Meymac

Meymac

45° 32′ 12″ N 2° 08′ 52″ E / 45.536667, 2.147778

Meymac
Panorama vu du sud
Panorama vu du sud
Administration
Pays France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Ussel
Canton Meymac
(chef-lieu)
Code commune 19136
Code postal 19250
Maire
Mandat en cours
Serge Vialle
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Ussel - Meymac - Haute-Corrèze
Démographie
Population 2 643 hab. (2007)
Densité 30 hab./km²
Gentilé Meymacois, Meymacoise
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 12″ Nord
       2° 08′ 52″ Est
/ 45.536667, 2.147778
Altitudes mini. 593 m — maxi. 976 m
Superficie 87,15 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Meymac (Maismac en occitan) est une commune française, située dans le département de la Corrèze et la région Limousin. Elle est devenue une des portes du parc naturel régional de Millevaches en Limousin.
Sur le territoire de la commune se trouve le point culminant du département, le mont Bessou.

Les habitants de Meymac sont appelés les « Meymacois[1] » et les « Meymacoises ».

Sommaire

Géographie

Géographie physique

Situation

La commune de Meymac se situe sur la Luzège en Corrèze sur les contreforts sud du plateau de Millevaches, à une altitude de 656 m environ. Elle est d'une très grande superficie[2] : 8 715 ha (pour 10 500 ha à Paris).

Un grand nombre de cours d'eau traversent la commune, les principaux sont la Vézère, la Luzège et la Triouzoune. Les autres sont le ruisseau des Maisons, le Cheny (ou ruisseau des Farges), le Chassagnoux, le ruisseau du Rebellier, la Come, le Cloup, le Merlançon, le Noir, le Riou Tras, la Jarrige, le ruisseau des Aiguettes, la Bessade, la Vialle, la Nauche, le ruisseau des Recours…

Climat

L'importante superficie de la commune et son altitude qui varie de 600 à 1 000 m procurent à Meymac plusieurs microclimats : climat de montagne rigoureux à tendance océanique très humide vers le mont Bessou, climat beaucoup plus clément dans le bourg qui est orienté au Sud, et dans d'autres vallées. Lorsque les températures baissent, les gelées sont nombreuses et les chutes de neige fréquentes. L'air très pur est caractérisé par la présence de populations d'une espèce déterminante de lichens, Lobaria scrobiculata[3].

Géologie

La mine des Chèzes[4] (un kilomètre au sud de Meymac) fut la première mine de bismuth découverte en France. Elle est aujourd'hui fermée.
Meymac a donné son nom à la meymacite[5],[6], un ferritungstite découvert près de l'étang du Merlançon.

Géographie humaine

Transports

Voies ferrées

C'est en 1883 que la ligne Limoges-Meymac[7] arrive à Meymac. La gare de Meymac se trouve sur une des principales lignes transversales : la ligne Lyon-Bordeaux, qui comporte à Meymac un embranchement vers Limoges. Le train rapide entre Bordeaux et Clermont-Ferrand prend le nom de Ventadour.
Ce fut un nœud ferroviaire notable à l'époque du PO et du PLM. Elle reste toujours une gare importante du TER Limousin. Meymac comporte également une halte au nord-ouest du bourg, le Jassonneix, sur la ligne de Limoges.

Routes et autoroutes

La RD 979 (anciennement RN 679) qui relie Limoges à Bort-les-Orgues traverse la commune.
Accès par l'autoroute A89 par la sortie sortie 23 Ussel-Ouest située sur la commune de Saint-Angel à 8 km au sud.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008[8] Serge Vialle . .

Jumelages

Démographie

Évolution démographique
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 -
Population 2 411 2 410 2 434 2 523 2 796 2 623 2 661 2 643[9] -
Notes, sources, ... De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; à partir de 2006 : population municipale légale.
Source : INSEE [10]

Histoire

Quelques repères historiques
  • En 1085, Archambaud III, vicomte de Comborn, fonde un monastère qui est érigé en abbaye en 1147. Au début du XIIe siècle des reliques de saint Léger y sont reçues comme don, l’abbaye voit alors affluer de nombreux pèlerins. En 1265, Eble VII de Ventadour octroie aux habitants une charte de franchises, Meymac devient une ville protégée par des remparts. En 1379, la cité est pillée par Geoffroy Tête noire et sa bande de routiers. En 1633, la peste décime la population, la ville ne retrouvera plus jamais son prestige passé.
  • En 1846, les communes de Saint-Germain-le-Lièvre et de Meymac fusionnent.
  • Aujourd’hui, Meymac est considéré comme la porte d’entrée du plateau de Millevaches, devenant ainsi une cité touristique importante en Haute-Corrèze.

Héraldique

Selon d'Hozier, la ville porte : d'azur, à trois pals ondés d'argent.

Culture et Patrimoine

Bourg de Meymac

Le chevet de l'église et l'aile de l'abbatiale qui abrite le musée Marius-Vazeilles.
Le clocher-porche de l'église abbatiale Saint-André et Saint-Léger (à gauche de la photo, un angle de la halle du XVe siècle) - 2000.
  • L'abbaye Saint-André-Saint-Léger de Meymac, classée monument historique en 1840. Le 3 février 1085, Archambaud III, vicomte de Comborn fonde une église et un prieuré, où l'on suit la règle de Saint-Benoît, et qui devient abbaye en 1146.
  • Le Centre d'art contemporain[11] dans les locaux de l'abbaye. Créé en 1982. Expositions temporaires. Calendrier monumental de l'Avent à travers les fenêtres de l'abbaye (une fenêtre s'allume chaque soir).
  • Le musée Marius Vazeilles, place du Bûcher. Collections d'outils des époques paléolithique, néolithique, mobilier funéraire gallo-romain. Objets de la vie courante rurale du plateau de Millevaches.
  • L'Hôtel-Dieu (reconstruit en 1681). Fronton gravé : « Hospitum hic, alibi patria » qui signifie : « Un asile, la patrie est ailleurs ».
  • La halle. Elle date du XVe siècle et son emplacement se trouve sur le côté droit de l'église. Reconstruite en 1826 et déplacée vers son emplacement actuel. La toiture en ardoise date de 1880, l'ancienne était réalisée en bardeaux. Très belle charpente.
  • Hôtel des ducs de Ventadour. Tour carrée à escalier et fenêtre à moulure.
  • Rue neuve. Une des maisons des Ventadour, tour, portes, fenêtres à meneaux. Porte du XVIe siècle.
  • Rue Saint-Pierre. Vieille maison à pans de bois et turgotière, nom donné aux lieux de la région auxquels s'intéressa Turgot, lorsqu'il fut intendant à la généralité de Limoges.
  • Rue de Lachenal. Ancien canal avec moulins, maison à tour du XVIIe siècle.
  • L'hôtel de ville. Emplacement de l'ancien château où en l'an 1795 cinq personnes furent guillotinées.
  • Le beffroi. Tour de guet de l'ancienne fortification du XVe siècle ou XVe siècle.
  • Le château des moines Larose. En 1878 Jean Gaye-Bordas, négociant en vin, acheta le terrain contigu à l'abbaye, et y fit construire une maison à tourelles de style néo-médiéval.
  • Le château du Jassonneix, qui abrite le prieuré Sainte-Marie du Jassonneix.

Aux alentours

La commune de Meymac comporte de vastes étendues plus ou moins sauvages. De nombreuses zones sont protégées. On y trouve de nombreuses tourbières, quelques landes (puy de la Feuillade notamment), des hêtraies à houx, des ripysylves, des chênaies, des plantations de résineux (douglas, épicéas, sapins).

Le GR 440 traverse Meymac, et de nombreux autres circuits de promenade ont été créés.

  • Le puy Pendu est le deuxième plus haut point de Corrèze et se trouve aussi sur la commune.
  • Le viaduc des Farges, long de 210 m, comporte onze arches d'une hauteur de 34,5 m[13].
  • La douglaseraie des Farges[14] : c'est une forêt domaniale de dix hectares, plantée en 1895. Ces douglas verts atteignent une hauteur de 50 m et un volume supérieur à 15 m³ ; plusieurs ont fait l'objet de mesures, le plus haut dépasse les 56 m pour un diamètre de 1,04 m.
  • La route des hêtres, ancienne RN 679, offre une magnifique vue sur la vallée des Farges et, au-delà, vers les monts du Cantal[15].


La commune est une ville fleurie ayant obtenu deux fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris[17]. Elle a conservé cette reconnaissance en 2008[18].

Économie

Bois

L'économie meymacoise est fortement liée au secteur bois et bois-énergie. L'école forestière de Meymac, créée en 1957, est réputée dans toute la France[19]. La zone d'activités de Maubech cherche à promouvoir l'implantation d'entreprises liées à la transformation du bois (scierie, fabrique de poteaux téléphoniques).

Industrie pharmaceutique

En 1990, le groupe américain Bristol-Myers-Squibb (BMS), un des leaders de l'industrie pharmaceutique implante un site de production à Meymac. L'usine est spécialisée dans la fabrication et le conditionnement de médicaments destinés à la prévention et au traitement du VIH et du sida ; y sont aussi fabriqués des médicaments pour traiter les maladies cardio-vasculaires, la douleur ou la dépression.

Après plusieurs mois d'incertitude, le 25 septembre 2008, la fermeture du site et le transfert d'une partie de ses activités sur le site UPSA d'Agen sont confirmés pour 2010[20].
Le 16 janvier 2010, la reprise du site par les laboratoires algériens Salem est officialisée[21] et, le 25 juin, l'usine ferme officiellement ses portes, sans que le projet de reprise par Salem soit finalisé, après avoir été modifié plusieurs fois[22].
Ce n'est que le 28 septembre 2010 que l'accord de cession (pour 1 € symbolique) est signé entre les deux groupes pharmaceutiques. Le projet présenté par Salem consiste en un redémarrage de l'usine avec une vingtaine de salariés (remise en état des installations), le retour de la production n'étant pas envisagé avant le premier semestre 2011[23]. À terme, il est prévu que Salem revienne, sur le site de Meymac, à un niveau d'emploi similaire à celui de BMS.

Vie locale

  • Journées artisanales d'Art (3e week-end d'août).
  • Une foire se tient sur la Grand Rue les 1e et 3e vendredis du mois.
  • Un petit marché près de la croix des Épines a lieu tous les dimanches matins.
  • L'été, l'ancienne halle accueille le marché dynamique des producteurs de pays les mercredis après-midi.

Sports

  • Club de football et de rugby. Handball féminin.
  • Centre équestre.
  • Randonnées (une vingtaine de circuits proposés)[24].

Formation

La commune possède :

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Meymac de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Meymac — (Maismac) …   Deutsch Wikipedia

  • Meymac — Meymac …   Wikipedia

  • Meymac — Maismac Escudo …   Wikipedia Español

  • Meymac — (spr. Mehmak), Stadt an der Luzege im Arrondissement Ussel des französischen Departements Corrèze; Schafzucht, Steinkohlenwerke; 3400 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Meymac — (spr. mämáck), Stadt im franz. Depart. Corrèze, Arrond. Ussel, am Fuße des Mont Besson oder Signal de M. (984 m) und des Mont de M. (97 im), an der Orléansbahn, hat eine ehemalige Benediktinerabtei mit romanischer Kirche (12. Jahrh.), Bergbau auf …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Meymac — Original name in latin Meymac Name in other language Maismac, Mejmak, Meymac, mei ma ke, Меймак State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 45.53487 latitude 2.14502 altitude 661 Population 3048 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Canton De Meymac — Administration Pays France Région Limousin Département Corrèze Arrondissement Ussel Code cantonal 19 17 Chef lieu …   Wikipédia en Français

  • Canton de meymac — Administration Pays France Région Limousin Département Corrèze Arrondissement Ussel Code cantonal 19 17 Chef lieu …   Wikipédia en Français

  • Canton de Meymac — Administration Pays France Région Limousin Département Corrèze Arrondissement Ussel Code canton …   Wikipédia en Français

  • Kanton Meymac — Region Limousin Département Corrèze Arrondissement Ussel Hauptort Meymac Einwohner 4.741 (1. Jan. 2008) Be …   Deutsch Wikipedia


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»