Robert Francois Damiens


Robert Francois Damiens

Robert François Damiens

Portrait de Damiens

Robert François Damiens, né le 9 janvier 1715 à La Thieuloye, près d'Arras (Pas-de-Calais) et mort le 28 mars 1757 à Paris, est célèbre pour avoir tenté d'assassiner le roi Louis XV et pour être la dernière[réf. nécessaire] personne à avoir été écartelée légalement en France, sous l'Ancien régime.

Sommaire

Biographie

Il fut d'abord soldat, puis serviteur dans un collège de Jésuites à Paris, dont il fut chassé pour inconduite. Il servit comme domestique chez de nombreux conseillers du Parlement de Paris, dont certains parmi les plus virulents contre le roi. Il était grand, mince et brun. Il avait un nez en bec d'aigle et son visage était marqué par la petite vérole. Il avait abandonné sa femme et sa fille. Il passait beaucoup de temps au Palais de justice, s'enquérant des nouvelles et jouant le coursier pour tel ou tel magistrat. En ces temps de conflit entre le Parlement et le roi, Damiens n'entendait que récriminations contre le roi et le cardinal de Fleury[1]. Prompt à s'échauffer, il en conclut que le roi devait être puni.

L'attentat

Le mercredi 5 janvier 1757, alors que la Cour était au Trianon, Louis XV rendit visite à sa fille, Madame Victoire, qui était restée alitée à Versailles. Alors qu'il allait regagner son carrosse, Damiens fendit la haie des gardes, le chapeau sur la tête, frappa le roi et recula par la trouée qu'il avait pratiquée. Louis XV crut d'abord à un coup de poing, puis trouva son côté ensanglanté. Les gardes saisirent alors Damiens et lui firent ôter son chapeau. Le roi cria alors « Qu'on le garde et qu'on ne le tue pas ! ». Il fut transporté à sa chambre. On fit appeler son premier chirurgien, qui se trouvait à Versailles.

L'arme du crime était un canif à deux lames, trouvé dans la poche de Damiens. Celle qui avait frappé le roi mesurait 8,1 cm. La blessure, située du côté droit, se trouvait entre la quatrième et la cinquième côte. Les nombreuses couches de vêtement notamment celles en soie, nécessaires à cause de l'hiver rigoureux, avaient amorti la plus grande force du coup. La Martinière, premier chirurgien, sonda la blessure : aucun organe n'était atteint. Il s'agissait donc d'une blessure sans gravité, à moins que la lame n'eût été empoisonnée préalablement. Un courtisan se précipita auprès de l'assassin que l'on avait traîné jusqu'à la salle des gardes. On l'interrogea, l'homme se récria : « Non, sur mon âme, je jure que non ». Pour la forme et parce que c'était le remède universel de l'époque, les médecins saignèrent le roi par deux fois.

Damiens, quand il avait été appréhendé par les gardes, s'était écrié « Qu'on prenne garde à M. le Dauphin ! » pour détourner l'attention. Néanmoins, on craignait l'existence de complices ou d'une conspiration. Le garde des Sceaux, Machaut d'Arnouville, arrivé peu de temps après, ordonna la torture. On appliqua sur les pieds de Damiens des pincettes rougies au feu, on lui entama profondément le tendon d'Achille, sans réussir à le faire parler. Dans l'après-midi du lendemain, Damiens fut transféré à la geôle de la prévôté de l'Hôtel.

Le procès

Robert François Damiens devant ses juges

À Paris, l'agitation était grande. Le peuple accusa d'abord les Britanniques, ensuite les Jésuites. Louis XV devina qu'il s'agissait d'un acte isolé. Il déclara tout de suite qu'il lui pardonnait. Il aurait sans doute préféré une peine symbolique pour une blessure bénigne. Il tâcha de maintenir la discrétion autour de l'événement, et refusa de faire chanter des Te Deum pour sa guérison. Légalement, le crime de Damiens relevait de la prévôté de l'Hôtel, chargée de la police dans les résidences royales. Cependant, il s'agissait d'une tentative de régicide, c'est-à-dire d'un crime de lèse-majesté. Les premiers conseils tenus par le Dauphin évoquèrent une commission de conseillers d'État et de maîtres des requêtes. L'abbé de Bernis objecta que le public en concevrait des soupçons. Il plaida en faveur du Parlement de Paris, et l'emporta.

Le 15 janvier, des lettres patentes ordonnèrent donc que Damiens serait jugé par la grande chambre du Parlement — au lieu de la Tournelle, salle ordinaire des audiences criminelles. Le chef d'accusation fut le parricide. Louis XV précisa en préambule :

« Les sentiments de religion dont nous sommes pénétrés et les mouvements de notre cœur nous portaient à la clémence. Mais nos peuples, à qui notre vie n'appartient pas moins qu'à nous-mêmes, réclament de notre justice la vengeance d'un crime commis contre des jours que nous désirons de conserver pour leur bonheur. »

L'éxécution de la sentence

Dans la nuit du 17 au 18 janvier, Damiens fut transféré à la Conciergerie — là où Ravaillac avait été enfermé. Comme il avait tenté de se suicider en se tordant les parties génitales, il fut constamment attaché sur son lit par un assemblage inouï de courroies de cuir qui lui tenaient chaque membre et étaient retenues par des anneaux scellés au plancher. Le procès s'ouvrit le 12 février. Il apparut rapidement que Damiens avait agi seul, mais à la suite des propos qu'il avait entendus. Damiens avoua : « Si je n'étais jamais entré dans les salles du palais, et que je n'eusse servi que des gens d'épée, je ne serais pas ici ». Dix audiences se passèrent et le 2 mars 1757, Damiens fut condamné, à « faire amende honorable devant la principale porte de l'église de Paris », où il devait être « mené et conduit dans un tombereau, nu, en chemise, tenant une torche de cire ardente du poids de deux livres » , puis « dans le dit tombereau, à la place de Grève, et sur un échafaud qui y sera dressé, tenaillé aux mamelles, bras, cuisses et gras des jambes, sa main droite tenant en icelle le couteau dont il a commis le dit parricide, brûlée au feu de souffre, et sur les endroits où il sera tenaillé, jeté du plomb fondu, de l'huile bouillante, de la poix résine brûlante, de la cire et souffre fondus et ensuite son corps tiré et démembré à quatre chevaux et ses membres et corps consumés au feu, réduits en cendres et ses cendres jetées au vent»[2]. À l'annonce de la sentence, Damiens eut cette phrase étonnante : « La journée sera rude ».

Le 28, la sentence fut exécutée, dans des conditions particulièrement atroces, le supplice dura des heures, au grand effroi des spectateurs. Les observateurs notent avec stupeur la capacité qu'ont les nombreuses spectatrices à suivre jusqu'au bout le supplice infligé par le bourreau Charles-Henri Sanson (père du futur guillotineur de Louis XVI), aidé de seize assistants[3].

Le 29 mars, on ordonna que la maison natale du régicide fût rasée avec interdiction de rebâtir. Sa femme, sa fille et son père furent bannis du royaume, sous peine de mort immédiate en cas de retour, et le reste de sa famille fut contraint de changer de nom.

Mouvement abolitionniste

Le dégoût inspiré par ce supplice suscita des critiques envers le supplice en soi. Il a également servi d'illustration au mouvement pour l'abolition de la peine de mort.

Note

  1. alsapresse
  2. Pièces originales et procédures du procès fait à Robert-François Damiens, 1757, tIII, p.372-374. in Surveiller et punir de Michel Foucault
  3. alsapresse

Voir aussi

  • Surveiller et punir (p. 9-12) est ouvert par la scène de torture de Robert-François Damiens, vue par l'officier Bouton, témoin supposé. Michel Foucault cite alors, comme l'indique la première note de l'ouvrage, Damien le régicide (1937) de A.L. Zevaes (p. 201-214).

Bibliographie

  • Michel Antoine, Louis XV, Fayard, Paris, 1989 (ISBN 2-213-02277-1).
  • Berthe Thelliez, L'homme qui poignarda Louis XV, Robert François Damiens, Tallandier, Paris, 2002.
  • Claude Quétel, « On a voulu tuer Louis XV ! », L'Histoire n° 316, janvier 2007, pp. 23-24.

Liens externes

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Robert Fran%C3%A7ois Damiens ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Robert Francois Damiens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Robert-François Damiens — Portrait de Damiens Robert François Damiens, né le 9 janvier 1715 à La Thieuloye, près d Arras (Pas de Calais) et mort le 28 mars 1757 à Paris, est célèbre pour avoir tenté d assassiner le roi Louis XV et …   Wikipédia en Français

  • Robert François Damiens — Saltar a navegación, búsqueda Robert François Damiens Robert François Damiens, nació en 1715 en La Thieulove, cerca de Arras (Pas de Calais) y murió en 1757 en París, fue el autor de la tentativa de asesinato contra Luis XV …   Wikipedia Español

  • Robert-François Damiens — The title of this article contains the character ç. Where it is unavailable or not desired, the name may be represented as Robert Francois Damiens. Robert François Damiens Robert François Damiens (9 January 1715 – 28 March 1757) was a French… …   Wikipedia

  • Robert Francois Damiens — Porträt von Damiens Robert François Damiens oder Damien (* 9. Januar 1715 in La Thieuloye bei Arras; † 28. März 1757 in Paris) war ein Franzose, der 1757 ein fehlgeschlagenes Attentat auf König Ludwig XV. unternahm. Er zählt zu den letzten… …   Deutsch Wikipedia

  • Robert François Damiens — Portrait de Damiens Robert François Damiens ou Damier, né le 9 janvier 1715 à La Thieuloye, près d Arras (Pas de Calais) et mort le 28 mars 1757 à Paris, est célèbre pour avoir tenté d assassiner le roi Louis XV et pour être la dernière personne… …   Wikipédia en Français

  • Robert François Damiens — Porträt von Damiens Robert François Damiens oder Damien (* 9. Januar 1715 in La Thieuloye bei Arras; † 28. März 1757 in Paris) war ein Franzose, der 1757 ein fehlgeschlagenes Attentat auf König Ludwig XV. unternahm. Er zählt zu den letzten… …   Deutsch Wikipedia

  • Damiens, Robert-François — ▪ French regicide born Jan. 9, 1715, La Tieuloy, France died March 28, 1757, Paris  French fanatic who in 1757 made an unsuccessful attempt on the life of King Louis XV.       Damiens, the son of a gatekeeper, held a succession of jobs as a… …   Universalium

  • DAMIENS, ROBERT FRANÇOIS —    the would be assassin of Louis XV., born near Arras; aimed at the king as he was entering his carriage at Trianon, but failed to wound him mortally; was mercilessly tortured to death; was known before as Robert le Diable; his motive for the… …   The Nuttall Encyclopaedia

  • Francois-Vincent Toussaint — François Vincent Toussaint François Vincent Toussaint (Paris, 21 décembre 1715   Berlin, 22 juin 1772) est un avocat, homme de lettres, traducteur et encyclopédiste français. Il est principalement connu pour son ouvrage Les Mœurs, qui… …   Wikipédia en Français

  • François-vincent toussaint — (Paris, 21 décembre 1715   Berlin, 22 juin 1772) est un avocat, homme de lettres, traducteur et encyclopédiste français. Il est principalement connu pour son ouvrage Les Mœurs, qui fut frappé d interdiction dès sa parution en 1748 et sa …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.