Cimetiere

Cimetière

Cimetière rural en Norvège, à côté de la tour horloge de l'église Heim kirke
Le cimetière d'Upernavik, au Groenland. Le sol ne pouvant être creusé, les cercueils sont déposés en surface puis recouverts de pierres ou de ciment. Les tombes sont décorées avec des fleurs artificielles.

Un cimetière est un terrain public et sacré où, après une cérémonie, l’on enterre les morts d'un même groupe humain dans des tombes individuelles ou lignagières où leur souvenir est généralement signalé par un monument, des symboles ou des inscriptions.

Dans les pays occidentaux, depuis le début du XIXe siècle, les cimetières sont divisés en concessions cadastrées auxquelles on accède par des allées. Chacune est louée ou vendue à une personne ou à une famille, qui peut y construire une tombe ou un caveau. Une concession dite « à perpétuité » pouvait être donnée ou vendue à une famille, mais la perpétuité devient rare en raison du manque de place dans et autour des villes.

Certains cimetières donnent l’impression de reproduire la ville avec ses quartiers riches et ses quartiers pauvres. Dans certains pays, les familles dépensent des sommes considérables pour construire des tombes en forme de maisons, construites avec plus de soins que les vraies, par exemple à Madagascar. Les fosses communes, longtemps prévues pour les morts sans famille et les indigents, sont maintenant réservées aux personnes non identifiées tuées lors de catastrophes ou d’épidémies importantes.

Selon les cultures et les époques, les cimetières, comme les tombes d’ailleurs, sont plus ou moins monumentalisés et sacralisés. Le culte catholique est caractérisé par des tombes de pierre, imposantes et ornées de symboles parfois complexes. La fin du XXe siècle en France et dans plusieurs pays européens a découragé l’expression de la nature dans les cimetières : pierres de marbre, caveaux de béton fabriqués artisanalement, puis industriellement sont alignés entre allées de schistes ou de graviers souvent chimiquement désherbées. Les fleurs en plastique, en céramique ou peintes sur les émaux jouxtent des bouquets le plus souvent déposés lors de la fête des défunts, le 2 novembre (à ne pas confondre avec la Toussaint (1er nov.), fête des saints qui ont marqué l’histoire chrétienne). Il existe des exceptions, dont le cimetière du Père-Lachaise à Paris où les arbres et d'autres végétaux sont très présents, et qui est plus visité que de nombreux jardins parisiens. Les haies et arbustes taillés au cordeau ou les gazons très entretenus caractérisent les cimetières militaires.

Parfois cependant la nature est présente. Dans certaines régions, l’if (plante symbolique de l'immortalité) ou le lilas commun (plante importante pour les gitans) sont présents dans le cimetière. Certains cimetières sont presque complètement recouverts d'herbe, comme dans les pays anglo-saxons, où les allées et les tombes sont plantées de gazon dont n'émergent que des stèles ou des croix verticales. Cette formule est adoptée par les cimetières musulmans en Europe du nord, en Europe de l’est ou en d’autres pays. Certaines communes entretiennent une flore favorable aux papillons et aux oiseaux afin qu’ils égayent le lieu.

Le cimetière peut poser des problèmes sanitaires et environnementaux.

Sommaire

Premiers cimetières

Cimetière bouddhiste (Tokyo)

Le culte des morts est réputé caractéristique de l'espèce humaine. La mise en terre des morts en des lieux dédiés est apparue très tôt dans la préhistoire, bien avant l'invention de l'écriture, avec des constructions particulières (tumulus, nécropole) pour les chefs ou les personnalités religieuses, souvent enterrés avec nombre d'objets symboliques (dont symboles de richesse). Pour cette raison, depuis l'antiquité les tombes et les cimetières ont souvent été pillés.

Cimetières de l'antiquité

Dans la civilisation égyptienne antique, le culte des morts était tel qu'une organisation très complexe s'est mise en place, conduisant à la création de cimetières souterrains gigantesques : les nécropoles.

Voir l'article catacombes à Rome.

Dans la Gaule romaine, les cimetières étaient aménagés en dehors des villes (des remparts lorsqu'ils existaient). On trouvait des cimetières d'incinération et d'inhumation.

Du Moyen Âge à nos jours

Avec le développement du christianisme, les cimetières étaient gérés par les paroisses. La plupart des cimetières étaient et restent encore souvent implantés à proximité immédiate d'un lieu de culte (églises, temples, etc.), ils sont considérés comme une terre sainte. De ce fait, les personnes excommuniées (selon les époques: les suicidés, les comédiens) n'avaient plus droit d'être enterré au cimetière : leur corps était enterré sans cérémonie religieuse aux portes de la ville, dans une fosse commune.

En France, les cimetières sont devenus des propriétés communales où tous les habitants ont le droit d'élire sépulture. Il ne leur est pas permis d'y établir des zones confessionnelles. Les différentes confessions des défunts peuvent être manifestées par des cérémonies et des rites, et, sur les tombes par des symboles ou des inscriptions religieuses, philosophiques ou politiques.

De nos jours, et sous la pression foncière, on cherche à récupérer l'espace utilisé en centre-ville par certains cimetières, et à déplacer vers l'extérieur des villes ces lieux de recueillement et de souvenir. D'autres pratiques funéraires comme la crémation se présentent comme permettant de réduire l'emprise au sol (sur 10 m² on loge 4 à 6 cercueils, contre 200 urnes), mais en termes d'empreinte écologique le bilan de la crémation peut être réévalué.

L'inhumation[1] fait l'objet en France d'une réglementation très précise.

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Cimetières militaires

Les deux guerres mondiales ont laissé tant de soldats morts (sans parler des victimes civiles) qu'il a été nécessaire de réaliser des cimetières provisoires, puis spécifiquement militaires. En général, ils ont été reconstitués après avoir déterré les restes de cimetières provisoires.

Ils consistent souvent en simples quadrillages réguliers de tombes individuelles identiques uniquement repérées par une croix chrétienne (ou autre motif conforme à la confession religieuse du soldat inhumé), sans allées, mais où le gazon omniprésent permet d'aller dans toutes les directions. Le nom est gravé sur la pierre, ainsi que la date de la mort, quand ils sont connus.

Les cimetières du Commonwealth sont entretenus par le même organisme depuis la fin de la Guerre, et avec les mêmes standards de gestion dans tous les pays.

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Mythe du cimetière des éléphants

Un mythe existe qui nous fait croire que les éléphants, sentant la mort venir, quittent le groupe pour aller dans un « cimetière des éléphants ». Or, ce comportement n'a jamais été attesté. Il arrive que l'on retrouve plusieurs ossements au même endroit, mais cela s'explique par diverses raisons (attaque, famine, accident, maladie, etc.).

Le mythe du « cimetière des éléphants » a été popularisé par l'écrivain Henry de Monfreid, et le chanteur Eddy Mitchell.

Notes et références

  1. Aline Cheynet de Beaupré, « La concession à perpétuité », in Droit de la famille, 2006, p. 15.

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

  • Michel Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l'Occident médiéval, Paris, éd. Aubier, 2005, (ISBN 2700722515).

Wiktprintable without text.svg

Voir « cimetière » sur le Wiktionnaire.

Ce document provient de « Cimeti%C3%A8re ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cimetiere de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cimetière — [ simtjɛr ] n. m. • cimitere 1190; lat. ecclés. cœmeterium, gr. koimêtêrion « lieu où l on dort » 1 ♦ Lieu où l on met les restes des morts. ⇒ charnier, nécropole, ossuaire. Cimetière souterrain. ⇒ catacombe, crypte, hypogée. Cimetière militaire …   Encyclopédie Universelle

  • Cimetière — irlandais, comté d Offaly …   Wikipédia en Français

  • cimetière — CIMETIÈRE. s. m. Lieu destiné à enterrer les morts. Porter un corps au Cimetière, l enterrer dans le cimetière. [b]f♛/b] Figurément, en parlant d Un pays dont l air est mortel pour les étrangers, on dit, que C est leur cimetière …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Cimetière — Porté notamment dans l Allier (variante : Cimeterre), a dû désigner celui qui habitait près du cimetière, éventuellement un fossoyeur. Mais il y a aussi des Cimetière dans le Nord (Toufflers), dont le nom est une transformation de Semmertier,… …   Noms de famille

  • cimetiere — CIMETIERE. s. m. Lieu où on enterre les morts. Porter au Cimetiere. enterrer dans le Cimetiere …   Dictionnaire de l'Académie française

  • cimetière — (si me tiê r ) s. m. 1°   Le lieu où l on enterre les morts. Les cimetières ne sont plus permis dans le sein des villes. •   Il approuve avec douleur l enseigne d un marchand hollandais qui, ayant mis pour titre à la paix perpétuelle, avait fait… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CIMETIÈRE — s. m. Lieu découvert et ordinairement clos de murs, dans lequel on enterre les morts. Porter un corps au cimetière, l enterrer dans le cimetière. Un cimetière de village. Le cimetière d une église. En France, il n y a plus de cimetières dans l… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CIMETIÈRE — n. m. Lieu dans lequel on enterre les morts. Porter un corps au cimetière, l’enterrer dans le cimetière. Un cimetière de village …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • cimetière — nm. SEMTÎRO / E (Albanais.001b, Annecy.003, Saxel.002b, Thônes.004, Villards Thônes, PPA.), smetîre (002a), sanmtîre (001a), semetyére (Chambéry), semtyére, smetyére (Arvillard), sin m(e)tîre (Bellecombe Bauges, Vaulx | Compôte Bauges), shomtîre… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • cimetière — slėpykla statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. ground vok. Friedhof, m rus. могильник, m pranc. cimetière, f …   Fizikos terminų žodynas

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”