Lucon (Vendee)


Lucon (Vendee)

Luçon (Vendée)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luçon.
Luçon
Armoiries
Administration
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Luçon (chef-lieu)
Code Insee abr. 85128
Code postal 85400
Maire
Mandat en cours
Pierre-Guy Perrier
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Pays né de la mer
Démographie
Population 9 682 hab. (2006[1])
Densité 307 hab./km²
Gentilé Luçonnais, Luçonnaise
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 20″ Nord
       1° 09′ 53″ Ouest
/ 46.4555555556, -1.16472222222
Altitudes mini. 1 m — maxi. 40 m
Superficie 31,52 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Luçon est une commune française située dans le département de la Vendée et la région Pays de la Loire. Les habitants s'appellent les luçonnais et les luçonnaises.

Sommaire

Géographie

Situation

Luçon est située dans la grande plaine de la Vendée, au sud du bocage vendéen. Le marais poitevin est à ses frontières au sud. Le littoral Atlantique est à une vingtaine de kilomètres à l’ouest. Quatre grandes villes l’entourent. La Roche-sur-Yon, préfecture du département de Vendée au nord à 33 km, Fontenay-le-Comte chef-lieu d’arrondissement à l’ouest à 29 km , les Sables d’Olonne également chef-lieu d’arrondissement à l’ouest à 49 km et au sud dans le département voisin, la Rochelle, chef lieu du département de la Charente-Maritime à 41 km.

Géologie et relief

La lisière méridionale du bocage qui marque le début de la plaine était la limite du continent au cours du jurassique (ère secondaire). La plaine était à l’ère quaternaire envahie par la mer.

Voies de communication et transports

Infrastructures routières

Luçon est située au carrefour d’un axe qui relie Fontenay-le-Comte aux Sables d’Olonne et d’un axe nord sur qui relie Chantonnay à La Rochelle. De plus elle est reliée au chef de lieu de la Roche sur Yon. Une route nouvellement aménagée la contourne par le nord.

Infrastructures ferroviaires

La voie ferrée Nantes Bordeaux dessert la ville depuis 1871. Les deux voies furent mises en service en 1922. En 1881, le port fut relié à la ligne Nantes-Bordeaux par un embranchement ferré de 2.500 m. A cette voie ferrée se sont substitués l'actuel boulevard de l'océan et le chemin du Fief du Quart.

Infrastructures aéroportuaires

L’aéroport La Rochelle-Île de Ré situé à 45 km de Luçon relie les grandes métropoles françaises. Il relie également les grandes métropoles britanniques et belges. L’aérodrôme de Luçon-Chasnais situé à 4 km de Luçon est privé. Il s’agit d’un village aéronautique construit à partir de 2000. Il comporte 28 lots constitués de maison individuelle, d’un hangar pour un avion et d’un accès à la piste. Celle-ci appartient au village et à ses copropriétaires.

Infrastructures maritimes

Il ne reste plus que les vestiges d’un port de mer, comblé en 1973. Il sert aujourd’hui de parking et d’aire de jeux.

Histoire

Née de la mer et de la volonté des hommes, Luçon a toujours été liée à l'Océan. La ville est apparue sur les rives du golfe des Pictons ; lorsque la mer s'est retirée brusquement au X° siècle[2], et suite aux mouvements telluriques de la Toussaint 1429[3],Luçon lui resta liée par un canal aménagé à partir d'un écours naturel. Au Moyen Âge, ses moines contribuèrent à l'aménagement de grands marais qui s'étendent à perte de vue jusqu'à l'Océan.

Réaménagé au début du XIXe siècle son port développa son activité avec l'Europe du Nord ; à l'époque, il était l'un des débouchés des blés de la plaine vendéenne.

Aux XIXe siècle et XXe siècle, des familles luçonnaises édifièrent les premiers chalets de La Tranche-sur-Mer.

Article détaillé : Bataille de Luçon.

Capitale spirituelle du Bas-Poitou

Un monastère est fondé par saint Philbert au VIIe siècle. Déjà pillée par les Normands en 846[4], la ville est à nouveau attaquée en 853 : le chef viking Hasting prend la ville et la pille. Un autre chef viking, recruté par le comte de Poitiers, arrive avant qu’il n’ait quitté la place, et l’assiège dans la ville. Hasting réussit néanmoins à négocier et à quitter la ville, qu’il laisse incendiée[5].

Devenue évêché par la volonté du pape Jean XXII, la cité est la capitale spirituelle du Bas-Poitou. Avant de devenir ministre de Louis XIII, le grand maître de la diplomatie française, le cardinal de Richelieu fut l'évêque réformateur de Luçon. On lui attribue d'avoir qualifié Luçon « d'évêché le plus crotté de France ». Il s'appliqua à rebâtir la ville détruite par les guerres de religion. Il se préoccupa de la formation des prêtres de son diocèse en écrivant un catéchisme, et en organisant des visites pastorales.

Napoléon III offrit à la Cathédrale le très bel orgue romantique de Cavaillé-Coll.

Goudji, orfèvre contemporain, a été choisi pour doter le chœur d'un nouveau mobilier.

Ville des jardins romantiques

Ville épiscopale, Luçon a longtemps été la résidence des gens de la bonne société provinciale, ce dont témoigne la présence de riches demeures aux toits d'ardoise.

Au XIXe siècle, certains constructeurs, inspirés par les récits de Victor Hugo et d'Alexandre Dumas[réf. nécessaire], donnèrent à quelques édifices une allure médiévale avec tours et gargouilles. Les tombes du cimetière historique de Luçon reflètent également ce goût néo-gothique. L'évêque, lui-même, fit construire le collège Richelieu dans le style des « public schools » anglaises[6] : les séminaristes du diocèse étudieront plus tard dans cet univers digne de Walter Scott. C'est alors que Luçon devint la ville verte telle qu'on la connaît aujourd'hui. Hyacinthe Dumaine offrit son Jardin à la Ville.

Ville fleurie

Luçon a été récompensée par 3 fleurs (Ville fleurie.svgVille fleurie.svgVille fleurie.svg) au Concours des villes et villages fleuris (palmarès 2008).

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
avant 1703 après 1703 Daniel Perrot
avant 1710 après 1710 Pierre Coutouly
avant 1773 après 1773 Philippe Chauveau Avocat
1790 15 août 1791 Claude-Aimé Avron Avocat au Parlement et chargé d'affaires de l'évêque de Luçon
15 août 1791 26 novembre 1791 Jean-Claude Pillenière Notaire
1805 Chauveau
avant 1807 Ch. Poictevin de la Rochette
avant 1808 après 1808 Duvivier
1815 1818 Charles Poictevin de La Rochette
avant 1827 après 1827 Bonavanture Aimé Benjamin de Maynard
avant 1829 après 1829 Augustin de Surineau
avant 1831 après 1831 Beaussire
avant 1866 1878 François Gaudineau Bonapartiste Sénateur de la Vendée, président du conseil général de la Vendée
1878 1907 Prosper Deshayes Radical socialiste Notaire,
Président du conseil général de la Vendée, député
1908 1919 Benjamin Ayraud
1919 1930 Georges Lafontaine
1930 1935 Léon Roturier
1935 1941 Louis Boisselet
1941 1943 Gaston Gibaud
1943 1944 Léandre Épron
1944 1947 Adolphe Paboeuf Médecin
1947 1953 Gustave Nicollon des Abbayes Médecin
1953 1971 Pierre Nau Radical socialiste Conseiller général
1971 1993 Jean de Mouzon Radical de gauche Pharmacien,
Conseiller général
1993 1995 François Dauvergne Divers gauche Commerçant, maire honoraire (2003)
1995 2001 Dominique Souchet MPF Fonctionnaire des Affaires étrangères,
Député européen, conseiller général
Mars 2001 En cours Pierre-Guy Perrier [7] UMP Pharmacien
Conseiller régional
Toutes les données ne sont pas encore connues.

d'après : Maires et communes de Vendée au XXe siècle, par Isabelle Soulard, Association des Maires de Vendée, 2002.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[8] et INSEE[9])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 180 2 632 2 963 3 739 3 786 3 761 4 028 4 563 4 810
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 134 5 637 6 003 6 062 6 247 6 339 6 506 6 536 6 745
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 757 6 766 6 759 6 663 6 462 6 648 7 035 7 526 7 839
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009 - -
7 599 8 243 9 002 9 066 9 099 9 311 10 053 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Lieux et monuments

La ville est le siège d'un évêché dont le titulaire le plus célèbre était le cardinal de Richelieu.

  • Bas-relief de Joël Martel, à l'entrée du Groupe Scolaire du Centre, rue Dr Pabeuf ;
  • Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption;
  • Cloître de l'évêché, XVIe siècle ;
  • Chapelle des Ursulines, XVIIe siècle ;
  • Chapelle du Carmel, 1847, de style du XIIIe siècle ;
  • Chapelle Sainte-Madeleine, attenante à l'hôpital, XVe siècle ;
  • Chapelle Sainte-Thérèse (1925) ;
  • Château de Mille-Souris (actuelle maison de retraite des missionnaires de la Plaine); anciennement hôtel de Maupas, cette maison a probablement été construite à la fin du XVIIe siècle. Sa porte principale s'inspire de la façade baroque de la cathédrale ;
  • Château d'eau du début du XXe siècle;
  • Cimetière historique;
  • Distillerie Vrignaud, bâtiments industriels du XIXe siècle;
  • Grand séminaire ou Collège Richelieu, 1847;
  • Jardin Dumaine;
  • Statue de Richelieu, érigée en 1935, située place Richelieu;
  • Ancien port, comblé dans les années 1970;

Personnalités liées à la commune

Établissements scolaires

Luçon est située dans l’académie de Nantes

Liste des établissements scolaires
Écoles maternelles Écoles élémentaires Collèges Lycées Enseignement supérieur
Secteur publique École Jean-Moulin Collège Émile Beaussire Lycée Atlantique
École Le Centre Collège Le Sourdy Lycée Agricole de Luçon-Pétré
École Les Carrières
Secteur privé École Sainte-Ursule Collège-lycée Sainte-Ursule École de journalisme de l'Ouest
École Sainte-Anne Sacré-Coeur
École Notre-Dame


Enseignement primaire

Les écoles maternelles sont au nombre de 7, réparties à peu près entre le public et le privé.

Enseignement secondaire

  • Le lycée polyvalent Atlantique assure l’enseignement des sections générales, technologiques et professionnelles. Son taux de réussite au baccalauréat est de 89% (statistiques 2009[1]).
  • Le lycée agricole de Pétré forme à la production agricole, horticole et à l’aménagement paysager. Il existe depuis 1887 et est situé à Pétré sur le territoire de la commune de Ste-Gemme-la-Plaine.
  • Le collège Émile Beaussire assure la formation de la 6ème à la 3ème pour 300 élèves environ. Il date de 1938. Le taux de réussite au brevet des collèges est de plus de 88% (statistiques 2006).
  • Le collège le Sourdy s’est ouvert en 1970. Il s’est enrichi en 1985 d’une section d’enseignements généraux et professionnels adaptés.
  • Le collège et le lycée privé Sainte Ursule forme plus de 900 élèves dont plus de 600 au collège et plus de 300 au lycée d’enseignement général et professionnel (2009). Il dispose d’un internat. Son lycée professionnel prépare le C.A.P. Dessinateur d’exécution en communication graphique. Le taux de réussite au baccalauréat est plus de 97%, au brevet des collèges plus de 99% et au CAP plus de 83% (statistiques 2009[2]).

Enseignement supérieur

  • Le lycée polyvalent Atlantique prépare aux brevets techniques supérieurs (BTS) du tourisme et des loisirs. Le taux de réussite est de plus de 89% (statistiques 1999).
  • Le lycée agricole de Pétré forme au BTS agricole.
  • L’École de Journalisme de l’Ouest et née en 2003 et assure un cursus en deux années.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources de l’article

Notes

  1. populations légales 2006 sur le site de l’INSEE
  2. Henri Bourgeois, Chroniques luçonnaises, Paris Res Universis, édité en 1902, rassort de l'édition 1993, (ISBN 2-7428-0137-5), p 81
  3. Guide bleu des Pays de la Loire, Hachette, 1989
  4. Prosper Boissonnade, Histoire de Poitou, Pyrémonde/Princinègue, 2005 (ISBN 2-84618-205-1), p 49
  5. Michel Dillange, Les Comtes de Poitou, Ducs d'Aquitaine (778-1204), Geste éditions, coll. « La Crèche », 1995, 304 p. (ISBN 2-910919-09-9), p. 56 .
  6. Abbé J. Corblet, Revue de l'Art chrétien Tome II, Paris, 1858, p 502
  7. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  8. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  9. Luçon sur le site de l'Insee


  • Portail de la Vendée Portail de la Vendée
Ce document provient de « Lu%C3%A7on (Vend%C3%A9e) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lucon (Vendee) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Luçon (Vendée) — Pour les articles homonymes, voir Luçon (homonymie). 46° 27′ 20″ N 1° 09′ 53″ W …   Wikipédia en Français

  • Lucon — Luçon Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Luçon (Vendée) : commune française de la Vendée, Luçon (Philippines) : Île principale des Philippines. Louis Joseph Luçon :… …   Wikipédia en Français

  • Lucon — Luçon heißt in der Geografie: Kanton Luçon in Frankreich Luçon (Vendée), französische Gemeinde Luçon ist der Familienname von Louis Luçon (1842–1930), französischer römisch katholischer Kardinal Siehe auch: Luzon …   Deutsch Wikipedia

  • Luçon — heißt in der Geografie: Kanton Luçon in Frankreich Luçon (Vendée), französische Gemeinde, Hauptort im Kanton Luçon Luçon ist der Familienname von Louis Luçon (1842–1930), französischer römisch katholischer Kardinal Siehe auch: Luzon …   Deutsch Wikipedia

  • Luçon (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Luçon (Vendée) : commune française de la Vendée, Luçon : Île principale des Philippines. Louis Joseph Luçon : archevêque de Reims Voir… …   Wikipédia en Français

  • Vendee Lucon Football — Vendée Luçon Football Vendée Luçon Football Club fondé le 1924 …   Wikipédia en Français

  • Vendee — Vendée (département) Pour les articles homonymes, voir Vendée. Vendée Fichier:Blason dpt fr 85 Vendée.svg …   Wikipédia en Français

  • Luçon — • Embraces the Department of La Vendée Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Lucon     Luçon     † …   Catholic encyclopedia

  • Luçon — Escudo …   Wikipedia Español

  • Vendée Globe — Logo du Vendée globe Type : En solitaire, sans escale et sans assistance …   Wikipédia en Français