Pointe-a-Pitre


Pointe-a-Pitre

Pointe-à-Pitre

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pointe et Pitre.
Pointe-à-Pitre

Vue du port maritime à Pointe-à-Pitre
Vue du port maritime à Pointe-à-Pitre

Administration
Pays France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe (sous-préfecture)
Arrondissement Pointe-à-Pitre
(chef-lieu)
Canton Chef-lieu de 3 cantons

Pointe-à-Pitre-1, Pointe-à-Pitre-2, Pointe-à-Pitre-3

Code Insee abr. 97120
Code postal 97110
Maire
Mandat en cours
Jacques Bangou
2008-2014
Intercommunalité sans
Site internet Ville-pointeapitre.fr
Démographie
Population 17 541 hab. (2006)
Densité 6 594 hab./km²
Aire urbaine 132 870 hab.
Gentilé Pointois / Pointoises
Géographie
Coordonnées 16° 14′ 00″ Nord
       61° 31′ 00″ Ouest
/ 16.23334, -61.51667
Altitudes mini. 0 m — maxi. 26 m
Superficie 2,66 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Pointe-à-Pitre (en créole : Lapwent) est une commune française située dans le département de la Guadeloupe. Ses habitants sont appelés les pointois et les Pointoises.

Sommaire

Géographie

En rouge le territoire communal de Pointe-à-Pitre.

Pointe-à-Pitre est située à l'ouest de la Grande-Terre, face à la rade ouverte sur la mer des Caraïbes et idéalement placée au centre de la Guadeloupe à la jointure entre la Grande-Terre et la Basse-Terre. Elle détient son propre port de croisière. Tous les 4 ans, la ville reçoit l'arrivée de la Route du Rhum, course transatlantique en solitaire qui part de Saint-Malo. Pointe-à-Pitre a pour code PP selon la liste des quartiers maritimes.

Les communes limitrophes avec Pointe-à-Pitre sont Les Abymes, Baie Mahault et Le Gosier.

Toponymie

Le nom de la commune provient d'un anthroponyme. Un pêcheur, Peter, hollandais exilé du Brésil, se serait installé au XVIIe siècle sur un bout de terre perdue en pleine végétation sur la pointe de la Grande-Terre. Démarrant par la vente de poissons, il aurait selon certaines interprétations développé son commerce. Alors que nombre de bateaux marchands et autres corsaires voguaient dans les eaux guadeloupéennes, Pitre aurait créé un négoce pour tous les navires de passage dans la rade. L'endroit serait vite devenu incontournable pour tous les navires qui y trouvaient de quoi acheter ou échanger des biens, vivres ou munitions. Tous les marins allaient chez Pietr à la pointe. Devenant ainsi la pointe à Pitre, la ville reçoit officiellement son nom en 1772.

Histoire

Héraldique

Armes de Pointe-à-Pitre

Les armes de Pointe-à-Pitre se blasonnent ainsi : à compléter

Faits historiques

Dès le début de la colonisation de la Guadeloupe, le site de Pointe-à-Pitre retient l'attention des agents royaux. Il présente de nombreux avantages naturels, qui en fait d'emblée un concurrent direct de la ville de Basse-Terre. Pourtant à cause de l'insalubrité du lieu les autorités hésitent longtemps à établir un centre de peuplement.

Le 8 février 1843, la ville de Pointe-à-Pitre fut en grande partie détruite par un très violent tremblement de terre (d'une magnitude d'environ 7,5), le plus important qui ait jusque là frappé les Amériques. D'autres villes furent endommagées, spécialement Le Moule, mais à Pointe-à-Pitre, un incendie acheva de détruire les bâtiments encore debout, entrainant de nouvelles victimes, brûlées vives sous les yeux des survivants. Le traumatisme fut énorme. Sous le coup de l'émotion, le bilan fut estimé à plusieurs milliers de morts et blessés, on l'estime aujourd'hui à un millier de morts et autant de blessés. Cet évènement eut un énorme retentissement et provoqua un vaste élan de solidarité, d'abord en Martinique et dans les autres îles et pays riverains du golfe du Mexique, puis en France métropolitaine et ailleurs encore dans le monde. En raison des délais de communication, l'aide de la métropole arriva près de trois mois après la catastrophe. L'évènement est d'une grande importance historique en ce qu'il a facilité le remplacement des anciens moulins de type "Père Labat" par des usines centrales (avec toutes les conséquences sociales que ce changement a entraîné), il a aussi facilité l'évolution vers l'abolition de l'esclavage, eu égard à la conduite admirable des esclaves après la catastrophe et les liens qui s'étaient instaurés entre eux et leurs maîtres (lois Mackau en 1845, abolition en Guadeloupe sans les drames qu'a connus la Martinique). Politiquement, la solidarité nationale a été en partie instrumentalisée à son profit par le pouvoir. Le gouverneur, le contre-amiral Augustin Gourbeyre, a alors acquis le statut d'homme providentiel.

Les 25, 26 et 27 mai 1967 sont des jours sanglants pour l'histoire de la ville et de la Guadeloupe en général. Des CRS répriment lourdement un mouvement de grève ouvrier visant une augmentation salariale de 2,5% et mené par le GONG, un mouvement indépendantiste guadeloupéen dont son leader, Jacques Nestor sera l'un des premiers à tomber sous les balles. 87 morts et une centaine de blessés[réf. nécessaire] est le bilan de cette repression.

Urbanisme

Plusieurs fois ravagée par des cyclones et des incendies, le centre historique présente une architecture hétéroclite. Les façades de style colonial côtoient des immeubles modernes. Au coeur de la vieille ville, l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, date des années 1850. Sa structure métallique fut réalisée par la maison Joly d'Argenteuil, qui conçut celle des Halles de Paris. Grâce à sa charpente, l'édifice résista au séisme de 1897.

Administration

La sous-préfecture établie à Pointe-à-Pitre.
Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2008 ... Jacques Bangou PPDG
1965 mars 2008 Henri Bangou PPDG Cardiologue
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Jumelage

Démographie

L'agglomération de Pointe-à-Pitre, c'est le pôle urbain de la Guadeloupe qui réunit les îles de Basse-Terre et de Grande-Terre, grâce à sa position centrale dans l'archipel. Cette concentration urbaine regroupe 4 villes : d'est en ouest, Le Gosier, Les Abymes, Pointe-à-Pitre et Baie-Mahault. Elle rassemble ainsi 33% des guadeloupéens, soit 132 870 habitants en 2006. Au cours de ces dernières années, le poids démographique du centre-ville n'a pas cessé de décroître au profit de la banlieue pavillonnaire.

Evolution 1961 - 2006
Année Total
Commune
Total
Agglomération
Pourcentage
(%)
1961 27 966 76 200 36,70
1967 29 522 89 856 32,85
1974 23 889 99 748 23,95
1982 25 310 107 331 23,58
1990 26 029 124 358 20,93
1999 20 948 132 751 15,78
2006 17 541 132 870 13,20

Personnalités liées à la commune

  • Personnalités native de Pointe-à-Pitre :
Voir : Catégorie:Naissance à Pointe-à-Pitre.
  • Autres personnalités :

Elles ne sont pas forcément nées à Pointe-à-Pitre mais leur histoire est attachée à celle de la ville.

    • Charles Anatole Léger

Notaire (de 1826 à 1857), né à Paris (ce n'est donc pas un créole) le 28 Pluviôse an XII (11 octobre 1803), premier fils du premier Léger arrivé en Guadeloupe en 1815 (Prosper, notaire), conseiller municipal de Pointe-à-Pitre depuis 1839, deuxième adjoint depuis décembre 1840, il venait d'être nommé premier adjoint au maire de la ville (Ernest Champy), le 26 janvier, quand survint le tremblement de terre et l'incendie du 8 février 1843. Il a acquis en ces circonstances tragiques, comme le gouverneur Gourbeyre, le statut d'homme providentiel. Il a constaté et enregistré les nombreux décès dus à la catastrophe puis dirigé l'équipe qui a reconstitué les archives de l'état civil qui avaient été détruites. La croix de Chevalier de la Légion d'honneur récompensa son action dès le 4 avril. Il n'exerce plus de mandat municipal sous la IIe République mais est alors conseiller colonial. Sous le Second Empire, il redevient conseiller municipal de Pointe-à-Pitre (en 1854) et est élu maire de la ville en 1860 et 1861. Président du conseil général en 1859, il le reste après la chute de l'Empire (jusqu'en octobre 1875). fait officier dans l'ordre de la Légion d'honneur en janvier 1877, il meurt dans sa ville le 9 septembre 1883. Il a créé à Pointe-à-Pitre une crêche pour faciliter le travail des mères, du nom de sa fille décédée, la crèche Sainte-Anathilde, et une rue porte son nom encore aujourd'hui. C'est lui qui a fondé la bonne réputation des Léger en Guadeloupe, tous des notables, dont plusieurs notaires et avoués (ainsi son neveu, Amédée Léger, le père de Saint-John Perse) mais aussi un médecin, un pharmacien, un directeur de journal, etc. En 1871, alors que Charles Anatole est au sommet de sa carrière politique, c'est un autre Léger, Fernand, qui est maire de la ville. Ce dernier eut à gérer les conséquences de l'incendie qui détruisit partiellement la ville. C'est sous sa mandature que l'eau fut amenée à Pointe-à-Pitre (inauguration de la fontaine de la place du marché).

(principale source : Ascendance antillaise de Saint-John Perse (1887-1975), de Bernadette et Philippe Rossignol, Paris, Centre de Généalogie et d'Histoire des Isles d'Amérique, octobre 1982).

    • Jean-Baptiste Augustin Gourbeyre

Une place de la ville porte son nom, entre palais de justice et église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, il y a sa statue depuis 1848, érigée suite à une souscription populaire. Sur le socle, ces simples mots La Pointe-à-Pitre reconnaissante et une date, VIII février MCCMXLIII, en clair 8 février 1843. C'est à l'occasion du tremblement de terre survenu ce jour-là, suivi d'un gigantesque incendie, que cet Auvergnat (né à Riom en 1786, Gouverneur de la Guadeloupe depuis 1841, mort à son poste en 1845), a acquis pour les Pointois le statut d'homme providentiel.

(principale source : Sur les ruines de la Pointe-à-Pitre. Chronique du 8 février 1843. Hommage à l'amiral Gourbeyre, manuscrit conservé à Vincennes, Service historique de la Défense, Département de la marine, 1843-1844, édité en septembre 2008 chez L'Harmattan, Paris, texte établi, présenté et annoté par Claude Thiébaut, 2 volumes.)

Artiste de reggae-dancehall créole ayant grandi à Boissard, quartier de Pointe-à-Pitre.

Économie

Pointe-à-Pitre est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Pointe-à-Pitre. Elle gère l’aéroport de Pôle Caraïbes, situé aux Abymes.

Monuments et lieux touristiques

La Statue de Vélo à Pointe à Pitre.


Municipalités limitrophes

Rose des vents Les Abymes Rose des vents
Baie-Mahault N
O    Pointe-à-Pitre    E
S
Le Gosier
Enclave:

Notes et références


Voir aussi

Article connexe

Liens externes

Bibliographie

  • La Pointe-à-Pitre n'existe plus...! Relations du tremblement de terre de 1843 en Guadeloupe, collectif, Jacqueline Picard (dir.), Gosier : éditions CARET, 2003.
  • Sur les ruines de la Pointe-à-Pitre. Chronique du 8 février 1843. Hommage à l'amiral Gourbeyre, manuscrit conservé à Vincennes, Service historique de la Défense, Département de la marine, 1843-1844, édité en septembre 2008 chez L'Harmattan, Paris, texte établi, présenté et annoté par Claude Thiébaut, 2 volumes.
  • Portail de la Guadeloupe Portail de la Guadeloupe
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Pointe-%C3%A0-Pitre ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pointe-a-Pitre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pointe-à-pitre — Pour les articles homonymes, voir Pointe et Pitre. Pointe à Pitre Vue du port maritime à Pointe à Pitre …   Wikipédia en Français

  • Pointe a pitre — Pointe à Pitre Pour les articles homonymes, voir Pointe et Pitre. Pointe à Pitre Vue du port maritime à Pointe à Pitre …   Wikipédia en Français

  • Pointe à Pitre — Pour les articles homonymes, voir Pointe et Pitre. Pointe à Pitre Vue du port maritime à Pointe à Pitre …   Wikipédia en Français

  • Pointe-a-Pitre — Pointe à Pitre …   Deutsch Wikipedia

  • Pointe-à-Pitre — Pointe à Pitre …   Deutsch Wikipedia

  • POINTE-À-PITRE — Ville et port principal de la Guadeloupe, Pointe à Pitre est située au fond de la baie du Petit Cul de Sac Marin, sur l’île de la Grande Terre. Dans ses limites municipales, très réduites, elle ne comptait en 1990 que 26 000 habitants, mais… …   Encyclopédie Universelle

  • Pointe-à-Pitre — Saltar a navegación, búsqueda Escudo dePointe à Pitre, extendido como símbolo no oficial de toda la isla Pointe à Pitre es una de las ciudades más importantes de la isla de Guadalupe, y su capital económica de hecho. Se encuentra situado en el… …   Wikipedia Español

  • Pointe-à-Pitre — es una de las ciudades más importantes de la isla de Guadalupe, y su capital económica de hecho. Se encuentra situado en el punto de unión de los islotes que configuran la isla: Basse Terre y Grande Terre, separados a su vez por el río Salado.… …   Enciclopedia Universal

  • Pointe à Pitre — (spr. Poängt a Pitter), Stadt auf der Kleinen Antille Guadeloupe an der Mündung des Salzflusses, in ungesunder Lage, von Sümpfen umgeben u. ohne Süßwasser; Hafen, Fort, Börse, Tribunal, Handel; 15,000 Ew. P. wurde am 9. Febr. 1843 durch ein… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Pointe-a-Pitre — (spr. pŭängt a pĭtr ), Stadt der französisch westind. Insel Guadeloupe, an der Südwestküste von Grande Terre, an der Mündung des Salzflusses (des die beiden Inseln trennenden Meeresarms), der Hauptverkehrsplatz der Insel, mit Europa in… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.