséquences notables :

  • la construction de l'Opéra Garnier reprit activement, pour s'achever un an plus tard ; la nouvelle salle d'opéra de Paris fut inaugurée le 5 janvier 1875.
  • on en tira l'idée d'un réseau de bouches à incendie réparties sur les boulevards et artères de la ville.[8]
  • la place libérée permit un réaménagement du quartier, qui dura jusqu'en 1927 et qui comprit :

Galerie

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'Opéra Le Peletier en peinture

Edgar Degas, L’Orchestre de l'Opéra (1868-69)
Édouard Manet, Bal masqué à l'Opéra (1873)

Deux grands peintres ont représenté des scènes se déroulant à l'opéra Le Peletier : Edgar Degas et Édouard Manet.

Edgar Degas

  • L'Orchestre de l'Opéra, 1868-1869, huile sur toile, 53 x 45 cm, Musée d'Orsay, Paris. Au premier plan, Désiré Dihau ; à l'avant-scène, Emmanuel Chabrier ;
  • Musiciens à l'orchestre, 1870-1871 ;
  • Foyer de Danse, 1871, Metropolitan Museum of Art, New York ;
  • Le Ballet de « Robert le Diable », 1872, huile sur toile, 66 x 54,3 cm, Metropolitan Museum of Art ;
  • La Classe de danse, 1875, 85 × 75 cm, Musée d'Orsay ;
  • Le Foyer de la danse à l'Opéra de la rue Le Peletier, huile sur toile, 32 x 46 cm, Musée d'Orsay, 1872 ;
  • La Répétition, huile sur toile, 1873, 65 x 81 cm, Museums and Art Galleries Glasgow ;
  • Répétition de Ballet, 1873, 45,8 × 61 cm, Fogg Art Museum, Cambridge (Massachusetts) ;
  • Avant-première du ballet, 1873-1874 ;
  • Répétition d'un ballet sur la scène, 1874, huile sur toile, 65 x 81 cm, Musée d'Orsay ;
  • Examen de Danse, 1874.

Édouard Manet

  • Bal masqué à l'opéra, 1873, National Gallery of Art (Washington). Le peintre s'est représenté sur le tableau : c'est le deuxième personnage en partant de la droite, avec une barbe blonde ; il semble avoir laissé tomber sa carte au sol.

Notes

  1. ou Opéra de la rue Le Peletier
  2. Dans l'ancien découpage en arrondissements en vigueur jusqu'à l'extension de Paris du 1er janvier 1860, la salle était située dans le 2e arrondissement.
  3. Fin de l'ouverture écourtée et prolongée par le ballet La Bacchanale du Venusberg.
  4. La création eut lieu au Théâtre Lyrique le 19 mars 1859.
  5. Acte joué par la tragédienne Adélaïde Ristori, principale rivale de Rachel.
  6. Le soir du 29 octobre, devait être donnée la centième représentation d'Hamlet d'Ambroise Thomas.

Références

  1. Paris Guide, p. 834.
  2. Buguet, tome II
  3. Castil-Blaze, L'Académie impériale de musique de 1645 à 1855, tome II, 1855, p. 172 (cité par Buguet).
  4. Paris, Nouveau guide des voyageurs, p. 240.
  5. 1811 places, selon Paris, Nouveau guide des voyageurs, 1854 ; 1790 places, selon Paris Guide, 1867 ; 1954 places, selon de Lasalle, 1875.
  6. Roman Golicz, The English Life of Louis-Napoleon Bonaparte, Chapter 9 : « 1858: The Orsini Affair », Don Namor Press, 2007 ; Arthur Léon Imbert de Saint-Amand, La Cour du Second Empire (1856-1858), Dentu, 1898.
  7. Le Monde illustré, n° 224, 27 juillet 1861, p. 478.
  8. Dictionnaire de Paris, Larousse, 1964, p. 424.

Bibliographie

  • Paris, Nouveau guide des voyageurs, Bibliothèque des chemins de fer, Hachette, 1854.
  • Paris Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, première partie : La Science - L'Art, Librairie internationale, 1867.
  • Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, 8e édition, les éditions de minuit, 1985, ISBN 2-7073-1054-9. Vol. 2, ISBN 2-7073-1053-0
  • (fr) Georges Cain, À travers Paris, Flammarion, sd (1906 ?). Le chapitre Le passage de l'Opéra, p. 331-349, comprend de nombreuses illustrations. [1]
  • (fr) Albert de Lasalle, Les Treize Salles de l'Opéra, librairie Sartorius, 1875, p. 235-279. [2]
  • (fr) Henri Buguet, Foyers et Coulisses, histoire anecdotique des théâtres de Paris, Tresse éditeur, Paris, 1875 :
    • le tome 2, p. 268-284, couvre la période antérieure à la Révolution de juillet 1830 ; L'Opéra dans la nouvelle salle de la rue Le Peletier (16 août 1821) ;
    • le tome 3, p. 285-364, couvre la période s'étendant de la révolution de juillet 1830 à 1871 ; Direction du Dr Véron, etc.
  • Le Monde illustré, hebdomadaire, année 1861.
  • Jill DeVonyar et Richard Kendall, Degas et la danse, traduit de l'américain par Christine Piot, Éditions de La Martinière, 2004, ISBN 2-7324-3157-5.
  • Émile de Labédollière, Le Nouveau Paris, histoire de ses 20 arrondissements, illustrations de Gustave Doré, ch. V à VII, p. 134-138. Texte en ligne sur Gallica

Articles connexes

Liens externes

  • Images de l'Opéra Le Peletier sur le site Hector Berlioz [3].


  • Portail de l’opéra Portail de l’opéra
  • Portail de la musique classique Portail de la musique classique
  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail de Paris Portail de Paris
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Ce document provient de « Op%C3%A9ra Le Peletier ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Salle Le Peletier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Salle Le Peletier — The Théâtre Impérial de l’Opéra, the official title of the Paris Opera at that time (ca. 1865) The Salle Le Peletier (sometimes referred to as the Salle de la rue Le Peletier or the Opéra Le Peletier)[1] was the home of the Paris Opera from 1821… …   Wikipedia

  • Salle Ventadour — 48° 52′ 04″ N 2° 20′ 05″ E / 48.8677, 2.33485 …   Wikipédia en Français

  • Opéra Le Peletier — Pour les articles homonymes, voir Opéra de Paris. Opéra Le Peletier Opéra de Paris …   Wikipédia en Français

  • Le Peletier (métro de Paris) — Le Peletier …   Wikipédia en Français

  • Le Peletier (metro de Paris) — Le Peletier (métro de Paris) Le Peletier …   Wikipédia en Français

  • Le Peletier (métro parisien) — Le Peletier (métro de Paris) Le Peletier …   Wikipédia en Français

  • Le peletier (métro de paris) — Le Peletier …   Wikipédia en Français

  • Rue Le Peletier — 9e arrt …   Wikipédia en Français

  • Le Peletier de Saint-Fargeau — Louis Michel Lepeletier de Saint Fargeau Pour les articles homonymes, voir Le Peletier et Saint Fargeau (homonymie). Lepeletier de Saint Fargeau …   Wikipédia en Français

  • Louis-Michel Le Peletier de Saint-Fargeau — Louis Michel Lepeletier de Saint Fargeau Pour les articles homonymes, voir Le Peletier et Saint Fargeau (homonymie). Lepeletier de Saint Fargeau …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.