Place de Grève


Place de Grève

Place de l'Hôtel-de-Ville de Paris

4e arrt.
Paris street enseigne top.svg
Paris enseigne tl.gif
Paris enseigne tr.gif
place de l’Hôtel-de-Ville
Map pointer.svg
Paris plan wee green jms.jpg
Arrondissement(s) 4e Arrondissement
Quartier(s) Saint-Merri
Début 2 quai de Grèves et quai de l'Hôtel-de-Ville
Fin 31 rue de Rivoli
Longueur 155 m
Largeur 82 m
Dénomination 1803
Ancien(s) nom(s) place de Grève
Hôtel Ville Paris.jpg
La place de l'Hôtel-de-Ville
Paris enseigne bl.gif
Paris enseigne br.gif


La place de l’Hôtel-de-Ville, ancienne place de Grève jusqu'en 1830, est une place de Paris, en France (48°51′24.0″N 2°21′5.32″E / 48.856667, 2.3514778). Cette place est située sur les berges de la Seine, d'où son ancien nom (grève : terrain plat composé de graviers ou de sable en bord de mer ou de cours d'eau).

(M) Ce site est desservi par la station de métro : Hôtel de Ville.

Sommaire

Historique

L'ancien Hôtel de ville et place de grève vers 1610, gravure de ou d'après Claude Chastillon

Le site était occupé autrefois par une ancienne grève, donc une sorte de plage faite de sable et de gravier, d'où il était facile de décharger des marchandises arrivant par la Seine.

Ainsi, très vite s’y installe un port remplaçant le Port Saint Landry situé sur l’île de la Cité. Le port de la Grève devient le plus important de Paris : le bois, le blé, le vin, le foin y sont déchargés, facilitant ainsi l’installation d’un marché. C’est autour de ce port que va ainsi se développer sur la rive droite, un quartier très dense. L'Hôtel de Ville ne va pas tarder à s'y installer, devant laquelle s'étendait la "place de Grève" (un quart plus petite que l'actuelle place de l'Hôtel de Ville). Cet endroit était donc devenu le cœur de la cité.

Les ouvriers sans travail vont prendre l'habitude de s'y regrouper à l'aube à la recherche d'un employeur. Il s'agissait d'une main-d'œuvre sous-qualifiée et instable qui échappait au système des métiers réglés. Ainsi, la place de Grève est à l'origine du mot "gréviste", sur la base d'un contresens : il s'agissait de concentrations d'ouvriers qui ne travaillaient pas, mais qui étaient à la recherche d'un travail[1]. Ils allaient en Grève (d'où l'expression : se mettre en grève). Sous l'Ancien Régime, cette place servait aussi aux exécutions et aux supplices publics : Robert François Damiens, François Ravaillac entre autres y furent écartelés.

Liste non exhaustive d’exécutions sous l’Ancien Régime

1310 : Marguerite Porete (brûlée)
1549 : Jacques Ier de Coucy (décapité)
1559 : Anne du Bourg (pendu puis brûlé)
1574 : le Comte de Montgomery (décapité)
1602 : Guy Éder de La Fontenelle (roué vif)
1610 : François Ravaillac (écartelé)
1627 : François de Montmorency-Bouteville
1632 : Louis de Marillac (décapité)
1680 : Catherine Deshayes, dite la Voisin (brûlée)
1721 : Louis Dominique Cartouche (roué vif)
1757 : Robert François Damiens (écartelé)
1766 : Thomas Arthur de Lally-Tollendal (décapité)

La place de Grève sous la Révolution où fut utilisée pour la première fois la guillotine

Le 25 avril 1792, eut lieu en place de Grève la première exécution par guillotine. Le condamné, Nicolas Jacques Pelletier, était un simple voleur. La foule, accoutumée depuis le Moyen-Âge à des supplices plus « raffinés », se montra déçue de la rapidité du procédé. Le lendemain, une chanson courait les rues : Rendez-moi ma potence de bois, rendez-moi ma potence.

La guillotine place de Grève en 1794

La guillotine devait à nouveau être montée place de Grève, de novembre 1794 à mai 1795. Parmi les dernières têtes à tomber furent celles du député de la Convention Jean-Baptiste Carrier et de l'accusateur public Fouquier-Tinville.

Citations

Anne du Bourg, pendu puis brûlé place de Grève en 1559

Extrait du Livre Deuxième, Chapitre II, de Notre Dame de Paris de Victor Hugo (1831) :
« Il ne reste aujourd'hui qu'un bien imperceptible vestige de la place de Grève telle qu'elle existait alors. C'est la charmante tourelle qui occupe l'angle nord de la place, et qui, déjà ensevelie sous l'ignoble badigeonnage qui empâte les vives arêtes de ses sculptures, aura bientôt disparu peut-être, submergée par cette crue de maisons neuves qui dévore si rapidement toutes les vieilles façades de Paris.[...]
La Grève avait dès lors cet aspect sinistre que lui conservent encore aujourd'hui l'idée exécrable qu'elle réveille et le sombre Hôtel de Ville de Boccador, qui a remplacé la Maison-aux-Piliers. Il faut dire qu'un gibet et un pilori permanents, une justice et une échelle, comme on disait alors, dressés côte à côte au milieu du pavé, ne contribuaient pas peu à faire détourner les yeux de cette place fatale, où tant d'êtres pleins de santé et de vie ont agonisé ; où devait naître cinquante ans plus tard cette
fièvre de Saint-Vallier, cette maladie de la terreur de l'échafaud, la plus monstrueuse de toutes les maladies, parce qu'elle ne vient pas de Dieu, mais de l'homme. »

La place de l’Hôtel-de-Ville aujourd'hui

La place de l'Hôtel-de-Ville le 19 mars 1830, est devenue un espace réservé aux piétons depuis 1982. Aujourd'hui la place de l'Hôtel-de-Ville est un lieu d'animation :

Au printemps 2009, elle accueille pendant plus de mille heures la « ronde infinie des obstinés », formée d’universitaires se relayant pour protester contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités de Valérie Pécresse[2].

Articles connexes

Notes et références

  1. Robert Castel, La métamorphose de la question sociale, Paris, Gallimard, 1995
  2. Universités en lutte, Ronde infinie des obstinés : l’ultimatum des mille et une heures, publié le 4 mai 2009, consulté le 9 mai

Vue Satellite

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail de Paris Portail de Paris
Ce document provient de « Place de l%27H%C3%B4tel-de-Ville de Paris ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Place de Grève de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Place de Grève — Die Place de l Hôtel de Ville in Paris, bis 1803 Place de Grève, ist das alte wirtschaftliche und heutige kommunale Zentrum der Stadt. Der Platz liegt am Nordufer der Seine im Quartier Saint Merri des 4. Arrondissements. Er ist 155 Meter lang und …   Deutsch Wikipedia

  • Place de Grève (actuelle place de l'Hôtel de Ville) — Place de l Hôtel de Ville de Paris 4e arrt …   Wikipédia en Français

  • GRÈVE — La grève est un phénomène dualiste et paradoxal. Comment un phénomène de force peut il être saisi dans les mailles du droit? Alain eut des formules pour traduire cet impossible jeu: «Il me semble que faire grève c’est prendre le parti de forcer? …   Encyclopédie Universelle

  • Place de l'Hotel-de-Ville — Place de l Hôtel de Ville de Paris 4e arrt …   Wikipédia en Français

  • Place de l'Hôtel-de-Ville de Paris — 4e arrt …   Wikipédia en Français

  • Place de l'Hôtel de Ville — de Paris 4e arrt …   Wikipédia en Français

  • Place de l'hôtel-de-ville — de Paris 4e arrt …   Wikipédia en Français

  • Place de l’Hôtel-de-Ville — Place de l Hôtel de Ville de Paris 4e arrt …   Wikipédia en Français

  • Grève avec occupation — Grève Pour les articles homonymes, voir Grève (homonymie). La grève est depuis le XIXe siècle[1] une action collective consistant en une cessation concertée du travail par les salariés d une entreprise, d un secteur économique, d une… …   Wikipédia en Français

  • Grève permanente — Grève Pour les articles homonymes, voir Grève (homonymie). La grève est depuis le XIXe siècle[1] une action collective consistant en une cessation concertée du travail par les salariés d une entreprise, d un secteur économique, d une… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.