Armand Étienne Méplain

Étienne Armand Méplain, député de l'Allier du 8 février 1871 au 7 mars 1876, né le 28 janvier 1824 à Cusset (Allier) et mort le 1er février 1906 à Moulins (Allier).

Sommaire

Biographie

Il était le fils de François Méplain (issu d'une famille notable du Donjon), avoué à Cusset, qui fut maire de Loddes (Allier), et d'Étiennette Jacquette Bellaigue[1].

Avocat à Moulins

Après ses études à Paris, il vint se fixer à Moulins, tout en ayant comme tuteur son frère aîné Étienne Méplain (également avocat, puis magistrat à Moulins).

Il entre au conseil de l'ordre le 28 décembre 1849 ; il en fit partie pendant cinquante-six années consécutives et eut l'honneur d'être élu bâtonnier.

Député de l'Allier

Il fut élu le 8 février 1871 représentant de l'Allier à l'Assemblée Nationale [le 2ème sur 7, par 51.183 voix sur 106.359 inscrits et 76.640 votants]. Il siégea au centre droit.

Il fut membre de la réunion Feray et vota pour la paix, pour la pétition des évêques, contre le service de trois ans, pour la démission de Thiers (il signala dans une lettre à sa famille : « M. Thiers a fait tirer au canon sur la foule, ils étaient nerveux, ils seront enragés »), contre le retour à Paris, contre l'amendement Wallon. Lorsqu'en février 1875, le vote des lois constitutionnels parut sérieusement compromis, M. Méplain fut chargé, au nom des droites, de soumettre au maréchal de Mac-Mahon un plan de septennalisation de l'Assemblée, avec renouvellement partiel, et attribution au pouvoir exécutif des droits de dissolution et de veto ; le maréchal répondit que tout espoir n'était pas perdu d'arriver au vote de la Constitution, qui obtint en effet la majorité des voix, M. Méplain et ses amis votèrent contre les lois constitutionnelles. En octobre 1871, il avait échoué au Conseil général de Maine-et-Loire ; il ne fit pas partie d'autres assemblées.

Il fonda des sociétés populaires : la société du chauffage des pauvres, la société des jardins ouvriers, la société des syndicats ouvriers. Il était un fervent partenaire des écoles libres. Il fut administrateur de la Mutuelle de l'Allier.

Anecdote

Pour fêter ses 50 ans d'activités au barreau, Armand Méplain avait réuni l'ensemble de ses parents et amis et avait récité un petit discours (imprimé à Moulins par les Ets. Auclaire).

A Mes Confrères


Souvenir de ma cinquantaine


Si la moitié d'un siècle, en passant sur ma tête,

A tracé maint sillon et blanchi mes cheveux,

Elle me vaut, du moins, le bonheur d'une fête,

Dont beaucoup seraient envieux.

L'avenir vous sourit, paré par la jeunesse :

A mon seuil, vint frapper la morose vieillesse ;

Vous êtes au matin, à vous le long espoir !

Au loisir mérité j'aspire vers le soir.

Si l'inflexible temps à la barre m'arrache,

Mieux que moi vous saurez poursuivre votre tâche ;

Vous êtes, du barreau, le soutien et l'honneur ;

Loyauté, dévouement, courage, indépendance,

Rehaussés, par surcroit, d'un souffle d'éloquence,

Embelliront votre labeur.

Je me dis bien souvent : allons, ma vieille robe,

Il me faudra bientôt nous quitter ;

Ce temps qui, sous nos pas, si vite se dérobe

Veut nous contraindre à divorcer ;

Eh bien, non! A sa voix, faisons la sourde oreille ;

Se quitter, divorcer, fit de ses vilains mots !

Sous tes plis, vieille amie, aux champs où l'on sommeille,

Je veux aller dormir dans l'éternel repos.


Mais laissons tout cela, choquons gaiement nos verres.

Trinquer ensemble en bons amis

Est un plaisir si doux, je vous le dois, confrères,

Buvons à l'heureux jour qui nous a réunis !


A. Méplain, Moulins, 5 décembre 1896.

Écrits d'Armand Méplain

  • Noces (les) d'or de M. Armand Méplain, avocat. In-16, 51 p. et portrait. Moulins, impr, et libr. Crépin-Leblond. (S. M.)
  • Rapport fait au nom de la 19e commission d'intérêt local chargée d'examiner le projet de loi tendant à autoriser le département de l'Ain à s'imposer extraordinairement pour les travaux des routes départementales et les chemins vicinaux, par M. Méplain,... (22 juillet 1873.). (Impr. de Cerf et fils, 1873)
  • Rapport fait au nom de la commission d'intérêt local chargée d'examiner le projet de loi portant que les territoires formant actuellement les sections de Saint-Pardoux et de Longueville (canton et arrondissement de Marmande, Lot-et-Garonne) sont érigés en communes distinctes, qui auront pour ... (Éditeur Impr. de Cerf et fils, 1872)

Notes et références

Sources


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armand Étienne Méplain de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Méplain Etienne Armand — Armand Étienne Méplain Etienne Armand Méplain , Député de l Allier du 08 février 1871 07 mars 1876 : Allier Centre droit, né le 28 janvier 1824 à Cusset (Allier France) décédé le 01 février 1906 à Moulins (Allier France) Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Cusset — Pour les articles homonymes, voir Cusset (homonymie). 46° 08′ 07″ N 3° 27′ 26″ E …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”