Penitence


Penitence

Pénitence

Catholicisme
Religions sœurs (branches)
Catholicisme · Orthodoxie · Protestantisme
Spécificités
Église catholique romaine · Histoire de l'Église catholique romaine
Spécificités
Théologie catholique
Docteurs de l'Église · Magistère de l'Église · Théologie morale · Vocabulaire catholique
Clergé
Pape · Cardinal · Archevêque · Évêque · Prêtre · Diacre · Moines et moniales
Histoire
Droit canonique
Débats contemporains
Catholicisme libéral · Catholicisme en France · Crise moderniste · Catholiques réformateurs · Catholicisme traditionaliste
Dialogue inter-religieux
Relations avec les autres religions · Relations avec les autres Églises · Hérésie
Voir aussi
  • Catégories : Catholicisme · Courant religieux catholique · Dévotions catholiques
  • Portails : Christianisme · Catholicisme
 Cette boîte : voir • disc. • mod. 


Dans l'Église catholique romaine, la pénitence fait partie d'un sacrement qui a pour but de pardonner les péchés.

Le sacrement de pénitence et de réconciliation comprend également la contrition et la confession des péchés.

Sommaire

Conditions

La pénitence est l'une des deux conditions nécessaires pour l'obtention de ce Sacrement :

La première condition est le regret des fautes ou repentir. Celui-ci implique de faire la distinction entre péché véniel et péché mortel.

  • On nomme péché véniel un acte humain qui a été commis sans volonté délibérée de nuire (se mettre en colère suite à une pression intérieure...). Celui-ci n'implique pas la volonté de faire le mal, mais seulement les réactions naturelles non maitrisées.
  • On nomme péché mortel un acte délibéré, c'est-à-dire qui suppose une préméditation avec intention soit de nuire à son prochain, soit de s'opposer aux commandements de Dieu.
Le péché contre l'Esprit est un péché mortel car il implique une volonté de servir de son plein gré le démon, ou de faire partie de son mouvement de révolte.
Les péchés capitaux sont à distinguer des péchés mortels, car la notion de péché capital n'a pas de rapport avec la gravité du péché.

La seconde condition est l'application de la pénitence, toujours destinée à réparer le mal qui a été fait lorsque c'est possible (par exemple la restitution immédiate d'un bien volé). C'est parfois, lorsque la réparation n'est plus possible (attitude insultante, par exemple) un acte symbolique témoignant de bonne volonté et marquant une réelle contrition (regret sincère) et une demande de la grâce de mieux orienter sa nature humaine vers le Bien.

Ici, l'emploi du terme pénitence peut-être considéré comme abusif. En effet la Tradition distingue la pénitence de la satisfaction. C'est la satisfaction qui est destinée à produire du bien après la réception de l'absolution ; la pénitence est alors la démarche qui mène avant et pendant la confession jusqu'à l'absolution.

Deux types de pénitences

L'Église catholique romaine distingue :

  • la pénitence extérieure, punition choisie par le pécheur, ou acceptée par lui, qui valide l'absolution que lui a donnée un prêtre ;
  • la pénitence intérieure, ou conversion du cœur, qui est un changement profond du comportement accompagné d'un refus du péché. D'après le Catéchisme de l'Église catholique, « cette conversion du cœur est accompagnée d’une douleur et d’une tristesse salutaires que les Pères ont appelées animi cruciatus (affliction de l’esprit) » . Elle utilise à des fins positives le repentir, qui sans elle se transformerait en péché de délectation morose.

La pénitence peut être légère (simples prières) ou se durcir (utilisation de disciplines pour se fouetter le dos).

Confréries de pénitents

L'origine de ces confréries est discutée : pour les uns, elles seraient nées en Italie au XIIe siècle (en 1267 Saint Bonaventure crée, à Rome, un statut pour les laïcs agissant selon les règles de l’Amour du Christ : c’est la première Confrérie du Gonfalon dont l’objet est l’amour du Christ et la proclamation de la foi catholique) ; pour les autres, les premiers pénitents virent le jour en 1221 : François d'Assise a en effet fondé le Tiers Ordre de pénitence (cependant les tiers-ordres ont eu, jusqu'en 1983, un statut canonique différent de celui des pénitents).

Le nom de pénitent apparaît dans les livres à la fin du Moyen Âge. Les pénitents italiens se chargeaient de protéger les condamnés à mort en leur enfilant une cagoule, pour qu'ils ne soient pas lynchés par la foule. Ils priaient pour leur âme, avec le pouvoir d'accorder la grâce à l'un d'eux chaque année.

Aujourd'hui, dans le sud de la France, chaque confrérie de pénitents se différencie par la couleur de son habit :

La cagoule en popeline cousue à la robe, est appelée « caparuxte » (uniquement à Perpignan) et masque le visage pour assurer l'égalité des Frères et l'anonymat de la charité. A l'heure actuelle, et mis à part les noirs de Perpignan, les autres confréries ne portent plus la cagoule.

La Révolution Française interdit les Pénitents de toutes les couleurs.

Certaines confréries de pénitents ont disparu et sont parfois réapparues à l'époque récente : c'est le cas de la confrérie des pénitents noirs de Toulon en 2006 et des pénitents blancs de Saorge en 2009.

Les confréries de pénitents se réunissent chaque année au cours d'une maintenance (en mai 2007, ce fut à Corte). Il y a, également, dans le Comté de Nice une maintenance particulière aux confréries dudit Comté.

Pénitences publiques célèbres

Liens internes

Lien externe

Persée : Les Confréries de Provence sous la Révolution

  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de « P%C3%A9nitence ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Penitence de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • PÉNITENCE — La pénitence peut n’être qu’expiatoire et renvoyer aux religions qui apaisent la culpabilité à l’aide de rites piaculaires. Si l’on en croit René Girard (La Violence et le sacré , Paris, 1972), le premier sacrifice de la première victime surgit… …   Encyclopédie Universelle

  • penitence — PENITENCE. s. f. Repentir, regret d avoir offense Dieu. La penitence est une vertu chrétienne. la penitence doit estre sincere & constante. la penitence n est point veritable quand elle n est point accompagnée d une ferme resolution de ne plus… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • penitence — penitence, repentance, contrition, attrition, compunction, remorse denote sorrow or regret for sin or wrongdoing. Penitence implies little more than such sorrow or regret {the outward signs of penitence} {all calls to penitence fall on deaf ears …   New Dictionary of Synonyms

  • Penitence — Pen i*tence, n. [F. p[ e]nitence, L. paenitentia. See {Penitent}, and cf. {Penance}.] The quality or condition of being penitent; the disposition of a penitent; sorrow for sins or faults; repentance; contrition. Penitence of his old guilt.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • penitence — c.1200, from O.Fr. penitence (11c.), from L. paenitentia repentance, from paenitentum (nom. paenitens) penitent, prp. of paenitere cause or feel regret, probably originally is not enough, is unsatisfactory, from paene nearby, almost …   Etymology dictionary

  • penitence — [pen′i təns] n. [OFr < L paenitentia] the state of being penitent; repentance SYN. PENITENCE implies sorrow over having sinned or done wrong; REPENTANCE implies full realization of one s sins or wrongs and a will to change one s ways;… …   English World dictionary

  • penitence — index remorse Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • penitence — [n] shame, sorrow anguish, attrition, compunction, contriteness, contrition, debasement, degradation, distress, grief, humbling, humiliation, penance, qualm, regret, remorse, remorsefulness, repentance, rue, ruefulness, ruth, sadness, scruple,… …   New thesaurus

  • pénitence — (pé ni tan s ) s. f. 1°   Retour du pécheur à Dieu, avec une ferme résolution de ne plus pécher à l avenir. •   Dieu absout aussitôt qu il voit la pénitence dans le coeur ; l Église, quand elle la voit dans les oeuvres, PASC. Pens. XXIV, 62, éd.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PÉNITENCE — s. f. Repentir, regret d avoir offensé Dieu. La pénitence est une vertu chrétienne. La pénitence doit être sincère et confiante. La pénitence n est point véritable, si elle n est accompagnée d une ferme résolution de ne plus pécher. Une pénitence …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.