Apostolicité

Apôtre

Christianisme
Religions abrahamiques (arbre)
Judaïsme · Christianisme · Islam
Courants

Arbre du christianisme
Grandes confessions :
Catholicisme · Orthodoxie · Protestantisme

Fondements religieux
Théologie chrétienne
Pratiques
Spécificités
Constructions religieuses

Baptistère · Basilique · Cathédrale · Chapelle · Collégiale · Église · Monastère · Temple

Symboles

Chrisme · Croix chrétiennes · Deo optimo maximo · Ichtus · Rose de Luther

Voir aussi
  • Catégories : Christianisme · Branche du christianisme
  • Portails : Religions et croyances · Christianisme
 Cette boîte : voir • disc. • mod. 
Les douze apôtres

Cet article concerne la description des apôtres. L’adjectif apostolique correspond à ce nom.

Sommaire

Sens du mot “apôtre”

« Apôtre » vient du grec apostolos qui désigne couramment une mission, son accomplissement ou les lettres la décrivant[réf. nécessaire]. Ce n’est que dans la Bible grecque des Septante que ce mot est appliqué à des personnes (1R 14,6) ; il traduit l’hébreu shaliah, « envoyé plénipotentiaire ». C’est dans le Nouveau Testament que le mot « apôtre » est le plus souvent employé. Il s’applique à trois catégories de personnes bien distinctes :

  • les témoins de la Résurrection de Jésus, envoyés pour annoncer cet événement ;
  • un des ministères de l’Église primitive ;
  • une seule fois dans l’Évangile (Mt 10,2) : le groupe des Douze choisis par Jésus « pour être avec lui » et pour signifier symboliquement le peuple de la fin des temps (Mt 19, 28).

Dans le vocabulaire liturgique, le mot « Apôtre » ou « l’Apôtre » désigne la lecture de l’Épître néotestamentaire ou des Actes des Apôtres qui précède généralement celle de la péricope évangélique.

Les apôtres et le groupe des Douze dans les Évangiles

L’identification des « apôtres » au groupe de douze « disciples » choisis par Jésus « pour être avec lui » est sans doute une création relativement tardive, comme le montre l'existence d'apôtres extérieurs à ce groupe. Le seul passage de l'Évangile où on parle explicitement des "Douze Apôtres" est Mt 10,2 ; cf aussi Ap 21,14, et Ac 1,26. Il vaut mieux donc parler à leur sujet de Groupe des Douze : le chiffre 12 est en effet essentiel pour comprendre le rôle de ces disciples constituant autour de Jésus un cercle restreint à la forte signification symbolique.

Les Douze sont institués par Jésus pour être un signe particulier pour Israël : ils représentent le peuple nouveau tel qu'il sera rassemblé par Dieu à la fin des temps (Mt 19,28) ; le chiffre douze évoquant les douze tribus d'Israël, mais aussi la totalité et l'intégrité du peuple. Il renvoie donc au fait que Jésus a reçu pour mission de rassembler la totalité du peuple et de le mener à son accomplissement.

Le groupe des Douze demeure après la Résurrection. Après la trahison et la mort de Judas, les Onze qui subsistent décident de tirer un disciple au sort, Matthias, pour "devenir avec nous témoin de la résurrection". Ils sont, avec d'autres disciples, les bénéficiaires du don de l'Esprit à la Pentecôte (Ac 2). Pierre et Jean sont considérés, avec Jacques "frère du Seigneur" qui semble tenir dans l'Église de Jérusalem la place centrale, comme des "colonnes de l'Église" (cf Gal 2,9).

Après la mort du dernier membre des Douze, ce groupe n'est plus renouvelé. Les catholiques et les orthodoxes considèrent les évêques comme les successeurs des Apôtres, et accordent une importance particulière au fait que les évêques se situent dans la succession apostolique, c'est-à-dire que la tradition à laquelle ils se rattachent remonte aux Apôtres.

Les Évangiles de Matthieu, Marc, Jean et Luc racontent la vocation de ces douze disciples de Jésus de Nazareth choisis et en donnent différentes listes.

Article détaillé : Douze (Apôtres).

Les apôtres, témoins de la résurrection de Jésus

Le premier sens du mot apôtre, ou du moins celui qui est le plus anciennement attesté dans le Nouveau Testament, désigne le témoin de la Résurrection de Jésus. C'est le titre que Paul s'attribue dans la lettre aux Galates, rédigée dans les années 50. Dans la lettre aux Romains, il se dit "mis à part pour annoncer l'Évangile de Dieu", "pour conduire à l'obéissance de la foi tous les peuples païens" : il situe ainsi sa mission comme fondamentale dans l'Église, aux côtés des autres témoins de la Résurrection que sont les Douze et quelques membres de la famille de Jésus (tel que Jacques, frère du Seigneur), apôtres eux aussi.

L'Église orthodoxe reconnaît le titre d'Égal aux apôtres à des saints qui ont propagé la nouvelle de la résurrection comme Marie-Madeleine ou qui ont évangélisé tout un territoire et tout un peuple comme Nina de Géorgie, Martin de Tours ou Étienne de Perm.

Le ministère apostolique dans l'Eglise primitive

Le Nouveau Testament témoigne aussi d'un apostolat conçu, dans la première Église, comme l'un des ministères essentiels.

Les lettres de Paul (par ex. 2 Co 11,13) parlent de "faux apôtres". ' Le premier exemple de texte apostolique est sans doute la lettre apostolique envoyée à l'Église d'Antioche à la suite des discours de Pierre (Ac 15, 7-12) et Jacques (Ac 15, 13-21) sur la décision du concile de Jérusalem sur l'observance des règles traditionnelles du judaïsme, notamment la circoncision (vers 50).

Les textes ne sont pas toujours explicites sur le contenu de ce ministère, dont on peut penser qu'il comportait une dimension missionnaire itinérante : c'est ainsi que la Didachè (11, 3-6) atteste de leur existence en Syrie au début du IIe siècle. L'apostolat en effet, contrairement à l'épiscopat, ne s'exerce pas sur un territoire circonscrit et précis : il a une dimension universelle. Pierre en effet présida d'abord l'Église d'Antioche avant de présider l'Église de Rome.

La tradition de l'Église, en suivant les textes des Actes des Apôtres, adopte un collège apostolique modifié depuis la défection et la trahison de Judas l'Ischariote. Elle remplace celui-ci par Matthias (apôtre) et surtout par Paul (apôtre). Le plus souvent, ces deux apôtres additionnels figurent ensemble parmi les douze au détriment de l'un des onze appelés par Jésus-Christ. En tous cas Paul figure toujours dans le collège apostolique, à la seconde place après Pierre. C'est en particulier le cas sur l'icône ci-dessus.

La règle de la Tradition apostolique a été définie par saint Hippolyte de Rome au début du IIIe siècle.[1]

C'est sur l'existence de ce ministère de l'Église antique que Calvin s'appuiera pour restructurer les ministères des Églises de la Réforme.

Le ministère apostolique aujourd'hui

Selon la Bible, la véritable Église est construite sur l’enseignement des apôtres et des prophètes. La lettre aux Ephésiens (chapitre 2 verset 20) dit : « Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus Christ lui-même étant la pierre angulaire. ». Elle dit aussi (4:11-12) : « Et il (Jésus Christ) a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ ».

Si l'on en croit ce verset de l'apôtre Paul, il y aurait toujours des apôtres de nos jours. Selon le livre des Actes des Apôtres (chapitre 2 verset 4), l'enseignement des apôtres se ferait au Temple au sein d'une organisation communautaire où dans un premier temps tous les croyants auraient donné leurs biens aux apôtres pour qu'ils mettent tout en commun et pour qu'ainsi ils puissent vivre leur foi ensemble. Par conséquent,le modèle de l'Église apostolique aujourd'hui serait bien Communautaire.[réf. nécessaire]

Les douze apôtres dans l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours

La première présidence et les Douze Apôtres en septembre 1898 (Reed Smoot, Sénateur des Etats-Unis, absent sur la photo.)

En grec apôtre signifie « envoyé ».

L'Église du Christ est édifiée sur le fondement des apôtres et des prophètes (Ép 2:20 ; 4:11). Les apôtres; au nombre de douze, sont témoins spéciaux du nom du Christ et portent les clefs du ministère (D&A 27:12 ; D&A 112:30–32). Les apôtres forment un collège égal, en autorité, à la Première Présidence de l'Église (D&A 107:23–24). Les Douze forment un grand conseil président voyageur (D&A 107:33). Les apôtres détiennent les clefs de l'œuvre missionnaire (D&A 107:35).

Dans le Collège des douze apôtres de l'Église rétablie d'aujourd'hui, comme autrefois, l'apôtre est témoin spécial de Jésus-Christ dans le monde entier pour témoigner de sa divinité et de sa résurrection d'entre les morts (Ac 1:22 ; D&A 107:23).

Choix des apôtres : Les apôtres sont choisis par le Seigneur (Jn 6:70 ; 15:16). Parmi ses disciples, Jésus choisit douze apôtres (Lu 6:13–16).

De nos jours, c'est généralement parmi les membres des collèges des soixante-dix que sont choisis les membres du collège des Douze, et parmi les membres du collège des Douze que sont choisis les membres de la Première Présidence.

En 2009, les Douze apôtres, dans l'Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours sont : Boyd K. Packer, L. Tom Perry, Russel M. Nelson, Dallin H. Oaks, Russell Ballard, Richard G. Scott, Robert D. Hales, Jeffrey R. Holland, David A. Bednar, Quentin L. Cook, D. Todd Christofferson et Neil L. Andersen.

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « apôtre » sur le Wiktionnaire.

Articles connexes

Bibliographie

  • Jacques Chocheyras, Les Actes des Apôtres Pierre et Paul, Histoire, tradition et légende, Religion et Sciences Humaines - L'Harmattan, ISBN : 2-7475-1179-0 • 2001 • 320 pages.
  • Les citations de la Bible sont celles de la traduction de Louis Segond.
  • Doctrine et Alliances, Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours

Références

  1. Marcel Simon et André Benoît, le judaïsme et le christianisme. Page 161.
  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de « Ap%C3%B4tre ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Apostolicité de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • apostolicité — ● apostolicité nom féminin Qualité de ce qui est apostolique. (C est la marque de l Église, qui se relie aux apôtres par une suite ininterrompue de pasteurs légitimes.) Tendance, dans l Antiquité chrétienne, surtout en Occident, à faire attribuer …   Encyclopédie Universelle

  • apostolicité — (a po sto li si té) s. f. Terme de théologie. Conformité de doctrine avec les apôtres. ÉTYMOLOGIE    Apostolique. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE    APOSTOLICITÉ. Ajoutez : 2°   Origine apostolique. Apostolicité de l Église du Velay, par l abbé… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Limoges — 45° 51′ 00″ N 1° 15′ 00″ E / 45.8500, 1.2500 …   Wikipédia en Français

  • Église apostolique arménienne — Saint Siège d Etchmiadzin. Nom local Հայաստանեայց Առաքելական Եկեղեցի Fondateur(s) …   Wikipédia en Français

  • OXFORD (MOUVEMENT D’) — OXFORD MOUVEMENT D’ Mouvement d’idées qui s’est produit dans l’Église anglicane au XIXe siècle et qui a eu pour but d’y raviver les éléments catholiques de sa tradition sans lui retirer pourtant son indépendance à l’égard de la papauté. Inauguré… …   Encyclopédie Universelle

  • PAPAUTÉ — Le mot papatus dérive du titre de papa (titre d’honneur signifiant père), donné jusqu’au VIIe siècle à tous les évêques, mais plus spécialement à celui de Rome. Papatus apparaît dans le dernier tiers du XIe siècle, en même temps que l’emploi de… …   Encyclopédie Universelle

  • apostolique — [ apɔstɔlik ] adj. • XIIIe; lat. chrét. apostolicus, gr. apostolikos 1 ♦ Qui vient des apôtres. Doctrine, tradition apostolique. L Église catholique, apostolique et romaine. 2 ♦ Qui appartient aux apôtres, ou qui est conforme à leur mission, à… …   Encyclopédie Universelle

  • АПОСТОЛЬСТВО — [апостоличность], одно из 4 существенных свойств Церкви, перечисленных в Никео Константинопольском Символе веры: «Верую… во единую, святую, соборную и апостольскую Церковь» (πιστεύω... εἰς μίαν ἁγίαν καθολικὴν καὶ ἀποστολικὴν ἐκκλησίαν). Термин… …   Православная энциклопедия

  • Mathieu-Richard-Auguste Henrion — (b. Metz, 19 June 1805; d. Aix en Provence, September, 1862) was a Baron, French magistrate, historian, and journalist. After completing his studies in law, he became a member of the Paris Bar as avocat à la cour royale. Under the July Monarchy… …   Wikipedia

  • Christianity in Gaul — The Christian Church in Gaul first appears in history in connexion with the persecution in Lyon, the religious center of Roman Gaul where the Sanctuary of the Three Gauls was located, under Marcus Aurelius in 177. Positive information concerning… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”