XVIIe Siècle Av. J.-C.

XVIIe siècle av. J.-C.

IIIe millénaire av. J.-C. | IIe millénaire av. J.-C. | Ier millénaire av. J.-C.

../.. | XIXe siècle av. J.-C. | XVIIIe siècle av. J.-C. | XVIIe siècle av. J.-C. | XVIe siècle av. J.-C. | XVe siècle av. J.-C. | ../..

Années -1690 | Années -1680 | Années -1670 | Années -1660 | Années -1650
Années -1640 | Années -1630 | Années -1620 | Années -1610 | Années -1600 |

-1700 -1699 -1698 -1697 -1696 -1695 -1694 -1693 -1692 -1691
-1690 -1689 -1688 -1687 -1686 -1685 -1684 -1683 -1682 -1681
-1680 -1679 -1678 -1677 -1676 -1675 -1674 -1673 -1672 -1671
-1670 -1669 -1668 -1667 -1666 -1665 -1664 -1663 -1662 -1661
-1660 -1659 -1658 -1657 -1656 -1655 -1654 -1653 -1652 -1651
-1650 -1649 -1648 -1647 -1646 -1645 -1644 -1643 -1642 -1641
-1640 -1639 -1638 -1637 -1636 -1635 -1634 -1633 -1632 -1631
-1630 -1629 -1628 -1627 -1626 -1625 -1624 -1623 -1622 -1621
-1620 -1619 -1618 -1617 -1616 -1615 -1614 -1613 -1612 -1611
-1610 -1609 -1608 -1607 -1606 -1605 -1604 -1603 -1602 -1601

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains


Sommaire

Évènements

Europe

  • En Europe et dans le bassin méditerranéen, c'est l'âge du bronze (d'environ -1700 à -800).
    À partir de -1700, les civilisations se différencient à partir des territoires montagneux : Transylvanie, Slovenské rudohorie en Slovaquie, zone alpine du schiste (Salzbourg, Tyrol), Allemagne Centrale, Espagne, Angleterre et Irlande. Ces civilisations étendues montrent des sociétés fortement hiérarchisées selon les fonctions assumées dans l'agriculture, l'élevage, l'artisanat, le commerce et l'industrie. L'ambre du Jutland joue un rôle de quasi-monnaie entre ces civilisations. Des voies commerciales conduisent du Danube à la Saale, au Main et à l'Elbe vers le Jutland.
    Le sens de l'expansion va du sud au nord, le commerce suit.
  • Bronze moyen III en Grèce (fin en -1600).
  • Invasions des Achéens qui assimilent la civilisation locale de Grèce continentale, des Cyclades et de Crète. Les Achéens réduisent les populations autochtones à l’esclavage.
  • Mégare, cité fondée par les Cariens et les Lélèges, est envahie par les Crétois.
  • En Crète, destruction du palais-cité de Cnossos, puis reconstruction et redestruction partielle vers -1650.
  • Dynastie des Minos à Cnossos (fin en -1400).
  • Civilisation minoenne : Époque des seconds Palais Crétois (-1700 à -1450). Le pouvoir se centralise. La bureaucratie se perfectionne. De grandes résidences apparaissent dans les agglomérations secondaires, siège du pouvoir administratif local. La société se hiérarchise et une « noblesse » minoenne apparaît. Naissance d’une thalassocratie crétoise, plutôt commerciale et culturelle que politique et défensive, sur les îles de la mer Égée.
Fresque minoenne découverte à Akrotiri

Inde

  • En Inde apparaissent la société des castes et les récits des Veda.
  • Culture de Pirak, à 20 Km de Mehrgarh (-1700, -700). C’est une prospère agglomération agricole aux imposantes architectures de briques crues couvrant près de dix hectares. Elle présente un mélange de résurgences préharappéennes, de caractères harappéens et de traits tout à fait nouveaux (statuettes de cavaliers, de chevaux et de chameaux à deux bosses).
    • Mise en place à Pirak d’un procédé de doubles récoltes annuelles. L’orge et le blé (céréales d’hiver), sont complétés par la culture de riz, de millet et de sorgho (céréales d’été).

Chine

  • Débuts de la Dynastie Shang (fin en -1050).
    • La capitale est transférée à Ao, près de Zhengzhou (Henan) où l’on a retrouvé la cité entourée de murs. La société, hiérarchisée se compose d’une aristocratie vivant dans des palais fortifiés, d’artisans habitant extra-muros et de paysans semi-sédentaires.
    • Zhengzhou comprend un vaste espace enclos de 320 ha entouré par un réseau de résidences et d’ateliers (fonderie de bronze, céramique, travail de l’os). Le rempart de terre pilée a 7 Km de long et est conservé par endroits sur une hauteur de 9 m.
    • Au cours des siècles précédant l’installation de la capitale à Anyang (-1400), les Shang auraient changé sept fois de capitale, dans le nord et le nord-est du Henan. L’archéologie confirme en partie cette tradition : les sites de Zhengzhou et celui de Yanshi, à l’est de Luyang, correspondent à ceux de capitales antérieures à l’époque de Anyang. L’étude des inscriptions divinatoires sur os et écailles de tortue a permis de reconstituer la liste des trente rois Shang, et cette liste est presque identique à celle que l’historien Sima Qian (-135 ? -93 ?) a recueillie d’une tradition déjà millénaire. Avec les treize premiers souverains, la succession normale est de frère aîné à frère cadet, le fils ne succédant au père que de façon exceptionnelle. Avec les quatre derniers rois, la succession de père à fils devient la règle et cette règle se maintiendra aux époques postérieures.

Proche orient

  • Sépultures à char du Caucase (cimetière de Lkhashen, en Arménie).
  • Les tribus sémites (dont Israël) progressent vers l’Ouest (Canaan, -XVIIe, -XVIe siècles).

Mésopotamie

  • Le royaume de Babylone démembré, les successeurs d’Hammourabi, pour compenser leurs pertes en loyer de fermage et revenus fiscaux, tentent d’intensifier la production agricole dans un territoire restreint. Pour remplacer les bénéfices d’un commerce extérieur diminué, les marchands se font banquiers. Ils offrent aux petits exploitants des prêts d’équipement de rapport et consentent des prêts de nécessité aux plus pauvres. Des milliers de familles s’endettent à tout jamais. Les créanciers privés s’enrichissent et menacent l’autorité de l’État. L’abandon de la jachère entraîne l’épuisement et la salification des sols. La Babylonie passe en un siècle (-1700, -1600) de la désintégration politique au désordre économique aggravé d’un désastre écologique.
  • Ralentissement de l’activité, voire à certains moments arrêt des relations, avec le golfe Persique. Même si les échanges augmentent alors avec les régions septentrionales, il n’en reste pas moins que la fonction de trait d’union que représentait la Mésopotamie n’est plus dominante.

Personnages significatifs

Art et cultures

  • Des figurines de terre cuite, peut-être d’influence créto-mycénienne représentant des déesses aux jupes en cloches ornées de décors géométriques ou des chars promenant des divinités (char du soleil) sont découvertes dans l’aire danubienne (-1700,-1000). L’un d’eux est décoré de svastikas, symbole typiquement indo-européen.
  • Culture d'Unetice (bronze ancien primitif) en Allemagne centrale, Bohême, basse Autriche. Célèbres tombeaux princiers de l'Allemagne Centrale (Leubingen). Relations commerciales fort étendues.
  • Reconstruction du palais de Cnossos sur trois ou quatre étages : fresques représentant des courses de taureaux (légende du Minotaure), sanctuaires dédiés au culte de la déesse mère, représentations de haches à double tranchant, sculptures, objets en métal.
  • La déesse aux serpents, statuette minoenne (Cnossos).
  • Début de la construction des nuraghes en Sardaigne et en Corse, après 1660.
  • Civilisation des tombes tumulus ou Cairn (bronze moyen). Domaine limité par la Meuse, la Seine, les Alpes, l'Oder, la Basse-Saxe. Ensevelissement des morts de la classe dominante sous des tumulus, avec des accessoires funéraires (armes et bijoux). Base économique : l'élevage.

Inventions, Découvertes, Introductions

Europe

Proche orient

  • Almanach du fermier, texte décrivant les pratiques agricoles dans l’ancienne Mésopotamie. Plus vieux recueil culinaire connu.
  • Armures de bronze utilisées au Proche-Orient.

Chine

  • Fonte du bronze à l’aide de charbon de bois et de moules en argile pour la production d’armes et d’objets cérémoniels.
  • Travail du jade et de la soie. Mines de cuivre de Tonglushan.
  • Usage de l’agriculture (millet, sorgho, orge, froment, chanvre à graine comestible) avec des outils de pierre, de bois et d’os (houe de pierre, bêche de bois à deux dents, couteau de schiste ou de coquillage de forme ovale ou en en demi-lune). Élevage du porc, du chien et de la poule. La pêche en eau douce, la chasse au petit gibier, la cueillette des herbes et des fruits sauvages fournissent un appoint important à l’alimentation paysanne.
    • Si les techniques des cultivateurs de l’époque Shang ne diffèrent guère de celles de la période néolithique, le voisinage de la cité-palais a modifié entièrement leurs conditions de vie : ils se trouvent sous la protection religieuse et militaire de la ville murée et les conditions sociales confinent et spécialisent la paysannerie dans la culture et l’élevage. Les produits de son activité ont leur emploi dans les sacrifices de la classe noble : céréales, alcools, porcs et chiens comestibles.
  • Élaboration d’un calendrier lunaire (mois) et solaire (années), écriture (logogrammes sur os divinatoires ou carapace de tortue). Religion polythéiste. Pratique de sacrifices humains en masse (jusqu’à un millier de victimes) et animaux (chiens, chevaux, singes, cervidés, parfois rhinocéros et éléphants) lors de l’inhumation des rois de la dynastie Shang mais aussi au cours d’autres rituels. Plus courantes sont les offrandes de nourriture et de vin de céréale.

Histoire | Chronologie

Ce document provient de « XVIIe si%C3%A8cle av. J.-C. ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article XVIIe Siècle Av. J.-C. de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Notre-dame de cocherel — Pour les articles homonymes, voir Église Notre Dame et Notre Dame. Notre Dame de Cocherel Vue générale …   Wikipédia en Français

  • tordre — (tor dr ), je tords, tu tords, il tord, nous tordons, vous tordez, ils tordent ; je tordais ; je tordis ; je tordrai ; je tordrais ; tords, qu il torde, tordons ; que je torde, que nous tordions ; que je tordisse ; tordant, tordu, v. a.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • lexicographie — [ lɛksikɔgrafi ] n. f. • 1757; de lexicographe ♦ Ling. Travail et technique du lexicographe; recensement et étude des mots et des expressions d une langue déterminée, considérés dans leurs formes et leurs significations (⇒ dictionnaire).… …   Encyclopédie Universelle

  • mémento — [ memɛ̃to ] n. m. • 1375; lat. memento « souviens toi » 1 ♦ Prière de souvenir appartenant au canon de la messe. Mémento des vivants, des morts. 2 ♦ (1836) Vx Agenda. ⇒ mémorandum. 3 ♦ (1882) Vieilli (sauf comme titre) Résumé, aide mémoire. Il «… …   Encyclopédie Universelle

  • matassin — ⇒MATASSIN, subst. masc. Vieux A. 1. Bouffon imitant comiquement des danses guerrières. Synon. paillasse. Une entrée de matassins (Ac. 1835 1935). CHORÉGR. Danseur comique. J avais préparé pour intermède une scène de matassins avec une poursuite… …   Encyclopédie Universelle

  • hymen — 1. (i mèn , d après l Académie et Chifflet au XVIIe siècle qui veulent qu on prononce l n ; d autres prononcent i min ; les deux prononciations sont usitées ; les poëtes le font rimer avec des rimes en in ou en ain) s. m. 1°   Nom de la divinité… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DOM — Peuple nomade du nord de l’Inde. Les Dom vivent dispersés dans les plaines du Bihar, du Bengale et du Pendjab. Qualifiés de «sans forme» par les brahmanes, ils constituent une caste tribale située au plus bas de l’échelle sociale. Au Bihar, les… …   Encyclopédie Universelle

  • thomiste — [ tɔmist ] n. et adj. • 1606; de saint Thomas d Aquin ♦ Philos. 1 ♦ Partisan du thomisme. 2 ♦ Adj. Relatif, propre au thomisme. ● thomiste adjectif et nom Relatif au thomisme ; adepte du thomisme. ⇒THOMISTE, adj. et subst. masc. PHILOS., THÉOL. A …   Encyclopédie Universelle

  • cale — 1. cale [ kal ] n. f. • XIIIe; de 1. caler 1 ♦ Espace situé entre le pont et le fond d un navire. Le fond de la cale. ⇒ sentine. Mettre la cargaison dans la cale, à fond de cale. « je me cachai à fond de cale d un bâtiment marchand » (Vigny).… …   Encyclopédie Universelle

  • calé — 1. cale [ kal ] n. f. • XIIIe; de 1. caler 1 ♦ Espace situé entre le pont et le fond d un navire. Le fond de la cale. ⇒ sentine. Mettre la cargaison dans la cale, à fond de cale. « je me cachai à fond de cale d un bâtiment marchand » (Vigny).… …   Encyclopédie Universelle

  • beigne — [ bɛɲ ] n. f. et m. • 1606; buyne « bosse » 1378; o. i., p. ê. rad. celt. bun « souche d arbre » I ♦ N. f. Fam. Gifle. ⇒ baffe. Donner, recevoir une beigne. II ♦ N. m. (1744; beignet XVIIe; buigne, bigne v. 1250) Région …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”