Claude Francois

Claude François

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claude François (homonymie).
Claude François
Naissance 1er février 1939
Ismaïlia, Égypte Égypt
Décès 11 mars 1978
Paris, France France (à 39 ans)
Profession(s) Chanteur
Producteur
Genre(s) Variété française
Disco
Années actives 1962 - 1978
Label(s) Fontana, Philips, Flèche

Claude François, surnommé Cloclo (1939-1978), est un chanteur français des années 1960 et 1970.

Né le 1er février 1939 près du lac Timsah, à Ismaïlia en Égypte, il est mort accidentellement le 11 mars 1978 à l'âge de 39 ans à Paris.

Entre le début de sa carrière artistique, entamée le 27 septembre 1962, et la fin de l'année 2005, Claude François a enregistré 277 chansons en français et 119 en langues étrangères et a vendu 61 352 000 disques, dont plus de 20 millions en France. Il s'est produit 1 188 fois sur scène (entre le 18 décembre 1962 et le 24 février 1978, date de son dernier concert, au Palais des sports de Lyon) et est apparu 313 fois à la télévision (France, Belgique, Canada, Italie, Espagne, Angleterre), du 21 janvier 1963 au 26 février 1978. Il a fait la couverture de 219 magazines de son vivant et de 186 autres entre mars 1978 et mars 2006[1] et a été l'objet de 73 livres et biographies depuis sa mort[2].

Il existe environ 2 500 versions de la chanson Comme d'habitude (My Way en anglais), dont Claude François est le co-auteur, le co-compositeur et le co-éditeur.

Sommaire

Famille

Il porte les prénoms Claude, Antoine, Marie. Il était de tradition chez les François d'appeler les garçons par un prénom commençant par un A, mais Chouffa, sa mère, sut imposer le prénom de « Claude ». Antoine fut donc attribué en deuxième prénom et Marie, le prénom de la Vierge, en troisième pour protéger l'enfant.

  • Son père, Aimé, d'origine lyonnaise, est contrôleur du trafic sur le canal de Suez lors de la naissance de Claude le 1er février 1939, à Ismaïlia, en Égypte.
  • Sa mère, Chouffa, alias Lucia, originaire de Calabre en Italie, s'occupe du foyer familial.
  • Sœur : une seule (Josette François).
  • Claude François a eu deux enfants avec Isabelle Forest[3], Claude (junior), surnommé parfois Coco, et Marc.

Biographie

Tombe de Claude François.

La famille de Claude est expulsée d'Égypte (avec de nombreux Français et Britanniques) lors de la nationalisation du canal de Suez ; il arrive avec ses parents à Marseille en 1956. La famille s'installe à Monaco puis à Nice. Claude apprend le piano, le violon et la batterie. Il trouve une place de batteur dans un orchestre de quartet de jazz à Monte-Carlo, place que son père rejettera tout d'abord car celui-ci souhaitait que son fils soit comptable [4].

À l'hiver 1960, il monte à Paris sur les conseils de Brigitte Bardot et de Sacha Distel; il est accompagné de Janet Woolcoot, qu'il a épousée le 5 novembre 1960 à Monaco.

En mars 1961, son père décède d'une maladie des poumons : persuadé que la France l'a abandonné, il s'est laissé mourir.

En 1962, Claude interprète Nabout twist (version française), sous le pseudonyme de Kôkô, et obtient son premier succès avec Belles belles belles, une adaptation de Girls girls girls (are made to love), composée par Phil Everly des Everly Brothers et interprétée initialement par Eddie Hodges. En 1963, il demande à Michel Bourdais, dessinateur à Salut les copains, de réaliser son portrait. Il qualifiera de « merveilleux » ce dessin hyper-réaliste qui est devenu par la suite, très célèbre.

En 1964, Claude se produit à l'Olympia. L'année 1966 voit l'apparition des Clodettes, ses danseuses attitrées.

En 1967, il compose avec Jacques Revaux et écrit avec Gilles Thibaut le titre Comme d'habitude, à la suite de sa rupture avec la chanteuse France Gall, titre qui sera adapté en anglais par Paul Anka (My Way) et repris notamment par Frank Sinatra, Elvis Presley et Sid Vicious (non sans des modifications du texte).

Le 13 mars 1967, Claude François et Janet Woolcoot divorcent. Cette dernière l'avait quitté au printemps 1962 pour Gilbert Bécaud, qu'elle avait rencontré à l'Olympia.

En 1967, Claude fonde sa maison de disques Flèche. La chanteuse belge Liliane Saint-Pierre est la première artiste qui chante sur le label Flèche. Il rencontre Isabelle Forest, qui donne naissance à Claude Junior, le 8 juillet 1968, et à Marc, le 15 novembre 1969. Sa chanson Parce que je t'aime mon enfant est adaptée en anglais et reprise par Elvis Presley sous le titre My Boy.

Le 14 mars 1970, un malaise le surprend pendant un concert à Marseille, salle Vallier, mais il s'agit en fait d'un coup monté en accord avec son producteur. Le 17 mai, il a un accident de voiture sur l'autoroute du sud près d'Orange à cause d'un pneu éclaté. Son nez est fracturé et ses pommettes éclatées. Il devra subir une rhinoplastie. Claude saura faire par la suite, à chaque interview, la « publicité » de la marque de pneu incriminée.

En 1972, il reprend le journal Podium, qui devient rapidement la plus grosse publication pour les jeunes.

Il se sépare d'avec la mère de ses enfants. Il rencontre Sofia Kiukkonen, une Finlandaise avec laquelle il restera quatre ans.

En 1973, un fan l'agresse lors d'un concert. En juin de la même année, sa propriété de Dannemois prend feu. On n'en connaîtra jamais la cause. Il achète un appartement à Nancy ; il est amoureux de la Place Stanislas.

En 1975, il est la victime collatérale d'un attentat de l'IRA dans son hôtel Hilton de Londres. Il doit la vie à une passante qui prendra la déflagration de plein fouet.

En 1977, il découvre que les droits qui lui ont été versés pour les adaptations de My Way, qui est devenue un succès mondial, n'ont pas été calculés correctement. Son dossier lui permet cependant d'obtenir gain de cause vers la fin de l'année [5]. Le 26 juin, il se fait tirer dessus alors qu'il est au volant de sa voiture, en chemin vers son moulin de Dannemois. Poursuivi par ses agresseurs sur une dizaine de kilomètres, il échappe à la mort.

Le dernier titre de Claude sera Alexandrie Alexandra (composé à l'automne 1977). Il meurt en effet le 11 mars 1978 à son domicile du 46 boulevard Exelmans à Paris, officiellement d'une électrocution accidentelle.[6] Il devait, l'après-midi même (il était déjà en retard) participer à l'émission Rendez-vous de Michel Drucker. Un bulletin spécial à la radio et à la télévision annonce, à 16 heures, son décès. Le journal Libération titre alors « Claude François a volté (en référence aux élections du lendemain), le chanteur préféré des moins de 10 ans s'est électrocuté dans sa salle de bains ». Le 15 mars, son nouveau 45 tours Alexandrie, Alexandra arrive chez les disquaires, jour de ses obsèques qui ont lieu en l'église d'Auteuil, à Paris. Il est enterré au cimetière de Dannemois, où de nombreuses personnes viennent se recueillir sur sa tombe. Il était propriétaire du moulin du village, aujourd'hui transformé en musée.

Le 11 mars 2000, une place Claude-François est inaugurée à Paris, boulevard Exelmans dans le 16e arrondissement, au pied de son ancien domicile parisien. En 2005, une rue d'Ismaïlia, en Égypte, est également baptisée en son honneur.

En 2008, selon Flèche Productions, Claude François a vendu 61 millions de disques (35 millions de son vivant et 26 millions depuis)[6]. À l'occasion du 30e anniversaire de sa mort, le journal Libération qualifie l’artiste d’androgyne à paillettes et conteste le chiffres annoncé de 61,7 millions de disques vendus durant sa carrière. Dans son article du 11 mars, le quotidien ironise sur les émissions télé qui lui rendent hommage ainsi que sur ses 400 chansons composées, selon le même journal, aux trois quarts d’adaptations [7]. Ainsi, longtemps mal considéré par une certaine critique et par une certaine élite intellectuelle, il serait devenu mieux considéré à partir des années 1990, réconciliant la France de Guy Lux et des Carpentier avec celle de Jacques Chancel [8]. Également en mars, plusieurs artistes comme Jeanne Cherhal, Vincent Baguian, Alain Chamfort, AS Dragon, La Grande Sophie, Adrienne Pauly ou Elodie Frégé lui rendent hommage en reprenant ses chansons dans un album intitulé Autrement dit (Mercury/Universal) alors que sort un disque de ses chansons reprises en japonais.

Discographie

La discographie de Claude François comporte un peu plus de 400 titres (près de 500 chansons avec les versions en public). Il en a commercialisé près de 400. La liste du lien ci-dessus concerne environ 380 titres différents commercialisés et un relevé exhaustif des essais et répétitions. La discographie étrangère de Claude François comporte des titres en anglais, en italien, en espagnol et même en japonais. Il sortit 278 titres en France et en français (les chiffres donnés ci-dessus comprennent les versions étrangères).

Il est le sixième plus gros vendeur de disques en France derrière Johnny Hallyday, Michel Sardou, Jean Jacques Goldman, Céline Dion et Sheila[9].

A la date de 2008, environ 70 millions d'albums avaient été vendus depuis 1962.

Article détaillé : Discographie de Claude François.

Paroliers et compositeurs

Claude François resta attaché à sa première parolière Vline Buggy, et plus tard aux paroliers Gilles Thibaut, Eddy Marnay, Jean-Michel Rivat, Michèle Vendôme, Yves Dessca (lequel deviendra producteur de Gloria Gaynor), Jacques Plante, Pierre Delanoë et Didier Barbelivien. En 1977, il marqua sa volonté de donner un sens plus pointu à ses chansons en faisant appel à Étienne Roda-Gil.

Il ne composa et écrivit personnellement que très peu de chansons, mais elles sont un indice de ses préoccupations personnelles. Dans la première partie de sa carrière, comme tous les chanteurs yéyés français de l'époque, il fit surtout des reprises qu'il adapta au public français, les titres anglais originels n'étant pas diffusés ou étant tout simplement cédés directement à l'exportation pour adaptation.

Si Claude François s'inspira souvent de la Motown, et en particulier du compositeur Lamont Dozier, associé aux frères paroliers-producteurs Brian & Eddie Holland, il fit également appel à des compositeurs français comme Patrick Juvet, Alice Dona, Alain Le Govic (plus connu sous le nom d'Alain Chamfort) et Jacques Revaux, lequel composera Comme d'habitude. Mais c'est surtout Jean-Pierre Bourtayre qui, s'inspirant des sources de la Motown, lui composa ses plus grands succès.

Sa minutie lui faisait modifier toutes les partitions et paroles qui lui étaient présentées comme pour Comme d'habitude qui s'inspire de sa rupture avec France Gall. Il est l'auteur du titre Belles belles belles, que Vline Buggy à l'origine avait intitulé Rien rien rien.

Les Claudettes

Article détaillé : Claudette.

Les Claudettes sont les danseuses mythiques de Claude François, les premières à avoir dansé en petite tenue devant les caméras de la télévision, plutôt prudes à l'époque.

Albums

Les compilations Claude François sorties spécialement pour le 30ème anniversaire de la disparition de l'artiste se classent n°1 du box office français depuis leur sortie[réf. nécessaire]. Un nouveau Disque d'or a été décerné à l'artiste défunt.

Filmographie

Référence à Claude François

Télévision

Les chansons préférées des Français

Les 5 chansons de Claude François préférées des Français sont[10]:

  1. Belles, belles, belles
  2. Comme d'habitude
  3. Alexandrie, Alexandra
  4. Cette année-là
  5. Le lundi au soleil

Notes et références

Bibliographie

Livres consacrés à Claude François 
  • Agence Ipanema, Claude François, Prises de vue, Album photo, France, 2008
  • Claude et Marc François, Claude François, Collection privée, Agence Ipanema, France, 2008
  • Alain-Guy Aknin, Claude François, un chanteur populaire, Alphée & Jean-Paul Bertrand, Monaco, 2008 (Edit Plus)
  • Alain-Guy Aknin et Philippe Croq, Il était une fois… Claude François, La Lagune, Deuil-la-Barre, 2006
  • Élisabeth Barjac, Claude François. Toute sa vie en texte et en images, Archers, Bruxelles, 1978
  • P. Bertin, Passion Claude François, Ouest France, 2008
  • Michel Bourdais, Claude François. À la recherche de son image, 2008
  • Félix Bussy, Claude François. L’autre côté du miroir, City, 2008
  • Félix Bussy, Sur la route avec Claude François, City, 2005
  • Sylvie Cailleret, Qui était Claude François ?, éd. Fernand Lanore, mars 1982
  • Sylvie Cailleret, Claude François, Gremese international, 1998
  • Sylvie Cailleret, Claude François. L’album-souvenirs, Michel Lafon, Paris, 1988, rééd. 1997
  • Sylvie Cailleret, Claude François. Le livre d’or, Michel Lafon, mars 1988
  • Gérard David, Claude François. Vivre d’aimer, S.I.P.E., Paris, 1978
  • Olivier Delavault, Dictionnaire des chansons de Claude François, Durante, Courbevoie, 2003, rééd. Télémaque, 2008
  • François Diwo, Claude François inconnu, éd. de Fallois, Paris, 2003
  • Dominique Duforest, Claude François. Vingt ans déjà, Hors Collection, 1998
  • François Dumoulin, Les nus de Claude François, éd. Alain Mathieu, mars 1979
  • Christian Dureau, Claude François. Trente-neuf ans d’amour et de drame, Dualpha, Paris, 2003
  • Claude Fléoutier, Claude François. Pour un peu de bonheur, J.-C. Lattès, 1997
  • Guy Floriant et Olivier Delavault, Claude François. L’enfer du décor, éd. du Rocher, février 1998
  • Guy Floriant et Olivier Delavault (dir.), Claude François. Et même si tu revenais…, Rocher, 2003
  • Guy Floriant Claude François. Plus vite que la musique, Seghers & Club des Stars, Paris, 1988
  • Isabelle Forêt, Claude François, nos enfants et moi, Fayard, 1979
  • Axel Fox, Claude François, l’idole éternelle, éd. Rouchon, mars 2006
  • Claude François, Mémoires inédites (« autobiographie » composée de documents divers mis en forme par Myriam Zéhar), Carrère & Michel Lafon, Paris, 1985
  • Claude François Jr. et Fabien Lecœuvre, Je soussigné…, Albin Michel, 2007,
  • Claude François Jr. et Marc François, Claude François. Collection privée, 2008
  • George Marie François, C’est pour vous que je chante, de l’au-delà. Claude François vous parle, éd. Panthéon, septembre 1998
  • Josette François, Claude François, mon frère, 2008
  • Josette François, Claude, l’histoire d’une revanche, Jacques Grancher, Paris, 1988, France Loisirs, Paris, 1988
  • Lucia François, Mon fils Claude François, Baumann, Paris, 1979
  • Patrice Gascoin, Claude François. Vingt ans pour toujours, L’Hippocampe & Rocher, 1998
  • Denis Goise, Claude François. Le bien-aimé, Mengès, Paris, 1978, rééd. Générique, 1982
  • Denis Goise, Claude François. Toujours le bien-aimé, La Lagune, 2008
  • Sylvie Helina, Claude François for ever, éd. du Dauphin, mars 1998
  • Jacques Harvey, Une idole nommée Cloclo, Soleil & Jean-Claude Simoën, 1978
  • Kathalyn H. Jones-Mann, « C’est comme ça que l’on s’est aimé ». Ma vie avec Claude François, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2004
  • Sofia Kiukkonen, Ma vie avec Claude François, Pygmalion, 2008
  • Fabien Lecœuvre, Claude François, 2008
  • Fabien Lecœuvre, Claude François. Le livre, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2002
  • Fabien Lecœuvre, Claude François. Le moulin de Dannemois. Une demeure de légende, La Lagune, Deuil-la-Barre, 2005
  • Fabien Lecœuvre, Claude François. Les photos collectors racontées par Fabien Lecœuvre, Vade Retro, Paris, 2003
  • Fabien Lecœuvre, Claude François. Première discographie intégrale. Collection vinyle, Jean Attias & Flèche production, 2004
  • Fabien Lecœuvre, Les années Podium. Histoire d’une génération, La Lagune, Paris, 2005
  • Fabien Lecœuvre et Isabelle Salmon, Claude François. La légende toujours vivante, Vade Retro, Paris, 1995, rééd. 1996
  • Fabien Lecœuvre et Isabelle Salmon, Claude François. Cd-livre (édition miniature), Vade Retro, Paris, 1996
  • Christian Lelange, Claude François, histoire de sa vie, éd. PAC, mars 1985
  • Philippe Lemoine, Claude François. Le film de sa vie par Samy Pavel, éd. Alain Mathieu, mai 1979
  • Philippe Lemoine et François Sombreuil, Claude François story. Clo-Clo raconté par ceux qui l’ont aimé, Alain Mathieu, Boulogne
  • Gilles Lhote, Claude François de A à Z, Albin Michel, Paris, 1997
  • Gilles Lhote, L’intégrale Claude François, City, 2008
  • Stéphanie Lohr, Une autre vie, Bernard Pascuito, Paris, 2008
  • Stéphanie Lohr, Bernard Pascuito, Claude François. Le livre du souvenir, 1938-1978, éd. Sand et Tchou
  • Josette Martin, 15 ans avec Claude François, éd. Josette Martin, mars 1980
  • Josette Martin, Claude François, l’envers du décor, éd. Carrère & Michel Lafon, mars 1987
  • Sylvie Mathurin, Le temps passe… le cœur reste…, Fixot, avril 1990
  • Sylvie Mathurin, Confessions d’une ex-fan, 2008
  • Gilbert Moreau, Claude François, Jean-Pierre Taillandier, Paris
  • C. Morisse, Dans l’intimité de Claude François, 2008
  • Béatrice Nouveau, Cloclo forever, 2008
  • Peggy Cloclo notre amour, Paris (Filipacchi), 1987
  • Jacques Pessis, Claude François, Vade Retro, coll. « Les lumières du music-hall », Paris, 2002
  • Carole Plumelle, Les Clodettes, Scali, Paris, 2004
  • Prisca, La petite danseuse de 14 ans, éd. Chaveau, septembre 1989
  • Jean-Daniel Roche, Claude François. L’impossible vérité, éd. du Cosmogone, Lyon, 1999
  • Jean-Daniel Roche, Claude François. Et si je vous disais tout, Rouchon, février 1995
  • Dario Salvatori, Le mythe de Claude François (trad. par Françoise Ghin), Gremese, Rome, 1998
  • Bertrand Tessier et François, Josette François, Il s’appelait Claude..., Albin Michel, Paris, 2002
  • E.A. Verheyden Sur les traces de Claude François, 2008
  • Stéphanie Weiss, Claude François. Les 50 plus belles histoires, éd. Timée, 2008
  • Janette Woollacott, Claude François. Les années oubliées, éd. N° 1, 1998
  • Myriam Zéhar, Cinq ans avec Claude François. Histoire d’une fan, éd. Hachette, mai 1977
Livres consacrés partiellement à Claude François 
  • Maritie et Gilbert Carpentier, Merci les artistes !, Anne Carrière, Paris, 2001
  • Pierre Delanoë, La vie en chantant, Julliard, Paris, 1980
  • Michel Drucker, Mais qu’est-ce qu’on va faire de toi ?, Robert Laffont, Paris, 2007
  • Fabien Lecœuvre et Gilles Lhote, Génération 70. Soixante-dix idoles des années 1970, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2001
  • Jacques Mazeau, Les destins brisés de la chanson, France-Loisirs, 1997
  • Jean-Marie Perier, Mes années ’60
  • Loïc Sellin et Bertrand Tessier, La fureur de vivre. Les héros de notre génération, Jean-Claude Lattès, 1993

Liens externes


  • Portail de la musique Portail de la musique
Ce document provient de « Claude Fran%C3%A7ois ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Claude Francois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Claude François — in 1976 Background information Birth name Claude Antoine Marie François …   Wikipedia

  • Claude François — (1976) Claude François (* 1. Februar 1939 in Ismaïlia, Ägypten; † 11. März 1978 in Paris), in Frankreich oft auch Cloclo genannt, war ein französischer Musiker, Ko …   Deutsch Wikipedia

  • Claude Francois — Claude François (* 1. Februar 1939 in Ismaïlia, Ägypten; † 11. März 1978 in Paris), in Frankreich oft auch Cloclo genannt, war ein französischer Musiker, Komponist, Chansonnier und Musikproduzent. Seit den 1960er und 1970er Jahren zählt er zu den …   Deutsch Wikipedia

  • Claude François — Claude François, nacido el 1 de febrero de 1939 en Ismaïlia, Egipto; fallecido el 11 de marzo de 1978 en Paris, Francia, fue un cantante de música pop. Hijo de madre italiana y padre francés, Claude François nació en Egipto cuando su padre, Aimé… …   Enciclopedia Universal

  • Claude François — Pour les articles homonymes, voir Claude François (homonymie). Claude François …   Wikipédia en Français

  • Claude François — En este artículo sobre música y biografías se detectaron los siguientes problemas: Necesita ser wikificado conforme a las convenciones de estilo de Wikipedia. Carece de fuentes o referencias que aparezcan en una fuente acreditada …   Wikipedia Español

  • Claude François (chanteur) — Claude François Pour les articles homonymes, voir Claude François (homonymie). Claude François Naissance 1er février 1939 Ismaïlia …   Wikipédia en Français

  • Claude François (musicien) — Claude François Pour les articles homonymes, voir Claude François (homonymie). Claude François Naissance 1er février 1939 Ismaïlia …   Wikipédia en Français

  • Claude Francois Paparel — Claude François Paparel Gendarmes et Chevau Légers de la Maison du Roi (Gravure tirée de L École de Mars de Manesson Mallet). Claude François Paparel, né en 1659 et mort le 18 mai 1725 à Paris. Il est le fils de François Paparel, Conseiller du… …   Wikipédia en Français

  • Claude-François Achard — Claude François Achard, né à Marseille le 23 mai 1751 et mort dans cette même ville le 29 septembre 1809, est un médecin et un érudit français. Sommaire 1 Biographie 1.1 Jeunesse 1.2 Le médecin …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”